English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 12- Livre Douze : OU EN SONT LES GROUPES REVOLUTIONNAIRES ? > D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ?

D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ?

dimanche 6 avril 2008, par Robert Paris

Lutte Ouvrière se retrouve maintenant au "débat de toute la gauche" à la dernière fête de l’Huma du parti stalinien : quelle évolution !!!

Site national de Lutte Ouvrière (France)

Prenons l’exemple d’un des slogans favoris de Lutte Ouvrière : le contrôle ouvrier. L’usage en est variable. Parfois, il ne s’agit même pas du contrôle par des organes des masses comme des comités révolutionnaires ouvriers mais simplement du contrôle par les syndicats, ou pire par les Comités d’établissement, organismes de collaboration de classe par excellence, selon ce qu’en disant dans le temps LO...

1er octobre 1917 : Publication de “Les bolcheviks garderont-ils le pouvoir ?” de Lénine :

“Quand nous disons : “contrôle ouvrier”, ce mot d’ordre étant toujours accompagné de celui de la dictature du prolétariat, le suivant toujours, nous expliquons par là de quel État il s’agit."

Prenons un exemple de soutien à la CGT quand celle-ci est contre les travailleurs : l’expulsion des sans-papiers de la Bourse du travail à Paris

Les faits

La position de LO

LO soutient la CGT contre les sans-papiers de la Bourse du travail : "Après des mois de vaines négociations, le 24 juin, des militants CGT ont évacué de force des sans-papiers de la Coordination de Paris (CSP-75) qui occupaient les locaux syndicaux de la Bourse du Travail de Paris, depuis quatorze mois. Durant ces quatorze mois, le gouvernement a volontairement entretenu ce conflit en ne régularisant qu’une centaine des 1 200 demandes déposées par la CSP-75.

Depuis l’évacuation, les responsables de la CSP-75, encouragés par certains gauchistes irresponsables, maintiennent leur animosité contre les syndicats. Un campement permanent de 200 à 300 travailleurs africains sans papiers a été installé sur le trottoir du boulevard du Temple, continuant ainsi de bloquer, en partie, la Bourse du Travail. Pour le moment, heureusement, la police n’a pas opéré de rafle.

Depuis le lancement en 2004, avec RESF (Réseau éducation sans frontière) du mouvement de solidarité contre les expulsions d’enfants scolarisés de familles sans papiers, depuis les grèves de 2008, organisées par la CGT, dans des entreprises et des grands restaurants pour la régularisation de salariés sans papiers, l’opinion publique est majoritairement contre ces expulsions et pour les régularisations.

Aussi Sarkozy et Besson ne seraient pas mécontents, en exploitant les événements de la Bourse du Travail et le désespoir des sans-papiers, de diviser les soutiens et affaiblir les solidarités. Pour cela, ils laissent volontairement la situation se dégrader en bloquant toute délivrance de papiers."

Ci-joint le tract CGT de PSA Aulnay écrit par les militants de LO !

Syndicat de site CGT Aulnay PCA, ISS, Géodis

PCA AULNAY Le 30 / 06 / 09

Depuis quelques jours une campagne anti CGT s’est développée dans les médias sur l’évacuation de la Coordination des Sans Papiers 75 (CSP 75) qui occupait depuis 14 mois la Bourse du travail de Paris. Cette organisation, la CSP 75, toute seule et contre l’avis de toutes les organisations qui luttent sur les terrains des papiers, avait décidé de s’attaquer aux syndicats en, occupant la Bourse du travail au lieu de s’en prendre au gouvernement. Pour le syndicat CGT de Citroën Aulnay, le seul ennemi c’est le gouvernement. Il n’y a que les préfectures qui délivrent les papiers. Essayer de faire croire autre chose c’est un mensonge. C’est pourquoi nous ne cautionnerons sous aucune manière ceux qui par démagogie, ou autre, s’attaque aux syndicats au lieu de s’en prendre au patronat et à son gouvernement.

Nous portons à votre connaissance le communiqué de l’Union Départemental CGT de Paris.

