English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 13- Livre Treize : ART ET REVOLUTION > L’idée dans la pièce de théâtre

L’idée dans la pièce de théâtre

jeudi 30 juillet 2015, par Robert Paris

Beaumarchais dans sa préface de la pièce de théâtre "Le mariage de Figaro" :

" J’ai pensé, je pense encore, qu"on n’obtient ni grand pathétique, ni profonde moralité, ni bon et vrai comique, au théâtre, sans des situations fortes et qui naissent toujours d’une disconvenance sociale dans le sujet qu’on veut traiter. "

L’idée dans la pièce de théâtre

Les bas-fonds de Maxime Gorki

Même au fond de la misère et de la déchéance sociale, les êtres humains sont profondément humains et idéalistes et ne cessent pas de vivre dans la philosophie et pour elle.

Chacun sa vérité de Luigi Pirandello

Le sens du réel est brouillé et la quête de la vérité est sans fin. L’homme fabrique sa vérité. Il n’y a pas de réponse définitive au questionnement mais seulement des angles de vue. Ce n’est pas seulement une limite de la connaissance. C’est la réalité qui est contradictoire.

Don Juan de Molière

L’esprit superficiel, le machisme, le cynisme, l’inconstance, l’absence de morale peuvent se marier avec le courage, l’audace et le goût de la liberté.

Hamlet de William Shakespeare

Agir, c’est trahir son moi profond. Ne pas agir aussi. Peut-on dormir et oublier pourquoi on est sur terre ?

Othello de William Shakespeare

Une cuillère de jalousie dans un baril de miel et tout est empoisonné.

L’assemblée des femmes d’Aristophane

La révolution, pour Aristophane, c’est le complet désordre : les gens d’Athènes veulent tous décider, les femmes se comportent en hommes et les citoyens s’apprêtent à supprimer la propriété privée. Quelle horreur (selon lui) !!!

Les guêpes d’Aristophane

Rien de moins démocratique que la démocratie instituée d’en haut par l’Etat. Elle va jusqu’à juger les chiens !

Les troyennes d’Euripide

Les « glorieux guerriers » grecs devant Troie dépeints par Homère ne sont rien d’autre que des assassins, des tortionnaires et des esclavagistes.

La vie est un songe de Calderon

C’est la condition humaine : vivre ses rêves autant que vivre sa vie.

Le Révizor et Le manteau de Gogol

La bureaucratie des fonctionnaires d’Etat est la plus laide des engeances.

La mère de Bertolt Brecht

Il y a plus de révolution dans l’amour d’une mère ouvrière pour son fils que dans la propagande que diffuse celui-ci.

L’Etat de siège d’Albert Camus

La clef de la dictature est dans l’instrumentalisation de la peur collective et individuelle.

Les justes d’Albert Camus

Ceux qui prétendent nous libérer à notre place par une action d’éclat ne sont nullement des héros et nous préparent une nouvelle prison.

La cantatrice chauve d’Eugène Ionesco

Les relations en société sont fondées sur la dérision, l’absurde et le malentendu.

La cerisaie d’Anton Tchekov

Juste des gens qui essaient de vivre et qui s’aperçoivent, souvent trop tard, qu’ils n’y parviennent pas. Ils voudraient croire qu’ils peuvent vivre passionnément, en étant vraiment gentils ou vraiment méchants, mais ils ne font que s’ennuyer.

La Maison de Bernarda Alba de Federico Garcia Lorca

L’oppression des femmes se transmet... par les femmes.

Une maison de poupée d’Ibsen

Les liens du mariage, des liens pour s’enchainer.

La guerre de Troie n’aura pas lieu de Jean Giraudoux

Mue par la crise de la société, les buts des classes dirigeantes et de leurs représentants politiques, la machine de mort en masse s’est remise en marche.

Faust de Goethe

La connaissance est une passion dévorante.

La locandiera de Goldoni

La séduction se moque des préjugés de classe.

La dispute de Marivaux

L’amour est inconstant.

En attendant Godot de Samuel Beckett

L’absurde nous dérange.

Hedda Gabler de Ibsen

Les aspirations glauques et violentes de la petite bourgeoisie, quand elle sont déçues, ne sont jamais très loin du fascisme...

