English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > L’Etat, succursale du secteur privé du Bâtiment ?

L’Etat, succursale du secteur privé du Bâtiment ?

samedi 16 mars 2013, par Robert Paris

4 Messages de forum

  • Un emploi sur cinq va disparaître dans les travaux publics si l’État n’agit pas face à l’effondrement attendu de la commande publique lié à la baisse des dotations aux collectivités et à l’abandon de l’écotaxe, s’alarment des syndicats patronaux et de salariés. Dans une démarche commune inédite, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), la fédération Scop BTP (qui représente les coopératives) et les syndicats CFTC, CFDT, CFE-CGC et Force ouvrière (FO) cosignent un communiqué où ils dénoncent la "politique de la chaise vide" du gouvernement.

    "L’État doit exercer son rôle de stratège en garantissant la qualité des infrastructures et la sécurité des usagers, pour préserver l’emploi et renforcer l’attractivité du pays", font valoir ces organisations. Elles attendent une "compensation pérenne de la perte de ressources liée à l’abandon de l’écotaxe", des "moyens pratiques pour que les collectivités locales continuent à financer leurs infrastructures" et une "accélération des projets d’infrastructures reliant les territoires des futures grandes régions".

    Pleurer après l’argent public pour aider le secteur privé, voilà une tâche que réalisent les centrales syndicales !!!

    Répondre à ce message

  • Les coûts des travaux du nouveau "Pentagone français" sont invraisemblables pour un Etat qui prétend chercher des économies partout !!!

    L’installation d’une imprimante et d’un scanner pour 13.613,21 euros ! Plus de 2.270 euros sont alloués à l’installation de deux prises murales de courant, la maintenance de ces mêmes prises est estimée à 3.194 euros et le matériel et son entretien sur 60 mois reviennent à 8.146 euros.

    Puis l’État a opté pour un partenariat public-privé (PPP) avec le consortium Opale. Ainsi, pendant 27 ans, l’État sera tenu de payer un loyer de 154 millions d’euros par an pour la location, le fonctionnement du lieu et son entretien, avant d’en devenir propriétaire.

    Le consortium Opale Défense (Bouygues, Thales…), opérateur privé de l’Hexagone Balard, facture chaque prestation au prix fort.

    Une opération qui coûtera au final 4,2 milliards à l’Etat alors que le gouvernement cherche de nouvelles recettes d’économies sur le dos de la population pour financer les dépenses !!!

    Répondre à ce message

  • Le Grand Paris est l’un de chantiers de folie lancés par l’Etat pour "sauver" le secteur du BTP !!! Et ce chantier est déjà passé de 22 milliards prévus à 35 milliards !!! Gageons que cela ne va pas s’arrêter là !!!

    Répondre à ce message

  • D’abord estimés à 6,8 milliards d’euros, les travaux en vue des Jeux olympiques de 2024 pourraient coûter plus cher. Un rapport de l’inspection générale des finances (IGF) publié vendredi 30 mars estime les risques potentiels de surcoûts à 500 millions d’euros.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0