Union des syndicats CGT de Paris 85 rue Charlot 75140 PARIS cedex 03 Téléphone 01 40 29 14 40 Télécopie 01 48 87 89 97 Courriel : cgt.paris@wanadoo.fr www.cgtparis.fr CCP 27 46 74 P Paris

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le 24 juin 2009, vers 12h30, les organisations syndicales CGT de Paris et l’UD CGT ont effectivement procédé à l’évacuation de la Bourse du Travail.

Nous avons choisi un jour où la CSP 75 était en manifestation, ceci pour éviter au maximum les confrontations et les provocations.

Dès le début, nous avons proposé à la trentaine de sans papiers présents de sortir. Une dizaine d’entre eux l’ont fait de plein gré. Immédiatement, la vingtaine restante s’est emparée de tout ce qu’elle avait sous la main pour le jeter violemment sur les militants de la CGT : tables, chaises, caddies, bacs à ordures, pelles, racloirs balais, gamelles…

Nos militants ont reculé, attendu que les choses se calment et ont refoulé sans violence les sans papiers dans la grande salle ouverte sur le Boulevard du Temple. Dans les minutes qui ont suivi, plusieurs sans papiers ont démonté des bancs sur la voie publique et cassé des vitres du bâtiment. Ce sont ces derniers incidents qui ont déclenché l’intervention des forces de police à l’extérieur de la Bourse sur appel de tierces personnes.

Il n’y a eu aucun blessé et aucune arrestation, il n’y avait aucun enfant dans la Bourse et, seules, 2 femmes y étaient présentes. La police n’est pas intervenue à l’intérieur de la Bourse du travail.

Après 14 mois d’occupation stérile, l’UD CGT 75 a été malheureusement contrainte de prendre cette décision d’évacuation. Lorsque l’on dit combattre des décisions politiques, on cible les adversaires qui en sont les auteurs. En l’occurrence les dirigeants de la CSP 75 ont fait le choix, inexpliqué à ce jour d’investir un lieu de lutte de leurs collègues travailleurs et syndicalistes.

Les plus de 2500 salariés qui se sont mis en grève dans plus de 100 entreprises depuis le 15 avril 2008 ont fait le choix de combattre patronat et gouvernement, de revendiquer sur leur lieu de travail et ont obtenu plus de 2000 régularisations dont 500 pour des travailleurs individuels.

Après plus de 200 heures de réunions unitaires ou bilatérales, la CSP 75 a refusé toutes les propositions qui leur ont été faites. La CGT, en février 2009 leur a soumis un projet de relevé de décision, dans le cadre d’une médiation sous l’égide du Haut Conseil des Maliens de France qui n’a pas ménagé son énergie.

Pourquoi la CSP 75, alors que nous étions proches d’un accord, a-t-elle repoussé toutes les propositions de travail et d’initiatives faites pendant 14 mois par les associations et organisations syndicales ?

Pourquoi le CSP 75, depuis 14 mois, expose t-elle les 1300 adhérents qu’elle revendique sans expliquer sa stratégie et sans prendre pleinement sa place de manière constructive dans l’ensemble des associations et organisations syndicales ?

Nous réaffirmons une fois de plus que l’adversaire c’est le patronat et le gouvernement, pas les autres salariés et leurs représentants.

Maintenant, il est temps de rassembler toutes les énergies disponibles dans leurs diversités, pour continuer à construire, à se rassembler dans le cadre d’un réel rapport de force efficace avec des objectifs clairement identifiés et définis.

Les luttes à mener sont nombreuses sur les salaires, contre les licenciements, contre les précarités, contre les discriminations, pour la régularisation des sans papiers dans et hors des entreprises, pour le développement des services publics, contre les centaines de milliers de licenciements.

La CGT y est prête, y travaille dans l’unité. Les salariés avec papiers ou pas ont besoin de ce rassemblement.

