English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Antisémitisme ? Ils calomnient les Gilets jaunes parce que le mouvement, (...)

Antisémitisme ? Ils calomnient les Gilets jaunes parce que le mouvement, trois mois après, est toujours vivant

mardi 19 février 2019, par Robert Paris

Depuis trois mois, dans une des métropoles dominantes du monde capitaliste, les Gilets jaunes défient le pouvoir et les classes possédantes

Non, ce n’est pas l’antisémitisme, ce n’est pas la lutte contre le racisme, ce n’est pas la lutte contre les casseurs qui motive depuis trois mois le combat du gouvernement et de tous ceux qui le soutiennent, contre les Gilets !

Oui, ce que le monde capitaliste supporte le moins dans le mouvement des Gilets jaunes, c’est bel et bien : être défiés, être remis en question publiquement, non pas seulement lors des manifestations du samedi mais tous les jours, par les actions imprédictibles des Gilets jaunes, par leur organisation qui n’est ni négociable, ni manipulable, ni détournable.

Que des casseurs, manipulés ou non, réels radicaux ou faux, personnes en colère ou provocateurs, agissent en marge du mouvement de masse des gilets jaunes, qui n’est pas « casseur » mais révolté, n’est pas leur vrai problème. Que certains groupuscules agissent au sein du mouvement n’est nullement une cause de peur de la part des possédants ni des gouvernants. C’est juste bon pour discréditer médiatiquement le mouvement.

Bien sûr, en façade, les possédants clament qu’ils en ont « assez de la violence » comme le titrent leur média et le clament leurs hommes politiques. Mais les démonstrations de leurs forces de répression, d’une violence inédite dans ce pays, ont du mal à nous en convaincre. Les interventions armées de ce même pouvoir aux quatre coins du monde comme hier au Tchad, avant-hier au Mali, au Centrafrique ou au Niger, et aussi en Libye ou en Syrie, ou encore au Yémen, ne nous en convainquent pas davantage. Il suffit de voir les populations civiles bombardées dans tous ces pays, après un passage des avions militaires français ! Le comportement des forces de répression de la France à l’égard des migrants ne vaut pas mieux.

Ce n’est donc pas les yeux arrachés, les joues arrachées, les mains et les pieds arrachés par les violences du pouvoir des milliardaires qui vont nous faire penser que les classes possédantes en France regrettent le pacifisme ! Par contre, elles regrettent le pacifisme des réformistes politiques et syndicaux, politique extrêmement pacifique face aux exploiteurs, aux licencieurs, à tous ceux qui exercent la violence économique et sociale la plus aigüe, celle consistant à détruire les vies dans les classes exploitées pour mieux accumuler ou pour tenter de sauver leurs profits. Leurs discours ne peuvent effacer qu’ils en font la démonstration tous les jours, en supprimant les aides sociales, en désinscrivant les chômeurs des listes des allocataires, en cautionnant les licenciements, les suppressions d’emplois, les fermetures de services publics et d’entreprises privées, en favorisant les expulsions de ceux qui n’ont plus les moyens de payer, etc. La violence de masse est d’abord sociale, disons plutôt antisociale, et, elle, elle frappe tous les jours, elle impose la faim des fins de mois, elle impose la précarité, elle impose la misère, elle casse des familles, elle détruit les vies humaines, pousse au stress, au suicide même… Cette violence là, les dirigeants et les classes possédantes ne risquent pas d’être contre : c’est une maladie qui est inséparable du système d’exploitation lui-même !

Ils sont seulement hostiles aux opprimés qui se révoltent, aux exploités qui ne se laissent plus faire, qui répliquent, et, pire, qui s’organisent eux-mêmes pour cela, qui mettent même en place leur propre démocratie, celle des comités, assemblées, conseils, des coordinations et toute forme d’auto-organisation des plus démunis.

Ce n’est pas le fait que cette structuration du mouvement des exploités par lui-même en soit à ses débuts qui gène le pouvoir, mais c’est son existence elle-même qu’il voudrait éradiquer et même effacer des consciences. C’est pour cela qu’il tient tant à marquer le mouvement du sceau de la honte : du racisme, du fascisme, de l’antisémitisme, de la haine et bien d’autres calomnies et complotismes divers. Bien entendu, aucun média ne taxe ces thèses imaginaires contre les gilets jaunes (les Gilets jaunes seraient à la fois manipulés par l’Arabie saoudite, par Trump, par Poutine et par la Chine, sans parler de Le Pen et Mélenchon ou encore l’ultra droite et l’extrême gauche) de « théorie du complot » !

