English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - Livre Deux : SCIENCES > Introduction à la dialectique de la nature > Introduction à la dialectique de la nature

Introduction à la dialectique de la nature

mardi 11 janvier 2011, par Robert Paris

....... DE l’UNIVERS AU SYSTEME NERVEUX ......

Mots-clefs :

dialectiquediscontinuitéphysique quantiquerelativitéchaos déterministenon-linéaritéémergenceinhibitionboucle de rétroactioncontradictionscrisetransition de phaseauto-organisationvide - Blanqui - Lénine - Rosa LuxemburgTrotskyPrigogine - Barta - la révolution - l’anarchisme

SITE : Matière et révolution

www.matierevolution.fr

Sommaire du site

Pourquoi ce site ?

Pourquoi ce site mêle révolution, sciences, philosophie et politique ?

A lire :

L’ABC de la dialectique

Des sauts qualitatifs dans la nature ?

Pour nous écrire, cliquez sur Répondre à cet article


« Ce qui se meut, c’est la contradiction. (...) C’est uniquement parce que le concret se suicide qu’il est ce qui se meut. »
G.W.F Hegel
dans sa préface à la « Phénoménologie de l’esprit »

« Grâce à l’impulsion puissante donnée à la pensée par la révolution française, Hegel a anticipé en philosophie le mouvement général de la science. Mais précisément parce qu’il s’agissait d’une géniale anticipation, elle a pris chez Hegel un caractère idéaliste. Hegel opérait sur des ombres idéologiques, comme si elles étaient la réalité suprême. Marx a montré que le mouvement des ombres idéologiques ne fait que refléter le mouvement des corps matériels. « 
Léon Trotsky
dans « Défense du marxisme »

Engels écrivait dans l’« Anti-Dühring » : « La nature est le banc d’essai de la dialectique et nous devons dire à l’honneur de la science moderne de la nature qu’elle a fourni pour ce banc d’essai une riche moisson de faits qui s’accroît tous les jours. » C’est ce mouvement sans cesse renouvelé, ce dialogue contradictoire permanent entre nature et philosophie, qui permet que la pensée sur le monde, à la fois matérialiste et dialectique, reste dynamique et proche de la réalité sans s’enliser dans une espèce de métaphysique. Lorsqu’à nouveau, la science fournit cette « riche moisson », il est nécessaire de recommencer à y plonger notre philosophie, c’est-à-dire d’enrichir la conception dialectique et matérialiste d’exemples tirés des sciences contemporaines pour en tirer de nouvelles analyses. Qu’y a-t-il de fondamentalement nouveau en sciences, peut se demander le lecteur assidu des revues scientifiques qui constate bien des progrès mais peu d’idées vraiment nouvelles par leur contenu fondamental, peu de nouvelles conceptions philosophiques. Nous allons tenter de montrer que les représentations novatrices sont bel et bien là, même si les revues donnent plus volontiers la place au caractère technique des découvertes qu’au changement conceptuel qu’elles représentent.

La littérature spécialisée en philo/sciences a surtout choisi de retenir au plan philosophique que la physique quantique et la relativité semblaient indiquer une limite à l’Homme dans sa capacité de connaître le monde. On a même parlé d’indéterminisme à ce propos. Avec le quanta, la connaissance sur la matière/lumière avait soi-disant atteint une frontière. On ne pouvait descendre en dessous de cette limite dans notre connaissance. Mais ce n’est pas ainsi que la physique quantique parle : elle affirme que la nature ne descend pas en dessous du quanta en termes d’objet, de mouvement, d’interaction, de précision. Et aussi que les quantités ne peuvent être que des multiples d’un quanta, donc des nombres entiers. Ce n’est pas la même chose du tout. Mais ceci ne concerne que la matière/lumière. Reste la question : le vide contient-il des éléments qui descendent en dessous du quanta ? En effet, on a découvert la structure du vide et cela change fondamentalement nos idées en la … matière. Le vide n’est plus l’opposé de la matière et de la lumière mais une matière fugitive, dite virtuelle, qui fait le lien entre matière et lumière, qui explique l’existence même de la matière, de sa durabilité. C’est le vide qui produit la lumière et la matière, sous leurs diverses formes. Du coup, le monde de la matière n’est plus limité par les inégalités d’Heisenberg, ces fameuses limitations dues aux quanta. Dans le vide, il existe une « matière » qui descend d’un niveau d’organisation en dessous, et même plusieurs sortes de matière qui descendent de plusieurs niveaux d’organisation, puisque qu’existe le virtuel de virtuel, etc… Le vide se matérialise donc. Et nous verrons, inversement, que la matière se bâtit à partir du vide. Enfin, le passé pénètre le présent. On savait qu’on allait vers le passé en portant notre regard dans les étoiles et galaxies lointaines. On sait maintenant qu’en entrant dans les échelles inférieures, on va également vers le passé. Dans le vide, en l’absence de matière, il n’y a même plus de directivité du temps. Passé et présent, matière et vide sont donc interpénétrés à l’infini. La flèche du temps est bien un phénomène émergent issu d’un grand nombre d’interactions de la matière et du vide. La matière est issue du vide mais, en même temps, elle en est la négation. De même que le vide est la négation du virtuel de virtuel.

Cette interpénétration des contraires et cette émergence des structures issues de leurs interactions, on les retrouve ici comme on les a trouvés dans l’étude de la vie et de la mort, dans le combat permanent des gènes et des protéines de la vie et de celles de la mort. Nos images de la matière et de la vie, et même de l’homme, sont profondément changées. Notre philosophie aurait également besoin de l’être, mais ce n’est pas dans ce domaine que les idées avancent le plus vite, la société restant, à juste titre, craintive des effets qu’une philosophie du changement pourrait produire. En ce sens, il ne faut pas attendre des seuls progrès des sciences un changement des mentalités. A ce niveau aussi, ce sont les contradictions qui progressent et non le progrès qui augmente harmonieusement dans tous les domaines (science, technique, société, idéologie). L’ordre social dominant a besoin d’une philosophie de l’ordre. Ce n’est pas pour satisfaire à un point de vue sur les sciences et la nature mais pour défendre sa position dirigeante menacée par d’autres contradictions. Le maintien de l’oppression sur des milliards d’individus sur la planète nécessite une idéologie de la fatalité, de la passivité, le mythe d’un pouvoir supérieur s’imposant aux hommes et justifiant les souffrances de ceux-ci. Si l’étude des sciences est une arme pour ceux qui veulent construire une pensée révolutionnaire, elle ne peut suppléer aux idées révolutionnaires ni à la révolution sociale elle-même. Il ne s’agir pas de demander aux scientifiques, aux économistes, aux historiens, ni aux philosophes de devenir des révolutionnaires. La plupart ne le veulent pas et ce n’est pas étonnant. Par contre, nous réaffirmons la nécessité, pour ceux qui veulent comprendre le monde afin de le changer, d’appréhender la philosophie du changement, la dialectique. Les résultats récents des sciences peuvent, pour cela, être d’une aide fondamentale. Un rapide tour d’horizon de ces changements conceptuels réalisé dans ce chapitre sera suivi d’un examen domaine par domaine.

On a bien remarqué un progrès régulier des sciences et plus encore des techniques mais de là à parler de nouvelles découvertes fondamentales. Quelles sont ces innovations conceptuelles de la deuxième moitié du 20e siècle qui auraient marqué le développement des sciences, au point de mériter le terme de révolution scientifique et de nous amener à devoir modifier notre pensée sur le monde ?