Fait à Paris le 25 juin 2009 à 15 h 45


MOTS CLEFS DU SITE MATIÈRE ET RÉVOLUTION :

dialectiquediscontinuitéphysique quantiquerelativitéchaos déterministeatomesystème dynamiquestructures dissipativesnon-linéaritéquantaémergenceinhibitionboucle de rétroactionrupture de symétriele temps - contradictionscrisetransition de phasecriticalité - attracteur étrangerésonanceauto-organisationvide - révolution permanente - Zénon d’Elée - Antiquité - Blanqui - Lénine - TrotskyRosa LuxemburgPrigogine - Barta - Gould - marxisme - Marx - la révolution - l’anarchisme - le stalinisme - Socrate


THE MATTER AND THE REVOLUTION (site in english)

MATERIAL Y REVOLUCION (sitio en español)

Sommaire du site en français

Pourquoi ce site mêle révolution, sciences, philosophie et politique ?

Pourquoi parler de révolution en sciences ?

La nature en révolution

LE MOTEUR DE RECHERCHE EST EN HAUT, A DROITE DE LA PHOTO DE GALAXIE

Pour nous écrire, cliquez sur Répondre à cet article


Pourquoi une organisation révolutionnaire ne peut-elle pas assumer des choix radicaux, lorsqu’elle est grande et connue, alors qu’elle avait su le faire quand elle était petite et isolée ?

Quel grand écart entre une organisation défenseur intransigeant du communisme face aux staliniens et aux social-démocrates et la même qui, sur la défensive sur ses intérêts de groupe (dans le style : ne nous isolons pas), appelle à voter Ségolène Royal et parle de défendre les mairies de gauche ! Ou encore appelle à voter sur un référendum pour une constitution... Et surtout ne dit pas clairement quelle est la politique des centrales syndicales quand celles-ci trahissent ouvertement... Ou encore se met à considérer que sa participation aux élections est un point plus central que son travail d’entreprise...

Arlette Laguiller, qui s’était fait connaitre par une critique ferme et claire de la gauche refusant de soutenir toute illusion sur celle-ci, déclarait en 2006 :

