English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Bangladesh - L’industrie de l’habillement : de nouvelles émeutes de (...)

Bangladesh - L’industrie de l’habillement : de nouvelles émeutes de prolétaires

mardi 7 juillet 2009, par Robert Paris

29 juin 2009 –

Extraits tirés de Feedbiz

Dans la zone industrielle de la banlieue de Dhaka, les émeutes sont montées à de nouveaux sommets. Des milliers de travailleurs ( environ 50 000) ont manifesté leur colère en se dirigeant vers Dhaka Export Processing, zone où de nombreuses usines sont situées. La police a bloqué la manifestation et les affrontements ont commencé , gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc. Il est fait état de 100 travailleurs blessés.

D’ autres travailleurs, qui ont rejoint les manifestants, les ont informé que le travail se poursuit normalement à l’usine de Groupe Hamim complexe. Vingt mille ouvriers ont donc commencé à marcher vers ce complexe pour y déclencher la grève. Comme le nombre de manifestants dans la région est passé à 50.000 , les forces de sécurité ont été tout simplement dépassés ; de Dhaka District de police a dit : « 400 policiers supplémentaires était à l’avant garde des grandes usines. Nous avons essayé de notre mieux pour disperser la foule, mais ils étaient trop nombreux “. Une vidéo sur internet montrait une situation semblable en Chine, ou la police fut mise en déroute totale pas la submersion du nombre.

On signale que certains « travailleurs » (on ignore si ces travailleurs sont les travailleurs du vêtement de sécurité ou de l’usine et / ou de la gestion du personnel ) ; tentèrent de défendre l’usine et se sont heurtés avec les manifestants alors qu’ils s’approchaient. Les manifestants reprochaient aux ouvriers de la Hamim complexe de ne pas avoir rejoint la protestation consécutive à la mort de deux travailleurs du vêtement abattu par la police. Finalement les travailleurs divisés en petits groupes prennent d’assaut le complexe dans la matinée. Ils aspergeront les bâtiments avec de l’essence, trois usines de vêtements, deux usines de lavage, deux entrepôts de tissu … plus de 8000 machines, une énorme quantité de confection, de tissus, trois bus, deux camionnettes de ramassage, deux minibus et une moto ont tous été réduits en cendres.

Une fois les bâtiments en feu, les émeutiers vont bloqués l’autoroute pour que les services d’incendie ne puissent intervenir et stopper les incendies et ce jusqu’ à ce que les bâtiments soient réduits en cendres. Pendant ce temps, des groupes issus d’autres travailleurs sillonnaient la zone et ont attaqué et saccagé 50 usines et 20 véhicules. Une épaisse fumée noire pouvait être vu au dessus de la ville.

Bien que dans des déclarations publiques, les patrons de vêtements ont tenté de maintenir la confiance en jouant de la santé économique de l’industrie, il semble que certaines entreprises commencent à ressentir le pincement de la crise économique.

C’est la fermeture des unités de S Suhi Industrial Park Ltd qui a été au centre de la plus récente agitation ouvrière des usines de vêtements dans les zones Ashulia et Savar. Les travailleurs des unités fermées de même que d’autres travailleurs mal rémunérés à proximité de certaines usines, qui ne vont pas si bien, ont lancé un mouvement de réouverture des unités et de revalorisation des salaires. A défaut de retrouver un emploi, ils ont commencé à s’unir et à menacer d’arrêter la production d’autres usines. La crise économique mondiale augmente déjà la pression de conditions de travail, baisse des salaires réels / pouvoir d’achat due à l’inflation et la réalité ou la menace du chômage, au Bangladesh, une baisse de revenus est un pas de plus vers la famine, de nombreux travailleurs du vêtement sont en permanence sous-alimentés. Mais ce qui inquiète le plus la classe dirigeante, c’ est la propagation de cette lutte de classe à d’ autres régions, notamment la ville portuaire de Chittagong, un autre centre de l’industrie du vêtement, avec 700 usines. La sécurité a été renforcé par une surveillance spéciale de Chittagong du fait du contexte de violence dans les usines de confection de Dhaka.

1 Message

  • Une fois encore !!!

    Une cimenterie s’est effondrée à Mongla. Plusieurs morts sont à déplorer. Les secours tentent de sortir des employés de l’usine pris au piège dans les décombres.

    L’effondrement a eu lieu dans la ville portuaire de Mongla, située à 355 kilomètres au sud-ouest de la capitale, Dacca.

    Le bilan provisoire fait état de quatre morts. Les sauveteurs sont parvenus pour le moment à extraire une quarantaine de rescapés des gravas. L’hôpital le plus proche a été pris d’assaut. Les familles des employés de l’usine s’y pressent pour prendre des nouvelles de leurs maris, femmes, ou enfants.

    Ce n’est pas la première fois que le Bangladesh est frappé par une telle tragédie. En 2013, le Rana Plaza, un complexe de magasins et d’ateliers de confection, s’était effondré dans les faubourgs de Dacca, faisant plus de 1.130 morts, pour la plupart des ouvriers du textile.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0