- L’univers est entré dans l’Histoire [1]. Particules, rayonnement, matière inerte et vivante ou société humaine sont des produits pleinement historiques. C’est une révolution conceptuelle semblable, pour la matière, à celle de la théorie de Darwin de l’évolution, pour les espèces. Il y a désormais une théorie de l’évolution de la matière qui emploie des notions « historiques » : celle d’événement, de tournant de l’histoire, de transformation historique dans laquelle rien ne sera plus jamais comme avant. La matière est devenue phénomène historique grâce à divers développements : étude de l’instabilité de la matière (radioactivité, particules fugitives, ...), étude de l’histoire de l’univers, formation des particules et des divers éléments chimiques au différents stades (de l’étoile, des supernovae, des étoiles à neutron, évolution historique des galaxies, étapes de la formation de l’univers) [2]. Les particules sont le produit d’une histoire passée par plusieurs étapes qui ont été des transitions de phase, c’est-à-dire des changements qualitatifs et rupture de symétrie aux divers changements de phases des étapes historiques de la matière. Les éléments chimiques sont le produit de l’évolution historique des étoiles. Multiples liens de la microphysique à l’astrophysique (étude des rayonnements gamma, des neutrinos, etc...). Pendant que l’astrophysique résout la question de l’origine des diverses sortes d’atomes, la physique nucléaire réalise la transmutation entre ces divers éléments, la radioactivité dévoile l’instabilité profonde de la matière. Big Bang ou pas, nous savons maintenant que matière et rayonnement n’ont pas toujours existé tels que nous les connaissons. Il en va de même pour la terre, pour les océans, pour les roches ou pour la vie. Aucune galaxie, aucune étoile, aucune particule, aucune espèce vivante n’est immortelle. La vie a connu de grands sauts comme le passage de la vie sans oxygène à la vie fondée sur l’oxygène, de la vie unicellulaire à la vie pluricellulaire, et les grandes explosions de diversité comme celles d’Ediacara et Burgess.

- L’étude de la matière dans ses états instables a commencé à livrer ses secrets : découverte des systèmes dissipatifs qui peuvent mener à un ordre fondé sur le désordre [3], développement de la physique non-linéaire dans laquelle il y a création spontanée de nouveauté. Le chaos déterministe donne des exemples de dynamiques obéissant à des lois malgré une apparence de développement semblable au hasard. Les passages de l’ordre au désordre et inversement sont concevables dans une même physique. On étudie des états de relation molle de la matière (savons, flocons, état granulaire, relations lâches des macromolécules de la vie, ...) et des états concentrés ou très cohérents (plasmas, supraconductivité, superfluidité). L’image des structures possibles de la matière en est changée. Le possible devient tout autre que les anciens « trois états » (gaz, liquide, solide) qui n’étaient étudiés qu’à l’équilibre.

- Nouvelle physique des transitions de phase [4] ou états critiques [5] . Une théorie des sauts dans la nature est maintenant développée : la renormalisation, qui apparaissait d’abord comme une astuce de calcul, révèle la structure du réel. Elle est fondée sur une symétrie brisée, dans laquelle la contradiction est tantôt apparente et tantôt cachée.

- Renoncement complet à l’ancienne métaphysique de la force [6] et de l’objet fixe, immuable [7], immobile, insécable et son remplacement par les notions d’interaction et de symétrie (changement de phase correspondant à une symétrie brisée). Multiplication du nombre des états de la matière (flocon, grain, matière molle, plasma, supra, etc) avec à chaque fois des transitions de phase c’est-à-dire des sauts qualitatifs. Remplacement de la notion de position et de trajectoire par celle de probabilité en microphysique.

- Nouvelle description de la matière et du rayonnement. Elle rompt avec le renoncement à toute description qui caractérisait l’ancienne physique quantique. L’élémentarité est celle de l’action et pas de la masse de la particule. Le réel étudié est l’interaction [8] et pas l’objet. Explosion de la notion d’élémentarité des particules [9] sous plusieurs coups qui sont de grandes découvertes : structure du noyau de l’atome et du proton, habillage de l’électron par le « nuage de polarisation », découverte de l’énergie du vide qui pénètre la matière et est pénétré par elle, caractère fractal (série d’interaction à divers niveaux emboîtés) des interactions entre particules de matière et de rayonnement. Renoncement à la notion de séparabilité entre la particule et le milieu et entre deux particules qui interagissent.

- Découverte de la base de la matière et du rayonnement dans ... le vide quantique [10]. Le vide n’est pas dépourvu d’énergie, il est instable et ses fluctuations [11] sont fondées sur des couples de particules et d’antiparticules éphémères. La particule interagit avec le vide qui modifie son mouvement et sa structure (écrantage de l’électron et anti-écrantage du gluon). Développement de la notion d’antimatière qui baigne tout, le vide, les interactions et les particules « élémentaires » elles-mêmes. Réactions matière/antimatière [12], création et annihilation de particules et d’antiparticules, mettent en évidence non seulement l’unité profonde de la matière et du rayonnement mais montrent aussi que le rayonnement est une synthèse des contraires : matière et antimatière. Le vide pourrait donner une description en termes réels de la matière et du rayonnement, permettant à la physique quantique de résoudre ses paradoxes. [13] Auquel cas, on arriverait à la situation paradoxale suivante : les « objets » réels seraient les particules et photons dits virtuels [14] du vide et notre univers (matière et lumière) ne serait qu’une structuration de ce vide, c’est-à-dire une interaction entre structure et désordre au sein d’une soupe originelle instable (le vide quantique). Ce serait encore un système qui se structure parce qu’il est situé loin de l’équilibre. Cela expliquerait que l’univers matériel se soit structuré, ait gagné sans cesse en ordre. Cela mènerait à un dépassement complet des paradoxes de la physique quantique et en particulier au renoncement à imager le réel, c’est-à-dire à produire un texte qui décrive l’histoire, ce qui s’est passé dans le phénomène. [15]

- Une nouvelle thermodynamique [16] étudie les états hors équilibre et qui dissipent de l’énergie. Elle démontre qu’ils n’obéissent plus à la deuxième loi de la thermodynamique (augmentation de l’entropie, c’est-à-dire du désordre). L’évolution qu’on croyait inévitable vers la perte de qualité de l’ordre n’est plus réalisée que globalement. Cette découverte ouvre une porte dans le mur qui séparait matière inerte et matière vivante et qui sépare matière et ... vide. D’où un nouveau domaine d’étude : celui des structures auto-organisées (domaine qui touche à tous les secteurs des sciences).

- Les structures fractales, développées notamment par Mandelbrot, sont découvertes dans de multiples domaines qu’on retrouve dans les transitions de phase (entre deux états de la matière), dans les états feuilletés, dans les trajectoires des systèmes chaotiques (attracteur étrange [17]), dans de nombreuses formes naturelles (arborescences, côtes maritimes, poumons, neurones, etc) et qui donnent une nouvelle image du réel qui n’est plus linéaire, lisse, continu et sans aspérité. L’image de la matière n’est plus celle de la particule-boule ou de la surface d’eau plane.

- Vérification expérimentale de l’unité matière/énergie (unité qui n’empêche pas le maintien de la contradiction puisque la matière structure, sépare, mobilise et donc paralyse l’énergie). Développement des nouvelles technologies permettant de pénétrer de plus en plus profond la matière (microscope laser, à effet tunnel, accélérateurs de particules, etc...). La matière la plus infime et la plus fugitive devient objet d’expériences. Multiplication des techniques utilisant les ordinateurs pour simuler des évolutions dynamiques ou construire des images virtuelles. Elles convertissent sans cesse l’un dans l’autre matière et énergie dans les collisions de particules à hautes énergies comme dans les centrales nucléaires. Le processus d’échange entre matière et énergie dans les étoiles devient à la portée de l’expérience humaine.

- Révolution de la génétique. L’ADN n’est plus le seul élément central du vivant. L’action pathogène des prions le montre notamment. Les protéines se révèlent également porteuses d’hérédité. Elles sont chargées de réguler le fonctionnement et notamment servent à trier les molécules produites et donc la nouveauté (protéines HSP). Elles sont l’élément dynamique du mécanisme puisque leur action provoque, catalyse ou inhibe l’action des gênes, incapables de démarrer et de s’arrêter seuls. L’action d’un gène est fondée sur l’inhibition de l’inhibiteur. Les interactions gènes/protéines via l’ARN régulent la dynamique fondée sur des rétroactions auto-organisées. Du coup, on sait déjà que le décryptage du génome ne suffira pas du tout à expliciter le mécanisme génétique qui est dynamique.