Pour faire croire que le mouvement est antisémite, ils en sont à prétendre que la désignation de « sioniste » contre Finkelkraut serait de l’antisémitisme et du racisme ! Un peu comme si une accusation politique contre un soutien de Poutine serait de l’antislavisme raciste ou une accusation politique contre un soutien du dictateur d’Arabie saoudite serait du racisme contre les musulmans !!!

Ils en sont à relever que des Gilets jaunes ont aussi porté des keffiehs palestiniens !!! C’est tout juste s’ils n’affirment pas que les Gilets jaunes, c’est Etat islamique en France. S’ils ne le disent pas encore, c’est qu’ils se réservent cela pour plus tard ! Cela permettrait d’arrêter directement des gilets jaunes sur le simple port du gilet sans attendre qu’ils manifestent, qu’ils se rassemblent, qu’ils s’organisent, qu’ils s’adressent aux autres exploités et opprimés !!! Mais déjà, toutes les armes répressives prétendument mises en place contre l’antiterrorisme sont utilisées directement contre la révolte sociale des Gilets jaunes….

En fait, s’ils sont particulièrement gênés par le mouvement des Gilets jaunes, c’est justement parce qu’il a une couleur sociale et politique de classe : de la classe de ceux qui ne possèdent pas, de tous ceux qui sont victimes du système capitaliste, de tous ceux qu’il exploite et écrase.

Au moment où les classes possédantes manipulent la « crise de migrants » pour laisser à penser aux populations des pays riches qu’ils sont d’abord menacés par l’invasion des peuples des pays pauvres, où reprend la campagne selon laquelle la démographie mondiale est insupportable, où il s’agit de laisser penser à ceux qui ont une situation apparemment stable que ce sont les plus démunis qui les agressent par leur violence, le mouvement des Gilets jaunes affirme au contraire que ce ne sont pas les pauvres qui sont en trop mais le moins de un pourcent de milliardaires qui vole toutes les richesses et tout le pouvoir. Et ces profiteurs estiment cela absolument insupportable : comme on les comprend !!! Que l’on puisse dire que les profits d’un seul pourcent de la planète ne soit pas à préserver à tout prix contre les 99% ! Que l’on n’admette pas que ce 1% à tous les droits au pouvoir pendant que les 99% n’en ont aucun !!!

Qui est plus antidémocratique, qui est plus violent, qui est plus fasciste, est-ce la révolte, est-ce les plus démunis ou est-ce le pouvoir et les plus riches et puissants au sein du monde d’exploitation capitaliste, poser la question c’est déjà y répondre !!!

Certes, les Gilets jaunes n’ont encore fait que poser la question car le rapport de forces ne permet pas encore d’avancer vers la résolution de telles contradictions violentes au sein de la société. Mais ils ont eu la force et le courage de la poser ouvertement et publiquement, sans rien effacer de toute la rudesse du propos, sans cacher les problèmes, sans prétendre à de fausses solutions, sans chercher à contourner et nier les problèmes. En agissant ainsi, ils ont discrédité le discours des réformistes et ces derniers n’en sont que plus violents à vouloir discréditer le mouvement !

Après l’amalgame gilet jaune égale casseur, ils étaient passés à gilets jaunes égale ultra droite et extrême gauche, mais ce discours ne convainc même pas le flic en chef de la DGSI !!! Alors, il leur reste le discours gilet jaune égale antisémite.

Ils espèrent beaucoup de cette campagne dans laquelle s’engouffrent les politiciens et la presse bourgeoise. Elle leur permettrait de se faire passer non pour des défenseurs du grand capital mais pour des sauveurs des… juifs !!!

Tout cela parce qu’un seule gilet jaune aurait insulté un sioniste, reconnu et affiché, en le traitant de… sioniste !!!

Comme s’il était interdit en France d’être en opposition à la politique agressive et de colonisation de l’Etat d’Israël.

Comme si juif et sioniste voulaient dire la même chose !

C’est soutenir la thèse d’extrême droite de Nétanyahou selon laquelle Israël serait l’Etat de tous les Juifs, thèse fasciste !!!

