English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Les Gilets Jaunes contre les suppressions d’emplois !

Les Gilets Jaunes contre les suppressions d’emplois !

mercredi 27 novembre 2019, par Robert Paris

Les Gilets Jaunes contre les suppressions d’emplois !

• Déclaration des Gilets Jaunes de Poitiers lors d’une action au Géant Casino !

Nous, Gilets Jaunes, sommes ici aujourd’hui pour dénoncer les politiques néfastes des grands groupes propriété privé des très grandes fortunes. Le groupe CASINO a décidé d’ouvrir le dimanche après-midi, en employant uniquement des caisses automatiques, sans aucun employé Beaucoup voient peut-être dans cette ouverture un progrès voire un confort, celui de pouvoir faire ses courses le dimanche après-midi.

Un progrès car les caisses automatiques éviteraient à d’éventuels salariés de devoir travailler un dimanche après-midi ? Faux ! Les vigiles sont là ! Et eux travaillent ! Le patron de Casino ? On ne sait pas ! Un confort ? Car, désormais, nous pourrions faire nos courses les dimanches si nous n’en avions pas le temps le reste de la semaine. N’ayons pas trop d’inquiétude, si nous n’avons pas le temps en semaine ou le dimanche après-midi, il est prévu de permettre l’ouverte des commerces d’alimentations jusqu’à minuit mais payé en heures de jours.

Progrès et confort ? Ni l’un ni l’autre ! Si nos conditions de travail ne se dégradaient pas, nous n’aurions pas besoin d’aller faire nos courses tard le soir ou le dimanche. C’est parce que nos conditions de travail volent en éclat que celles des salariés des commerces d’alimentations subissent le même sort. Mais c’est également la concurrence entre grandes enseignes dans leur chasse au client qui les poussent à ouvrir plus longtemps. Plus la plage horaire est importante plus il y a de chances de capter le client à la place d’une autre enseigne. C’est notre temps à tous qu’on nous vole, salarié de la grande distribution comme clients.

Derrière la mise en place des caisses automatique ce seront des chômeurs et chômeuses en plus. 6 caisses automatiques, c’est 5 emplois en moins. Non seulement cette automatisation ne crée pas d’emplois mais Casino en supprime comme dans le reste de la grande distribution :

- 5000 à en 5 ans Casino

- 7000 en 2 ans à Carrefour

- 2000 en 2018 à Auchan.

Et cette politique se retrouve aussi dans les services publics comme à la SNCF avec la suppression des guichets et la vente par internet. Rien d’étonnant à ce que le chômage augmente. Il y 6 millions 196 mille 900 inscrits à Pôle Emploi et 1 million 883 mille 800 au RSA, soit 27% de la population active. Partout des emplois sont supprimés en masse grossissant toujours plus le nombre de précaires et de sans-emplois. Quelle solution apporte ce gouvernement qui par le biais du CICE finance à coup de milliards ces entreprises ? L’interdiction de licencier et l’embauche de milliers de chômeurs ? NON, certainement pas. Les amis des ultra-riches préfèrent casser l’assurance chômage et dénoncer chômeurs et précaires comme des assistés. Alors que les vrais parasites sont les très grandes fortunes.

En 2018, les petits cadeaux entre amis ont été de 522 millions € rien que pour les 3 plus grands groupes du secteur : 34 millions € pour Casino, 400 millions € pour Carrefour, 88 millions € pour Auchan.

Et bien sûr, le C.I.C.E. n’a pas tardé à avoir des effets spectaculaires : La même année 2018 a permis de déverser sur les actionnaires des dividendes impressionnants : 343 millions € à Casino, 517 millions € à Carrefour, 313 millions € à Auchan.

Le CICE est un moyen pour les actionnaires de nous voler trois fois les richesses créées par notre travail : en ne payant plus des milliards d’impôts qui manqueront au financement des services publics ; en détournant cet argent dans les poches des actionnaires ; en créant des chômeurs qu’on laissera indemniser (à minima) par l’argent public.