« Oh ! Il ne s’agit pas là d’une révolution : on n’en est pas à pouvoir leur arracher complètement leur pouvoir économique et à le remplacer par un autre système. Mais on peut limiter leur pouvoir, et d’abord en le contrôlant. Il faut imposer que la population ait un accès direct à tout ce que les Conseils d’administration envisagent pour l’avenir de leurs entreprises, ce qui concerne en premier lieu l’avenir de toute la société et de la population. Cela peut sembler utopique, c’est vrai ! Mais c’est nécessaire, indispensable, vital pour que nous tous puissions avoir une vie normale et décente. Et ce qui est vital n’est pas utopique car attendre qu’on nous écrase, sans réagir, est impossible. Il faut donc que tous puissent savoir d’où l’ensemble des patrons tirent leurs financements et ce qu’ils en font. Pourquoi ils n’investissent pas leurs profits dans la production de biens utiles à la population pour en faire baisser le coût, au lieu de spéculer dangereusement. Aujourd’hui, l’industrie des travaux publics se flatte de construire en un temps record des ponts gigantesques, comme le pont de Normandie ou le viaduc de Millau. Construire des logements n’est pas plus difficile. C’est l’argent qui manque ? Mais si on contrôle les profits des entreprises, si on contrôle d’où vient l’argent, par où il passe, quels sont les coûts réels de production, quels sont les profits et où ils vont, on pourrait empêcher qu’ils servent à racheter des entreprises existantes aux quatre coins du monde. Si l’on compare cela au coût du travail dans la valeur ajoutée, on pourrait vérifier s’il est vraiment impossible de créer des emplois nouveaux correctement payés et même, tellement les profits sont élevés, en diminuant les efforts ou le temps de travail de chacun. Les travailleurs font tant de choses pour la bourgeoisie que celle-ci peut en faire un peu pour les travailleurs ! On n’en est pas à tout leur prendre. Il s’agit seulement de les contrôler pour ne leur prendre que le superflu, voire le nuisible, qui permettra de sortir la société de l’ornière et de la misère qui nous menace. Evidemment, sur le plan politique, la droite est entièrement au service de ces gens-là et ce n’est pas la droite qui le fera. Mais de toute façon, ce ne sont pas les politiques car ils sont tous là pour défendre cette société, pour défendre la propriété privée et même pour l’avantager, pour défendre les profits, voire les faire augmenter artificiellement par les subventions. * * * Ne nous y trompons pas, nous ne disons et ne dirons pas que gauche et droite c’est pareil ! Elles sont, comme je le disais plus haut, les acteurs d’une même pièce. Il y a ceux qui jouent le rôle des méchants et ceux qui jouent le rôle des bons. Et il est vrai qu’il vaut mieux avoir affaire à des faux bons qu’à de vrais méchants. Mais il faut savoir que derrière eux, on trouve toujours les mêmes fauves qui ne changent pas au hasard des résultats électoraux. Les Lagardère, les Dassault, les Bouygues, personne, à part leur conseil d’administration ne les élit et encore, car leurs capitaux sont majoritaires dans les entreprises les plus importantes où ils participent ; et ces trois-là, à eux trois, ont plus de mainmise sur toute la société française que le gouvernement n’en a. Beaucoup d’électeurs populaires disent, et à juste titre, que “la gauche est moins pire que la droite”. C’est vrai ! Mais le moins pire, cela ne veut pas dire le meilleur ou même le bon ! Et, littéralement, c’est pire quand même. Alors, chasser ce gouvernement de droite, ces hommes de droite répugnants, cyniques, menteurs, viscéralement hostiles aux pauvres, aux travailleurs et aux classes populaires en général, hostiles à tout ce qui n’est pas leur classe sociale, oui, cela ferait plaisir de les chasser et de les renvoyer dans leur foyer, qui n’en doutons pas est loin d’être misérable. Cela nuirait peut-être seulement à leur amour propre et peut-être aussi à leurs revenus car ce n’est plus eux qui auraient tous les avantages, voire les pots de vin ! Évidemment, on ne peut pas, dans les circonstances actuelles, chasser cette droite sans ramener la gauche que nous connaissons pourtant déjà bien. Mais il ne faudrait pas la ramener au pouvoir les yeux fermés, sans rien lui demander en échange. Et par rien lui demander, j’entends rien exiger d’elle. »

Aux dernières élections municipales :

« Dans le contexte d’offensive brutale de la droite et du grand patronat, nous serions ouverts à l’idée de participer à une liste commune avec d’autres forces de gauche (…) Notre participation sur votre liste pourrait peut-être contribuer à la reconquête de la municipalité », écrit ainsi Arlette Laguiller à Danielle Bousquet, tête de liste socialiste à Saint-Brieuc, pour les municipales. Lutte Ouvrière proposait finalement l’alliance dans toute la France à la gauche....

Texte de congrès de LO en octobre 2008 :