- Développement de l’étude de l’apoptose ou suicide cellulaire qui permet à la matière vivante de s’auto-organiser, de sélectionner, de communiquer et de construire des grandes structures comme la physiologie du corps, choisir le sexe, etc... Au sein de la cellule « vivante », la vie est en permanence en lutte avec la mort selon un ballet impressionnant de divers gènes et protéines.
La biologie moléculaire donne la base physico-chimique du fonctionnement du vivant avec la découverte des messages inter-cellulaires (hormones, neurotransmetteurs, influx électrique).

- Découverte du mécanisme d’action des gênes : par inhibition de l’inhibition et utilisation de ce mécanisme pour de nombreuses thérapies, cancers, réparation de la moelle épinière.. Il n’y a pas de pilote du mécanisme génétique, pas plus de la réplication que de la multiplication ou de la régulation. Il n’y a pas de plan préétabli. Ce sont les hasards des messages et des échanges moléculaires qui établissent le fonctionnement. La génétique n’est pas fondée sur la fixité car le changement existe à tous les niveaux (gênes sauteurs, modifications de la réplication, virus, etc ...) Stress climatique ou chimique entraînant une levée des protections génétiques sur des protéines non voulues. Une nouvelle image naît concernant l’évolution : notre structure génétique permet de produire d’autres molécules que celles de notre espèce et elles sont détruites en temps normal, sauf situation exceptionnelle...

- L’embryologie est devenue une science et, en particulier, avec la découverte du fonctionnement des gênes homéotiques, elle donne le mécanisme de construction de l’être vivant par segments entiers et dévoile la profonde unité du vivant car les gênes homéotiques d’une espèce sont reconnus par une autre espèce et actifs sur elle. Un gène maître de l’oeil de fourmi inoculé dans une souris fonctionne et donne un nouvel oeil de souris. [18]

- Découverte de la biologie du cerveau. L’image d’un cerveau dont la structure est préprogrammée est remplacée par celle d’un centre nerveux qui s’auto-structure via des destructions massives de neurones. Démonstration du lien entre chimie du corps et du cerveau, entre chimie des neurotransmetteurs et transmission nerveuse, entre transmission nerveuse et émotions, entre émotions et pensée. Un ensemble de recherches qui rompt la séparation que l’on établissait entre corps et esprit. La base de la pensée n’est ni un neurone, ni une zone ni un message mais une auto-structuration des boucles de rétroaction entre neurones. Découverte du caractère non-linéaire des évolutions mentales et de la biologie du cerveau, non-linéarité qui permet la construction de structures des interactions. Le cerveau est le régime le plus instable du corps humain : un peu de stabilité et c’est la crise d’épilepsie !
Etude des horloges biologiques qui rythment le vivant par leurs interactions. Ces horloges ne sont pas périodiques mais chaotiques et constituent des structures interactives. Notamment étude du cœur et du cerveau.

- Découverte des équilibres « ponctués » [19] en théorie de l’évolution (notamment par Stephen Jay Gould). De longue phases d’équilibres sont ponctuées (épisode relativement court) de phases de changement radical. L’évolution est spontanée, non guidée, non-linéaire, imprédictible et sans objectif. Le continu se mêle au discontinu, les évolutions progressives aux changements qualitatifs. Des adaptations se mêlent aux évolutions contingentes. La nature bricole en prenant un peu d’une époque et un peu d’une autre. Des millions d’années d’immobilité ou de changements faibles sont suivis de changements radicaux sur quelques centaines ou dizaines de millions d’années. Notamment étude des catastrophes, des disparitions massives qui ouvrent de nouvelles perspectives à des espèces survivantes et à leur évolution.

- Nouvelle vision de l’évolution de l’homme fondée sur la notion de retardement de l’horloge d’un chimpanzé (néoténie). Les horloges biologiques sont de mieux en mieux connues. Leur modification a une action directe sur le développement donc sur l’action des gènes homéotiques qui produisent la physiologie. Il n’y a pas eu un mais plusieurs sauts dans les révolutions de l’hominisation. Il n’y a pas un critère mais plusieurs des changements brutaux menant à l’homme actuel. Il n’y a pas de séparation spéciale entre l’homme et l’animal spécifiquement différente des séparations entre un animal et ses cousins dans l’évolution.

- La technologie transforme des théories en sciences. De nombreux domaines sont passés de la théorie, ou de la simple hypothèse, à la réalisation. C’est le cas en ce qui concerne le fonctionnement du vivant, de la génétique et de l’évolution. Développement exceptionnel des biotechnologies qui font de l’évolution une science puisque sont possibles des expériences de laboratoire. Des modifications génétiques deviennent possibles selon plusieurs schémas, permettant une nouvelle sélection artificielle du vivant et une lutte contre les maladies génétiques. En laboratoire, on peut observer des particules de matière mais aussi des grains éphémères, et même de l’anti-matière (anti-électron, anti-proton et même assemblage pour constituer un anti-monde). La simulation informatique et l’imagerie assistée par ordinateur permettent de donner une ampleur considérable et des moyens mathématiques aux « expériences de pensée ». On visualise par effet tunnel et informatique les particules, les molécules, les structures atomiques.

- La terre, son relief comme son climat comme sa vie ou son magnétisme sont des phénomènes historiques. Même le rayon terrestre semble être l’objet de phases d’expansion, l’écorce bouge, les roches naissent et meurent de même que les mers. La dynamique des climats (étude des interactions atmosphère/océans, étude des anticyclones polaires, dynamique chaotique du climat) donne aussi une image nouvelle, à la fois historique, instable, non-périodique, fondant des structures globalement stables pendant des périodes de longue durée. Le climat obéit à des lois qui convergent vers des systèmes climatiques mais c’est un système instable et sensible aux conditions initiales. La dynamique de la terre évolue également avec notamment la tectonique des plaques, la sismologie, la radioactivité du noyau terrestre, l’étude des autres planètes. Là aussi, on est de plus en plus loin de l’ancienne image d’une terre stable, immuable. Nouvelles études et conceptions également sur la stabilité du système solaire, un thème qui est premier dans les études scientifiques et qui continue d’offrir des nouveautés étonnantes. On découvre notamment de multiples systèmes solaires dans l’univers, de nombreuses planètes autour d’autres étoiles que le soleil qui répondent ainsi à de nombreux débats philosophiques du passé.

Et ne sont citées ici que certaines découvertes importantes de quelques domaines !

A ces découvertes se rattachent les travaux de scientifiques (liste non exclusive là aussi) :

- Feynman pour l’électrodynamique quantique

- Gell-Mann pour les quarks

- Schatzmann en astrophysique

- Prigogine pour les systèmes dissipatifs capables de s’auto-structurer

- Lévy-Leblond en physique quantique

- Diner sur la physique quantique, la non-linéarité et sur le vide

- Ameisen pour l’apoptose des cellules et la défense de l’immunité du vivant

- Gehring pour les gênes homéotiques

- Changeux et Edelman pour la biologie du cerveau

- Atlan en biologie

- Gould pour la théorie de l’évolution et l’hominisation

- Chaline pour l’évolution de l’homme

- Schatzmann pour l’astrophysique

- Lorentz pour la dynamique du climat

- Laskar pour la stabilité du système solaire

- Wilson pour la renormalisation des lois physiques
etc, etc...

De ces recherches récentes, il ressort l’image d’une nature ayant un caractère historique, qui change lors d’événements, dans laquelle il n’y a pas de structure préétablie mais se constituant au fur et à mesure du développement historique de façon à la fois hasardeuse et obéissant à des lois.
A nouveau la science renverse des conceptions réputées pour acquises :

- Renoncement complet au point de vue fixiste, d’Aristote [20] à Newton [21], à la notion de matière élémentaire éternelle, immuable [22] et insécable. La physique n’est pas la mise en mouvement d’objets fixes et figés. La dynamique n’est pas une mise en mouvement d’objets fixes. Le temps n’est pas une succession linéaire d’instants ponctuels dont le déroulement serait prédéfini comme le serait l’espace. Le réel ne se déroule pas comme un film, comme une suite d’images fixes. Le paradoxe de Zénon [23] avait un sens : le mouvement ne peut être une succession infinie de fractions d’instants sans mouvement et sans modification de l’objet. De même, la vie n’est pas une succession d’instants morts. Le monde n’est pas fondé sur des propriétés ou des états diamétralement opposés car les opposés coexistent, se structurent. Les contraires s’assemblent, rendant momentanément transparente leur opposition. Désordre n’est plus antinomique de structure, ni instabilité antinomique de durabilité de structure, ni création antinomique de lois, ni déterministe antinomique de discontinuité [24].

