English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Le terrorisme est notre ennemi : tous les terrorismes et pas seulement (...)

Le terrorisme est notre ennemi : tous les terrorismes et pas seulement celui qui se couvre de la religion pour commettre ses crimes

jeudi 8 janvier 2015, par Robert Paris

Avant d’être le soldat de l’Arabie saoudite et du Pakistan ainsi que des USA en Afghanistan, il a été jeune étudiant d’Oxford, dissipé, versant du champagne entre les seins de jeunes filles nues... Des photos de l’époque où les USA traitaient l’islamiste radical Ben Laden de "combattant de la liberté"... « Nous étions partis en Afghanistan pour être des combattants musulmans : les Etats-Unis voulaient simplement se servir de nous contre les Russes. L’encadrement était fourni par les Pakistanais, les armes par les Américains et le financement par les Saoudiens. » déclarait Ben Laden à un journal soudanais cité par « Jeune Afrique » du 1er septembre 1998. Ben Laden parmi la guérilla des moudjahedines anti-soviétiques... N’oubliez pas que Ben Laden lui-même était un agent de la CIA La presse cultivait alors le rôle antisoviétique de Ben Laden...Tout comme la France de Sarkozy et Hollande a cultivé le rôle d’une prétendue « résistance » libyenne ou syrienne contre Kadaffi et Assad, même si celle-ci était menée par des fascismes-terroristes intégristes, tout comme elle cultive la « résistance » ukrainienne même si elle est menée par des fascistes…

Le terrorisme est notre ennemi : tous les terrorismes et pas seulement celui qui se couvre de la religion pour commettre ses crimes

Il ne faut pas se contenter de dénoncer le crime qui vient d’avoir lieu contre des journalistes de Charlie Hebdo qui ne faisaient que des dessins satiriques (qu’on les apprécie ou pas). Il faut voir dans cet attentat non une simple atteinte à la liberté d’expression, non seulement un crime mais un acte politique dont il faut chercher l’objectif. Il faut comprendre qui aurait intérêt à faire basculer la situation en France, en lançant un affrontement entre Musulmans et non-Musulmans, transformant le pays en une suite des guerres et des guerres civiles qui ont lieu actuellement au Moyen Orient, en Syrie, en Irak, en Palestine, au Pakistan ou en Afghanistan. Et ce ne sont pas seulement les intégristes musulmans. On l’a vu le soir même et le lendemain avec des attentats de l’extrême droite contre les lieux de culte musulman, au Mans et dans plusieurs provinces. Certains considèrent que c’est le moment de radicaliser la situation en France sur le modèle de ce qui se passe en ce moment en Allemagne, en Grèce ou en Italie avec des mouvements de masse anti-Musulmans qui exploitent la colère populaire, colère issue aussi bien du terrorisme que de la situation économique et sociale explosive. Ils cherchent à détourner la colère sociale en colère raciale, xénophobe, nationaliste. Et les classes dirigeantes ne sont pas blanches dans cette tentative : elles ont cherché, depuis que la crise du capitalisme s’avère insoluble, à monter l’une contre l’autre des fractions des travailleurs et des milieux populaires, à semer la haine, la guerre et la guerre civile. Que ce soit Valls ou Sarkozy ou encore Le Pen, les gouvernants montent les communautés les unes contre les autres. Un Valls ne déclarait-il pas il y a peu qu’ « il faut voir si l’Islam est compatible avec la démocratie » !!! Et ce n’est pas un hasard si cela arrive en un moment où les classes dirigeantes s’attaquent ouvertement aux milieux populaires, remettent en question tous les droits sociaux, menacent massivement les emplois, les services publics, les retraites, la sécu et les chômeurs. Et aussi profitent de la situation pour prétendre qu’il faudrait être tous unis derrière eux…

Il ne faut pas seulement s’indigner : il faut réfléchir. Il faut se demander qui a intérêt à désigner du doigt l’ensemble de la communauté musulmane ou franco-maghrébine, à opposer violemment deux parties des milieux populaires et des travailleurs dans une période où la crise économique et sociale pourrait justement permettre aux milieux populaires de s’unir contre les classes dirigeantes.

Ceux qui assassinent des Musulmans sur les places en Grèce, les agressent en Italie ou posent des bombes contres des Mosquées, des quartiers ou des foyers ne valent pas plus cher que les terroristes qui se drapent dans la religion pour commettre leurs crimes. On ne doit pas basculer dans un camp terroriste sous prétexte des crimes de l’autre camp… On a vu ce qui est arrivé aux pays où le peuple travailleur a été pris en otage par l’affrontement entre deux bandes armées utilisant le terrorisme, la lutte armée et imposant à chacun de prendre parti pour l’un ou pour l’autre camp : que ce soit en Palestine, en Syrie, en Irak, en Ukraine ou ailleurs… Ils ont mis à feu et à sang tout le pays mais aucun bien n’en est résulté.

Tous parlent de « guerre contre le terrorisme » mais qu’est-ce qui a le plus permis le développement du terrorisme sinon la prétendue « croisade contre l’Islam » de Bush ou la « guerre contre le terrorisme » de Obama, soutenue par les gouvernants français, de Sarkozy à Hollande.

Ces guerres, qui utilisent, ne l’oublions pas, des moyens terroristes, ont prétendu libérer les peuples des dictatures et les sauver mais elles les ont jeté dans des souffrances sans fin. Aucune de ces guerres n’a permis à un peuple de retrouver la paix et le développement sans parler même de la liberté et de la démocratie. Il ne reste que des ruines partout où les grandes puissances ont mené leur prétendues « guerres contre le terrorisme »…

La population française, jusque là située en dehors de ces guerres, pouvait ignorer que leur armée menait des bombardements dont les civils étaient massivement les victimes, contre des habitations, contre des écoles, contre toute la population civile. Les coups de feu et les bombes de l’armée française n’éclataient pas en France et le discours, commun aux différentes couleurs politiques, laissait croire que la France n’avait que des buts propres et clairs dans ces pays, ce qui est un mensonge éhonté.

C’est ainsi qu’il n’y a eu quasi aucune protestation publique quand les gouvernants ont annoncé la participation militaire de la France dans de multiples pays, aux quatre coins du monde. On n’a pas fait de minute de silence pour les victimes civiles maliennes, libyennes, ivoiriennes, centrafricaines, irakiennes, syriennes et afghanes des attaques de l’armée française, sur terre ou dans les airs… Et les média se sont bien gardés de les souligner. Ce qui fait que le peuple travailleur de France se réveille aujourd’hui en sursaut parce que la guerre atteint maintenant ce pays qu’il croyait être un havre de paix et de sécurité…

Oui, le terrorisme des bandes armées doit être dénoncé et combattu mais on ne peut le combattre qu’en comprenant comment il est lié directement au terrorisme des grandes puissances. On ne peut le combattre qu’en combattant également le terrorisme de l’extrême droite islamophobe qui attise le précédent et en est le pendant.

L’exemple syrien, un pays presque complètement détruit par le terrorisme des milices, des intégristes, celui de l’Etat et celui des puissances occidentales, doit nous servir à comprendre ce qui nous menace si on tombe dans le piège du terrorisme et du contre-terrorisme. Il ne resterait plus assez de larmes pour pleurer si on livre un pays à ces attentats et contre-attentats.

Les classes dirigeantes prétendent ne pas le souhaiter et appellent à l’unité nationale mais ce sont elles qui ont attisé les haines.

On nous propose, soi-disant pour faire face au risque terroriste, de nous unir avec nos ennemis, avec ceux qui font des guerres contre les peuples aux quatre coins du monde, avec les capitalistes qui nous licencient et avec les gouvernants qui, comme Macron, Valls et Hollande, mais aussi comme Sarkozy et Le Pen se disent (ou sont) les amis des milliardaires…

Non, le terrorisme dans lequel certains voudraient faire basculer le monde n’a pas pour racine une religion, une région, une communauté. Cette religion, cette région, cette communauté ne datent pas d’hier. Ce qui fait qu’aujourd’hui on nous menace des horreurs de la guerre civile, c’est le fait que le système dominant, le capitalisme, n’arrive plus à gérer l’économie et est incapable de faire repartir le capitalisme, même en déversant des milliers de milliards de fonds publics. Et il préfère, plutôt que de voir des révolutions sociales menacer la domination des classes dirigeantes, organiser des bains de sang préventifs entre des fractions des milieux populaires. Ils ont choisi de détourner la révolution syrienne qui démarrait de manière populaire et pacifique, comme en Tunisie et en Egypte, vers la guerre et le terrorisme.

Il ne faut jamais oublier que nos gouvernants ont financé, armé et soutenu des groupes terroristes, y compris islamistes, dans tous ces pays, depuis Al Qaîda et jusqu’aux groupes islamistes de Libye et de Syrie, sous le prétexte de lutter contre les dictatures de Kadaffi ou de Assad. Il ne faut pas oublier que les régimes qu’ils soutiennent en Afghanistan ou en Irak sont également des dictatures dites islamistes. Nous ne pouvons pas nous allier avec nos adversaires dans les combats qui viennent ni compter sur nos gouvernants pour nous protéger des terrorismes.

Si les classes dirigeantes font de plus en plus basculer le monde dans la terreur et la contre-terreur, ce n’est pas parce qu’elles sont fortes mais, au contraire, parce qu’elles craignent la force des opprimés et des exploités. Ne basculons donc pas nous-mêmes dans nos peurs et prenons en mains notre avenir, c’est la seule manière de ne pas être le jouet de toutes les manœuvres de nos ennemis. Et surtout ne nous laissons jamais opposer à d’autres travailleurs, à d’autres nationalités, à d’autres communautés ou religions. Nos vrais adversaires sont les classes dirigeantes, quelles que soient leur origine, leur nationalité et leur religion. N’acceptons pas, sous prétexte d’unité nationale contre le terrorisme, de nous unir avec ceux qui fomentent des guerres, manipulent des terroristes, divisent les peuples pour mieux continuer à opprimer et à exploiter...

La suite...

115 Messages de forum

  • A-t-on jamais vu un président en exercice semer la discorde raciale et religieuse pour sauver les classes dirigeantes d’une situation sociale explosive due à des attaques que ces exploiteurs veulent violentes afin de répondre à une crise économique et sociale d’ampleur ? On peut se rappeler que la France a connu exactement ce type de situation alors que la révolution bourgeoise montait contre la féodalité et que la royauté n’a rien trouvé de mieux pour l’éviter que d’organiser des milices fascistes catholique encadrées par l’armée pour massacrer les protestants. C’est la Saint-Barthélemy. Auparavant, ils avaient semé la haine contre les Protestants, accusés de menacer de mort les Catholiques.

    Plus près de nous, on a l’exemple du président Milosevic de l’ancienne Yougoslavie qui a pratiqué méthodiquement exactement la même méthode. La dictature rwandaise a agi de même sur le conseil et avec l’aide de l’Etat français dirigé par la gauche et la droite, par Mitterrand et Léotard en 1994.

    Dans chacun de ces cas, on a présenté les choses tout autrement. Mais ce sont des mensonges. Il n’y avait pas d’ethnies au Rwanda ni de haines ancestrales, ni interrégionales, ni inter-ethniques, ni inter-religieuses en Yougoslavie. La meilleure preuve est que dans ces deux pays comme dans la France d’avant la Saint-Barthélemy, il y avait des mariages inter-religieux sans opposition notable, même de la part des radicaux des diverses communautés. Ce sont les dirigeants de l’Etat qui ont tout organisé et ils l’ont fait non seulement pour défendre leur pouvoir personnel, mais d’abord et avant tout parce que les classes dirigeantes s’estimaient menacées par le mécontentement social montant qui menaçait d’exploser et ne pouvait que s’aggraver vues les attaques anti-sociales programmées à l’avenir par ces mêmes classes dirigeantes.

    Y a-t-il des raisons de penser qu’on est en train d’assister en France aux débuts de la préparation de l’opinion pour des catastrophes d’ampleur du même type organisées dans le même but ? Tout à fait ! On a même tous les moyens de savoir que c’est un montage en vue d’opposer systématiquement deux fractions des travailleurs, des milieux populaires.

    La situation est celle d’une classe dirigeante en bout de course qui sait que l’avenir ne va offrir qu’un chômage de masse et qu’une misère généralisée à une population qui ne l’a pas connue depuis la dernière guerre mondiale, avec des licenciements en masse y compris dans les grandes entreprises, y compris dans l’Automobile, le Bâtiment, les banques, y compris dans les services publics, y compris parmi les fonctionnaires. Bien entendu, cela n’est pas possible sans grandes réactions et sans risque de soulèvement social.

    C’est bien pourquoi ces classes dirigeantes ont cherché un dérivatif et elles ont trouvé que le meilleur était la guerre de religion : monter le reste des masses populaires contre les Musulmans en les présentant comme la cause de l’insécurité et du terrorisme, quitte à fabriquer des « preuves », quitte à prendre en otage toute la population française en utilisant la réprobation bien naturelle contre un tueur d’enfants.

    Répondre à ce message

  • In 1979 "the largest covert operation in the history of the CIA" was launched in response to the Soviet invasion of Afghanistan in support of the pro-Communist government of Babrak Kamal.2 :

    With the active encouragement of the CIA and Pakistan’s ISI [Inter Services Intelligence], who wanted to turn the Afghan jihad into a global war waged by all Muslim states against the Soviet Union, some 35,000 Muslim radicals from 40 Islamic countries joined Afghanistan’s fight between 1982 and 1992. Tens of thousands more came to study in Pakistani madrasahs. Eventually more than 100,000 foreign Muslim radicals were directly influenced by the Afghan jihad.3

    The Islamic "jihad" was supported by the United States and Saudi Arabia with a significant part of the funding generated from the Golden Crescent drug trade :

    In March 1985, President Reagan signed National Security Decision Directive 166,...[which] authorize[d] stepped-up covert military aid to the mujahideen, and it made clear that the secret Afghan war had a new goal : to defeat Soviet troops in Afghanistan through covert action and encourage a Soviet withdrawal. The new covert U.S. assistance began with a dramatic increase in arms supplies — a steady rise to 65,000 tons annually by 1987, ... as well as a "ceaseless stream" of CIA and Pentagon specialists who traveled to the secret headquarters of Pakistan’s ISI on the main road near Rawalpindi, Pakistan. There the CIA specialists met with Pakistani intelligence officers to help plan operations for the Afghan rebels.4

    The Central Intelligence Agency (CIA) using Pakistan’s military Inter-Services Intelligence (ISI) played a key role in training the Mujahideen. In turn, the CIA sponsored guerrilla training was integrated with the teachings of Islam :

    Predominant themes were that Islam was a complete socio-political ideology, that holy Islam was being violated by the atheistic Soviet troops, and that the Islamic people of Afghanistan should reassert their independence by overthrowing the leftist Afghan regime propped up by Moscow.5

    2- See Fred Halliday, "The Un-great game : the Country that lost the Cold War, Afghanistan, New Republic, 25 March 1996).