« La situation intérieure

« Les luttes peuvent surgir spontanément, mais elles pourrzient être aussi organisées par les directions syndicales. (…) En fait, là encore, c’est leur propre base qui peut leur imposer d’organiser les luttes nécessaires. Une offensive générale du monde du travail ne se déclenche pas en claquant des doigts, disent les dirigeants ! C’est vrai, mais elle peut se préparer. Les journées d’action, si elles sont renouvelées, peuvent démontrer aux travailleurs eux-mêmes qu’ils sont nombreux à pouvoir et à vouloir se battre. (…) Des journées d’action se succédant et se renforçant dans un temps relativement court peuvent préparer et conduire à une grève générale. C’est pourquoi d’ailleurs nos camarades, dans les entreprises, participent à la vie syndicale et y prennent leurs responsabilités. Pas pour y recruter des militants politiques mais pour amener les syndicats à jouer leur rôle. Cependant, si l’on prépare et si on fait de la propagande pour une offensive générale, une contre-offensive, il ne faut pas se contenter de revendications particulières ou secondaires. Il faut viser à changer le rapport de forces entre les dirigeants de l’économie et les travailleurs. Il n’est pas question de révolution dans n’importe quelle situation. Mais, entre le pouvoir absolu des maîtres de l’économie et une révolution sociale, il y a des rapports de forces intermédiaires. Et l’une des premières étapes dans ce domaine est d’imposer le contrôle des travailleurs, de la population, sur les comptes, de toutes les grandes et moyennes entreprises. Nous vivons aujourd’hui dans une situation économique où il est évident qu’on ne peut pas, sans risques majeurs, laisser les financiers gouverner la société et le monde. On a vu avec la crise de l’immobilier et des prêts à risque aux Etats-Unis combien le monde de la finance était opaque (…) Cette crise, en apparence mineure au départ, a failli déboucher sur une crise mondiale. Et il n’est pas dit que ce soit terminé. La population, la société, ne peuvent pas vivre sous la menace permanente que font peser les tractations financières sur toute l’économie. (…) Il faut au moins contrôler ces puissances d’argent et éclairer ce qui se passe dans les Conseils d’administration, savoir qui détient l’argent, d’où il vient, où il va, par où il passe et quels sont les projets de ces gens-là. C’est cela qui, pour nous, est une partie essentielle d’un programme qui puisse, pour une période, changer les rapport de forces entre financiers et travailleurs. (…) Congrès LO – texte écrit en Octobre 2007 »

« Municipales 2008

(…) Aucune liste d’extrême-gauche ou de la gauche de la gauche n’a l’assurance d’obtenir 10% ou même 5% des voix. C’est pourquoi ces organisations et nous-mêmes seront ouverts à la conclusion d’alliances dès le premier tour (…) Aux élections présidentielles, notre participation est uniquement destinée à populariser des idées, tout ou partie de notre programme social, le faire connaître afin qu’il soit repris, espérons-nous, lors des luttes sociales à venir. (…) Pour des élections municipales, le problème est différent puisque la campagne est divisée en un grand nombre de communes. Même en faisant une campagne nationale, nous ne pourrons nous présenter partout. (…) Nous aurons bien sûr le problème d’alliances éventuelles. Nous ne sommes plus en 2001. (..) La situation peut être très défavorable à la gauche de la gauche et à l’extrême gauche. (…) Mais quelle que soit la situation, nous devons quand même faire l’effort d’une campagne car, obtenir des élus municipaux est extrêmement important pour notre rayonnement politique. Ces élus sont un point d’ancrage dans une ville et l’axe autour duquel peuvent graviter nos activités locales. (…) La conclusion est que nous devons essayer de constituer des listes dans le maximum de localités. Cela ne nous empêchera cependant pas d’étudier et d’être ouverts à toute proposition d’alliance, que nous étudions en fonction des situations, des rapports de forces locaux et des possibilités d’élus que ces alliances pourraient réellement nous ouvrir. Nous n’avons en effet aucun intérêt à conclure des alliances sur un programme d’accords avec nos éventuels alliés si cela ne nous permettait pas d’avoir des élus (…) »
- - - - - - - - -

Lutte Ouvrière, hier, le film

SITE : Matière et Révolution

www.matierevolution.fr

Sommaire du site

Pourquoi ce site ?