- Plus de barrière infranchissable et absolue entre des domaines autrefois cloisonnés : entre l’astrophysique et la microphysique, entre thermodynamique du vivant et de l’inerte, entre interactions forte, faible et électromagnétique, entre masse et énergie, entre masse, espace et temps, entre corpuscule et onde, entre matière et vide, entre particule et rayonnement, entre physico-chimie et biologie, entre génétique et développement, entre développement de l’être vivant et évolution, entre biologie et fonctionnement du cerveau entre psychologie et physiologie, entre sentiments et intelligence, entre l’homme et l’animal [25], entre états de la matière [26], entre vivant et inerte [27], entre la vie et la mort [28].

- Pour les systèmes dissipatifs [29] (et donc non isolés), la deuxième loi de la thermodynamique imposant la voie vers l’accroissement du désordre. n’est plus une barrière infranchissable. Ils n’évoluent plus fatalement vers la perte de structure et peuvent même au contraire gagner en ordre. Il en résulte une dynamique non-linéaire dans laquelle la « sensibilité aux conditions initiales » entraîne un nouveau type de déterminisme et dans laquelle les lois n’entraînent pas nécessairement la prédictibilité Et également une nouvelle conception de la causalité. La ligne causale linéaire est remplacée par une arborescence vers le haut comme vers le bas. Les possibles peuvent être nombreux même s’il y a des lois. Le choc de deux particules peut donner plusieurs décompositions différentes. Il n’y a plus une seule évolution ni une trajectoire. La théorie du chaos déterministe (à la fois des lois et une apparence de désordre et de contingence) concerne de multiples domaines des sciences. L’apport essentiel est de concevoir une dynamique dans laquelle est intégrée une phase apparemment stable suivie d’une phase d’apparent désordre (multiples états possibles) et suivie enfin d’une nouvel état apparemment stable. Cette théorie est fondée d’une part sur des études du réel comme celui de circuits électriques chaotiques et d’autre part sur des études mathématiques comme celles de Feigenbaum qui permettent de visualiser comment un système peut connaître de courtes phases de désordre introduisant un nouvel ordre. Ces phases permettent à un système déterministe d’explorer de multiples états possibles.

- Suppression de la barrière formelle entre matière, rayonnement et énergie. [30] On croyait, jusqu’à récemment, à l’adage de Lavoisier selon lequel la matière ne disparaît ni n’apparaît jamais : « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme. » On a commencé par le modifier en disant, avec Einstein, que c’est le couple matière-énergie qui se conserve. Il a pourtant fallu reconnaître que, dans des temps très courts, il y a dans le vide matérialisation et dématérialisation de l’énergie. Matière et énergie semblent deux phénomènes symétriques (donc qui s’opposent et se composent), nés en même temps en se séparant au sein du vide quantique (idée qui remplace la notion un peu enfantine d’explosion primitive, d’un grand « bang »).

- Renoncement à l’idée que la nature est fondée sur l’équilibre. La notion de système isolé à l’équilibre est purement théorique. La matière est l’objet de mouvements et de changements incessants [31]. Dans la matière inerte, les particules elles-mêmes sont l’objet de mouvements continuels : mouvement brownien des molécules, échange de grains de liaison entre particules (photons, gluons par exemple), changement d’états permanent de toutes les particules. L’électron, lui-même, qui est sujet en permanence à des absorptions ou à des émissions spontanées de photons, ne peut être conçu comme un objet indépendant en équilibre stable. Loin de chercher l’immuable et l’insécable, la physique est amenée à reconnaître que l’existence même d’un seul élément naturel qui serait stable et immuable n’est plus concevable. En effet, ses échanges avec le reste de l’univers seraient impossibles ou le feraient exploser. Même le vide est en instabilité permanente avec des fluctuations d’énergie et émergence puis disparition de couples particule/antiparticule. Dans le domaine du vivant, la vie c’est le déséquilibre. L’équilibre c’est la maladie ou la mort (déséquilibre permanent des messages de vie et de mort au sein de la cellule, message électrique trop stable provoquant dans le cœur une fibrillation ventriculaire et dans le cerveau une épilepsie).
La conception historique de la matière vivante comme inerte signifie qu’il n’y a rien d’immuable, que toute structure est née avec en son sein des contradictions et qu’elle mourra, qu’il y a des lois mais aussi du bricolage (faire du neuf avec du vieux). Il y a des événements : seuil à partir duquel de nouvelles lois apparaissent. Non pas des évolutions linéaires mais arborescentes [32] (forme buissonnante en avant comme en arrière).

- Renoncement à l’immuabilité des particules à leur caractère de masse compacte et à leur élémentarité, en contradiction avec les idées de Newton. Même pour le proton, il n’y a pas d’élémentarité car il est constitué de quarks agglomérés par la « colle » des gluons (que l’on est parvenu à mettre en évidence expérimentalement malgré leur incapacité à exister isolément). De plus, on a prouvé que la stabilité globale du proton est une dynamique entre divers états possibles assimilables aux diverses vibrations d’une note de musique. Ces états (ressemblants à des harmoniques) correspondent au nombre de couples particule/antiparticule qui entrent dans le proton. L’électron lui-même n’est sans doute pas élémentaire. Il n’est plus une particule isolée, séparée de son milieu puisqu’il est sans cesse entouré par un nuage de couples électron/positon. L’élémentarité n’est plus une thèse défendable car toutes les particules se décomposent en d’autres particules qui ne sont pas des parties des premières. Dans les interactions entre particules qu’on disait élémentaires, le nombre de particules n’est même pas conservé.

- Plus de réductionnisme de l’ADN. La vie n’est pas l’action d’une macromolécule immuable et agissant uniquement par ses propres propriétés internes. Renoncement à l’idée que l’ADN caractérise l’espèce, le matériel génétique étant entièrement propre à chaque espèce : la macromolécule comme les protéines ont des parties communes avec les autres êtres vivants. L’ADN est porteur de nombre de gènes désactivés qui permettraient, activés, de produire une autre espèce. Donc l’étude génétique met en valeur l’importance de la dynamique qui active les gènes : les protéines et gènes activateurs et inhibiteurs ainsi que catalyseurs. D’autre part, sont compatibles avec notre bagage génétique bien des molécules fonctionnant sur d’autres êtres vivants. Ainsi peuvent intervenir sur le développement d’un être humain non seulement des gênes homéotiques de souris mais aussi de fourmi et même de ... levure de boulanger ! Si cela ce n’est pas une révolution conceptuelle !

- Le vitalisme est définitivement anéanti [33]  : plus question de chercher une qualité intrinsèque du vivant qui le distingue de l’inerte : ce sont des lois de la physico-chimie qui gouvernent tous les mécanismes de la vie, que ce soit ceux de la génétique ou du développement.
Renoncement à la notion de programme préétabli dans le vivant remplacée par celle de structure émergente [34]. Des systèmes aussi sophistiqués que le maillage du cerveau ou le système immunologique ont été explicités dans leur ensemble. Loin d’être fondés sur un plan dessiné à l’avance, ils sont fondés sur un mécanisme de construction au hasard du maximum possible suivant les cas de liaisons, d’anti-corps ou de cellules et ensuite par la suppression lors de la mise en fonction de ceux qui ne conviennent pas, ne sont pas connectés, ne se lient pas assez ou trop à nos molécules ou à nos bactéries. La vie ne produit pas le matériel moléculaire ou cellulaire nécessaire. Elle en produit des millions de fois plus, en sortes et en quantités, et elle élimine. Cela donne un rôle central aux procédures d’élimination qui dirigent la mise en place des structures. C’est une image totalement différente de celle que l’on avait du mécanisme du vivant.