Macron n’avait pas attendu cette affaire pour démontrer qu’il se souciait des Juifs comme d’une guigne, lui qui profitait des cérémonies de la première guerre mondiales pour réhabiliter « Pétain, ce grand homme » !

Mais ce grand homme était un raciste antisémite et cela n’a pas semblé gêner Macron !!!

Alors, aujourd’hui, quand on veut noyer son chien on l’accuse de la rage et pour noyer les gilets jaunes, on les accuse d’en vouloir aux Juifs !!!

Non, si Macron n’est pas vendu aux Juifs parce que cela ne veut rien dire, il l’est par contre aux banquiers et aux capitalistes !!!

Non, Macron ne défend pas les Juifs puisqu’il tente de pousser le mouvement de révolte contre eux !!! C’est lui qui les désigne ainsi à la vindicte populaire !

Et c’est ça qu’il ne veut pas qu’on dise et qu’on entende ! Alors disons le et faisons-le entendre haut et fort !!!

16 Messages de forum

  • Macron prétend qu’il va légiférer contre l’antisémitisme ! Ce grand ami du dictateur d’Arabie saoudite, sanguinaire contre les arabes et antisémite notoire, nous fait bien rigoler.

    D’ailleurs la meilleure preuve qu’antisémitisme et antisionisme ne sont pas identiques, c’est bien le dictateur de l’Arabie saoudite, antisémite et pro-sioniste ! Le chef d’Etat israélien et saoudien sont la main dans la main dans le massacre génocidaire du peuple yemenite !!!

    Lire ici

    Répondre à ce message

  • La presse diffuse cette information :

    « Le principal suspect ayant proféré des insultes antisémites à l’encontre d’Alain Finkielkraut a été interpellé, a révélé Le Parisien, ce mercredi 20 février. Benjamin W. a été placé en garde à vue mardi soir dans le cadre de l’enquête ouverte pour injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion. L’information a été confirmée par le parquet de Paris à l’AFP.

    On ne peut plus utiliser le terme sioniste sans être arrêté ou être gilet jaune sans être arrêté ?!!!

    Répondre à ce message

  • Macron a annoncé devant une assemblée des juifs de France qu’il allait mettre dans la loi que l’antisionisme était de l’antisémitisme ! C’est carrément une prise de position fasciste ! La loi interdira d’être contre la politique colonialiste d’un Etat !!!! Et elle mettra ainsi en accusation tout une partie de la population et l’opposera ainsi violemment à une autre partie. C’est cette politique qui est de l’antisémitisme car il pousse une fraction de la population contre les juifs, tout cela pour protéger les milliardaires et cacher que cet Etat est mobilisé en leur faveur !!!

    Oui, Macron a ouvertement une politique qui pousse les plus démunis au fascisme !!!

    Répondre à ce message

  • Il n’existe pas (encore) de loi interdisant de dire du mal de l’Etat français mais il existera bientôt, si on en croit Macron, une loi interdisant de dire du mal de l’Etat d’Israël.

    Du coup, qui est celui qui laisse entendre haut et fort que l’Etat français des milliardaires défend d’abord les Juifs ? Ce n’est pas les antisémites mais c’est Macron !!! L’antisémite le plus affiché, c’est lui !!!

    Répondre à ce message

  • « C’est bien le gouvernement qui, récemment, entreprenait de réhabiliter le Maréchal Pétain, chef du régime collaborationniste de Vichy. C’est bien cette même classe politique qui trouvait si peu à redire des hommages rendus à Maurras ou à Céline, écrivains violemment antisémites. Le sommet du cynisme est atteint lorsque, déjà, nous pouvons percevoir le glissement dangereux consistant à attribuer la montée de l’antisémitisme au « communautarisme musulman »[…]. Le racisme structurel n’est ni le fait des Gilets jaunes, ni le fait des minorités. Il est celui de l’État qui organise une société inégalitaire et violente. »

    signé Union juive française pour la paix !!!

    Répondre à ce message

  • Finkielkraut, drôle de victime de la haine !!!