    3- Ahmed Rashid, The Taliban : Exporting Extremism, Foreign Affairs, November-December 1999.

    4- Steve Coll, Washington Post, July 19, 1992.

    5- Dilip Hiro, Fallout from the Afghan Jihad, Inter Press Services, 21 November 1995.

    Répondre à ce message

  • Quelle horreur de voir des bandes armées capables de mettre une bombe dans une école du Pakistan sous le prétexte que ces enfants innocents sont ceux des militaires ! A bas les assassins d’enfants, qu’ils soient ou pas intégristes, qu’ils soient ou pas Musulmans, qu’ils soient pakistanais, afghans ou irakiens ou encore syriens ! Car il ne faudrait pas que notre indignation soit sélective et qu’on s’indigne seulement des exactions des adversaires et pas de celles de puissances alliées ou de celles de notre propre pays. L’horreur est la même si les enfants pris en otage par les assassins sont les enfants de Gaza, les enfants de Jérusalem, les enfants de Syrie, les enfants d’Irak ou ceux du Rwanda. N’oublions pas, par exemple, que la France a soutenu les génocidaires rwandais qui ont massacré toutes les écoles tutsis en 1994 et qu’aucun officiel français, responsable de ce génocide n’a été inquiété malgré les preuves multiples de la participation du pouvoir français de l’époque, impliquant à la fois la gauche et la droite, Mitterrand-Védrine et Léotard-Balladur en pleine cohabitation politique. Il y en a eu alors des centaines d’écoles passées au sabre systématiquement. On ne nous en pas parlé alors et on ne nous en parlera jamais. L’horreur est pourtant la même. La barbarie est la même. La même quand un avion ou un drone américain bombarde une école en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen, en Irak ou ailleurs. L’horreur est la même mais pas l’indignation publique car les média et les hommes politiques ne condamnent pas les leurs. Ils veulent nous faire croire que la guerre qui monte partout dans le monde serait le fait des Musulmans. Ah bon ! Et en Ukraine, c’est juste une guerre contre des Musulmans ? Et entre la Chine et le Japon ? Et entre la Corée du nord et du sud ? Et les guerres contre Saddam Hussein, cet athée qui combattait les islamistes, guerre des puissances occidentales s’appuyant sur les islamistes ? Et la guerre contre Assad en Syrie où les puissances occidentale sont armé et financé des groupes islamistes radicaux pour le renverser ? Et les islamistes radicaux d’Afghanistan n’ont-ils pas eux aussi été armés et financés par les Usa et leurs alliés, pour affaiblir l’URSS ? C’est seulement quand cela les arrange que ces mêmes puissances dénoncent les bandes armées islamistes. Sinon, ils les utilisent et même ils les aident à se constituer… Comme ils l’ont fait en donnant toute une armée à Ben Laden et en constituant Al Qaïda. Les USA soutenaient même les islamistes algériens pendant toute la guerre civile. Ils soutenaient aussi les islamistes égyptiens comme moyen de combattre la montée de la révolution sociale en Egypte suite à la chute du dictateur.

    Pourquoi on ne donne pas autant de publicité au bombardement d’une école de Gaza par l’armée israélienne ou d’une école du Pakistan par un drone américain ? Que dire des forces spéciales occidentales qui interviennent en Syrie et qui soutiennent des milices islamistes massacrant sans cesse des enfants des écoles sous prétexte de lutte contre le dictateur Assad ? Que dire du même soutien occidental aux bandes armées islamistes en Libye, sous prétexte de lutte contre le dictateur Khaddafi ? Que dire du soutien occidental au régime du Nigeria, celui de Goodluck Jonathan, qui laisse agir la secte terroriste Boko Haram ? Que dire du même soutien à toutes les dictatures africaines qui abandonnent des millions d’enfants à la misère, à la maladie et à la mort ?

    La lutte contre le terrorisme a été le drapeau de toutes les guerres impérialistes des USA comme de la France de ces dernières années, comme auparavant la lutte contre le bloc de l’Est en était le prétexte.

    Parce que les pays occidentaux ont l’indignation sélective ? Parce qu’ils n’aiment pas les Musulmans ? Pas du tout ! Parce que les classes dirigeantes leur désignent du doigt le bouc émissaire à haïr, à dénoncer, à frapper.

    Dans les opinions publiques surchauffées par la crise mondiale du capitalisme, les gouvernants agitent le chiffon de la haine des Musulmans, de la haine du terrorisme, pour détourner la colère des peuples d’une partie des opprimés et des milieux populaires contre l’autre partie.

    Répondre à ce message

  • L’expérience démontre que l’identité des assassins et des forces politiques qui les ont commandités sont inévitablement plus complexes qu’il ne paraît. Cependant, les fins politiques auxquelles servira cette atrocité étaient déjà claires avant même que des suspects soient nommés. Un tel crime sanglant renforcerait les tendances politiques les plus réactionnaires en Europe et à travers le monde.

    C’était la conclusion immédiate du New York Times, qui a conclu que le meurtre de masse « accélérerait certainement la montée des sentiments anti-islamiques en Europe, renforçant des partis nationalistes d’extrême-droite comme le Front national (FN) français ».

    L’attaque à Paris s’est déroulée dans le contexte d’une agitation droitière et xénophobe grandissante à travers le continent, des manifestations de masse en Allemagne d’ « Européens patriotiques contre l’islamisation de l’Occident », à la montée de tendances de droite nationaliste comme l’UKIP en Grande Bretagne. Les commentaires des médias soulignent que le carnage à Paris servira de prétexte pour renforcer ces tendances réactionnaires.

    Marine Le Pen, dirigeante du FN, a exploité l’attaque pour légitimer le chauvinisme empoisonné de son parti. « C’est ma responsabilité de dire que la peur doit être surmontée et de dire que cet attentat doit au contraire libérer notre parole face au fondamentalisme islamique, ne pas se taire, et commencer par oser nommer ce qui s’est passé ». C’est-à-dire que maintenant tous les coups seraient permis pour stimuler la haine et l’hystérie contre les immigrés et les musulmans.

    Quelle que soit l’identité des auteurs du massacre, de tels attentats feront inévitablement le jeu des forces les plus réactionnaires de l’Etat, et des fractions de la classe dirigeante qui veulent plus d’interventions militaires à l’extérieur et de mesures policières à l’intérieur. Comme l’ont démontré les suites du 11 septembre 2001, ces actions horrifient et désorientent l’opinion, et donnent l’occasion à l’Etat d’imposer des politiques qui, sans ces crimes terroristes, n’auraient obtenu aucun soutien populaire.

    Sans surprise, le président profondément impopulaire, François Hollande, est apparu sur les lieux du crime peu après les faits pour annoncer une opération de police de grande envergure et appeler à l’unité nationale. Confrontant l’hostilité massive du peuple français et l’implication croissante de son gouvernement dans des guerres au Moyen-Orient, Hollande—le président le plus impopulaire de la France depuis la Seconde Guerre mondiale— voulu exploiter l’utilité politique de l’attaque.

    Toutes les informations sur l’attaque hier suggéraient qu’elle était le fait que tueurs professionnels et hautement formés.

    Répondre à ce message

  • La France entière doit se réunir derrière Hollande "pour gagner". Contre quoi ? contre qui ? mystère ! La France force de paix, a-t-il dit, comme si nous n’étions en guerre nulle part alors qu’on fait la guerre partout, en Libye, en Syrie, au Mali, en Ukraine, etc. Et on fait la guerre même chez nous !

    Rassemblez-vous toutes et tous derrière Hollande, puisqu’il vous le demande ! ne contestez pas la loi Macron, ne faites pas grève, acceptez sans rechigner toutes les saloperies faites par le gouvernement Hollande ! C’est ça le sens du discours d’Hollande. Rassemblez-vous !

    SANS MOI !

    Quant à Vigipirate, ce n’est rien d’autre qu’un coup d’État ! Des flics et des militaires vont protéger les lieux publics contre toute tentative d’occupation par des salariés, des chômeurs, des paysans, des artistes ou des étudiants en colère ! qui se feront tous traiter de "terroristes" !

    Répondre à ce message

  • Après le coup du passeport de l’un des terroristes du 11 septembre 2001 retrouvé intact dans les décombres du World Trade Center, voici la carte d’identité opportunément oubliée par l’un des terroristes de Charlie Hebdo dans la voiture qu’ils ont abandonnée à Pantin pour brouiller leur piste.

    Il est vrai qu’hier soir, "ils" avaient déjà les noms des terroristes avant-même d’avoir eu le temps de commencer à mener une quelconque enquête un tant soit peu sérieuse.

    Alors, ce matin, "ils" se devaient d’expliquer un tel miracle. D’où le coup de la carte d’identité oubliée dans la première bagnole de fuyards suffisamment intelligemment préparés pour mener sans coup férir une telle attaque terroriste, mais suffisamment cons pour prendre avec eux leurs cartes d’identité, dont chacun sait bien qu’on la laisse toujours à la maison quand on doit mener une telle opération. C’est nous qu’"on" prend pour des abrutis.

    Répondre à ce message

  • Non au terrorisme, non à l’État capitaliste ! 8 janvier 2015 19:15, par GIGC

    Camarades,
    Peut-on vous envoyer notre prise de position sur l’attentat d’hier ? Elle se trouve sur notre site www.igcl.org :
    http://www.igcl.org/Non-au-terroris...
    Si oui, faut-il vous l’envoyer comme "texte de votre message" dans cette rubrique ?
    Fraternellement,
    Le Groupe International de la Gauche Communiste.

    Répondre à ce message

    • Non au terrorisme, non à l’État capitaliste ! 8 janvier 2015 19:20, par Robert Paris

      Voici donc le texte du message de nos camarades de GIGC dont le site est indiqué au dessus :


      Attentat meurtrier à Paris : Non au terrorisme, non à l’État capitaliste !
      (7 janvier 2015)

      À peine 4 heures après la la tuerie de plusieurs journalistes célèbres, l’attentat meurtrier de Paris de ce jour au journal satirique Charlie hebdo est déjà présenté comme le "11 septembre français". Les appels à l’unité nationale, à « faire bloc » derrière l’État démocratique pour défendre la République, se multiplient. Le président français, F. Hollande, s’est immédiatement présenté sur les lieux et a de suite appelé à l’unité nationale contre « une attaque (...) commise contre un journal – c’est-à-dire l’expression de la liberté – contre des journalistes (...) contre l’esprit de la République ». La guerre de la démocratie contre la barbarie a été déclarée : "il faut un combat national contre l’islamisme" a repris un éminent journaliste de gauche (S. Moati). Le mot d’ordre est lancé : "défendre la démocratie et le république contre l’islamo-fascisme". D’ores et déjà, quelques heures après l’attentat, le parti socialiste appelle à une « marche des républicains » visant à entraîner la population à y participer massivement et Sarkozy, l’ancien Président, prétend que « nul ne peut se soustraire à l’unité nationale ». L’ensemble des dirigeants du monde, Obama, Cameron, Merkel, Poutine, etc. ont aussitôt dénoncé l’attentat et le terrorisme islamiste. La guerre contre l’islamisme, déjà déclarée lors des attentats d’Ottawa (Canada), de New-York et de Sydney de ces derniers mois, va être relancée et les populations vont être appelées à se rassembler derrière leur État démocratique contre le danger terroriste et totalitaire. Les campagnes anti-islamiste et anti-musulmane vont redoubler alors même que les manifestations et contre-manifestations sur ce thème sont mises en avant en Allemagne. C’est un véritable climat de guerre que les bourgeoisies de tous les pays, et particulièrement en Amérique du Nord et en Europe, essaie d’imposer. Et nul doute à cette heure que ce dernier attentat marque une étape dans la mise en avant d’une grande offensive idéologique et politique au niveau international contre la classe ouvrière en vue de lui imposer une atmosphère et une logique de défense de l’État, d’unité nationale et de préparation à la guerre.

      Soyons clairs : nous dénonçons ces actes de barbarie et l’usage du terrorisme. Ce n’est pas une arme de la classe ouvrière. Et surtout, le terrorisme d’aujourd’hui est toujours, directement ou indirectement manipulé et provoqué par les États à la fois comme moyen – et moment – de guerre impérialiste et, en même temps, contre la classe ouvrière : par la terreur généralisée et les mesures de répression que ces actes sanglants justifient ; et surtout par l’utilisation idéologique et politique qui en est faite et qui vise à rassembler l’ensemble des populations derrière leur État et leur bourgeoisie au nom de l’unité nationale et de la défense de l’État démocratique.

      Pour la classe ouvrière, l’alternative "démocratie contre islamo-fascisme" est un piège. Le terrorisme islamiste est produit par les États démocratiques et les rivalités impérialistes exacerbées – l’organisation Human Rights Watch a clairement mis en évidence comment le FBI recrutait et utilisait des déséquilibrés musulmans (ou pas d’ailleurs) pour commettre des attentats de "loups solitaires". Ce n’est pas l’islamisme qui attaque la classe ouvrière, mais les États capitalistes dont la plupart, surtout les principaux, sont démocratiques. Les provocations terroristes et les campagnes anti-terroristes et anti-islamiques font partie intégrante des politiques des États et sont utilisées contre la classe ouvrière.

      Plus le capitalisme s’enfonce dans la crise économique et dans les rivalités impérialistes guerrières, plus le terrorisme se développera et frappera les populations innocentes. Seule la classe ouvrière peut faire reculer les menaces de guerre et de terrorisme en développant ses luttes pour la défense de ses conditions de vie et de travail. Seule la classe ouvrière peut donner une solution à cette marche à la guerre que le capitalisme essaie partout d’imposer dans les esprits et dans les chairs.

      Le prolétariat international ne doit pas tomber dans le piège que l’État bourgeois lui tend : être avec les terroristes ou derrière lui, c’est-à-dire derrière son ennemi de toujours. Il doit le combattre plus que jamais.

      Non au terrorisme, non à l’État national et démocratique ! les deux mènent à la guerre impérialiste généralisée.

      Oui à la lutte ouvrière contre le capitalisme, sa misère, sa terreur, et ses guerres !

      Le GIGC, 7 janvier 2015.

      Répondre à ce message

  • Une bizarrerie de plus !

    Le directeur adjoint du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Limoges, un homme de 44 ans, s’est donné la mort avec son arme de service dans la nuit de mercredi à jeudi alors qu’il se trouvait au sein des locaux de la police de Limoges, a-t-on appris de source policière. Selon le quotidien Le Populaire du Centre, il travaillait sur une mission de la police judiciaire dans le cadre de l’affaire Charlie Hebdo...

    Répondre à ce message

  • Attentat à Charlie Hebdo : Manuel Valls appelle à une union nationale durable de la gauche à l’extrême droite. Ils vont finir par un un gouvernement commun !!!

    Répondre à ce message

  • Un lycéen de 17 ans, d’origine maghrébine, a été frappé jeudi par un groupe de quatre ou cinq personnes à Bourgoin-Jallieu (Isère), en marge de la minute de silence observée devant son lycée en hommage aux victimes de Charlie Hebdo, a-t-on appris auprès de la police.