Pour nous écrire, cliquez sur Répondre à cet article



Le parti, ce n’est pas d’abord un appareil de militants ni une masse d’adhérents, ce n’est pas d’abord des structures organisationnelles. Ce n’est pas seulement une direction mais surtout une orientation, des analyses, des perspectives et une politique. Ces dernières ne doivent pas avoir comme critère la sauvegarde du groupe, mais d’abord les intérêts de classe. Les communistes n’ont pas d’intérêts particuliers de leur groupe à défendre, disait Marx dans « Le Manifeste ». Etre communiste, ce n’est pas s’isoler du reste du mouvement ouvrier ou des courants d’extrême gauche, mais ce n’est pas non plus mettre son drapeau dans sa poche dès qu’il y a des affrontements entre perspectives opposées. La perspective communiste est celle qui n’oublie jamais la perspective du renversement total, mondial et définitif du capitalisme, même dans une période où ce changement pourrait sembler très éloigné, même si les travailleurs eux-mêmes semblent loin d’être sensibles à cette perspective. Les communistes révolutionnaires ne se servent pas de leur particularité pour se détourner du mouvement ouvrier réel et se mettre en retrait. Mais ils ne pratiquent pas non plus l’opportunisme consistant à s’adapter pour avoir plus de succès. En somme, ni sectarisme, ni opportunisme : le chemin est étroit. La confiance en l’avenir communiste ne résulte pas de la confiance dans des leaders suprêmes mais dans les capacités que les prolétaires ont déjà montré dans l’Histoire et dans la connaissance des lois de la lutte des classes. Dans le passé, ce sont les groupes et partis révolutionnaires qui se sont souvent fait bien plus de mal que la bourgeoisie ne leur en a fait. Ce n’est pas dans les prisons, dans les tortures, face aux pelotons d’exécutions que des groupes révolutionnaires ont théorisé leurs reculs, leurs capitulations, leurs dérives ou leurs renoncements. Au contraire, c’est au plus haut sommet de leurs succès qu’ils ont cédé à la pression de la réussite. Même le parti bolchevique. C’est lorsqu’ils étaient en situation de jouer un rôle important et même décisif que les groupes communistes révolutionnaires (en tout cas qui se revendiquaient de cette perspective) ont reculé politiquement. Il ne suffit pas de dénoncer ces renonciations. Il faut aussi les analyser. Elles ne concernent pas que leurs auteurs mais tous les militants révolutionnaires. Sur ce terrain aussi, qui ne tire pas des leçons du passé sera rattrapé par lui. La première des leçons est que le sectarisme et l’opportunisme sont des frères jumeaux. La deuxième est que ceux qui placent l’organisation (ou sa direction) au dessus des perspectives, ceux qui renoncent à l’analyse théorique, se préparent des lendemains difficiles. Il ne suffit pas de prétendre faire d’un groupe un corps homogène, prétendument imperméable aux influences extérieures (surtout celle des autres groupes révolutionnaires) pour bâtir une cohésion politique. Il faut étudier, d’abord étudier et encore étudier… Etudier les luttes passées, les conditions des révolutions, les modes de fonctionnement de la société et de la nature. Celui qui continue à apprendre du monde en changement permanent n’est pas sujet à la maladie de l’auto-centrage. Le monde ne tourne pas autour de notre nombril. Le fixer avec admiration ou avec fascination ne peut pas être une politique. Se gargariser du mot de construction du parti n’est en rien une recette pour le construire. S’approprier la conscience des fonctionnements du monde y rapproche bien plus et permet bien plus aussi de rejoindre un jour un autre mouvement de la conscience : celui d’un prolétariat qui tirera les leçons de ses propres expériences. Les autres raccourcis ou prétendus tels mènent dans le mur…

Robert Paris

0- Introduction

Les difficultés du combat pour une politique des révolutionnaires

Pendant de longues années, l’organisation française Lutte Ouvrière, isolée du reste du mouvement trotskyste par le sectarisme de ce dernier, a fait de pauvreté vertu et a prétendu conserver la pureté doctinale par l’isolement organisationnel, s’appuyant, pour le justifier, sur l’opportunisme des autres trotskystes. Elle a, en partie, conservé un héritage trotskyste transmis via le militant roumain Barta alors que bien des organisations trotskystes s’adaptaient au stalinisme, au réformisme et au nationalisme. Mais , en même temps, elle a répondu par un sectarisme de type guesdiste à l’opportunisme des autres, prétendant que le redressement des autres organisations trotskystes n’était pas l’une de ses tâches. Les dernières évolutions opportunistes de cette organisation (élections, banlieues, politiques syndicales, objectifs et définitions de l’organisation) démontrent l’inanité de cette méthode. Le sectarisme ne protège pas de l’opportunisme. La carence théorique n’est pas une garantie de conservation des idées, pas plus pour les idées révolutionnaires que pour les autres. La fermeture organisationnelle n’est pas un principe valable de formation des militants révolutionnaires.