- Renoncement à l’idée de progression linéaire du vivant et à la simplification du processus par la notion d’adaptation et de progrès dans la théorie de l’évolution [35], même si elle est encore diffusée par certains scientifiques. Il n’y a pas d’orientation de l’évolution vers le progrès et pas non plus d’évolution de l’homme guidée vers le gros cerveau. Plus question non plus de finalisme dans le vivant : pas de préméditation ni d’intention, pas de principe directeur, pas de sens de l’évolution, pas de progrès, etc... Toutes les expressions animistes décrivant les processus sont de simples facilités de langage du vulgarisateur.

- Renoncement à la séparation du corps et de l’esprit du fait de l’étude du développement du cerveau et du fonctionnement du réseau neuronal.

- Non seulement nous explorons les confins de notre univers mais nous commençons à concevoir d’autres univers-iles que le nôtre. Et nous commençons aussi à concevoir que d’autres univers de la matière existent (en dessous des dimensions en espace-temps et au dessus en énergie qui nous paraissaient des limites). C’est ainsi que les nouvelles sciences ont repoussé considérablement les frontières de l’univers. Nous apprenons ainsi qu’il nous reste 99% de l’énergie de notre univers à découvrir ... Des révolutions ont lieu ici aussi équivalente à la découverte de l’espace à l’aide de la lunette de Galilée et à la découverte des êtres vivants microscopiques.

Les oppositions diamétrales ont laissé place à une dynamique fondée sur des contradictions sans disjonction : à la fois continu et discontinu, à la fois stable et instable, à la fois au hasard et déterministe, à la fois structuré et désordonné, façonné à la fois par la vie et la mort... Le monde fondé sur une brique immuable était un idéal de la science passée qui est révolu. Aujourd’hui on sait que si une seule particule microscopique était immuable, son interaction avec le reste du monde le ferait exploser. Tout bouge, tout change, tout évolue, tout interagit, rien n’est isolé, stable ou immuable.

En somme des changements qui auraient eu toutes les raisons d’interpeller les philosophes comme tous ceux pour qui la compréhension du monde ne se découpe pas en tranches.
Pourtant les milieux intellectuels ne se sont pas saisis de cette nouveauté des sciences autant que l’on pouvait s’y attendre. Comme le remarque le physicien Etienne Klein dans « Conversation avec le sphinx », « On peut déplorer que la philosophie ne s’intéresse pas suffisamment à ses avancées (de la science) et perde du même coup le contact avec un pan entier de la connaissance contemporaine. L’indifférence mutuelle a créé un clivage. Beaucoup de scientifiques, et en particulier des physiciens, ne s’intéressent pas assez au discours métascientifique (...) comme si la science ne méritait pas d’être pensée finement et dans sa totalité. Les philosophes, eux, n’ont sans doute pas tous porté assez d’attention aux bouleversements de la science qui se sont produits sous leurs yeux, comme si un changement de point de vue sur la nature du réel pouvait rester sans écho dans leur discipline. »

Seuls certains scientifiques et philosophes, plutôt isolés, font exception comme le géologue et paléontologue Stephen Jay Gould, ou encore la philosophe Isabelle Stengers et le physicien Ilya Prigogine, qui ont reconnu dans les découvertes récentes les prémices d’une véritable révolution conceptuelle en sciences et en philosophie. Ces scientifiques considèrent en effet que c’est sur le plan conceptuel, sinon philosophique, que la science doit maintenant réaliser la révolution qui lui est nécessaire.

John Maddox affirme ainsi dans « Ce qu’il reste à découvrir », un ouvrage de sciences tourné vers l’avenir : « Tous les êtres vivants sont des aberrations au sens où ils ne se confortent pas à la seconde loi de la thermodynamique telle qu’elle s’applique aux systèmes isolés. (...) Pour des raisons pratiques autant que philosophiques, il nous faut mieux comprendre le rapport entre la production d’énergie solaire et la complexité de la biosphère terrestre. (...) Depuis des années Ilya Prigogine cherche un cadre philosophique susceptible de recevoir ces questions. »
Jean-Marc Lévy-Leblond confirme dans « Aux contraires » : « (...) chaos déterministe, inflation cosmique, champs de jauge, supercordes, etc (...) cette physique actuelle, celle qui se fait en direct et qui passe désormais, chaude encore, des laboratoires vers la grande presse, nous ne savons pas encore vraiment la penser. »

La science est donc en train de réaliser un nouveau bond en avant. Pourtant, la plupart des scientifiques constatent que leur science n’a fait évoluer que la technique mais pas la pensée. Etienne Klein l’exprime ainsi dans « Conversation avec le sphinx » : « La vision du monde perçu par les scientifiques a formidablement changé en quelques décennies, à un rythme inédit dans l’Histoire. Ces bouleversements ont-ils débordé du cadre strictement scientifique qui les a vu naître ? Pas vraiment. La science domine, certes, mais les idées sociales, politiques et économiques qui prévalent aujourd’hui ont presque toutes été façonnées, consciemment ou non, par une vision du monde fondée sur les résultats de la science du 19e siècle. »

Marc Richier dans « Le vide » [36] constate le fait mais pense que c’est un héritage du passé qui n’a pas d’explication dans la société actuelle : « Si les philosophes sont, en général, ignorants en matière de physique, les physiciens sont, en général, ignorant en matière de philosophie. Situation en partie désastreuse certes, que nous héritons du 19ème siècle, pour laquelle il n’y a pas d’ ’’explication’’. »
Dans « Entre le temps et l’éternité », Prigogine rappelle en effet que « l’histoire de la physique ne se réduit pas à celle du développement de formalismes et d’expérimentations, mais est inséparable de ce que l’on appelle actuellement des jugements « idéologiques ». »

Cornélius Castoriadis (cité dans « Sciences et dialectique de la nature ») déclarait pour sa part dans un colloque scientifique et philosophique que « Pour penser l’auto-organisation de la matière, il n’est d’autre recours que de faire de la philosophie. Il faut oser le dire et cesser de céder aux misérables chantages scientistes et positivistes. »

N’est-ce pas une préoccupation qui rejoint celle de Hegel qui affirmait dans son « Encyclopédie des sciences philosophiques » : « Non seulement la philosophie ne peut être qu’en accord avec l’expérience naturelle, mais la naissance et la formation de la science philosophique ont la physique empirique pour présupposition et condition. »

Est-il artificiel de mêler science et philosophie ? Est-ce nécessairement faire oeuvre de croyance de type religieux ? Certainement pas. D’ailleurs les questions philosophiques posées par la connaissance de la nature ne se ramènent pas du tout à la recherche d’un maître du monde ni à celle d’un domaine qui soit mystérieux et magique !

Les questions que posent les sciences sont également des questions philosophiques :

Quelle histoire a produit la matière et le rayonnement ?
L’ADN est-il vivant ou inerte ?
Les constantes : la vitesse de la lumière c et le quantum d’action h viennent-elles d’une réalité plus fondamentale ?
Le message électrique cérébral est-il structuré ou non ?
Le temps est-il continu ou discontinu ?
Le système solaire est-il stable ?
Sommes-nous le seul univers ou le « Big Bang » est-il un univers parmi d’autres ?
Qu’est-ce qui fait la particularité de l’homme ?
Quelle est la part du hasard dans la matière, dans la vie et dans l’homme ?
La matière est-elle divisible ou non divisible en parties ?
Le monde obéit-il à des lois ? Sont-elles mathématiques ?
Le monde est-il rationnel ? Et le rationnel est-il réel ?
L’esprit et le corps appartiennent–ils à deux domaines différents ?
La matière, l’espace et le temps sont-ils naturels ou produits de, nos sensations ?
Comment concilier les lois de la matière et le « libre arbitre » ou la conscience humaine ?
Quelles relations entre matière et mouvement, entre matière et vide ?
etc, etc ....

Ces questions posent des problèmes qui ne ressortent pas seulement de l’observation ou de l’expérience et ces derniers eux-mêmes nécessitent des conceptions nouvelles, c’est-à-dire un travail de la pensée philosophique : les concepts adoptés sont-ils les bons, quelle méthode pour appréhender mieux le réel, etc ...