    Le jeune homme a d’abord essuyé des injures racistes avant d’être roué de coups en marge de l’hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, selon la même source, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

    Des lieux de culte musulmans ont été visés par des tirs d’armes à feu ou d’autres projectiles, sans faire de victimes, mercredi soir au Mans et à Port-la-Nouvelle (Aude), quelques heures après l’attentat contre Charlie Hebdo à Paris, a-t-on appris jeudi auprès des parquets.

    Trois grenades d’exercice, dites grenades à plâtre, ont également été lancées contre la grande bâtisse. Une seule a explosé dans une petite cour sans faire de dégâts majeurs, selon le parquet.

    Jeudi matin, des équipes de la police scientifique procédaient aux premières constatations sur les lieux, alors que le périmètre de sécurité, mis en place par les équipes d’intervention a été élargi, selon un correspondant de l’AFP sur place. Un religieux qui souhaitait se rendre dans la mosquée a été repoussé par les policiers.

    A Port-la-Nouvelle, deux coups de feu ont été tirés en direction d’une salle de prière musulmane, vers 20H00, une heure environ après la fin de la prière, a indiqué à l’AFP le procureur à Narbonne (Aude), David Charmatz.

    Répondre à ce message

  • Les chroniqueurs sur BFM-TV ont comparé l’attentat à ceux du 11 septembre 2001 à New York, spéculant que l’Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak était responsable. Prédisant un changement majeur entre « un avant et un après » l’attaque, ils ont ajouté que « 7 janvier 2015 va marquer malheureusement la France de ce début du 21e siecle ».

    Le principal danger découlant de cette horrible attaque est le but politique dans lequel elle sera exploitée. Dans ce sens, la comparaison initiale des médias entre la fusillade à Charlie Hebdo et les attaques du 11 Septembre est un avertissement pour la classe ouvrière. Cette tragédie-là fut exploitée pour embrigader le peuple américain dans une guerre impopulaire au Moyen Orient, surtout en Irak et en Afghanistan, et développer les services secrets américains en forces paramilitaires opérant un immense réseau mondial de torture et de meurtre par drone.

    Les travailleurs politiquement conscients s’opposeront à toute tentative d’exploiter les meurtres à Charlie Hebdo pour justifier une intervention militaire intensifiée en Irak, Syrie et au Moyen Orient, et plus d’attaques contre les droits démocratiques en Europe.

    Répondre à ce message

  • Le mouvement extrême-droitier « Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident » (Pegida) en Allemagne a été depuis le début et dans une large mesure un produit des partis de l’establishment et des médias. A présent, les responsables du gouvernement utilisent la mobilisation de ces bandes d’extrême-droite pour arranger un tournant vers la droite de toute la politique et pour appliquer un programme extrêmement réactionnaire.

    L’idée maîtresse de cette campagne xénophobe a été rendue évidente lundi dans le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) par l’économiste et le directeur de l’Institut de conjoncture de Munich Ifo, Hans Werner Sinn. Dans un jeu de chiffres cynique, il a tenté de prouver que l’immigration coûtait au gouvernement allemand plus que les immigrants ne rapportaient à la société. A son avis, ce qu’il fallait c’était « un débat non idéologique sur la politique d’immigration et [un] qui ne soit pas motivé par le souci du politiquement correct. »

    Le battage médiatique et les manifestations orchestrées servent actuellement à faire passer en force une politique profondément réactionnaire. Il n’est pas simplement question de détruire l’Etat social en Allemagne, et partout en Europe, comme l’exige Sinn, mais aussi de remilitariser la politique étrangère allemande. Voilà un bon moment que les positions anti-immigration de Pegida vont de pair avec une forme extrême d’anti-américanisme et avec l’exigence que l’Allemagne joue un rôle indépendant dans les affaires mondiales.

    La vaste majorité de la population rejette les défilés de l’extrême-droite où les représentants de l’AfD défilent aux côtés de nombreux fonctionnaires du NPD fasciste (Parti national démocrate allemand). Les contre-manifestations attirent régulièrement un nombre substantiellement plus grand de participants que n’en rassemble Pediga.

    Répondre à ce message

  • «  Il faut voir dans cet attentat non une simple atteinte à la liberté d’expression, non seulement un crime mais un acte politique dont il faut chercher l’objectif. Il faut comprendre qui aurait intérêt à faire basculer la situation en France, en lançant un affrontement entre Musulmans et non-Musulmans, transformant le pays en une suite des guerres et des guerres civiles qui ont lieu actuellement au Moyen Orient, en Syrie, en Irak, en Palestine, au Pakistan ou en Afghanistan.  »

    Répondre à ce message

  • des actes ciblant des lieux de culte et des personnes de confession musulmane sont signalés à travers le pays. Plusieurs mosquées ont été visées et la voiture d’une famille musulmane a été la cible de coups de feu dans le Vaucluse.

    Depuis mercredi soir, trois villes françaises ont été le théâtre d’actes criminels contre des lieux de culte musulmans : au Mans, à Port-La-Nouvelle et à Villefranche-sur-Sâone. Dans cette dernière, ce jeudi matin, une explosion d’origine criminelle a été signalée dans un restaurant kebab près d’une mosquée. Pour le maire de la ville, Bernard Perrut, « c’est lié a priori à la situation dramatique » après l’attentat contre Charlie Hebdo.

    Par ailleurs, des coups de feu ont été tirés dans une salle de prière musulmane à Port-La-Nouvelle dans le sud de la France. Par chance, le site était vide. L’incident a eu lieu une heure après la prière qui réunit environ une trentaine de personnes. Dans l’ouest du pays, au Mans, ce sont trois grenades d’exercice qui ont été lancées en direction de la mosquée de quartier des Sablons, dans l’est de la ville.

    Enfin, mercredi soir, une voiture d’une famille musulmane a aussi été visée par des coups de feu. Elle se trouvait sur la voie publique dans une rue de Caromb. Tous ces incidents n’ont fait aucune victime mortelle.

    En revanche, à Poitiers, un suspect a été interpellé ce jeudi pour avoir tagué le portail de la grande mosquée de la ville en inscrivant « Morts aux Arabes », mercredi soir. Aussitôt, le recteur de la mosquée avait déposé plainte. Les propos haineux ont été rapidement effacés.

    Répondre à ce message

  • Une certaine presse pousse à la haine de la communauté musulmane. Par exemple L’Express lance une grande enquête intitulée : « L’attentat chez Charlie Hebdo remet-il en cause le "vivre ensemble" à la française ? » !!!!!

    Répondre à ce message

  • trois attentats en fait (Charlie, Montrouge et Fontenay) dans lesquels la police n’a arrêté personne ! On voudrait commencer à créer un climat d’insécurité qui se retourne contre les Musulmans qu’on ne s’y prendrait pas autrement !

    Répondre à ce message

  • Les chefs de la bourgeoisie occidentale choisissent de semer la panique dans les populations pour les déstabiliser.

    Le chef du MI5, le service de renseignement intérieur britannique, a déclaré jeudi qu’un groupe islamiste extrémiste se trouvant en Syrie projetait "des attentats de grande ampleur" en Occident.

    Parlant à Londres au lendemain de l’attentat meurtrier commis contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo, qui a fait douze morts, Andrew Parker, directeur général du MI5, a évoqué le risque d’attaques qui pourraient être commises par des combattants appartenant à divers groupes et revenant de Syrie.

    Bien que la menace la plus évidente soit celle de l’organisation Etat islamique (EI), des extrémistes appartenant à des groupes liés à Al-Qaïda constituent également un danger, a déclaré Parker. "Nous sommes toujours confrontés à des complots plus complexes et plus ambitieux qui suivent l’approche, malheureusement bien établie aujourd’hui, d’Al-Qaïda et de ses imitateurs : des tentatives pour provoquer des pertes de vies massives, souvent en attaquant des moyens de transport ou des objectifs symboliques", a-t-il dit.

    "Nous savons par exemple qu’un groupe de terroristes d’Al-Qaïda en Syrie projette des attentats de grande ampleur contre l’Occident", a déclaré Parker. "Bien que nous et nos partenaires fassions notre maximum, nous savons que nous pouvons arrêter tout", a-t-il ajouté.

    Répondre à ce message

  • Grièvement blessée par la violence des coups assénés par un individu d’une quarantaine d’années, qui s’est rué vers elle devant témoins, fou de rage à la vue de son voile, l’insultant tout en la tabassant, avant de la pousser par terre, la malheureuse femme, qui patientait tranquillement au sein d’une succursale de la banque Bawag pour recueillir sa pension de retraite, a vécu un après-midi cauchemardesque qui aurait pu lui être fatal.

    Souffrant d’un important traumatisme de la moelle épinière, dont les séquelles peuvent être irréversibles, mais aussi d’une fracture lombaire, cette citoyenne autrichienne très respectable et pas seulement par son grand âge, qui n’aurait jamais pu imaginer voir un jour se déchaîner contre elle les pires pulsions au seul motif de son islamité visible, vient allonger la liste déjà trop longue des femmes voilées brutalisées à Vienne, là où les harangues fielleuses de l’extrême droite font des ravages. Et ce n’est pas l’affligeant record qu’elle a battu bien malgré elle qui a été de nature à apaiser l’angoisse qui l’habite désormais : celui de compter parmi les victimes les plus âgées de l’islamophobie désinhibée, sexiste, lâche, et déterminée à nuire.

    Cela se déroulait en Autriche...

    Répondre à ce message

  • Devant le succès des manifestations anti-Islam en Allemagne, des associations tentent d’importer le mouvement. Samedi 18 janvier, ils annoncent un rassemblement à Paris.

    Les groupuscules Riposte Laïque et Résistance Républicaine appellent au rassemblement derrière le slogan « islamistes hors de France. »

    Pour battre le rappel, ils peuvent compter sur la Ligue de défense juive qui a appelé sur son site à manifester. L’essayiste Renaud Camus, théoricien du « grand remplacement », sera lui aussi de la partie.

    L’événement est organisé par le couple Christine Tasin et Pierre Cassen, qui comptent parmi les principaux animateurs de la mouvance anti-Islam en France.

    Répondre à ce message

  • Sur le site d’extrême droite "Français de souche", on apprend le lancement de LUCIDE qui se veut le prolongement ici du mouvement pegida en Allemagne

    Répondre à ce message

  • Le Premier ministre, Manuel Valls, a affirmé vendredi qu’« il sera sans doute nécessaire de prendre de nouvelles mesures » pour répondre à la « menace » terroriste, après l’attentat contre Charlie Hebdo.

    « Nous sommes dans une guerre contre le terrorisme. » a-t-il dit.

    C’est faux : il est dans une guerre contre les travailleurs et les peuples et se sert du terrorisme pour la mener...

    Répondre à ce message

  • Il y a fort à parier que les deux qui sont soupçonnés d’avoir commis le crime de Charlie ne seront pas pris vivants, pas plus que Merah ou Ben Laden car alors ils risqueraient de parler. Nous ne savons pas ce qu’ils diraient mais les chefs des force de l’ordre, eux, le savent !

    Répondre à ce message

  • On nous demande si nous participerons à la manifestation de dimanche. La réponse est non ! Car cette manifestation, quelle que soit la bonne foi de nombre de ses participants sincèrement choqués, va servir à soutenir et cautionner les politiques des classes dirigeantes en Franc et à l’extérieur, c’est-à-dire la division des travailleurs et des peuples, la montée du racisme anti-Musulman et les guerres extérieures et impérialistes de la France... L’unité nationale dont il s’agit est contre les travailleurs et leurs intérêts de classe. Et peut-être même cela va servir à cautionner le FN.... Nous ne cautionnerons jamais cela par notre présence à cette manif !

    Répondre à ce message

  • Entièrement d’accord ! Non à l’union nationale !
    On entend partout que c’est la France qui est attaquée au travers de cet acte ! Or, dire cela c’est faire monter le nationalisme alors que c’est la France qui sème la guerre dans le monde !!! Alors Attentat à Charlie Hebdo ou pas.... jamais le drapeau bleu blanc rouge ne sera mon drapeau et la marseillaise mon hymne !

    N’est il pas possible de proposer aux autres courants se réclamant de la révolution et de l’internationalisme d’appeler ensemble des rassemblements séparés dénonçant ouvertement le racisme anti-musulmans, les guerres ménées par la France dans le Monde et au travers de cet attentat, la tentative de pousser à une guerre des religions ici !

    Répondre à ce message

  • Les attaques se multiplient contre la communauté musulmane....

    A Rennes (Ille-et-Vilaine), l’inscription bretonne « Er Maez Arabed » a été taguée sur la façade de la mosquée, rapporte notre correspondante locale. Traduction : « Arabe dégage ». « C’est de la bêtise, c’est vraiment dommage », commentait sur place Brahim Ajddig Moulay, président du centre culturel islamique, qui participera dimanche à la marche silencieuse organisée à Rennes à 15h.

    A Béthune (Pas-de-Calais), l’inscription « Dehors les Arabes » a été taggué en noir sur les tôles entourant le chantier de la future mosquée, rue Jean-Baptiste-Lebas. Un dessin représentant vraisemblablement une tête de cochon a également été peint, rapporte La Voix du Nord.

    A Liévin (Pas-de-Calais), le chantier de la future mosquée a également été couvert de tags nazis durant la nuit, toujours selon La Voix du Nord. Les faits ont été découverts, vendredi matin, par les ouvriers qui venaient travailler sur le chantier. Sur les quelques pans de murs déjà debout de la future mosquée, plusieurs croix gammées ont été peintes à la peinture blanche. Une tête de porc a aussi été déposée sur le sol. La même source confirme également à 20 Minutes la présence de l’inscription « Charlie est vivant ».

    A Saint-Juéry (Tarn), quatre coups de feu ont été tirés par un ou plusieurs individus pendant la nuit dernière sur la façade de la mosquée, rapporte La Dépêche.

    A Vendôme (Loir-et-Cher), des impacts de balles ont été relevés sur un tabac du quartier des Rottes et un lieu de prière de la rue de Montoire. « Il était 6h30 ce vendredi lorsque les employés du magasin tabac-presse du quartier des Rottes, à Vendôme, ont remarqué deux impacts dans la vitrine, tandis qu’à l’autre bout de la ville, Tahar Chabbi le président de l’association cultuelle relevait deux impacts sur les portes du lieu de prière situé rue Maréchal de Rochambeau », indique La Nouvelle République.

    A Corte (Haute-Corse), une tête de porc et des viscères ont été découverts, accrochés à la porte d’une salle de prière musulmane. Une lettre, qui n’a pas été ouverte, a également été retrouvée sur les lieux et a été remise à la gendarmerie chargée de l’enquête.

    A Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), les premiers fidèles de la mosquée ont découvert des tags haineux à la peinture jaune : « Charliberté », « Assassins » et « Sales arabes ». Les auteurs de cet acte de vandalisme font référence à la tuerie de Charlie Hebdo, selon Sud-Ouest.