La Paix d’Aristophane

Et si une pièce de théâtre pouvait convaincre Athènes, débarrassée de son démagogue belliciste, de renoncer à sa fuite en avant guerrière comme si celle-ci n’avait pas de tout autres fondements sociaux et politiques que les errements des citoyens…

Le tartuffe de Molière

Il n’y a pas d’êtres ayant moins de morale personnelle que ceux qui harcèlent les autres au nom du moralisme.

George Dandin de Molière

La noblesse ne peut prétendre à aucune supériorité morale et le bourgeois qui ne fait que rechercher, par un mariage imposé à sa future femme, à entrer dans ses rangs ne fait que déchoir.

L’avare de Molière

Quand on est amoureux de son argent, on ne peut prétendre à nul autre amour, surtout pas celui qui est obtenu… par l’argent.

Les troyennes d’Euripide

Athéniens, vos mythes sont mensongers et votre époque soi-disant héroïque n’est que boue et sang, notamment dans la guerre contre les Troyens.

Les nuées d’Aristophane

Socrate, communiste, anti-religieux, contre la domination des femmes, prônant une philosophie des sciences par l’observation, doit être dénoncé et combattu.

L’assemblée des femmes d’Aristophane

Il faut discréditer le renversement de la domination masculine que préparent les femmes et quelques révolutionnaires comme Socrate.

Théâtre engagé, théâtre militant, théâtre et révolution

4 Messages de forum

  • L’idée dans la pièce de théâtre 7 août 2015 08:04, par Jolie Môme

    Le festival La Belle Rouge 2015 a été une belle fête !

    Salué par beaucoup d’entre-vous pour sa réussite artistique et politique, il a connu des records d’affluence, tout en gardant cette taille humaine qui nous tient à coeur.

    Merci à tous ceux qui y ont participé.

    Nous revenons à Aurillac (15), pendant le festival de théâtre de rue,
    pour y jouer Parole de Mutins, du mercredi 19 au samedi 22 aout.

    Nous serons près de Bordeaux (33) le 5 septembre
    pour jouer Parole de Mutins à Planète Cenon

    A bientôt !

    La Compagnie Jolie Môme

    www.cie-joliemome.org

    Répondre à ce message

  • L’idée dans la pièce de théâtre 19 janvier 2017 00:00, par Max

    LA FEMME OISEAU
    plus qu’une pièce de théatre , un spectacle (pour enfants et adultes )en musique & lumière, avec des marionnettistes crée par Alain Batis et la compagnie La Mandarine Blanche.

    Par un matin de neige, Yohei soigne une grue blanche blessée à l’aile... L’oiseau reprend son vol... Le soir même, une jeune femme frappe à sa porte et lui demande l’hospitalité. Ils deviendront alors compagnons. Par trois fois, l’étrange jeune femme tissera une étoffe merveilleuse en demandant de ne amais être observée. Mais la curiosité des villageois est telle... même Yohei ne peut résister... Inspirée de la légende japonaise, “La femme oiseau” est une création polysensorielle. Elle tisse l’étrangeté poétique d’une fable avec chansons qui se déroule au pays de la neige. Elle raconte la générosité d’une jeune femme et dépeint, avec humour et tendresse, la curiosité des hommes et leur terrible soif de l’argent.

    Du 09 Janvier au 1er Février au théatre de l’Epée de Bois à la Cartoucherie de Vincennes. (région parisienne)

    Répondre à ce message

  • L’idée dans la pièce de théâtre 4 février 11:42, par jolie môme

    La Compagnie Jolie Môme joue 2 dîners-spectacles

    A CONTRE COURANT

    - Samedi 16 février

    - Vendredi 22 mars

    Les comédiennes et comédiens de la troupe vous accueillent à La Belle Etoile pour une soirée de chansons, où se partagent un repas, une pointe d’insolence et une bonne louche de fraternité.

    Prix unique : 30€ - Réservations indispensables au 01 49 98 39 20

    Répondre à ce message

  • L’idée dans l’opéra de Verdi :

    « La force du destin » de Verdi : la religion est là pour tenter de contrer le destin.

    « Rigoletto » : pas moyen d’échapper à la malédiction.

    « La Traviata » : il n’y a pas d’amour immoral.

    « Nabucco » : le peuple n’acceptera jamais de céder à l’oppression.

    « Don Carlos » : aucune excuse aux violences de l’Inquisition.

    « Otello » : la jalousie est un poison mortel.

    « Falstaff » : « Tout dans le monde est une farce. »

    « Un bal masqué » : « La vie mêle la tragédie et la comédie. »

    « Harold » : « L’amour est infidèle. »

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0