English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 7- La question de l’Etat > La royauté d’Angleterre, une belle histoire de famille ?!!!

La royauté d’Angleterre, une belle histoire de famille ?!!!

mardi 19 septembre 2017, par Robert Paris

Condamnation à mort du roi d’Angleterre Charles 1er

Vive le renversement révolutionnaire de la famille d’Angleterre…

Le roi d’Angleterre qui a eu la tête coupée 140 ans avant le roi de France

Quand l’Angleterre était synonyme de révolution !!!

Le peuple anglais a-t-il des bonnes raisons de faire de la royauté une fierté nationale ?

La révolution sociale en Angleterre doit-elle renverser la royauté ?

La reine d’Angleterre peut-elle être accusée d’avoir manigancé l’assassinat de Lady Diana ?

Le 3 juin, à bas la royauté britannique !!!

La reine… des chiens ?

Monarques d’Angleterre

Rois et reines d’Angleterre où l’on voit que la soi-disant dynastie des Windsor n’est rien d’autre que la famille allemande des Saxe-Cobourg-et-Gotha

Durée :

La reine Elizabeth II d’Angleterre est le souverain régnant depuis le plus longtemps et le plus âgé actuellement en fonction.

Rappelons que la reine d’Angleterre est reine d’Ecosse et d’Irlande du nord ainsi que de nombreuses anciennes colonies sous le nom de Commonwealth dont Australie et Canada, et aussi chef de la religion anglicane (protestante anglaise).

Un crime royal ?

Elizabeth II restera sans doute associée au décès de Lady Di pour lequel elle est largement soupçonnée d’avoir organisé l’élimination de l’ancienne femme divorcée du prince Charles qui était très populaire, au contraire de la royauté à cette époque. L’opinion publique fut consternée par le fait que la famille royale n’ait pas mis en berne les drapeaux du palais de Buckingham.

Homosexualité :

La reine accorde en 2013 le pardon royal au mathématicien Alan Turing, qui a été « suicidé » en 1954 en raison de son homosexualité. Turing avait participé à la Seconde Guerre mondiale pour le compte du MI6, en déchiffrant des codes allemands, mais a été condamné peu après à la castration chimique pour crime de moeurs. La reine annonce à titre posthume la totale réhabilitation de Turing, ce qui est largement repris par la presse. Amusant que la royauté se soit ainsi absoute de son crime !!!

D’autant plus cruel qu’il a été prouvé que le Pince Charles est homosexuel…

Sorcières :

Lors de sa visite au Danemark, un pays familier à la chasse aux sorcières, Jacques 1er Stuart, roi d’Angleterre et d’Ecosse, s’est intéressé à la sorcellerie, qu’il considérait comme étant une branche de la théologie. À son retour en Écosse, il assiste au procès des sorcières de North Berwick, la première persécution importante en Écosse depuis le Witchcraft Acts de 1563. Plusieurs personnes, dont la plus connue, Agnes Sampson étaient convaincues de sorcellerie et d’avoir provoqué des tempêtes contre les navires du roi. Jacques devint obsédé par ces menaces et écrivit même le Daemonologie, traité de démonologie opposé aux pratiques de sorcellerie et qui a pu servir de matériaux à la tragédie de Shakespeare Macbeth. Jacques a personnellement supervisé des séances de torture sur des femmes accusées de sorcellerie.

Révolution sociale et politique :

Les dernières années de Charles Ier furent marquées par la première Révolution anglaise au cours de laquelle il affronta les forces parlementaires. Ses troupes furent défaites lors de la première guerre civile (1642-1645) et le Parlement escomptait qu’il accepterait ses demandes de monarchie constitutionnelle. Il refusa de négocier et forgea une alliance avec l’Écosse avant de s’enfuir sur l’île de Wight. Cela déclencha une deuxième guerre civile (1648-1649) et Charles Ier fut de nouveau battu, puis arrêté, jugé et exécuté pour haute trahison. La monarchie fut alors abolie et une république appelée Commonwealth d’Angleterre fut instaurée avec Oliver Cromwell à sa tête. La monarchie est abolie en Angleterre le 16 mars 1649. Un de nouveaux rois, finalement rétablis après le départ des Cromwell, Jacques II sera démis par la « glorieuse révolution » en 1688.

Le peuple anglais n’a jamais accepté de reculer sur les objectifs sociaux et politiques de sa révolution : bourgeoisie, clergé protestant, parlement et autres milieux populaires n’ont jamais cédé à la royauté, quand celle-ci prétendait imposer la monarchie aboslue, refuser les droits politiques et sociaux, revenir au catholicisme papal. Ils ont préféré faire chuter des rois anglais régulièrement nommés, mettre en place des rois étrangers, soutenir des invasions de troupes étrangères, plutôt que de céder à la royauté française qui voulait mettre la main sur l’Angleterre et la faire revenir au catholicisme.