    A Villefranche-sur-Saône (Rhône), une explosion d’origine criminelle a eu lieu vers 6 heures jeudi matin à proximité de la mosquée de dans un kebab. La vitrine du restaurant voisin du lieu de prière a été soufflée par l’explosion, au 249 rue de la Quarantaine. L’attentat n’a pas fait de blessé. Le député-maire UMP de la ville, Bernard Perrut a demandé la protection de la mosquée.

    A Poitiers (Vienne), un suspect a été interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi après avoir tagué « Mort aux Arabes » sur le grand portail de la mosquée de Poitiers. Le recteur de la mosquée, l’imam Boubaker El Hadj Amor, a déposé plainte pour ce tag haineux, qui a été effacé peu de temps après sa découverte et dont il ne restait plus aucune trace jeudi matin. Le suspect s’est excusé et dit avoir été « bouleversé » par l’attentat contre Charlie Hebdo et agi sous l’emprise de l’alcool.

    A Mâcon (Saône-et-Loire), des inscriptions à la peinture rouge « Islam on va vous niquer–Charlie » ont été tracées le long d’une artère de la ville de Mâcon, chef-lieu de Saône-et-Loire. Plus précisément, deux inscriptions ont été découvertes jeudi matin. L’une a été tracée rue Carnot et l’autre derrière l’église Saint-Pierre. L’une de ces inscriptions était insultante et l’autre témoignait plutôt un soutien à Charlie Hebdo. Dès 9h du matin, les deux tags ont été effacés par les services municipaux.

    Au Mans (Sarthe), trois grenades d’exercice, dites grenades à plâtre, ont été lancées dans la nuit de mardi à mercredi dans la cour de la mosquée des Sablons au Mans (Sarthe), indique Ouest-France. L’une d’elles a explosé sans faire de dégâts majeurs, selon le parquet. Il n’y a pas de blessé ni de revendication. Il n’y a pas eu d’interpellation.

    A Port-la-Nouvelle (Aude), un ou plusieurs coups de feu ont été tirés en direction d’une salle de prière musulmane, vers 20h, une heure environ après la fin de la prière, alors que la salle était vide, a précisé le parquet de Narbonne, ajoutant que l’arme utilisée était un « pistolet à grenailles ».

    A Caromb (Vaucluse), une voiture appartenant à une famille de confession musulmane a été visée mercredi soir par balles dans une rue, rapporte Le Figaro. Il n’y a pas eu de blessés.

    etc, etc...

    Répondre à ce message

  • En juillet dernier, nous écrivions :

    Les déclarations de Manuel Valls affirmant qu’ « il y a des réseaux dans nos banlieues » qu’il « va éradiquer le mal à la racine », que « la population de France est prise pour cible par des terroristes musulmans », que c’est « le motif de l’intervention militaire française dans le Sahel » sont autant de véritables bombes visant à provoquer l’affrontement entre les communautés, pour diviser la classe travailleuse dans un moment où la situation sociale se radicalise face aux licenciements, à la hausse du chômage et de la misère.

    Le ministre de l’Intérieur Valls affirmait : « Il faut dire la vérité aux Français. Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation » avec les populations locales. » « C’est illusoire de penser qu’on réglera le problème des populations roms à travers uniquement l’insertion, a affirmé Manuel Valls. Il faut trouver des communes qui peuvent accueillir ces villages d’insertion et de toute façon, ils ne concernent que quelques familles. » « Les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie ». « Les Roms ne veulent pas s’intégrer en France ». « Les Roms sont cause d’une grande partie de l’insécurité. »

    Oui, Valls mène campagne contre les Musulmans, les immigrés, les Roms en France...

    Pas mieux que Sarkozy-Guéant, Hollande-Valls...

    Répondre à ce message

  • Et en septembre dernier, nous écrivions :

    Avec Valls, le gouvernement a fait un choix : il préfère la lutte intercommunautaire, inter raciale, inter religieuse, entre jeunes et vieux, entre banlieues et « bons Français » à la lutte des classes…

    Répondre à ce message

  • Rajoutons aussi que, pendant que Hollande et Valls agitent la question du terrorisme, ils détournent aussi l’attention des attaques antisociales qu’ils mènent à l’intérieur avec l’offensive contre le code du travail, les cadeaux aux capitalistes, la suppression des tribunaux de prud’hommes, les déremboursements de médicaments, la privatisation des services publics, les suppressions de subsides aux universités, aux municipalités, la caution aux licenciements et on en passe...

    Répondre à ce message

  • Bayonne et Corse : nouveaux actes islamophobes !!!! La méthode des terroristes a marché : l’extrême droite française prend le relai...

    Répondre à ce message

  • Est-ce le terrorisme islamiste qui déstabilise le monde ou est-ce le capitalisme US et mondial, déstabilisé par sa crise, qui transforme progressivement le monde en guerre mondiale ? Lire ici

    Répondre à ce message

  • C’est à cela que servent les campagnes contre le terrorisme, à préparer les peuples à la contre-révolution. Et même les prolétaires qui n’y verraient que du feu, qui marcheraient dans l’anathème anti-Musulmans, dans la haine contre une communauté, contre une religion, contre une partie des travailleurs, finiraient par en être eux-mêmes victimes comme l’ont été les Allemands qui ont cru s’attaquer seulement aux Juifs. La même machine infernale qui a produit le pouvoir d’Hitler est aujourd’hui à l’œuvre et nous menace des mêmes horreurs. Ce n’est pas pour combattre le terrorisme qu’on veut nous présenter ainsi les horreurs des terroristes, c’est pour justifier le terrorisme des classes dirigeantes, celui des guerres extérieures comme de la guerre de classe, à l’intérieur.

    Ne cherchez pas contre qui les classes dirigeantes du monde capitaliste sont en guerre : c’est contre nous, les prolétaires !

    Cherchez plutôt comment nous allons faire pour nous préparer à un autre avenir que le capitalisme, maintenant que celui-ci n’est plus synonyme d’emploi mais de chômage, plus de paix mais la guerre permanente en attendant la guerre mondiale. Cherchez plutôt comment faire en sorte que nos luttes défensives deviennent des luttes pour renverser le système d’exploitation, pour transformer les grèves générales impuissantes des confédérations syndicales, un alibi par lesquelles celles-ci tentent de conserver leur influence sans réellement s’attaquer aux classes dirigeantes, en action directe des prolétaires remettant en question l’ordre social et la mainmise des capitalistes sur la société. Là est l’avenir et pas dans la haine entre les peuples, entre les exploités que veulent semer nos ennemis pour nous tromper et nous diviser.

    Répondre à ce message

  • Si ces oppositions entre les peuples comme au sein des peuples s’avivent en ce moment, alors que le capitalisme est en plein effondrement, ce n’est nullement un effet du hasard. Pour les classes dirigeantes, en période de crise systémique, cela a toujours été la seule politique possible : développer le fascisme et les guerres mondiales.

    Peuples de tous les pays, classe ouvrière du monde, unissons-nous pour en finir avec ce monde capitaliste pourrissant qui nous prépare de plus en plus d’affrontements sanglants entre les peuples comme au sein des peuples !

    Répondre à ce message

  • Quatre coups de feu ont par exemple été tirés dans la nuit de jeudi à vendredi sur la façade d’une mosquée de la commune tarnaise de Saint-Juéry, proche d’Albi.

    Une mosquée d’Aix-les-Bains (Savoie) a fait l’objet d’importants dégâts à la suite d’un incendie très probablement d’origine accidentelle survenu dans la nuit de jeudi à vendredi. Le sinistre s’est déclaré peu après 22 heures et n’a pas fait de victimes. "La piste accidentelle est privilégiée dans cet incendie. A priori, il s’agit d’un court-circuit", a précisé le parquet de Chambéry, s’appuyant sur les premiers résultats de l’enquête.

    Vendredi matin, des ouvriers ont découvert des croix gammées, des slogans nazis et une tête de cochon a été également déposée sur le sol sur le chantier de la future mosquée de Liévin.

    etc, etc...

    Répondre à ce message

  • Des gens connus pour terrorisme ont pu acheter des armes de guerre et on félicite les forces de l’ordre !

    Répondre à ce message

  • Les exemples de réactions islamophobes continuent à se développer et l’extrême droite française se mobilise plus que jamais...

    Plusieurs coups de feu ont été tirés dans la nuit de jeudi à vendredi sur la façade d’une mosquée de Saint-Juéry (Tarn), sans faire de victimes. Personne ne se trouvait heureusement à l’intérieur de la salle de prière. L’acte n’a pas été revendiqué mais les responsables du lieu de culte ont naturellement porté plainte. Un événement similaire avait eu lieu à Port-la-Nouvelle (Aude) dès le soir de l’attentat contre l’hebdomadaire satirique. Des coups de feu ont été tirés en direction du lieu de culte, vide au moment des faits.

    Des inscriptions racistes sur des lieux de culte ont été nombreuses à être recensées. A Poitiers (Vienne), le portail de la mosquée a été couvert jeudi matin du tag « Charlie. Mort aux Arabes, les Français sont en guerre, honte à votre peuple ».

    A Rennes (Ille-et-Vilaine), « Arabes dehors » en breton sur la façade d’un lieu de culte en construction a été peint dans la nuit du jeudi. « Sales arabes », « assassins » et « Charlie liberté », tels sont les mots aussi découverts à la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) par des fidèles dans la matinée du vendredi, de même que dans un centre musulman de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Même stupeur des fidèles à la mosquée de Béthune (Pas-de-Calais) en construction, rapporte La Voix du Nord. Les mots « Dehors les Arabes » suivis d’une tête de cochon ont été découverts sur les tôles de bardage. Dans le même département, à Liévin, plusieurs croix gammées ont été peintes à la peinture blanche ont couvert le chantier de la future mosquée. Dans un autre genre, une tête de sanglier et des viscères ont été découvertes par un fidèle vendredi sur la porte d’entrée du lieu de culte musulman de Corte (Corse).

    Des dizaines de tracts ont été placés, cette nuit, sous les essuies-glaces des voitures stationnées dans le centre-ville de Bastia affirmant que "l’islamophobie n’est pas un délit, c’est une opinion, c’est de la légitime défiance".

    L’extrême droite cultive évidemment les peurs et ce n’est ni la gauche ni la droite qui s’en démarquent...

    Florian Philippot, numéro 2 du FN, qui assure sur RTL : « C’est une évidence qu’il y a un lien entre l’immigration et la montée du fondamentalisme islamique » et pourtant gauche et droite appellent le FN à leur manifestation.

    Il faut dire que Valls et Sarkozy n’ont pas été avares de propos islamophobes...

    Répondre à ce message

  • Communiqué d’AL, du NPA et du PCOF

    Pour la liberté d’expression et contre l’union sacrée

    Le carnage perpétré au siège de Charlie Hebdo a suscité une vague d’indignation et de colère parfaitement légitime que nous partageons. Nous condamnons sans réserve ce massacre qui vise à semer la terreur et à réduire au silence des journalistes qui défendaient la liberté d’expression. Nos pensées vont tout d’abord aux proches des victimes et nous leur exprimons tout notre soutien.

    Tout laisse à penser que cette attaque est l’œuvre de fascistes religieux qui rêvent d’imposer leurs illusions mortifères à la société. Nous devons être très clairs en dénonçant sans réserve ce fanatisme. Nous combattons tous les fascismes, qu’ils prospèrent sur fond de nationalisme ou d’obscurantisme, et quels qu’en soient les guides ou les prophètes.

    Ils veulent terroriser, provoquer délibérément l’horreur et la peur, créer une situation de tension extrême. En celà ils sont parfaitement complices du FN et de l’extrême droite.

    Et comme nous le redoutions, nous constatons dès à présent que cette tuerie sert de prétexte pour alimenter les discours racistes et justifier des attaques contre des lieux de culte musulmans. Nous entendons déjà les scribouillards réactionnaires et les politiciens opportunistes reprendre en boucle la théorie fumeuse du "choc des civilisations" et profiter de cet événement pour renouveler leurs charges contre les immigré-es, les étranger-es, les musulman-es.

    Nous ne sommes pas moins choqués de la récupération politique en particulier par le gouvernement Hollande. L’appel à « l’unité nationale » n’est rien de moins qu’une vaste opération de confusion visant à justifier :

    les interventions militaires de la France en Irak, au Mali, en Centrafrique. Le but premier de ces interventions étaient de protéger les intérêts impérialistes des entreprises françaises dans ces régions et les dictateurs en place, pas de combattre le djihadisme, que la France n’a pas hésité à armer dans d’autres situations

    une nouvelle offensive liberticide. Comme après le 11 septembre 2001, les gouvernements en place vont sous couvert d’antiterrorisme imposer de nouveaux dispositifs de fichages, qui ont montré depuis qu’ils étaient majoritairement utilisés contre les militant-e-s politiques et syndicaux.

    la politique antisociale du gouvernement. En surfant sur le choc émotionnel qui nous touche toutes et tous, Valls et Hollande entendent bien faire passer au second plan leur politique austéritaire, en particulier le projet de loi Macron, qui sera présenté à l’Assemblée nationale fin janvier et prévoie son nouveau lot de remises en cause des moyens de défense des salarié-e-s (prud’hommes, inspection du travail…), de facilitation des licenciements, de banalisation et de baisse de la rémunération du travail de nuit et du dimanche.

    Plus généralement, parmi les forces politiques qui s’indignent aujourd’hui, bon nombre sont en grande partie responsables du climat délétère de par leur stigmatisation des travailleurs-ses immigré-e-s et de leurs enfants, en particulier lorsqu’ils sont supposés musulmans.

    Cette récupération est d’autant plus indigne que les journalistes de Charlie Hebdo assassinés n’hésitaient pas à condamner les politiques des Hollande, Sarkozy ou Le Pen. S’il avait fallu écouter le PS et l’UMP, le FN aurait dû être invité à leur « marche républicaine » de dimanche. Qu’auraient pensé de tout cela les journalistes assassinés ?

    Nous regrettons la transformation de la manifestation de dimanche prochain, initiée par les organisations antiracistes, en une « marche républicaine » dont Valls se voudrait l’organisateur et où Sarkozy défilera. Farouches opposants de « l’unité nationale » pour les raisons décrites plus haut, nous ne participerons pas à cette marche. Il est de toute première urgence que celles et ceux qui sont révolté-e-s par cet attentat fasciste et refusent de défiler derrière Sarkozy et Valls, qui veulent résister au racisme et combattre les discriminations, qui s’opposent aux politiques sécuritaires et liberticides se regroupent et reprennent l’offensive.

    Paris, le 10 janvier 2015

    Répondre à ce message

  • Curieux hommage à Charlie Hebdo que de faire de ses dessinateurs des héros (ils détestaient les héros) de la république française (qu’ils conspuaient), des défenseurs de la démocratie bourgeoise (qu’ils dénonçaient), et de les brandir dans une manifestation avec l’extrême droite et la droite dure, la gauche veule (qu’ils ridiculisaient), manifestation où les Musulmans manifesteront derrière leurs imams, etc, etc...

