English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Notre revendication la plus modeste : nous voulons TOUT !!!

Notre revendication la plus modeste : nous voulons TOUT !!!

vendredi 11 janvier 2019, par Robert Paris

édito

Quelle est notre revendication ? Nous voulons… TOUT ! Quelle réforme démocratique ? Nous voulons tout le pouvoir ! Richesses et pouvoir appartiennent au peuple travailleur, les milliardaires et leur Etat nous les ont volés, nous ne faisons que les récupérer ! Leur police et leur armée ne nous défendent pas : ils ne servent que les financiers ! Abattons tous les barrages qui nous empêchent de nous exprimer, d’exister, de vivre et de décider !!!

Certains bons esprits trouvent que c’est démagogique de remettre en cause l’ « Etat de droit », de présenter la démocratie élective comme l’Etat des milliardaires, de dénoncer les mensonges du système démocratique, de s’en prendre à la police (celle des banquiers et des trusts), de dénoncer les hauts fonctionnaires, de mettre en cause les liens entre profiteurs et politiciens…

Ils trouvent tout aussi démagogique d’appeler les plus démunis à s’unir pour se battre contre les bandits qui organisent le vol de toutes les richesses et ont la caution de tous les gouvernants, quelle que soit leur couleur politique.

Pour eux, tout accord entre exploités et opprimés contre leurs exploiteurs et oppresseurs ne peut qu’être de la démagogie !!!

Eh bien, c’est sur cette base-là que les Gilets jaunes ont ouvertement mis en place leur mouvement et que celui-ci se poursuit sans changer de voie….

« Celui qui conduit, c’est celui qui ne mange pas ! » proclame une banderole des Gilets jaunes et elle rappelle que ceux qui sont en colère au point de ne pas craindre des répressions policières à coups de flash balls et de grenades de rupture d’encerclement, par des blindés et des charges à cheval, sont ceux qui en sont au point de ne plus pouvoir se nourrir et donner les moyens de vivre à leur famille et ceux qui sont menacés de tomber dans la misère, ainsi que ceux qui soutiennent ce combat des plus démunis ! Le point commun des Gilets jaunes qui viennent d’horizons les plus divers sociologiquement, idéologiquement ou politiquement, c’est : « Assez de la misère qui côtoie une insolente richesse ! Assez d’un Etat au service des plus riches et contre les pauvres ! »

Tel est le fondement du mouvement des Gilets jaunes, tel est le point de convergence de cette lutte : ceux qui ne vivent que de leur travail ne veulent plus en crever !

Au sens propre du terme, c’est une insurrection de prolétaires, même si certains sont qualifiés par les sociologues de professions libérales ou de petits entrepreneurs. Ce n’est pas ces gens-là que défend un Macron, même s’il se proclame un défenseur du libéralisme et un protecteur de la petite entreprise.

Le fait que des prétendus « petits-bourgeois » luttent aux côtés de salariés et de chômeurs démontre surtout que le monde qui ne vit que de son travail s’est réuni dans la lutte. Des Gilets jaunes se proclament eux-mêmes les nouveaux gueux, les nouveaux misérables, les nouveaux sans culottes, les nouveaux bras nus de la nouvelle révolution française !!!

Et ce que veut l’insurrection des nouveaux démolisseurs des bastilles des nantis, c’est détruire tout ce qui nous détruit, tout ce qui nous étouffe, tout ce qui nous étrangle, tout ce qui nous vole, tout ce qui nous emprisonne, tout et pas une petite partie.

Même si certains gilets jaunes ont parfois eu l’illusion que l’on allait pouvoir obtenir satisfaction sur des demandes partielles, il s’est rapidement avéré que ce n’était qu’une posture mensongère du pouvoir des milliardaires qui n’ont nullement l’intention de lâcher facilement des sous de leurs coffres-forts. Il est à remarquer que l’Etat se garde de demander aux classes possédantes de payer et même qu’il distribue encore bien plus d’argent aux capitalistes, soi-disant frappés aux bénéfices par notre mouvement, qu’il n’en donne, sous forme provisoire, aux plus démunis !!!

Cela ne signifie pas qu’il ne recule pas ! Il recule et comment, mais en tentant de sauver l’essentiel, et aussi les apparences ! Il ne veut surtout pas encourager l’insurrection en montrant son affolement et celui des classes possédantes. Il ne veut surtout pas, en cédant trop rapidement et ouvertement, encourager l’ensemble de la classe ouvrière à entrer en éruption !