Rois non anglais :

L’un d’entre eux fut Guillaume III d’Orange-Nassau, llem III et en anglais : William III ; 14 novembre 1650 - 8 mars 1702) fut stathouder des provinces de Hollande, de Zélande, d’Utrecht, de Gueldre et de Overijssel appartenant aux Provinces-Unies, qui devint roi d’Angleterre le 9 juillet 1672, renversant Jacques II, les classes dirigeantes et le peuple anglais préférant un protestant étranger comme roi plutôt qu’un anglais pro-catholique, pro-français, ou pro-royauté absolue…

Un autre roi d’Angleterre étranger fut George, du 1er août 1714 jusqu’à sa mort. Il avait été antérieurement élevé à la condition de duc de Brunswick-Lunebourg (Hanovre) puis de prince-électeur du Saint-Empire romain germanique à partir de 1698. William Makepeace Thackeray rapporta ces sentiments ambivalents lorsqu’il écrivit : « Son cœur était au Hanovre. Il avait déjà plus de 54 ans lorsqu’il arriva chez nous. Nous l’avons accepté car nous voulions de lui. Nous rigolions de ses manières allemandes grossières et nous le regardions avec dédain… Pour ma part, j’aurais été à ses cotés dans ces jours. Aussi cynique et égoïste qu’il fut, il était meilleur qu’un roi de Saint-Germain-en-Laye [Jacques Stuart] avec les ordres du roi de France dans la poche et un essaim de jésuites dans son sillage. »

Élisabeth II, reine actuelle, rencontra son futur époux, le prince Philippe de Grèce et de Danemark de cinq ans son aîné en 1934 et 1937. Ils étaient cousins issus de germains par le roi de Danemark, Christian IX, et cousins issus d’issus de germains par la reine Victoria. Avant le mariage, Philip renonça à ses titres grecs et danois, abandonna l’Église orthodoxe de Grèce pour l’anglicanisme.

La plus malade des reines :

La dernière grossesse d’Anne se termina le 25 janvier 1700 par une fausse couche. Elle avait été enceinte au moins dix-sept fois et avait fait des fausses couches ou avait donné naissance à des enfants morts-nés au moins douze fois. Sur les cinq enfants vivants qui virent le jour, quatre moururent avant d’atteindre l’âge de deux ans. Anne souffrait d’accès de goutte, de douleurs dans les membres puis dans le ventre et la tête à partir de 1698. Ces symptômes ont poussé des pathologistes récents à proposer qu’elle souffrait de lupus érythémateux disséminé66. Une annexite pourrait également expliquer pourquoi le début de ses symptômes coïncide avec ses dernières grossesses. Parmi les autres causes proposées pour ses différentes fausses couches figurent la listériose, une incompatibilité rhésus, le diabète et un retard de croissance intra-utérin. L’incompatibilité rhésus s’aggrave néanmoins à la suite des différentes grossesses et ne correspond donc pas avec l’histoire d’Anne car son seul enfant survivant, Guillaume, était né après une série de fausses couches. Les spécialistes considèrent également que la syphilis, la porphyrie et la déformation du pelvis sont incompatibles avec son historique médical. Du fait de la goutte, Anne boitait une grande partie du temps vers la fin de sa vie. À la cour, elle utilisait un palanquin ou un fauteuil-roulant. Dans ses propriétés, elle utilisait une chaise à un cheval qu’elle conduisait elle-même « furieusement comme Jéhu ». Son mode de vie sédentaire fit qu’elle prit du poids ; pour Sarah, « elle est devenue excessivement grosse et corpulente. Il y avait quelque chose d’une majesté dans son regard mais mélangé avec une tristesse de l’âme ». John Clerk la décrivit en 1706 « lors d’un accès de goutte et dans un état de douleur extrême ; à cette occasion tout son être était à peu près dans le même désordre que le dernier de ses sujets. Son visage, qui était rouge et tacheté, était rendu presque effrayant par sa tenue négligée, et le pied touché était ligoté avec un cataplasme et des pansements sales. J’ai été très affecté par ce spectacle… ». Le seul enfant survivant d’Anne, Guillaume de Gloucester, mourut à l’âge de onze ans le 30 juillet 1700. Anne ordonna à son personnel de respecter un jour de deuil chaque année pour l’anniversaire de sa mort. Comme Guillaume III n’avait pas d’enfants, Anne était la dernière personne restante dans la ligne de succession établie par le Bill of Rights de 1689. Pour éviter une crise de succession et empêcher un retour des catholiques, le parlement d’Angleterre édicta l’Acte d’établissement de 1701 qui stipulait que, si Guillaume III et Anne n’avaient pas d’enfants, la Couronne d’Angleterre et d’Irlande serait transmise à l’électrice Sophie de Hanovre et à ses descendants protestants.

Fortune :

Le magazine Forbes estima en 2010 que ses biens auraient une valeur d’environ 450 millions de dollars.

5 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0