    C’est bel et bien une manipulation à laquelle ces journalistes ne se seraient nullement prêtés de leur vivant !

    Répondre à ce message

  • Corse : sanglier mort devant une salle de prière musulmane et graffitis anti-arabe...

    Répondre à ce message

  • Une explosion d’origine criminelle a eu lieu vers 6 heures ce jeudi matin à proximité de la mosquée de Villefranche-sur-Saône (Rhône), dans un kebab, selon une source policière proche de l’enquête interrogée par 20 Minutes. La vitrine du restaurant voisin du lieu de prière a été soufflée par l’explosion, au 249 rue de la Quarantaine.

    Ce jeudi matin, trois grenades d’exercice, dites grenades à plâtre, ont été lancées dans la nuit de mardi à mercredi dans la cour de la mosquée des Sablons au Mans (Sarthe).

    Par ailleurs, à Port-la-Nouvelle (Aude), un ou plusieurs coups de feu ont été tirés en direction d’une salle de prière musulmane, vers 20H00, une heure environ après la fin de la prière, alors que la salle était vide, a précisé le parquet de Narbonne, ajoutant que l’arme utilisée était un « pistolet à grenailles ».

    Une voiture appartenant à une famille de confession musulmane a été visée mercredi soir par balles dans une rue de Caromb (Vaucluse).

    Une explosion d’origine criminelle s’est produite jeudi matin vers 6 heures à Villefranche-sur-Saône (Rhône) devant un snack kebab jouxtant la mosquée de la ville, sans faire de victime.

    Au Mans, selon le quotidien Maine Libre, une détonation a retenti dans le quartier des Sablons vers minuit et demi, à côté d’une mosquée. Dans la matinée de jeudi, les enquêteurs ont découvert les restes de l’explosion d’une grenade à plâtre dans l’enceinte de la mosquée, alors qu’une vitre a été perforée par une balle. Trois autres grenades, intactes, ont été découvertes.

    « Islam on va vous niquer–Charlie ». Cette phrase en lettres rouges, inscrite le long d’une artère de Mâcon, illustre la tension que l’on fait monter à l’égard de la communauté musulmane.

    A Rennes (Ille-et-Vilaine), l’inscription bretonne « Er Maez Arabed » a été taguée sur la façade de la mosquée, rapporte notre correspondante locale. Traduction : « Arabe dégage ». « C’est de la bêtise, c’est vraiment dommage », commentait sur place Brahim Ajddig Moulay, président du centre culturel islamique, qui participera dimanche à la marche silencieuse organisée à Rennes à 15h.

    A Béthune (Pas-de-Calais), l’inscription « Dehors les Arabes » a été taggué en noir sur les tôles entourant le chantier de la future mosquée, rue Jean-Baptiste-Lebas. Un dessin représentant vraisemblablement une tête de cochon a également été peint, rapporte La Voix du Nord.

    A Liévin (Pas-de-Calais), le chantier de la future mosquée a également été couvert de tags nazis durant la nuit, toujours selon La Voix du Nord. Les faits ont été découverts, vendredi matin, par les ouvriers qui venaient travailler sur le chantier. Sur les quelques pans de murs déjà debout de la future mosquée, plusieurs croix gammées ont été peintes à la peinture blanche. Une tête de porc a aussi été déposée sur le sol. La même source confirme également à 20 Minutes la présence de l’inscription « Charlie est vivant ».

    A Saint-Juéry (Tarn), quatre coups de feu ont été tirés par un ou plusieurs individus pendant la nuit dernière sur la façade de la mosquée, rapporte La Dépêche.

    A Vendôme (Loir-et-Cher), des impacts de balles ont été relevés sur un tabac du quartier des Rottes et un lieu de prière de la rue de Montoire. « Il était 6h30 ce vendredi lorsque les employés du magasin tabac-presse du quartier des Rottes, à Vendôme, ont remarqué deux impacts dans la vitrine, tandis qu’à l’autre bout de la ville, Tahar Chabbi le président de l’association cultuelle relevait deux impacts sur les portes du lieu de prière situé rue Maréchal de Rochambeau », indique La Nouvelle République.

    A Corte (Haute-Corse), une tête de porc et des viscères ont été découverts, accrochés à la porte d’une salle de prière musulmane. Une lettre, qui n’a pas été ouverte, a également été retrouvée sur les lieux et a été remise à la gendarmerie chargée de l’enquête.

    A Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), les premiers fidèles de la mosquée ont découvert des tags haineux à la peinture jaune : « Charliberté », « Assassins » et « Sales arabes ». Les auteurs de cet acte de vandalisme font référence à la tuerie de Charlie Hebdo, selon Sud-Ouest.
    >> Jeudi 8 janvier

    A Villefranche-sur-Saône (Rhône), une explosion d’origine criminelle a eu lieu vers 6 heures jeudi matin à proximité de la mosquée de dans un kebab. La vitrine du restaurant voisin du lieu de prière a été soufflée par l’explosion, au 249 rue de la Quarantaine. L’attentat n’a pas fait de blessé. Le député-maire UMP de la ville, Bernard Perrut a demandé la protection de la mosquée.

    A Poitiers (Vienne), un suspect a été interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi après avoir tagué « Mort aux Arabes » sur le grand portail de la mosquée de Poitiers. Le recteur de la mosquée, l’imam Boubaker El Hadj Amor, a déposé plainte pour ce tag haineux, qui a été effacé peu de temps après sa découverte et dont il ne restait plus aucune trace jeudi matin. Le suspect s’est excusé et dit avoir été « bouleversé » par l’attentat contre Charlie Hebdo et agi sous l’emprise de l’alcool.

    A Mâcon (Saône-et-Loire), des inscriptions à la peinture rouge « Islam on va vous niquer–Charlie » ont été tracées le long d’une artère de la ville de Mâcon, chef-lieu de Saône-et-Loire. Plus précisément, deux inscriptions ont été découvertes jeudi matin. L’une a été tracée rue Carnot et l’autre derrière l’église Saint-Pierre. L’une de ces inscriptions était insultante et l’autre témoignait plutôt un soutien à Charlie Hebdo. Dès 9h du matin, les deux tags ont été effacés par les services municipaux.
    >> Mercredi 9 janvier

    Au Mans (Sarthe), trois grenades d’exercice, dites grenades à plâtre, ont été lancées dans la nuit de mardi à mercredi dans la cour de la mosquée des Sablons au Mans (Sarthe), indique Ouest-France. L’une d’elles a explosé sans faire de dégâts majeurs, selon le parquet. Il n’y a pas de blessé ni de revendication. Il n’y a pas eu d’interpellation.

    A Port-la-Nouvelle (Aude), un ou plusieurs coups de feu ont été tirés en direction d’une salle de prière musulmane, vers 20h, une heure environ après la fin de la prière, alors que la salle était vide, a précisé le parquet de Narbonne, ajoutant que l’arme utilisée était un « pistolet à grenailles ».

    A Caromb (Vaucluse), une voiture appartenant à une famille de confession musulmane a été visée mercredi soir par balles dans une rue, rapporte Le Figaro. Il n’y a pas eu de blessés.

    Répondre à ce message

  • Voici la litse des ordures mondiales avec lesquels les manifestants vont marcher :

    Le roi de Jordanie Abdallah II et son épouse la reine Rania

    La chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre britannique David Cameron, le président du conseil italien Matteo Renzi, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le président du Parlement européen, Martin Schulz et le président du Conseil européen Donald Tusk entoureront le président François Hollande. Seront aussi présents les chefs de gouvernement danois Helle Thorning-Schmidt, belge Charles Michel, néerlandais Mark Rutt, grec Antonis Samaras, portugais Pedro Passos Coelho, tchèque Bohuslav Sobotka, hongrois Viktor Orban, letton Laimdota Straujuma, bulgare Boïko Borisov, croate Zoran Milanovic, ainsi que le président roumain, Klaus Iohannis.

    Hors UE, seront présents notamment le président ukrainien Petro Porochenko, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, la présidente de la Confédération suisse Simonetta Sommaruga, le Premier ministre albanais Edi Rama, le ministre bosniaque des Affaires étrangères Zlatko Lagumdzija, la présidente kosovare Atifete Jahjaga, la présidente du Parlement serbe Maja Gojkovic.

    L’Afrique sera représentée par huit chefs d’État dont les présidents malien Ibrahim Boubacar Keïta, gabonais Ali Bongo, nigérien Mahamadou Issoufou, béninois Thomas Boni Yayi ainsi que par le Premier ministre tunisien Mehdi Jomaa.

    Le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane et le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman représenteront leurs pays. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas défileront ensemble pour la même cause, un événement rarissime.

    L’Amérique du Nord sera présente avec le ministre américain de la Justice Eric Holder et le ministre canadien de la Sécurité publique Steven Blaney.

    Seront aussi à Paris le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, le secrétaire général du Conseil de l’Europe Thorbjorn Jagland, et les dirigeants d’autres institutions internationales (Organisation internationale de la Francophonie, Bureau international du Travail, Ligue arabe).

    Également les maires de grandes villes européennes : Milan (Giuliano Pisapia), Barcelone (Xavier Trias), Turin (Piero Fassino), Florence (Dario Nardella).

    Des copains des dessinateurs de Charlie, tous ces gens-là ?!!!!

    Répondre à ce message

  • Quand on est vraiment du côté des victimes du terrorisme, on n’est pas seulement charlie mais aussi palestinien, irakien, afghan, ukrainien, yéménite, pakistanais, etc...

    Répondre à ce message

  • On est en état de guerre, c’est l’axe du CRIF, l’axe de la gauche, de la droite et de l’extrême droite. Ils veulent en fait étendre la guerre à la France et à l’Europe et ce sont les classes dirigeantes qui souhaitent prendre en otage les peuples d’Europe pour les contraindre à entrer en guerre contre les peuples musulmans. L’extrême droite n’est plus seule à le souhaiter mais c’est le cas aussi de toutes les bourgeoisies menacées par la crise et les révolutions sociales qui pourraient en découler...

    Répondre à ce message

    • D’accord avec vous Robert cependant il faut oublier les partis politiques qui ne sont que des étiquettes et éviter la division.
      Nous sommes collectivement, gens du peuple et quelles que soient nos opinions, confrontés à tout un système oligarchique qui dépasse de beaucoup le cadre politicien "à l’ancienne" car ce système n’a plus de frontière et encore moins de valeurs.
      De "droite" ou "gauche" qu’ils se prétendent en façade, nos dirigeants ne sont plus que les représentants de puissances financières et idéologiques (n’ayant pas peur de certains tabous) qui nous veulent beaucoup de mal en ces temps de remise en question de leur empreinte néfaste sur notre quotidien.
      Ces meneurs du jeu accélèrent la cadence pour nous trainer de force vers une guerre civile que personne ne souhaite et qui ne sera profitable que pour eux.
      Comme dans toutes les guerres c’est l’homme du peuple dans son ensemble qui trinque et tuant son semblable et en étant tué par lui.

      Répondre à ce message

  • En rester à Charlie Hebdo, c’est comme en rester à Sarajevo pour la première guerre mondiale. Ce n’est ni une cause ni un but essentiel de nos adversaires. Le fond, c’est la crise mondiale du capitalisme. C’est cela qui marque la situation et qui pousse les classes dirigeantes à une marche à la guerre...

    Répondre à ce message

  • Enfin une manifestation où il n’y aura pas de divergence sur le nombre de manifestants entre les chiffres de la préfecture et ceux des organisateurs puisque les organisateurs, c’est en un certain sens... les flics... Voilà une remarque qu’aurait pu faire Charlie (du moins l’ancienne version puisque la nouvelle sera elle aussi plutôt organisée par les mêmes que la manif)...

    Répondre à ce message

  • Il est clair que le terrorisme qui vient de frapper en France est le prolongement des guerres extérieures de la France. Que les classes dirigeantes françaises aient tenu à être l’une des nations les plus impliquées dans tous les conflits du monde n’est pas indifférente aux risques terroristes qui pèsent actuellement sur la population de France. Bien entendu, les gouvernants, les média et les classes dirigeantes se gardent bien de souligner qu’elles ont exposé consciemment le peuple de France car c’est même l’un de leurs calculs : imposer à ce peuple d’entrer moralement en guerre contre les Musulmans pour semer la prochaine guerre mondiale ! Les dirigeants israéliens qui manifestent aujourd’hui, soi-disant "pour Charlie", disent clairement que la guerre d’Israël doit être étendue à la France !

    Répondre à ce message

  • Cette manifestation est une blague de mauvais goût. Il aurait fallu laisser SEULS dans la rue tous ces faux-culs de chefs d’état, de politiciens et autres "curés" de tous bords et toutes religions, et on aurait vu le ridicule de la situation. Et il aurait fallu organiser une contre manifestation. C’est un peu tard... Parait que les libertaires, LO et le NPA n’iront pas, bravo à eux. Qu’en pensent les survivants de Charlie ? Qu’en penseraient ceux qui ont payé de leur vie la folie, encore une fois religieuse et millénaire (guerres de religions depuis des siècles sur tout le globe), de pauvres types ? Qu’en penseraient les anonymes abattus lors de ces jours meurtriers ? J’en profite tiens, on n’est jamais trop prudent, : si jamais je suis tué dans un attentat quel qu’il soit, j’interdis a quiconque d’associer mon nom à une manifestation incluant officiellement toutes les raclures qui sont en train de récupérer les morts de Charlie-Hebdo, ces présidents de républiques, ces roîtelets, ces ministres, ces politiciens français qui sentent de la bouche. Et merci à ceux qui sont d’accord avec moi de s’en assurer, puisque je ne serais plus là pour le faire...

    Répondre à ce message

  • Le gouvernement reçoit les responsables juifs et protège les écoles et temples juifs mais ne fait pas le même geste vers les Musulmans. Cela en dit long sur sa volonté d’opposer les communautés...

    Répondre à ce message

  • Loin de s’inquiéter que, dans les cités des banlieues misérables gangrénées par le chômage, victimes de la crise mais aussi du racisme à l’embauche, l’islamisme radical gagne des adeptes, les classes dirigeantes y poussent car elles préfèrent que la colère sociale tourne des deux côtés vers l’extrême droite que vers l’extrême gauche. Ils préfèrent que le prolétariat s’oppose en son propre sein de manière violente, plutôt qu’il ne s’oppose ensemble aux classes dirigeantes. Les deux côtés, Musulman et non-Musulman, les classes dirigeantes les pousse vers leur extrême droite et vers l’affrontement, même quand elle prétendent le contraire. Il suffit de voir y compris les leaders social-démocrates commencer déjà à lancer des appels du pied vers l’extrême droite. Quant aux fascistes français blancs, ils fourbissent discrètement leurs armes et recrutent massivement. Les couteaux sont en train de s’aiguiser dans un monde bourgeois en chute libre...