    Selon Alain Finkielkraut, "le parler banlieue" est un "sabir simpliste, hargneux, pathétiquement hostile à la beauté et à la nuance" (1). Parlant des jeunes de banlieue : "Quels sont les objets de leurs désirs ? C’est simple : l’argent, les marques et parfois des filles". "Imaginez qu’un jeune des banlieues vienne demander un emploi de serveur, il a l’accent des banlieues, vous ne l’engagerez pas, c’est très simple". Parlant des émeutes de banlieue de 2005 : "le problème est que la plupart de ces jeunes sont noirs ou arabes et s’identifient à l’islam", et éprouvent "la haine de l’Occident". Parlant de l’équipe de France de football : "Aujourd’hui elle est "black black black", ce qui fait ricaner toute l’Europe" (2). À propos de la théorie d’extrême droite d’un "grand remplacement" des Français par l’envahisseur musulman, il écrit : "Je ne reprends pas cette expression à mon compte". Mais c’est pour défendre la même théorie sur le fond, puisqu’il écrit ensuite : "Si le nombre de convertis à l’islam dans sa version la plus agressivement littérale ne cesse d’augmenter en France et dans toute l’Europe, c’est parce que cet islam est lui-même innombrable" (3). Il écrit également que si les dignitaires nazis pouvaient encore s’émouvoir quand on leur projetait un film sur les camps de concentration, les jeunes d’aujourd’hui, eux, en sont incapables parce qu’ils ont été abrutis par les jeux vidéo (4). Le reste est à l’avenant.

    Concernant la guerre d’Irak, Alain Finkielkraut s’est prononcé fortement en faveur de la guerre d’Irak, brocardant « l’impuissance européenne » face au « dictateur Saddam Hussein ».

    Alain Finkielkraut commente l’ouvrage de la journaliste italienne Oriana Fallaci, La Rage et l’Orgueil, au contenu très polémique et hostile aux musulmans, en ces termes : « Oriana Fallaci a l’insigne mérite de ne pas se laisser intimider par le mensonge vertueux. Elle met les pieds dans le plat, elle s’efforce de regarder la réalité en face. Elle refuse le narcissisme pénitentiel qui rend l’Occident coupable de ce dont il est victime. Elle prend au mot le discours et les actes des adversaires. Mais, comme elle en a gros sur le cœur, elle va trop loin. Elle écrit avec des Pataugas. Elle cède à la généralisation. Elle ne résiste pas à la tentation d’enfermer ceux qu’elle appelle les fils d’Allah dans leur essence mauvaise. C’est ce qui permettra à la vertu de reprendre la main et à Télérama de dénoncer la lepénisation des esprits dans une Europe contaminée par le « virus » populiste. » Mais c’est à la revue L’Arche qu’Alain Finkielkraut réserve ses prédications les plus savantes. Comme Alexandre Adler et à l’instar de la plupart des prescripteurs d’opinion, le maître à penser s’adapte à son public potentiel et réserve ses propos les plus virulents à des médias plus confidentiels que les « grands » journaux. Déjà en mars 2002, il accuse : « Quand la violence vient des banlieues, on garde le silence. Si des mosquées, par malheur, avaient été attaquées depuis le déclenchement de l’Intifada, la réaction aurait été immédiate. Les autorités publiques tout comme les intellectuels se seraient manifestés, et nul n’aurait accepté l’excuse selon laquelle il se serait agi d’une transplantation du conflit au Proche-Orient. » Inversement, ce fût le cas lorsqu’il y eut des actes anti-juifs en France immédiatement condamnés par le Président de la République. En mai-juin 2002, il récidive. Le philosophe des beaux quartiers continue avec un langage peu commun pour un professeur de l’Ecole Polytechnique : « Ce ne sont pas seulement des voyous déstructurés qui transposent le conflit du Moyen-Orient en France : l’élite est, une nouvelle fois, au diapason de la racaille . »

    « Dans un premier temps, on dit : les Israéliens sont des nazis, et tous les Juifs qui les soutiennent aussi. Dans un deuxième temps, une fois qu’on a nazifié les Israéliens, on reverse sur Israël l’image de la pieuvre ou de l’araignée et le discours paranoïaque des Protocoles des Sages de Sion : ce sont les Juifs qui tirent tous les fils. » L’omniprésent philosophe sort les grands mots : « Protocoles des Sages de Sion ». Et, sur un ton menaçant, met en garde en prédisant ce qu’il souhaite : « Là-dessus, il faut donc être très clair : soit José Bové est désavoué par le mouvement antimondialisation, la Confédération paysanne, ATTAC et Le Monde diplomatique, soit nous pouvons tenir ces mouvements pour comptables de ses discours et affirmer que l’antisémitisme de demain viendra de ce camp-là. »

    D’ailleurs, il affirme : « c’est le progressisme aujourd’hui qui est en train d’engendrer les monstres. José Bové est l’un de ces monstres, et il n’est pas le seul. »

    Le "progressiste" Macron le soutient pourtant !!!