Notes

[1] « Loin de l’équilibre, on observe une très grande variété de situations et une succession de bifurcations qui donnent à la matière un aspect historique » souligne Ilya Prigogine (dans « La complexité, vertiges et promesses » de Réda Benkirane), qui remarque que ces situations « loin de l’équilibre » sont surtout loin d’être des exceptions.

[2] D’abord le vide constitué de couples particules/antiparticules fugitives puis quarks et gluons puis électron, photons et neutrinos puis neutrons puis protons puis l’hydrogène puis l’hélium puis les étoiles et les galaxies puis les atomes légers puis les supernovae et les atomes lourds puis les molécules, les macromolécules, puis la vie. Chaque étape est un saut qualitatif représentant une transition de phase.

[3] L’ordre maximal semble le vide, niveau le plus bas d’énergie et pourtant celui-ci s’avère parcouru de fluctuations désordonnées d’énergie car il y a moins que l’énergie nulle : l’énergie négative. Un autre ordre semble celui d’un gaz parvenu à stabiliser sa température et sa pression dans un volume fixe. Pourtant, on constate que, sans même d’apport extérieur d’énergie, il est l’objet d’une agitation permanente des molécules, appelée le mouvement brownien. Le désordre moléculaire d’un liquide en ébullition suscite des mouvements de convection et un ordre (cellules de Bénard). Dans une surface d’eau d’une zone sans vent, l’apparence ordonnée lisse et stable est le produit d’un désordre constitué de molécules qui s’échappent sans cesse de la surface et d’autres qui retombent de l’air dans l’eau. L’ordre global du nuage (curiosité de la nature dans laquelle des tonnes d’eau parviennent à se maintenir en l’air), globalement stable, est issu d’un mouvement permanent de molécules d’eau qui chauffent, vaporisent, montent, refroidissent et retombent.

[4] Si autrefois la principale transition de phase que l’on connaissait était celle de états de l’eau, solide, liquide, gazeux, aujourd’hui il en va tout autrement. On a également dépassé le cas, simple, de l’aimantation ferro-magnétique. Ce phénomène de discontinuité, rupture de symétrie à un seuil à partir duquel un phénomène collectif entraîne un changement qualitatif des propriétés est bien plus général à la matière. A toutes les échelles, nous connaissons des transitions de phase de la matière.

[5] « Un aspect encore, qui a beaucoup intéressé les physiciens, est le cas des transitions de phase, dites transitions du deuxième ordre, dans lesquelles on ne peut plus séparer les différentes échelles » déclare Bernard Derrida (dans « La complexité, vertiges et promesses » de Réda Benkirane) qui cite le cas d’un mélange liquide-gaz dans une ampoule dont on augmente la température et qui, à un seuil de température, présente le phénomène d’opalescence critique.

[6] Newton faisait appel à des forces mais il ne prétendait pas savoir ce qu’elles étaient en fait. C’est son fameux « je ne fais pas semblant de savoir. » Les physiciens contemporains parlent plutôt d’interaction. En électromagnétisme, la notion de force est remplacée par l’échange de photons. Force à distance et relativité sont incompatibles.

[7] « Aucun système quantique, de la particule au champ, n’est figé. Dans son état de plus grande immobilité réalisable (...) une activité irréductible s’exprime par des fluctuations spontanées et chaotiques du vide. » (Edgard Gunzig dans « Le vide »)

[8] « Le plus petit élément constitutif du réel n’est pas une chose, c’est un rapport, une relation, une interaction (le quantum d’action) » rappelle Cohen-Tannoudji dans « L’horizon des particules ».

[9] Déjà en 1961, Louis de Broglie notait dans « Introduction à la nouvelle physique des particules » : « Il semble bien, en effet, qu’on ne peut donner aucune définition univoque du corpuscule élémentaire, et que, par suite, il vaut sans doute mieux ne pas introduire cette expression en Physique quantique. »

[10] « Le problème de la structure du vide peut être considéré comme le problème central de la physique d’aujourd’hui. » déclare Daniel Parrochia (cité par D. Finkelstein dans « théorie du vide »).

[11] « Les fluctuations du vide apparaissent ici dans un nouveau rôle, elles habillent la particule nue, comme si celle-ci était entourée par un nuage de particules virtuelles lui conférant les propriétés de masse et de charge que nous mesurons expérimentalement. (...) Comme si l’électron physique, expérimental, s’expliquait par le fait que le mouvement de l’électron nu doit se frayer un chemin à travers ce milieu soudain quasi matériel qu’est désormais le vide. » (Edgard Gunzig et Isabelle Stengers dans « Le vide »)

[12] Chaque particule chargée (fermion) possède une anti-particule identique sauf pour la charge électrique qui est de signe opposé. Lors du choc entre particule et anti-particule, les deux disparaissent pour se transformer en rayonnement. Inversement, lors des chocs entre particules, l’énergie du choc est transformée en couples de particules/antiparticules qui disparaissent ensuite en se transformant à nouveau en rayonnement.

[13] Comme le dit Edgar Gunzig dans « le vide », « le vide quantique pourrait-il se substituer à la raison mathématique. » (Jusqu’ici la physique quantique n’a vu d’autre réalité dans le monde que dans des équations et matrices.)

[14] « L’analyse mathématique en termes de perturbation peut, comme nous l’ont appris des diagrammes de Richard Feynman, être transcrits sur un mode imagé. C’est alors qu’interviennent les particules virtuelles qui assument la transformation de modes de vibration d’un champ à l’autre Une particule virtuelle a certes les mêmes propriétés (charge électrique, spin, ...) qu’une particule réelle, mais elle n’est pas contrainte par les relations relativistes entre masse, impulsion et énergie qui définissent l’existence physique d’une particule réelle. » (Edgard Gunzig et Isabelle Stengers dans « Le vide »). Le physicien quantique Jean-Marc Lévy-Leblond parle de « dialectique du réel et du fictif » en affirmant dans « Aux contraires » : « Il est convenu dans le jargon professionnel courant d’y parler de quantons « virtuels » opposés, bien entendu, aux quantons réels. Nous allons être conduits à révoquer en doute cette opposition. »

[15] « Une nouvelle approche de la théorie quantique a fait l’objet de nombreux travaux récents et vise précisément à produire un cadre dans lequel, sous des conditions convenables, l’on peut assigner des probabilités à des histoires. » (Chris Isham dans « Le vide »)

[16] « Le vivant fonctionne loin de l’équilibre, dans un domaine où les processus producteurs d’entropie, des processus qui dissipent l’énergie, jouent un rôle constructif, sont source d’ordre. » remarque Ilya Prigogine dans « La nouvelle alliance ».

[17] « La véritable signature du chaos (déterministe) est l’attracteur étrange » rappelle le spécialiste des rythmes chaotiques, Yves Pomeau, (dans « La complexité, vertiges et promesses » de Réda Benkirane). L’attracteur d’une transformation dynamique est l’ensemble des positions et paramètres vers lequel un système peut converger. Il est « étrange » lorsqu’il présente une structure feuilletée dans laquelle on repasse régulièrement tout près d’un point quelconque mais sans y repasser exactement. Cela figure une propriété caractéristique du chaos déterministe : la sensibilité aux conditions initiales selon laquelle une petite variation initiale sera amplifiée sur le long terme.

[18] Walter Gehring faisait l’expérience (exposée dans « La drosophile aux yeux rouges ») : inoculer un gène maître d’œil de souris à une mouche drosophile. Le résultat était la production d’un œil de drosophile. Cela prouvait que le matériel génétique d’un mammifère fonctionne sur une mouche ! François Jacob donne le fond de l’explication : ne plus considérer chaque gène comme un individu mais comme un élément d’une structure globale des gènes et des protéines : « On voit les changements apportés dans la manière de considérer l’évolution biochimique. Tant que chaque gène, donc chaque protéine, était regardé comme un objet unique, résultat d’une séquence unique de nucléotides ou d’acides aminés, chacun d’eux ne pouvait se former que par une création nouvelle, de toute évidence hautement improbable. »

[19] « C’est pour montrer que ces transitions d’une espèce à une autre reflètent avec précision les œuvres de l’évolution et qu’elles ne résultent en rien des lacunes des collections de fossiles que nous avons développé, Niles Eldredge et moi-même, la théorie de l’équilibre ponctué. » Stephen Jay Gould dans « Aux racines du temps ».