    Répondre à ce message

  • Ceux qui appellent la population juive à rejoindre Israël les appellent en fait à rejoindre la djihad juive. Mais là, ils ne subissent pas l’opprobre ni les menaces des gouvernants !

    Répondre à ce message

  • Willem dessinateur de Charlie : "nous vomissons sur tous ces gens qui, subitement, disent être nos amis".

    "Je n’étais pas à la manifestation spontanée du 7 janvier. Des gens ont chanté la Marseillaise. On parle de la mémoire de Charb, Tignous, Cabu, Honoré, Wolinski : ils auraient conchié ce genre d’attitude"

    Luz, l’un des dessinateurs de Charlie Hedbo "rescapés" de l’attentat meurtrier : "Leur soutien est contre-sens de ce que sont les dessins de Charlie".

    Répondre à ce message

  • La Suède touchée par une flambée d’actes antimusulmans...

    En l’espace de seulement huit jours, c’est la troisième mosquée attaquée en Suède. Dans la nuit de mercredi à jeudi, une bombe incendiaire a été jetée contre une mosquée de la ville d’Uppsala, au nord de Stockholm sans mettre le feu au lieu de culte. Une photo, publiée sur Facebook par l’Association islamique de Suède, montre la porte principale du bâtiment sur laquelle il est inscrit : « Cassez-vous sales musulmans ». Ce sont des passants qui ont prévenu la police. Ils assurent avoir vu un homme jeté un projectile enflammé sur la mosquée vers 4h30 du matin. « L’attaque a été classée comme tentative d’incendie criminel, vandalisme et incitation à la haine », annonce la police, appelant au passage d’autres éventuels témoins à se manifester.

    Répondre à ce message

  • Willem, survivant des dessinateurs de Charlie :

    « Nous avons beaucoup de nouveaux amis, comme le Pape, la reine Elizabeth ou Poutine : ça me fait bien rire »

    Répondre à ce message

  • Cet unanimisme est utile à Hollande pour ressouder la nation. Il est utile à Marine Le Pen pour demander la peine de mort", note Luz, autre survivant de Charlie. "A la différence des anglo-saxons ou de Plantu, Charlie se bat contre le symbolisme. Les colombes de la paix et autres métaphores du monde en guerre, ce n’est pas notre truc",

    Répondre à ce message

  • Comment faire confiance au gouvernement français, à la gauche ou à la droite, même pour combattre le terrorisme se couvrant de l’Islam. En effet, ce sont Hollande t Sarkozy qui ont financé et armé des groupes terroristes se revendiquant de l’Islam en Libye et en Syrie soi-disant pour battre Kadaffi et Assad comme les USA avaient financé et armé Al Qaïda soi-disant pour battre l’URSS en Afghanistan...

    Répondre à ce message

  • A la marche étaient présents présents le premier ministre turc Ahmet Davutoglu, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, le président de la République gabonaise Ali Bongo, le roi et la reine de Jordanie Abdallah II et Rania, le chef du gouvernement hongrois Viktor Orban, le ministre des affaires étrangères égyptien Sameh Choukryou encore Naftali Bennett, ministre de l’économie israélien qui se vantait d’avoir tué « beaucoup d’Arabes ».

    Voilà les personnalités qui prétendent lutter pour la liberté ! Il est vrai que les représentants français, anglais ou US ne valent pas plus cher !

    Répondre à ce message

  • Hollande et Valls vont maintenant s’appuyer sur la manifestation pour aggraver le caractère policier du régime avant d’accroitre leurs guerres dans le monde...

    Répondre à ce message

  • Aucune référence n’est faite, dans ce contexte d’une orgie d’hypocrisie démocratique, au fait que l’armée américaine est responsable, dans le cadre de ses guerres menées au Moyen-Orient, de la mort d’au moins 15 journalistes. Dans ce discours d’« attaque contre la liberté d’expression », il n’y a aucune place pour mentionner la frappe de missile air-sol contre le siège d’Al Jazeera à Bagdad qui avait tué trois journalistes en blessé quatre autres.

    Rien n’a été écrit ou dit sur le meurtre en 2007 de deux journalistes de l’agence internationale de presse Reuters qui travaillaient à Bagdad, et du photographe de l’agence, Namir Noor-Eldeen, ainsi que de son chauffeur, Saeed Chmagh. Les deux hommes furent délibérément ciblés par des hélicoptères de combat Apache américains alors qu’ils étaient en mission à Bagdad Est.

    L’opinion publique américaine et internationale fut pour la première fois en mesure de visionner une vidéo du meurtre de sang-froid des deux journalistes et d’un groupe d’Irakiens – vidéo filmée depuis l’un des hélicoptères de combat – qu’après que WikiLeaks ait diffusé du matériel classifié que le site avait obtenu d’un soldat américain, le caporal Bradley Chelsea Manning.

    Et comment les Etats-Unis et l’Europe ont-ils réagi pour protéger l’exercice de la liberté d’expression de WikiLeaks ? Julian Assange, le fondateur et l’éditeur de WikiLeaks, est victime d’une persécution incessante. Des figures influentes du monde politique et de la presse aux Etats-Unis et au Canada l’ont dénoncé comme étant un « terroriste » en exigeant son arrestation, certains allant même jusqu’à réclamer son meurtre. Assange est poursuivi en justice sur la base d’accusations frauduleuses de « viol » concoctées par les services secrets américains et suédois. Il fut forcé de chercher refuge au sein de l’ambassade équatorienne à Londres qui est soumise à une surveillance 24 sur 24 par la police britannique qui interpellerait Assange dès sa sortie de l’ambassade. Quant à Chelsea Manning, elle est actuellement en prison, purgeant une peine de 35 ans pour trahison.

    C’est ainsi que les grandes « démocraties » capitalistes d’Amérique du Nord et d’Europe ont démontré leur engagement pour la liberté d’expression et la sécurité des journalistes !

    Répondre à ce message

  • Défiler derrière le fasciste-terroriste Nétanyahou va-t-il sauver du fascisme intégriste ? Défiler avec la fasciste Le Pen vaut-il mieux ? Défiler avec les gouvernants français et occidentaux qui ont soutenu et financé les terroristes intégristes en Afghanistan, en Syrie et en Libye vaut-il mieux ? Faut-il croire ces gens-là qui montent les populations musulmanes et non-musulmanes les uns contre les autres ? Ils nous disent que la manifestation est un gage de paix et de démocratie mais c’est faux : les milices terroristes et les Etats qui ne le sont pas moins se moquent bien des opinions publiques, même quand ils les utilisent pour couvrir leurs actes.

    Répondre à ce message

  • Chers camarades,

    L’attentat contre Charlie Hebdo constitue un événement important. Le mouvement ouvrier doit défendre la liberté de la presse et la création artistique. En aucun cas, il ne doit subordonner la classe ouvrière à la bourgeoisie et à ses institutions, comme le font aujourd’hui toutes les directions syndicales (CFDT, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA) ainsi que les partis sociaux-patriotes (PS, PCF, PdG).

    D’une part, la fiction de « l’union nationale » masque la responsabilité de notre propre bourgeoisie, de notre propre impérialisme, de son État ; d’autre part, cela légitime le renforcement de l’appareil contre-révolutionnaire de l’État bourgeois.

    Dans ces conditions, il nous semble indispensable que toutes les organisations ouvrières qui défendent l’internationalisme et l’indépendance de la classe ouvrière prennent une position commune pour :

    1. Condamner les attentats contre le journal anticlérical et l’épicerie casher

    2. Défendre les libertés démocratiques au profit des travailleurs de ce pays et des autres, en particulier contre l’État bourgeois « démocratique »

    Rejeter l’union nationale avec la bourgeoisie française qui a toujours recouru au terrorisme contre les pays dominés et son prolétariat.

    Une telle position commune aurait un retentissement national, et aussi international, bien au-delà de l’audience habituelle de chacune des organisations et qui ouvrira la voie de rapprochements pour regrouper l’avant-garde dans un parti ouvrier communiste et international. Seule une perspective de révolution socialiste mondiale peut permettre de combattre et d’éradiquer l’islamisme, ici et surtout ailleurs.

    Faites nous savoir au plus vite à l’adresse électronique ci-dessus si vous envisagez de le faire et, dans ce cas, transmettez cette proposition aux organisations que nous aurions oubliées et qui seraient susceptibles de s’y associer.

    Fraternellement,

    Direction nationale du GMI

    Répondre à ce message

    • Chers camarades de GMI,

      Pour une extrême gauche qui se dit révolutionnaire, il ne nous semble pas que « Condamner les attentats… Défendre les libertés démocratiques… Rejeter l’union nationale avec la bourgeoisie française qui a toujours recouru au terrorisme… » soit la base sur laquelle nous devions réagir à la situation actuelle. En effet, dans ces trois slogans, nous ne trouvons aucune bribe d’une analyse de la politique actuelle des classes dirigeantes, analyse de classe indispensable pour faire face à la situation. En particulier, nous n’y trouvons pas le lien entre la montée des violences, des fascismes et des guerres et guerre civiles et la montée des révolutions et des réactions sociales. Nous n’y trouvons pas le lien avec la crise historique de la domination du système capitaliste. Nous ne voyons pas l’ébauche d’une explication des événements par la volonté des classes dirigeantes de faire basculer les peuples dans le sens d’une marche à la guerre coloniale d’abord puis inter-impérialiste mondiale ensuite. Nous ne voyons pas d’éclaircissement de la prise en otage de peuples entiers par les classes dirigeantes, peuples amenés, le couteau sous la gorge, à choisir entre deux terrorismes et deux fascismes. L’unité des révolutionnaires n’a d’intérêt que sur des bases claires et pas sur un plus petit commun dénominateur qui serait lui-même réformiste. Dans la situation, il n’y a pas d’autre issue que la révolution sociale. Il faut clairement indiquer l’alternative : renversement du capitalisme ou fascisme (qu’il soit islamiste ou occidental).

      Salutations communistes révolutionnaires

      Robert Paris

      Répondre à ce message

  • Pour notre part, nous proposons le texte ci-dessous qui pourrait tenir en un tract commun d’une page :

    Défendre la démocratie avec Sarkozy et Netanyahou ?

    Le 7 janvier, à Paris, deux islamistes se réclamant d’Al-Qaida ont assailli l’hebdomadaire Charlie Hebdo, assassinant les dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski et le professeur d’économie Bernard Maris. Ils ont exécuté en outre trois autres collaborateurs du journal, un visiteur et deux policiers. Le même jour, un autre islamiste, lié aux premiers mais se réclamant de Daesh, a assassiné une policière municipale qui s’occupait de la circulation à Montrouge, a blessé un agent de voirie puis a tué quatre clients d’un supermarché casher à Paris.

    Les trois fanatiques n’ont pas attaqué l’armée sioniste, ni« la France ». Ils ne s’en sont pas pris à l’état-major de l’armée ou au siège d’un service secret (DGSE, DGSI…), au Printemps français fasciste et homophobe, à l’hebdomadaire raciste Minute, à des medias très liés aux capitalistes et à l’armée française comme TF1 ou au Figaro. C’est un fait, les réactionnaires islamistes ont ciblé des artistes et des Juifs.

    Le fondamentalisme musulman n’est pas une conviction religieuse, c’est un courant politique de type fasciste. Dans les zones qu’ils contrôlent, au Proche-Orient et en Afrique, les bandes islamo-mafieuses torturent leurs opposants et les exécutent, défendent la propriété privée, interdisent les grèves et liquident les organisations ouvrières, tuent plus d’Arabes et de Kurdes que de soldats des armées impérialistes et sioniste, oppriment violemment les femmes, les jeunes et les homosexuels, interdisent toute activité artistique et persécutent les autres croyances.

    L’islamisme est un produit de la décomposition du capitalisme : il a été propulsé par les services secrets américains, pakistanais, turcs et israéliens ; il est financé par les monarchies du Golfe alliées des États-Unis et de la France ; il est branché sur le capitalisme mondial par ses trafics de drogue, de pétrole, d’armes… Il trouve un écho dans les pays dominés mais aussi dans les minorités arabes ou musulmanes opprimées des pays dominants en prenant l’apparence, fallacieuse, de l’anti-impérialisme et de l’antisionisme.

    C’est possible parce que les États impérialistes comme les Etats-Unis et la France sécrètent en leur sein la discrimination contre les minorités ethniques (par exemple, le Premier ministre Valls a dit que les Roms n’étaient pas intégrables). Ils légitiment la colonisation sioniste de la Palestine. Pour protéger leurs groupes capitalistes qui pillent la nature et exploitent les salariés dans le monde entier, les puissances impérialistes interviennent à l’étranger pour soutenir des régimes despotiques, mener des coups d’État, bombarder, occuper, assassinent et torturent ceux qui osent les défier…

    Hollande reçoit la raciste Le Pen et défile avec le premier ministre israélien Nétanyahou qui a détruit Gaza et massacré 2 000 Palestiniens cet été ainsi qu’avec le ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis, une monarchie absolue qui interdit les syndicats et applique la charia. Pourtant, le PS, le PCF, le PdG et toutes les directions syndicales (CFDT, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA) appellent à « l’unité républicaine » et défilent avec les chefs de l’UMP.

    L’union nationale, que ce soit contre le Kaiser en août 1914 ou contre les djihadistes en janvier 2015, transforme toujours le prolétariat et la jeunesse en dupes de la classe dominante. Elle débouchera sur l’espionnage généralisé de la population, sur la diminution des libertés démocratiques, sur le renforcement de l’appareil répressif d’État (services secrets, armée, police nationale…) qui se révèle impuissant envers le terrorisme mais constitue une menace contre les grèves, les luttes sociaux et la révolution sociale ici et ailleurs. Le GIPN est déjà intervenu contre des postiers en grève, le GIGN est déjà intervenu contre des marins en grève. Des fascistes, qui haïssent Charlie Hebdo, multiplient les agressions contre les mosquées.

    Les travailleurs et les jeunes de ce pays, quelle que soit leur ethnie, leur religion ou leur absence de religion, doivent s’unir pour défendre les libertés démocratiques. Ils doivent combattre aussi les campagnes xénophobes et islamophobes des partis bourgeois « républicains » comme l’UMP ou fascisants comme le FN, les interventions militaires impérialistes et la chasse aux immigrés du gouvernement PS-PRG. Pour éradiquer définitivement le fascisme sous toutes ses formes, il faut extirper le capitalisme de ce pays et du monde entier avec l’aide des travailleurs de tous les pays.

    Aucune restriction des libertés démocratiques ! Protection des mosquées ! Fin des subventions à l’Église catholique et ses écoles ! Retrait de toutes les troupes françaises des pays étrangers ! Liberté pour les travailleurs et les jeunes de circuler, d’étudier et de travailler dans tous les pays !

    Un camarade du GMI

    Répondre à ce message

  • Il n’y a toujours, dans ce texte, aucune allusion à la situation internationale du capitalisme, en chute libre malgré les décharges massives de capitaux publics et qui cherche à faire durer la situation économique le temps de pousser les peuples à prendre partie pour la guerre mondiale qu’ils préparent.