    (1) Alain Finkielkraut, entretien au Figaro, 15 novembre 2005.

    (2) Alain Finkielkraut, entretien à Haaretz, 18 novembre 2005.

    (3) Alain Finkielkraut, La Seule Exactitude (Stock, 2015), p.213.

    (4) Alain Finkielkraut, La Seule Exactitude (Stock, 2015), p.133.

    Répondre à ce message

  • Remarquons qu’aucune organisation syndicale, associative, ou politique qui milite dans les entreprises n’intervient contre la campagne mensongère du gouvernement qui défend les capitalistes sous prétexte de défendre les Juifs !!!

    Aucune ne désigne du doigt le véritable antisémitisme qui consiste à prétendre organiser un mouvement des Juifs contre les plus démunis dénoncés mensongèrement comme antisémites !

    Pas plus qu’aucune d’entre elles n’avait dénoncé les violences policières présentées comme réponses aux prétendues violences des gilets jaunes !!!

    Ces organisations se sentent plus menacées par le caractère auto-organisé des Gilets jaunes que par les attaques des capitalistes et de leur gouvernement !!!

    Répondre à ce message

  • Voilà comment Macron a justifié que l’antisionisme pouvait être assimilé à de l’antisémitisme :

    "La France, qui l’a endossée en décembre avec ses partenaires européens, mettra en œuvre la définition de l’antisémitisme adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah".

    Manque de chance, même cette Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah, à fond pro-sioniste, déclarait :

    « Les critiques d’Israël à un niveau semblable à celles formulées à l’encontre d’un autre pays ne sauraient être considérées comme antisémites. »

    Elle dénonce seulement :

    « Le ciblage de l’Etat d’Israël, conçu comme une communauté juive. »

    Mais, au fait, qui est-ce qui présente Israël comme "communauté juive" sinon le fasciste Nétanyahou ou le roi des milliardaires Macron ?!!! C’est eux les antisémites !!!

    Répondre à ce message

  • Affirmer que ceux qui visent violemment Israël par exemple du fait de sa politique d’extrême droite, de colonisation, de soutien à l’Etat islamique, de participation au massacre du Yemen, notamment, viseraient du même coup toute la communauté juive va dans le même sens (un sens fasciste) que de tenir collectivement les personnes de confession juive pour responsables des actions de l’Etat d’Israël...

    Répondre à ce message

  • Dire que "sale sioniste" est antisémite, c’est comme dire que "sale colonialiste" ou "sale impérialiste" est anti-blancs !!!

    Répondre à ce message

  • Le dictateur sanguinaire d’Arabie saoudite est la plus belle démonstration d’un dirigeant anti-Juif proclamé et pro-israélien également affiché !!!

    Répondre à ce message

  • « Macron n’est pas vendu aux Juifs parce que cela ne veut rien dire » dites vous.
    Justement je n’ai pas compris le « cela ne veut rien dire »… Cela ne veut dire que celui qui le dit est raciste, non ?

    Répondre à ce message

  • C’est du racisme ET ça ne veut rien dire : c’est de la démagogie. D’abord, « les Juifs », ça n’existe pas : il y a des riches, des classes moyennes et des pauvres. Il y a des divisions de toutes sortes. Il y a eu, dans l’Histoire, plus de guerres des Etats prétendument des Juifs entre eux qu’avec leurs prétendus adversaires : guerres entre Juda et Israël, guerre avec le royaume de la reine de Saba. Par exemple, en 937 AD, Judith, une reine (juive) Falasha, a attaqué Axum, la capitale sacrée d’Ethiopie, tuant tous les habitants de cette ville y compris les descendants de Salomon et la Reine de Saba. Israël n’appartient pas plus aux Juifs qu’aux Arabes ou aux Palestiniens mais au grand capital, comme les autres Etats. Nous ne dénonçons pas Israël à cause de ses prétentions ethniques ou ethnistes ou religieuses. Nous dénonçons son colonialisme violent dont sont victimes les Palestiniens, les Arabes, les Druzes et aussi les Juifs !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0