Le gouvernement qui avait déclaré qu’il ne reculerait pas, même devant la lutte, même face au rassemblement des mécontents qu’il traitait de fainéants, recule sur la taxation des carburants (renoncement à la taxe sur les carburants, gel des mesures sur le diesel, l’essence, la taxe carbone) et la taxation du gaz, recul sur le contrôle technique automobile et sur la vignette poids lourds, moratoire sur le prix de l’électricité. Il augmente la prime d’activité. Il recule face aux ambulanciers. Il donne des primes aux cheminots ou aux employés des EPHAD tout en prétendant que ce n’est pas par peur que ces catégories rejoignent les Gilets jaunes !!! Rien que le fait de tenir à le dire… en dit long dans le sens inverse !!! Le gouvernement retarde aussi le calendrier d’autres réformes en cours, comme les ordonnances sur la loi alimentation. D’autres pourraient encore être abandonnées, comme l’impôt sur la fortune immobilière. Il retarde ainsi la réforme constitutionnelle…

Et surtout, le gouvernement retarde l’attaque principale qui devait déjà être mise en place : la réforme des retraites !!!

Tous ces reculs ne signifient nullement que l’Etat a cessé d’être entièrement au service des profiteurs et des exploiteurs. Il recule le moins possible tout en restant entièrement au service de l’infime minorité de possesseurs du grand capital. La justice japonaise a beau accuser le PDG de Renault Ghosn qui ne payait plus ses impôts dans le pays, le gouvernement français continue de couvrir ce grand voleur international. En plein mouvement des Gilets jaunes, le cas de Ghosn est tout un symbole ! On prétend taxer les pauvres alors qu’on couvre le refus de payer l’impôt des trusts milliardaires et de leurs PDG !!!

Est-ce injuste d’accuser par avance cet Etat d’être vendu aux milliardaires ? Est-ce injuste de l’estimer disqualifié pour organiser un grand débat national ?

Des gens s’étonnent que les revenus de la chargée d’organiser le grand débat national soient mis en cause ? Mais celle qui doit donner la parole à ceux qui ne mangent plus correctement ne gagne que la modique somme de 14 700 euros brut !!!

Les responsables des autres « autorités administratives indépendantes » (comme les 26 autorités administratives indépendantes) sont tout aussi bien dotés comme toues les hauts fonctionnaires !!! Sans parler des responsables d’audits, de rapports, de missions, de commissions, des services publics ou semi publics, et on en passe, qui eux aussi gagnent des sommes colossales qui déterminent bien sûr le sens de rapports demandant de la rigueur, de l’austérité, de serrement de ceinture à l’encontre des plus démunis !!!

Pas étonnant dans ces conditions que les hommes de l’Etat décident en faveur des riches puisqu’ils sont richement dotés pour se sentir de ce bord là !!!

Bien sûr que c’est l’Etat des milliardaires, des financiers, des banquiers ! Il suffit de voir les sommes d’argent qui ont servi à sauver les banques et les trusts depuis l’effondrement du capitalisme mondial en 2007-2008 pour comprendre que les trous dans les comptes publics ne viennent pas d’ailleurs, qu’ils sont exclusivement provoqués par le vol des richesses publiques pour sauver le grand capital. Même les trous de la SNCF publique ne proviennent pas d’ailleurs pour l’essentiel !!!

Alors, le gouvernement a-t-il reculé sur l’essentiel ? A-t-il suffisamment reculé, comme le disent certains, pour qu’il suffise… d’arrêter le mouvement ? Pas du tout ! Il reprend du bras gauche ce qu’il a cédé du bras droit ! Il a reculé la taxation du carburant mais il taxe follement le gaz et l’électricité !!! L’électricité est plombée à 54% par les taxes et le gaz connaît lui aussi des taxes multiples et folles !

La même Banque postale, maintenant privatisée, casse les revenus du livret d’épargne des milieux populaires et débourse des sommes colossales pour spéculer, notamment sur la dette des communes…

Les sociétés d’autoroutes sont indemnisées par l’Etat sur des sommes non perçues alors que chacun sait que cela fait belle lurette qu’elles ont récupéré la mise de leur achat des autoroutes !!!

L’Etat poursuit la privatisation des lignes intercités. Il continue à casser l’hôpital et la santé publique, il continue à privatiser des secteurs de la gériatrie, à fermer des hôpitaux et des services…

Le gouvernement n’a donc reculé que momentanément et par ce recul, il espère jouer sur le temps pour que le mouvement s’étale, se divise…

Malgré ces manœuvres grossières, le combat continue et même il faut que les gilets jaunes gagnent à leur mouvement les gros bataillons des travailleurs des grandes entreprises.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0