[20] « Pour Aristote, la nature est une activité adéquate à une fin » dit Hegel dans sa Préface à « La phénoménologie de l’esprit ». Eh oui, bien des gens croient encore que les plumes, c’est pour voler, les jambes c’est pour marcher et le cerveau c’est pour penser. Et on continue à questionner le zèbre : les rayures c’est POUR quoi ? La réponse de la science n’est pas de donner un but mais un fonctionnement du vivant. Par exemple en disant que le zèbre est un cheval noir, les bandes blanches correspondant à des inhibitions de couleur, comme pour la ventre de la plupart des animaux. « Aristote fut pendant longtemps responsable d’une autre grave méprise. Il avait admis que l’état de repos d’un corps – celui qu’il conserve lorsqu’aucune influence ne s’exerce sur lui – est l’arrêt. S’il bouge, c’est qu’il subit une force. » rappelle Albert Jacquard dans « La légende de la vie ».

[21] Newton dans « Principia » : « l’espace absolu, sans relation avec les choses externes, demeure toujours similaire et immobile. (...) Des particules solides, compactes, dures et impénétrables » « Est sans doute définitivement écartée l’idée que l’espace est physiquement vide » et il rajoute que « le vide n’est ni homogène ni isotrope » (Einstein dans « l’éther et la théorie de la relativité ») et « Les corps empiriquement donnés ne sont pas rigides » (Einstein dans Méthodes de la physique : la théorie et l’expérience »)

[22] Avec la découverte des quanta, quantité d’action élémentaire, il n’est plus possible pour une particule ayant une énergie non nulle d’avoir une durée de vie infinie car son action (énergie multipliée par durée de vie) le serait également. Malcolm H. Mac Gregor écrit ainsi : « aucune combinaison de charges électriques et magnétiques n’est stable. » (dans « L’électron énigmatique »). L’apparente stabilité globale des particules chargées (fermions) provient du fait qu’elles passent par des états qu’elles parcourent successivement, en boucle.

[23] « Dire qu’un corps est en mouvement – à la fois est et n’est pas en un même instant dans un même lieu -, c’est énoncer une contradiction formelle. L’éliminer en soutenant que le corps en mouvement n’est en un même instant qu’en un même lieu, c’est rendre le mouvement impensable et par là tomber dans une contradiction réelle. » écrit Lucien Sève dans « Science et dialectique de la nature ».

[24] « Nous voyons comment le caractère discontinu d’une quantité, regardée jusqu’à présent comme continue, peut être décelé grâce à la précision plus grande de nos mesures. S’il fallait caractériser l’idée principale de la théorie des quanta, nous dirions : il est nécessaire de supposer que certaines quantités physiques, regardées jusqu’à présent comme continues, sont composées de quanta élémentaires » rapporte Einstein dans « L’évolution des idées en physique ».

[25] Quelques graves maladies comme le SRAS ont malheureusement donné une certaine notoriété à l’idée que la barrière des espèces peut être franchie. En fait, la barrière est si peu une frontière que les gènes homéotiques fonctionnent aussi bien sur l’homme que sur la levure du boulanger !

[26] Les cristaux liquides sont un exemple de dépassement de frontière entre liquide et solide comme les prions entre inerte et vivant, ou les états semi-ordonnés (ordonnés dans une dimension pas dans les autres) traversent la frontière entre ordre et désordre. Et ce n’est que des exemples parmi tant d’autres.

[27] « Les innombrables livres produits par les spécialistes du vivant, les biologistes, tiennent pour évident la classification de tous les objets en deux catégories : ceux qui sont animés et ceux qui sont inertes (...) Mais ils se gardent bien de préciser en quoi consiste la frontière entre les deux catégories » dit Albert Jacquard dans « La légende de la vie ». D’autres ont voulu préciser que la caractéristique était de posséder au moins un ADN mais le prion a démontré que ce type de définition est rapidement pris en défaut.

[28] Il faut absolument lire « la sculpture du vivant » du spécialiste en immunologie Jean-Claude Ameisen

[29] Systèmes dépendant de l’extérieur pour leur apport en énergie. Par exemple, le vivant.

[30] « On découvre à chaque instant des liens nouveaux entre des objets qui semblaient devoir rester à jamais séparés » remarquait déjà Poincaré dans « La science et l’hypothèse ».

[31] David Bohm explique ainsi dans « Observation et Interprétation » : « Dans cette théorie, par conséquent, il n’y a pas de particule qui garde toujours son identité (...) Le mouvement est ainsi analysé en une série de recréations et de destructions, dont le résultat total est le changement continu de la particule dans l’espace. »

[32] « L’arbre de l’évolution m’apparaît plus comme un buisson touffu, aux ramifications complexes, que comme un faisceau de rameaux parallèles qui se développeraient vers le haut dans une direction définie. » écrit Stephen Jay Gould dans « Quand les poules auront des dents ».

[33] « Le vitalisme selon lequel les êtres vivants possèdent une qualité intrinsèque qui les distingue des objets inanimés, est mort » annonce John Maddox dans « Ce qu’il reste à découvrir ».

[34] Brian Goodwin : « Lorsque vous augmentez la diversité moléculaire dans un système, la diversité des réactions qu’elle peut engendrer augmente plus rapidement que la diversité des espèces. On peut montrer mathématiquement qu’une transition de phase survient lorsque la diversité moléculaire augmente. Ce qui qualifie un phénomène émergent, c’est une propriété collective qui n’est présente dans aucune des molécules individuellement. » (dans « La complexité, vertiges et promesses » de Réda Benkirane)

[35] « La vie n’est pas une saga du progrès : elle est plutôt une histoire de bifurcations et de méandres compliqués, avec des survivants temporaires qui s’adaptent aux transformations du milieu local et n’approchent guère de la perfection » affirme Stephen Jay Gould dans « Quand les poules auront des dents ».

[36] Ouvrage collectif présenté par Simon Diner et Edgard Gunzig

20 Messages de forum

  • Introduction à la dialectique de la nature 14 juillet 2009 10:22, par MOSHE

    Léon Trotsky
    dans « Défense du marxisme »

    Engels écrivait dans l’« Anti-Dühring » : « La nature est le banc d’essai de la dialectique et nous devons dire à l’honneur de la science moderne de la nature qu’elle a fourni pour ce banc d’essai une riche moisson de faits qui s’accroît tous les jours. »

    Répondre à ce message

  • Vincent Van Gogh :

    "Du moment que nous nous efforçons de vivre sincèrement, tout sera pour le mieux, même si nous devons avoir inévitablement des peines sincères et de véritables désillusions ; nous commettrons probablement aussi de lourdes fautes et accomplirons de mauvaises actions, mais il est vrai qu’il vaut mieux d’avoir l’esprit ardent, même si l’on doit commettre plus de fautes, que d’être mesquin et trop prudent. Il est bon d’aimer autant que l’on peut, car c’est là que gît la vraie force, et celui qui aime beaucoup accomplit de grandes choses et en est capable, et ce qui se fait par amour est bien fait. "

    Répondre à ce message

    • Introduction à la dialectique de la nature 16 juillet 2009 19:36, par MOSHE

      Vincent Van Gogh :

      "Du moment que nous nous efforçons de vivre sincèrement, tout sera pour le mieux, même si nous devons avoir inévitablement des peines sincères et de véritables désillusions ; nous commettrons probablement aussi de lourdes fautes et accomplirons de mauvaises actions, mais il est vrai qu’il vaut mieux d’avoir l’esprit ardent, même si l’on doit commettre plus de fautes, que d’être mesquin et trop prudent. Il est bon d’aimer autant que l’on peut, car c’est là que gît la vraie force, et celui qui aime beaucoup accomplit de grandes choses et en est capable, et ce qui se fait par amour est bien fait. "

      Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 7 septembre 2009 18:06, par Max

    Impec ou presque,

    je ne comprends pas bien ce passage :

    "Les anciennes oppositions diamétrales entre matière inerte et vivante, entre vie et mort, entre ordre et désordre, entre destruction et construction, entre hasard et nécessité, sont désormais caduques. Dépassant ces anciennes dichotomies, la nouvelle philosophie scientifique reconnaît l’interpénétration entre déterminisme et contingence, entre lois et désordre, entre singularités et universalité, entre atomisme et vitalisme, et entre matérialisme et création."