Derrière l’ouverture de ce magasin le dimanche et toutes les politiques en faveur des grands groupes se cachent enrichissement toujours plus grand des grandes fortunes aux dépens des salariés, des plus pauvres, des petits paysans (agriculteurs, éleveurs...) pris à la gorge, bref de la population dans son ensemble.

En effet, alors que les ménages les plus pauvres voient leur revenu reculer, les ménages les plus riches voient les leurs augmenter de 20%. Le patrimoine des 500 premières fortunes françaises c’est 650 milliards d’euros soit 30% du PIB. En 25 ans leur fortune globale est passée de 81 à 650 milliards d’euros. Une hausse de 800 %. C’est comme si le SMIC était à 9600 euro net par mois aujourd’hui. A titre d’exemple Bernard Arnaud, PDG de LVMH a vu sa fortune passée de 18 à 73 milliards en 10 ans.

Et de l’autre on voit un pôle avec toujours plus de pauvreté. 9 millions 300 milles personnes vivent sous le seuil de pauvreté soit 14,7% de la population française. Les femmes sont les premières touchées :

- 53 % des personnes pauvres

- 57 % des bénéficiaires du RSA

- 70 % des travailleurs pauvres

- Elles occupent 82 % des emplois à temps partiel

- Elles sont aussi à 85% les cheffes de famille monoparentales.

Mais la pauvreté ne touche pas que les femmes. 1 étudiant sur 5 vit en dessous du seuil de pauvreté. Cette pauvreté a aussi pour conséquence des problèmes de logement dramatique. Quatre millions de personnes sont mal logées en France, selon la Fondation Abbé Pierre . Sur ces 4 millions, 91 000 personnes occupent durablement un « logement » qui n’en est pas un : une tente, un mobile-home, une cabane. 208 000 gens du voyage ne disposent pas d’aire aménagée. A ces très mal logés, 330 000 sont privées du confort de base (eau courante, douche, WC intérieur) et 1,8 million ont un logement mais souffrent du manque de chauffage, de l’absence d’un coin cuisine ou vivent dans des habitations comportant des fissures profondes dans la façade. 934 000 personnes vivent dans des logements surpeuplés. ET 143 000 n’ont pas de domicile Sans oublier les 16000 personnes qui vivent aujourd’hui dans des bidonvilles.

Ne nous y trompons pas. Personne n’est protégé aujourd’hui. Nous pouvons du jour au lendemain nous retrouvés sans rien et sans protection. C’est cette situation qui amène certains d’entre nous à mourir de pauvreté comme cette femme et sa fille à Nîmes ou ce jeune étudiant qui s’est immolé à Lyon. Ça suffit cette société ou un petit nombre s’engraisse de notre travail pendant que des frères, des sœurs, des parents, des enfants, des amis en crève.

On le voit, derrière l’ouverture apparemment banale de ce magasin le dimanche, se cache une réalité des plus sordides, celle du capitalisme. Ces fortunes, comme celles du reste de l’aristocratie financière internationale, sont des biens mal acquis. Ce sont quand même les peuples qui produisent les richesses dont nous sommes exclus. Ces grandes fortunes nous volent.

Si nous voulons un monde sans chômage, sans précarité, sans misère, il ne suffira pas d’imposer la création d’emploi ou des hausses de salaires. Il faudra enlever à ces grandes fortunes leur pouvoir de nuisance en commençant par les exproprier. Nous devrons imposer notre contrôle sur la production et la planifier pour répondre à nos besoins vitaux et tous et toutes participant à la production de richesse en fonction de ses moyens. Alors quand l’Humanité répondra de manière rationnelle à ses besoins, elle sera vraiment libre. Finissons-en avec la peur de pas subvenir à nos besoins, de ne pas pouvoir manger jusqu’à la fin du mois, de se loger correctement, de se soigner…. Il n’y aucune raison de continuer à vivre dans la peur du lendemain, de la peur de tomber dans la misère tout en respectant la Terre sur laquelle nous vivons.

C’est pourquoi nous gilets jaunes appelons le peuple, chacun avec sa force, à s’unir, à agir ensemble pour contester l’injustice, et construire un monde où l’on respecte les travailleurs-ses, les Hommes et les Femmes en général.

Source

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0