    Il ne peut donc nous convenir.

    Salutations communistes révolutionnaires

    Robert Paris

    Répondre à ce message

  • Et c’est parti pour policiariser la société française sous prétexte de lutte contre le terrorisme !

    Voici ce qu’écrit Le Monde du 12 janvier :

    Faut-il un « Patriot Act » à la française, après les tueries de Charlie Hebdo et de la porte de Vincennes ? Le lobbying des policiers, c’est de bonne guerre, a commencé, pour faire oublier les failles du dispositif et réclamer plus de moyens.

    Une réunion à l’Elysée consacrée à la sécurité intérieure devait avoir lieu lundi 12 janvier, mais l’idée même de « guerre au terrorisme » est inquiétante. Elle est entrée dans le droit positif aux Etats-Unis sept semaines après le 11-Septembre, par une résolution du Congrès. Elle consacre « la notion d’“ennemis combattants illégaux”, rappelle Mireille Delmas-Marty, professeure au Collège de France. Des personnes qui ne bénéficient ni des garanties du droit pénal, parce que ce sont des ennemis, ni de celles des prisonniers de guerre, parce que ce sont des combattants illégaux ».

    Le rôle du juge est marginalisé : c’est la guerre. Avec le Patriot Act, instauré par l’ordonnance du 13 novembre 2001, des commissions militaires deviennent des juridictions, et malgré la résistance de la Cour suprême, transgressent ouvertement le droit international. Les prisonniers de Guantanamo sont retenus et torturés à Cuba au seul gré des services américains, en marge de toutes les garanties minimales du droit américain ; l’ombre de ce droit d’exception est portée jusqu’en Europe, qui accepte d’accueillir des centres « d’interrogatoire » clandestins. La NSA, au nom de l’antiterrorisme, met en place un gigantesque réseau d’espionnage, qui s’étend jusqu’au téléphone d’Angela Merkel. Le Patriot Act, voté théoriquement pour quatre ans, a été prolongée deux fois, jusqu’en 2015.

    En France, le gouvernement a déjà fait adopter la loi du 13 novembre 2014, qui prévoit l’interdiction de sortie du territoire des suspects candidats au djihad, et créé un délit d’« entreprise terroriste individuelle ». Les décrets d’application ne sont pas tous signés, mais il est clair que le nouveau texte n’empêche en rien les départs pour la Syrie et ne répond pas aux caractéristiques de la tuerie de Paris. Ce deuxième texte antiterroriste depuis le début du quinquennat – après une première loi défendue par Manuel Valls lui-même, lorsqu’il était ministre de l’intérieur – est le quinzième depuis 1986.

    Répondre à ce message

  • Les 717 écoles et lieux de culte juifs en France sont protégés dès ce lundi par 4.700 policiers et gendarmes... Mais les écoles et lieux de culte musulmans ont été ciblés également !

    Répondre à ce message

  • Plus d’une cinquantaine d’actes anti-musulmans ont été relevés en France depuis l’attentat jihadiste contre Charlie Hebdo mercredi mais Valls-Hollande ne parlent de protéger que les Juifs !!! C’est la guerre de religion qu’ils préparent et pas la paix et la sécurité...

    Répondre à ce message

  • En faisant de Nétanyahou le symbole de la défense des Juifs de France, Hollande-Valls ont montré le bout de leur nez et montré surtout qu’ils comptaient bien opposer Juifs et Musulmans pour développer une guerre de religion dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Accuser l’ensemble des Musulmans des crimes des assassins est aussi criminel que d’accuser l’ensemble des Juifs des crimes des dirigeants israéliens.

    Répondre à ce message

  • Cela signifierait demander des comptes à tous les français pour le génocide au Rwanda organisé par le plus haut sommet de l’Etat français...

    Répondre à ce message

  • Après les attentats : à Dresde, le mouvement allemand anti-islam exploite la peur...

    Les actes anti-musulmans semant la peur dans la communauté d’origine musulmane prépare le pays à des affrontements sanglants ! Ce sont de nouveaux semeurs de terrorisme et de guerre civile qui s’expriment ainsi par l’extrême droite militante.

    Ce n’est pas derrière l’Etat que les peuples et les travailleurs peuvent se protéger parce que l’Etat est lui-même impliqué dans cette guerre. Les travailleurs doivent faire autre chose que suivre leurs dirigeants syndicaux qui, eux-mêmes, suivent les dirigeants de la bourgeoisie.

    Répondre à ce message

  • On a entendu ce matin à la radio un père de famille à qui des fascistes avaient mis une oreille de cochon dans son jardin et dont les enfants lui disaient : on va devoir s’en aller !

    Nous sommes tous concernés aussi par ce genre d’attentats, qu’on soit ou pas musulmans car, s’ils se multiplient, ils sèment la haine et la haine n’est bonne que pour les classes dirigeantes, qui veulent nous diviser dans la crise actuelle.

    Répondre à ce message

  • Valls prétend défendre le droit au blasphème sauf quand on blasphème la Marseillaise !!!

    Répondre à ce message

  • La montée du fascisme anti-musulman en France est un danger au moins aussi important que celui du terrorisme !

    Répondre à ce message

  • L’ovation debout des députés français chantant la Marseillaise, rappelant celle de 1918, montre bien qu’ils s’agit de revenir à l’ambiance nationaliste guerrière de la première guerre mondiale, ce que Hollande et Valls concoctaient depuis longtemps en rappelant qu’ils étaient pour Clemenceau et pas pour Jaurès !

    Répondre à ce message

  • Pendant ce temps tous ces Etats occidentaux dont la France continuent de soutenir un Etat du Nigeria qui n’a pas levé le petit doigt contre Boko Haram malgré des milliers de morts du terrorisme et se prépare à demander l’intervention militaire impérialiste élargissant le domaine de la guerre mondiale à un pays de plus...

    Répondre à ce message

  • Le comique Dieudonné est certes peu comique et même vaguement raciste, mais il est arrêté par l’Etat français au nom de la lutte pour la liberté d’expression ! Or, jusqu’à preuve du contraire, il n’a fait, comme Charlie Hebdo finalement, que lancer des plaisanteries vasouillardes. Il n’a pas réellement soutenu le terrorisme. Pas plus que les caricatures de Mahomet ne peuvent être qualifiées d’appel à la haine contre les Musulmans mais sont d’une maladresse inqualifiable malgré toutes les bonnes intentions que l’on veut. Imaginons que Charlie fasse une campagne de dessins caricaturaux des Juifs, ne dirait-on pas que c’est du racisme ou que ça l’encourage ? Si, à la veille de la guerre de 1914-1918, on faisait une campagne de dessins contre le kaiser d’Allemagne en France, est-ce que cela ne signifierait pas un soutien au chauvinisme guerrier. En période de situation critique mondiale, les dessins sont politiques et ne sont pas neutres même si les dessinateurs et journalistes sont peu politiques.

    Répondre à ce message

  • Deux poids deux mesures : l’Etat français arrêt Dieudonné et pas Jean-Marie Le Pen !!!

    Répondre à ce message

  • Hollande reçoit même Marine Le Pen à l’Elysée, peu après que celle-ci ait justifié l’usage de la torture par les forces de l’ordre et le retour à la peine de mort. Le massacre de Charlie Hebdo, c’est justement ça : un retour à l’application de la peine de mort !

    Répondre à ce message

  • « Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que Charlie Hebdo peut faire des “unes” contre Mahomet qui insultent les Musulmans ? Liberté d’expression signifie quoi ?

    Répondre à ce message

    • La liberté d’expression réelle voudrait dire que les travailleurs et les peuples s’expriment, qu’ils le fassent sur leurs lieux de travail, qu’ils se réunissent pour cela. Il n’y a aucune liberté réelle d’expression nulle part sous le capitalisme.

      Le prétexte actuel, la liberté d’expression, est un pur et simple mensonge.

      Là où les armées impérialistes interviennent il n’y a aucune liberté d’expression, pas plus que là ou les terroristes, là où les fascistes interviennent.

      Soral et Dieudonné ne sont pas les auteurs des attentats, ils ne sont pas plus les organisateurs que Le Pen et donc doivent être traités de la même manière.

      Ennemis des travailleurs, il n’y a que ça mais on n’a pas encore commencé à les mettre en prison car il faudrait d’abord leur ôter le pouvoir d’Etat !

      Hollande n’est pas moins un ennemi des travailleurs que Soral et Valls pas moins que Dieudonné mais ils ont plus de responsabilités politiques. Ils sont au pouvoir. ils organisent des crimes dans le monde entier. Les autres ne font que parler et qu’écrire comme les dessinateurs de Charlie.

      Répondre à ce message

  • On n’a pas le droit de faire l’apologie publique des crimes, nous dit-on ? Mais une année entière à faire l’apologie de la guerre de 1914-1918, c’est quoi ?!!!

    Répondre à ce message

  • Qui est responsable des attaques terroristes en France ? Bon nombre des principaux coupables se trouvaient parmi les « dirigeants mondiaux » qui ont ouvert la manifestation officielle de dimanche en France alors qu’ils ont eux-mêmes participé à la « guerre contre la terreur » menée par les Etats-Unis et aux atrocités commises dans des pays à population majoritairement musulmane, mettant en colère et aliénant toute une génération de jeunes au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie.

    Les fusillades de la semaine passée à Paris suivent un cas de figure récurrent dans la « guerre contre le terreur. » Pratiquement tous ceux qui étaient impliqués dans des attaques terroristes dans les principaux centres impérialistes ou y étaient liés – depuis les attentats du 11 septembre jusqu’à la prise d’otages du mois dernier dans un café de Sydney, en passant par l’attentat à la bombe du Marathon de Boston, les attentats à la bombe du métro de Londres et ceux de la gare principale de Madrid – avaient des relations inexpliquées et suspectes avec les services de sécurité des pays concernés.

    Les deux frères qui ont attaqué le siège de Charlie Hebdo, Chérif et Saïd Kouachi, étaient connus des autorités françaises depuis plus de dix ans. Ils avaient également été surveillés par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

    Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait admis la semaine passée que les deux hommes étaient « probablement surveillés » avant la fusillade mais affirma que rien n’indiquait une attaque imminente. Chérif fut interpellé en 2005 et condamné pour conspiration de voyage en Irak dans le but d’y rejoindre un groupe fondamentaliste islamique. Selon des responsables américains anonymes, Saïd s’était rendu au Yémen en 2011 et y avait bénéficié d’un entraînement au maniement d’armes de combat dispensé par al Qaïda dans la péninsule arabique.

    Ahmed Coulibaly, qui s’est emparé de la supérette casher, avait été condamné pour vol à main armée et était connu pour avoir rejoint des cercles islamistes radicaux à Paris. En 2009, il fut arrêté et accusé d’avoir comploté la libération de l’auteur des attentats à la bombe dans le RER, Smaïn Aït Ali Belkacem, un membre du Groupe islamique armé algérien (GIA). Chérif Kouachi avait également été interrogé sur cette affaire mais n’avait pas été poursuivi. Coulibaly était sorti de prison en mars 2014.

    Un article paru dans Euronews, intitulé « Des questions clé à propos des fusillades de Charlie Hebdo restées sans réponse », se demande pourquoi les services de sécurité français n’ont pas surveillé de plus près les auteurs de ces attentats. « C’est peut-être parce que, » suggère l’article, « comme souvent par le passé, les Français aiment « retourner » les terroristes pour qu’il exécutent leur volonté. Les Kouachi ont peut-être été des candidats pour un tel traitement, mais personne à Paris ne sera jamais prêt à le reconnaître, même s’il s’agit d’une forme légitime de contre-espionnage. Pas maintenant. »

    Répondre à ce message

  • On ne peut pas combattre le terrorisme intégriste fasciste en France ou ailleurs en cautionnant le terrorisme fasciste d’extrême droite ni en cautionnant le terrorisme de l’Etat d’Israël, ni celui des USA et de la France en Irak, en Afghanistan, au Pakistan ou au Yémen. Un terrorisme ne combat pas l’autre !

    Répondre à ce message

  • Redisons-le pour la millième fois, les classes dirigeantes sont les principaux responsables de la montée de la violence dans le monde, avec des terrorismes, des guerres, des guerres civiles qui ne viennent pas par hasard aujourd’hui, juste après la crise historique du capitalisme. C’est l’effondrement économique impossible à enrayer, seulement possible à retarder à coups de milliers de milliards, qui nécessite que les classes dirigeantes lancent le monde dans la guerre. Cette guerre qui se prétend contre le terrorisme est une guerre contre les travailleurs et les peuples, tout en tentant de s’appuyer sur les peurs semant dans le peuple pour justifier le fascisme et la guerre...

    C’est tout sauf étonnant. Nous avons dit, dès 2007, que le capitalisme allait à terme se lancer dans l’opposition violente entre Musulmans et non-Musulmans, entre Juifs et non-Juifs, entre tous les peuples pour dévier le coup des révolutions sociales qui n’allaient pas manquer de se produire vu l’effondrement du système d’exploitation.

    C’est ce qui est essentiel à diffuser aujourd’hui et pas la discussion mensongère sur la liberté d’expression !

    Répondre à ce message

  • L’intervention militaire de la France, des USA et de leurs alliés en Irak et Syrie ne vise nullement à sauver le peuple kurde ni les autres peuples de la région : Lire ici

    Répondre à ce message

  • A-t-on jamais vu un président en exercice semer la discorde raciale et religieuse pour sauver les classes dirigeantes d’une situation sociale explosive due à des attaques que ces exploiteurs veulent violentes afin de répondre à une crise économique et sociale d’ampleur ? On peut se rappeler que la France a connu exactement ce type de situation alors que la révolution bourgeoise montait contre la féodalité et que la royauté n’a rien trouvé de mieux pour l’éviter que d’organiser des milices fascistes catholique encadrées par l’armée pour massacrer les protestants. C’est la Saint-Barthélemy. Auparavant, ils avaient semé la haine contre les Protestants, accusés de menacer de mort les Catholiques.

    Plus près de nous, on a l’exemple du président Milosevic de l’ancienne Yougoslavie qui a pratiqué méthodiquement exactement la même méthode. La dictature rwandaise a agi de même sur le conseil et avec l’aide de l’Etat français dirigé par la gauche et la droite, par Mitterrand et Léotard en 1994.

    Dans chacun de ces cas, on a présenté les choses tout autrement. Mais ce sont des mensonges. Il n’y avait pas d’ethnies au Rwanda ni de haines ancestrales, ni interrégionales, ni inter-ethniques, ni inter-religieuses en Yougoslavie. La meilleure preuve est que dans ces deux pays comme dans la France d’avant la Saint-Barthélemy, il y avait des mariages inter-religieux sans opposition notable, même de la part des radicaux des diverses communautés. Ce sont les dirigeants de l’Etat qui ont tout organisé et ils l’ont fait non seulement pour défendre leur pouvoir personnel, mais d’abord et avant tout parce que les classes dirigeantes s’estimaient menacées par le mécontentement social montant qui menaçait d’exploser et ne pouvait que s’aggraver vues les attaques anti-sociales programmées à l’avenir par ces mêmes classes dirigeantes.