    Le terme de "nouvelle philosophie " pour parler d’interpénétration entre matérialisme et création, me semble laisser une interprétation qui est ambigu, au regard du renouveau des sectes créationistes.

    A mon avis , ce détail a son importance, si on veut présenter la dialectique comme un thème central du site.

    a bientôt

    Max

    Répondre à ce message

    • Introduction à la dialectique de la nature 7 septembre 2009 18:12, par Robert Paris

      Bien sûr, si on parle de création, on pense au créationnisme. Mais justement pas forcément.

      Ce qui est nouveau, c’est que la matière crée sans cesse du vide et le vide sans cesse de la matière, sans qu’il y ait un créateur appelé dieu.

      Tu remarquera cette explication dans plusieurs textes du site.

      Cela ne concerne pas seulement les particules et leur interaction avec le vide. Cela concerne toutes les structures issues du désordre. Elles sont créées sans avoir besoin d’un créateur.

      Le nuage, comme tu as pu le constater, est créé au sein de l’air sans action extérieure. Il en va de même du cristal.

      La vie, elle-même, est création. Bien sûr, tu me dira : les parents sont les créateurs. Mais la question n’est pas de nier qu’il y ait une origine matérielle mais de remarquer que les éléments de départ ne déterminent pas entièrement ni de façon prédictible le résultat. Ce que tu ne niera pas, j’espère. Et d’autre part, de remarquer que la création est rapide, brutale et est apparition de nouveauté, l’enfant en l’occurrence...

      Répondre à ce message

      • Introduction à la dialectique de la nature 9 septembre 2009 17:32, par Max

        Vraiment convaincant ces idées sur l’émergence ou la création de nouvelle structure à partir d’autres différentes.

        "Le concept d’émergence est de plus en plus utilisé. Il repose sur la constatation que dans un ensemble formé de parties différentes, le tout est davantage que la somme des parties."

        Et effectivement on a tous l’exemple, sous les yeux, de l’enfant qui vient de naître : 1+1=3 ou le n°3 n’a rien de commun avec ses parents, même si les grands parents essayent de montrer les ressemblances physiques.

        Répondre à ce message

    • Introduction à la dialectique de la nature 7 septembre 2009 18:14, par Robert Paris

      Sur cette question de la création sans créationnisme, je te conseille notamment la lecture de ce texte qui concerne la nition scientifique et non créationniste de l’émergence.

      Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 25 septembre 2009 07:47, par MOSHE

    [33] « Le vitalisme selon lequel les êtres vivants possèdent une qualité intrinsèque qui les distingue des objets inanimés, est mort » annonce John Maddox dans « Ce qu’il reste à découvrir ».

    Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 3 octobre 2009 14:03, par Robert Paris

    David Bohm :

    « Dans la nature, rien n’est constant. Tout est dans un état de transformation permanente, de mouvement et de changement. Cependant, nous découvrons que rien ne surgit de nulle part, sans rapport avec ce qui existait préalablement. De la même façon, rien ne disparaît sans laisser de traces, c’est-à-dire sans contribuer à des phénomènes existant ultérieurement. Cette caractéristique générale du monde peut être exprimée par un principe qui résume les conclusions d’un vaste domaine d’expériences diverses et qui n’a jamais été contredit par quelque observation ou expérience – scientifiques ou non – que ce soit, à savoir que toute chose dérive d’autre chose et donne lieu à encore autre chose. »

    Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 30 juillet 2011 17:19, par Julien

    Bonjour,

    Je profite de ce message pour envoyer de grandes félicitations aux
    auteurs de ce site, ambitieux mais nécessaire.

    Et j’ai aussi une petite question : est-ce difficile de faire en sorte que
    l’on puisse récupérer le fil RSS d’une section précise ?

    En fait j’aimerais intégrer les derniers posts "science" dans la rubrique
    correspondante de mon site/blog (joydiv.open-web.fr), aux côté du lien
    vers ce site.

    En tous les cas, je n’aurai pas fini de sitôt de lire toutes les choses
    intéressantes qu’il y a sur matierevolution, mais je ne connais pas
    beaucoup d’autres lieux où se concentre de l’information/analyse si
    stimulante.

    Salutations révolutionnaires

    Julien

    Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 22 septembre 2013 21:28, par RP

    A lire aussi "Retour à la dialectique de la nature" de Georges Gastaud : lire ici

    Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 15 septembre 2015 05:50, par Robert

    « La dialectique dite objective règne dans toute la nature, et la dialectique dite subjective, la pensée dialectique, ne fait que refléter le règne, dans la nature entière, du mouvement par opposition des contraires qui, par leur conflit constant et leur conversion finale l’un en l’autre ou en des formes supérieures, conditionnent précisément la vie de la nature. »

    Friedrich Engels, 1883

    Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 17 septembre 2015 14:41, par Robert

    Friedrich Engels, dans son Introduction à « Dialectique de la nature » :

    « C’est le mérite de Marx, face à « la tribu des épigones chagrine, prétentieuse et médiocre, qui tient en ce moment en Allemagne le haut du pavé », d’avoir le premier remis en valeur la méthode dialectique oubliée, sa liaison avec la dialectique hégélienne comme sa différence d’avec elle et d’avoir en même temps appliqué cette méthode, dans le Capital, aux faits d’une science empirique, l’économie politique. Et avec ce résultat que, même en Allemagne, l’école économique nouvelle ne s’élève au-dessus du libre-échangisme vulgaire qu’en copiant Marx (souvent d’une façon assez fausse) sous prétexte de le critiquer.
    Chez Hegel, il règne dans la dialectique le même renversement de tout enchaînement réel que dans toutes les autres ramifications de son système. Mais, comme dit Marx :

    « Bien que, grâce à son quiproquo, Hegel défigure la dialectique par le mysticisme, ce n’en est pas moins lui qui en a, le premier, exposé le mouvement d’ensemble. Chez lui, elle marche sur la tête ; il suffit de la remettre sur les pieds pour lui trouver la physionomie tout à fait raisonnable. »

    Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 4 décembre 2016 20:05, par Marc Grossouvre

    Bonjour,
    Bravo pour votre travail. J’en profite pour vous signaler le site internet : La Révolution du Complexe : science, dialectique et rationnalité http://www.revolutionducomplexe.fr/
    En particulier, je vous invite à lire les passages concernant les thèses de Boris Hessen en histoire des sciences.
    Solidairement,
    MG

    Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 5 décembre 2016 10:10, par Robert Paris

    Voir ici nos divergences avec la théorie de l’information : cliquer ici

    et sur le caractère dialectique de la complexité : lire ici

    Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 6 janvier 08:29, par alain

    La dialectique une simple pensée, disent nombre d’auteurs ?

    Répondre à ce message

  • Introduction à la dialectique de la nature 6 janvier 08:29, par Robert Paris

    La dialectique une simple pensée, disent nombre d’auteurs ?

    Pas seulement ses détracteurs mais aussi ses adeptes qui s’appuient sur le fait que Hegel était idéaliste. On parle souvent de pensée dialectique, de culture dialectique, de raisonnement dialectique, d’idée dialectique, de lecture dialectique, de logique dialectique... Beaucoup plus que de processus naturel dialectique ! Mais telle n’était pas la « pensée dialectique » de Hegel qui affirmait la dialectique présente dans le processus naturel, inerte comme vivant…

    « Pour Hegel, la constitution interne de la matière est un des lieux de la dialectique ... » écrit Jean-François Filion.

    Lire aussi :

    La physique de la matière et la philosophie dialectique

    Dialectique et matière

    La dialectique, un simple mode de pensée ?

    La dialectique de Hegel et la science actuelle

    Répondre à ce message

  • Pascal Picq :

    « La science est un mode d’interrogation matérialiste et rationnel du monde. »

    Il lui manque cependant, comme à bien des scientifiques, la capacité de penser dialectiquement sur un monde qui fonctionne de fait dialectiquement….

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0