    Y a-t-il des raisons de penser qu’on est en train d’assister en France aux débuts de la préparation de l’opinion pour des catastrophes d’ampleur du même type organisées dans le même but ? Tout à fait ! On a même tous les moyens de savoir que c’est un montage en vue d’opposer systématiquement deux fractions des travailleurs, des milieux populaires.

    La situation est celle d’une classe dirigeante en bout de course qui sait que l’avenir ne va offrir qu’un chômage de masse et qu’une misère généralisée à une population qui ne l’a pas connue depuis la dernière guerre mondiale, avec des licenciements en masse y compris dans les grandes entreprises, y compris dans l’Automobile, le Bâtiment, les banques, y compris dans les services publics, y compris parmi les fonctionnaires. Bien entendu, cela n’est pas possible sans grandes réactions et sans risque de soulèvement social.

    C’est bien pourquoi ces classes dirigeantes ont cherché un dérivatif et elles ont trouvé que le meilleur était la guerre de religion : monter le reste des masses populaires contre les Musulmans en les présentant comme la cause de l’insécurité et du terrorisme, quitte à fabriquer des « preuves », quitte à prendre en otage toute la population française en utilisant la réprobation bien naturelle contre un tueur d’enfants.

    Répondre à ce message

  • un homme de 34 ans a été condamné à quatre ans de prison ferme à Valenciennes (Nord) pour avoir fait l’apologie des frères Kouachi lors de son arrestation en état d’ivresse après un accident de voiture. Quatre ans de prisons pour des propos alcoolisés !

    Ne pas confondre la lutte contre l’alcoolisme et la lutte contre le terrorisme. Sans quoi on risque fort de s’éloigner de la lutte contre le terrorisme et on risque aussi de se retrouver dans la lutte contre les citoyens qui ont un certain faciès....

    Répondre à ce message

  • Tout est fait, dans la politique gouvernementale de Valls, pour pousser la population d’origine musulmane, notamment sa jeunesse, à se radicaliser et la population qui n’est pas d’origine musulmane à se radicaliser contre celle-ci. On fait ainsi basculer tout un pays progressivement dans la guerre civile...

    Répondre à ce message

  • Le pape, lui, s’est distingué :

    "Si on parle mal de ma mère, je mets un coup de poing, c’est normal" !

    "La liberté d’expression est un "droit fondamental" mais on ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut pas la tourner en dérision".

    Intégristes de tous poils, unissez-vous !

    Répondre à ce message

  • Parce que des jeunes d’établissements scolaires pour lesquels, contrairement aux adultes, le rassemblement et la minute de silence avaient été imposés et qui ont du coup perturbé celle-ci, des sanctions tombent : travaux d’intérêt général, allocations familiales des parents des jeunes concernés suspendues, exclusions temporaires, exclusions définitives, signalements à la justice...

    Si on voulait pousser ces jeunes-là à se radicaliser dans le sens islamiste et non les convaincre, on n’aurait pas procédé autrement...

    Répondre à ce message

  • La Belgique était attaquée : mouvements de masse des travailleurs, remise en cause des classes dirigeantes, des banques et des trusts, mouvement de masse montant vers la grève générale.

    Enfin, on a trouvé une issue : maintenant, depuis que des gens revenant de Syrie ont été accusés de terrorisme, le pays est sous occupation militaire et il n’est plus question de mouvement social. Comme ça tombe bien ! Le hasard fait bien les choses, à moins qu’on l’ait un peu aidé...

    Répondre à ce message

  • Et un premier crime islamophobe, produit de toute cette campagne !!!

    Un homme d’origine marocaine a été tué dans la nuit de mardi à mercredi de 17 coups de couteau au Beaucet (Vaucluse), un acte dénoncé vendredi comme "islamophobe" par l’Observatoire national contre l’islamophobie.

    Un homme, âgé de 28 ans, a fait irruption au domicile de ses voisins dans une copropriété au Beaucet armé d’un couteau après avoir enfoncé la porte, peu après minuit mercredi.

    Il a frappé à plusieurs reprises Mohamed El Makouli, âgé de 47 ans, avant d’être désarmé. Il est reparti chez lui chercher un second couteau et a asséné d’autres coups au père de famille. L’autopsie a révélé que la victime avait été atteinte de 17 coups de couteau.

    Sa compagne, âgée de 31 ans et blessée aux mains en voulant s’interposer, a pris la fuite avec leur bébé de quelques mois avant d’alerter les gendarmes.

    Dans un communiqué, l’Observatoire national contre l’islamophobie dénonce un "acte horrible aux mobiles islamophobes". Selon Abdallah Zekri, le président de l’observatoire, l’épouse de la victime a témoigné avoir entendu l’agresseur présumé crier "Je suis ton Dieu, je suis ton islam". "Elle est formelle, c’est ce qu’il a dit", a assuré à l’AFP M. Zekri.

    Répondre à ce message

  • Les média distillent à longueur de journée l’islamophobie !

    En pleine discussion sur les incidents qui ont émaillé la minute de silence en hommage aux victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo dans de nombreux établissements scolaires, le fondateur et ex-directeur du Quotidien de Paris (1974-1994), s’en est vivement pris, mardi sur les ondes d’Europe 1, aux musulmans :

    « D’où vient le problème de l’atteinte à la laïcité sinon des musulmans ? On le dit ça ? Et bien moi, je le dis ! Je rêve ou quoi ? C’est ça notre problème actuellement, c’est les musulmans qui mettent en cause la laïcité ! C’est les musulmans qui amènent la merde en France aujourd’hui ! »

    La plainte a été déposée jeudi auprès du tribunal de grande instance de Paris par un citoyen parisien d’une trentaine d’années.

    Répondre à ce message

  • Existe-t-il un rapport entre la politique que mènent les pays occidentaux et la montée de groupes extrémistes et fanatiques ? En 2003, quand les Etats-Unis envahissaient l’Irak, Al-Qaida n’existait pas dans ce pays et était en recul partout ; elle ne disposait d’aucune base territoriale. Vingt ans après le déclenchement de « la guerre contre le terrorisme », l’organisation de l’Etat islamique (EI) contrôle désormais un large territoire en Irak et en Syrie.

    Répondre à ce message

  • Même remarque en Libye et en Syrie : ce sont les interventions armées qui construisent le terrorisme islamiste !

    Répondre à ce message

  • Hollande-Valls prétendent "rassurer les musulmans" mais, s’ils ont mis des policiers et des militaires devant toutes les synagogues et écoles religieuses juives, ils n’en ont nullement fait autant pour la religion musulmane. le deux poids deux mesures est bel et bien là pour semer la zizanie et provoquer les musulmans en les poussant dans les bras des islamistes !

    Répondre à ce message

  • Chacun aura remarqué que le crime islamophobe fait très peu de bruit médiatique par rapport aux crimes précédents...

    Répondre à ce message

  • Tout en revendiquant la défense de « la liberté de la parole » chez Charlie Hebdo, les autorités françaises ont ouvert des procédures judiciaires pour « apologie de terrorisme » – c’est-à-dire pour actes de parole, y compris des commentaires sur les réseaux sociaux. Quatre des personnes arrêtées sont des mineurs, et quelques-uns ont été condamnés sous des lois qui permettent la comparution immédiate.

    Tout en bannissant toute expression publique de solidarité avec l’intégrisme islamique, le gouvernement étend ses pouvoirs de type État-policier, lesquels seront dirigés non seulement contre les islamistes radicaux, mais aussi contre toute opposition à la bourgeoisie française, surtout celle de la classe ouvrière.

    Valls a promis que dans trois mois son gouvernement aura rédigé de nouvelles lois pour étendre les écoutes téléphoniques et la surveillance de l’Internet, et aussi des mesures pour restructurer l’Éducation nationale et changer la politique de logement du pays (dans le but de démanteler les communautés musulmanes dans les banlieues appauvries qui entourent les grandes villes).

    Etant donné qu’environ cinq millions de Musulmans vivent en France – la plus importante population musulmane d’Europe de l’Ouest – ces mesures ne sont pas uniquement antidémocratiques, elles ont un caractère provocateur.

    Les partisans de la propagande de la bourgeoisie française soutiennent que toute critique des ignobles provocations de Charlie Hebdo est une attaque contre « la liberté de la parole », et que la mobilisation des ressources de l’État pour promouvoir le magazine est en quelque sorte une défense des droits démocratiques.

    Répondre à ce message

  • Pour Marine Le Pen, immigration et islamisme radical sont liés...

    Pour nous, son fascisme islamophobe et le terrorisme intégriste sont liés...

    Répondre à ce message

  • Une vidéo d’Aymeric Chauprade intitulée La France en guerre, postée hier sur les réseaux sociaux », prétend que le danger terroriste provient de la population musulmane de France. Dans cette intervention d’une dizaine de minutes diffusée via YouTube, l’eurodéputé FN estime que « la France est en guerre avec des musulmans ». « Elle n’est pas en guerre avec les musulmans, mais avec des musulmans », insiste-t-il. Cet adepte de la théorie du « grand remplacement » assure que « l’islam fait planer sur la France une menace très grave », parle d’« invasion lente » et même... d’« une cinquième colonne puissante ».

    Le FN lance la guerre contre les Musulmans et Hollande l’aide !

    Répondre à ce message

  • Ces terroristes sont nos ennemis, il n’y a aucun doute. Et il faut tout faire pour les mettre hors d’état de nuire. Mais cela ne suffira pas, car ils ne sont ni les seuls ni les premiers ennemis de la démocratie.

    Disons-le clairement, ces ennemis sont parmi nous. Et non, je ne désigne en aucun cas nos concitoyens de religion musulmane. Je nous désigne. Nous, citoyens « libres » et « responsables », fiers d’une démocratie que, pourtant, nous laissons se vider de sa substance depuis trop longtemps. Ne crions pas trop vite que « nous sommes tous Charlie » – ne serait-ce que parce que ce cri ferait sans doute hurler la bande à Cabu.

    Avant l’attentat contre Charlie Hebdo, deux faits singulièrement révélateurs étaient venus stigmatiser cette maladie interne qui, à terme, risque d’être fatale.

    Il y a un autre ennemi interne : l’extrême droite et le populisme. Ne nous leurrons pas : l’extrême droite est l’alliée objective de ces terroristes, même si elle proclame plus ou moins haut et fort sa haine de l’islam. Et il est fort peu probable que des djihadistes quelconques s’attaquent jamais, en Europe, à des membres de cette extrême droite. Outre que l’antisémitisme les réunit, les démocrates sont leurs ennemis communs, et il n’est écrit nulle part, dans les arts de la guerre, qu’il faut s’aimer pour être alliés. Tous les démocrates, y compris l’écrasante majorité des musulmans qui adhèrent à nos valeurs et défendent la démocratie. L’extrême droite et ses séides, comme Eric Zemmour, veulent « démontrer » que tous les musulmans sont des terroristes potentiels ; les djihadistes veulent leur interdire d’être des démocrates et les convertir – par la force là où ils en ont les moyens, comme en Syrie et en Iraq, ou par la peur et la manipulation ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Une centaine d’actes islamophobes et déjà un mort, l’extrême droite raciste essaie d’exploiter les événements et les Musulmans ne se sentent pas du tout défendus par l’Etat !

    Répondre à ce message

  • Dans les esprits, tous les terroristes sont musulmans alors que selon une étude ils ne représentent qu’un très faible pourcentage des auteurs des actes terroristes, la majorité étant perpétrés par des groupes séparatistes. Les médias couvrent cependant davantage les attaques des radicaux musulmans qui se sont multipliées ces dernières années et dont la menace est jugée plus importante.

    Répondre à ce message

  • Un homme de 21 ans, interpellé dans un tramway pour défaut de titre de transport, qui aurait lancé aux contrôleurs qu’il aurait dû soutenir les frères Kouachi a eu dix mois de prison ! Comme un autre qui était alcoolisé. Mêmes des mineurs et des scolaires ont été inculpés ou leurs parents privés d’allocations familiales. Par contre, le maire UDI qui avait dit qu’Hitler aurait dû supprimer tous les Roms n’a jamais été mis en prison ni même été inquiété !!!

    Répondre à ce message

  • L’ancien directeur de la CIA, Robert Gates affirme dans ses mémoires que les services américains ont commencé a aider les moudjahidine afghans - dont les amis d’Oussama Ben Laden - six mois avant l’intervention soviétique...

    Cette affirmation qui anéantit le communiqué de la CIA du 5 octobre dernier a été confirmée par Zbigniew Brzezinski, l’ancien conseiller à la sécurité du président Carter et je le cite : « Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux Afghans a débuté courant 1980, c’est à dire après l’intervention soviétique du 24 décembre 1979. Mais la réalité gardée secrète jusqu’à présent est tout autre... » et poursuit Brzezinski « c’est le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime pro-soviétique de Kaboul. Et ce jour là, j’ai écrit une note au président pour lui expliquer qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaire des soviétiques ».

    Répondre à ce message

  • Hollande : "De l’Irak à Charlie Hebdo, c’est le même combat, nous sommes en guerre !"

    Ah bon ! En Irak, l’armée française lutte pour la liberté d’expression, pour y éditer Charlie !!!!

    Et l’armée US luttait pour Charlie !!!

    Foutaises !!!

    Répondre à ce message

  • Pour Nadine Morano du parti sarko, « La France est un pays de race blanche. » Au-delà de la bêtise et du racisme individuel, cela témoigne de l’évolution de la classe dirigeante vers l’affrontement inter-communautaire pour détourner de la lutte des classes…

    Répondre à ce message

  • A bas tous les terrorismes, en particulier celui des grandes puissances qui les nourrit tous !

    Les Etats-Unis ont mené, avec la France et le Royaume-Uni, des frappes aériennes visant plusieurs cibles syriennes dans la nuit de vendredi à samedi, en réponse à l’attaque chimique présumée (mais non prouvée) menée dit-on par le régime de Bachar Al-Assad à Douma et soutenu par la Russie.

    Mais le terrorisme de cette attaque impérialiste, qui le dénonce ?

    Un quart seulement des Britanniques soutient la décision de Theresa May de frapper à nouveau la Syrie terrorisée par les uns et par les autres !

    Répondre à ce message

  • Des journalistes américains de la chaîne de télévision One America News Network se sont rendus dans la ville syrienne de Douma pour rechercher des preuves de l’attaque chimique présumée. Ils n’ont pas réussi à recueillir de preuves confirmant que l’attaque chimique avait réellement eu lieu. Pearson Sharp, un journaliste de la chaîne qui s’est rendu à Douma avec des représentants des autorités syriennes, a annoncé en direct qu’il s’était entretenu avec les habitants de la ville et que personne n’avait confirmé que l’attaque en question avait eu lieu.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0