Même quand une organisation se donne comme objectif de ne pas se transformer, de ne pas changer ses analyses, de ne pas se laisser influencer par le monde extérieur, tout cela finit quand même par arriver...

Car ne pas avancer, c’est déjà reculer. Le monde, lui, avance, change, nécessite une analyse qui poursuive son élaboration et améliore sa pratique, non pas qui renonce aux idées fondamentales mais qui poursuive son travail critique et approfondisse ses conceptions. Vouloir figer les conceptions est un désir vain et qui est nuisible aux révolutionnaires.

La solidité de l’édifice construit par les révolutionnaires ne peut provenir de l’étanchéité de l’organisation, mais de la confiance des révolutionnaires dans les capacités potentielles du prolétariat et dans la validité des idées révolutionnaires. Ces deux points sont les bases solides du travail des militants révolutionnaires.

L’objectif des révolutionnaires n’est pas de travailler pour les intérêts du groupe révolutionnaires mais pour les intérêts historiques du prolétariat, ce qui est bien différent. Marx le rappelait dans "Le Manifeste", les communistes révolutionnaires n’ont pas d’intérêts d’organisation à défendre. Remplacer la classse par l’organisation, même si celle-ci était la plus belle du monde, serait une déviation grave.

Les combats des communistes révolutionnaires n’en font pas, en période normale, un courant majoritaire dans la classe ouvrière, n’entraînent pas une majorité des militants à les suivre. En période normale, les militants et les travailleurs eux-mêmes sont réformistes. Nous ne devons pas nous y adapter de quelque manière que ce soit. ce serait de l’opportunisme. Nous ne devons pas rejeter les travailleurs et les militants sous prétexte qu’ils sont réformistes. ce serait du sectarisme. La politique des révolutionnaires ets ce chemin étroit entre opportunisme et sectarisme. Il est aisé de sortir du chemin car celui-ci n’est pas tracé d’avance, n’est pas en ligne droite, n’a rien d’évident.

D’où la nécessité d’un débat des révolutionnaires. On ne doit pas remplacer ce débat par la fidélité à une direction politiques, aussi compétente soit-elle. Des révolutionnaires qui se contentent de faire confiance en une direction sont des militants qui ne sont pas en train de se former à penser par eux-mêmes et donc qui se détournent d’une des tâches fondamentales de formation des révolutionnaires.

Ce long préambule me semble nécessaire pour parler des évolutions d’un groupe comme Lutte Ouvrière. En effet, les dérives du militantisme révolutionnaire ne ressemblent nullement aux dérives de la politique bourgeoise telle que la pratiquent les partis réformistes ou de droite.

Les groupes révolutionnaires peuvent changer au point de nuire aux intérêts mêmes du prolétariat. Des groupes trotskystes comme le POUM en Espagne ou le POR en Bolivie, pour ne prendre quer ces deux exemples de partis révolutionnaires qui se sont détournés d’une politique révolutionnaire en pleine révolution, peuvent devenir opportunistes et ainsi se détourner complètement des intérêts du prolétariat. Nul ne peut prétendre que son organisation soit prémunie contre une telle évolution due à une politique fausse de la direction.

Sur ce point, le combat pour une politique juste est indispensable au sein des révolutionnaires. Et les coups de barre d’un côté et de l’autre ne suffisent pas à ramener dans le droit chemin. Au contraire, la preuve est faite avec les dernières évolutions de Lutte Ouvrière, que les excès du sectarisme mènent directement à une phase d’opportunisme.

L’argument classique de l’opportunisme est la nécessité de ne pas se couper des masses. L’argument classique du sectarisme est la laideur des positions des autres organisations. Dans les deux cas, il s’agit de prétextes. On peut se battre aux côtés d’organisations révolutionnaires ayant bien des défauts et même pire, d’organisations réformistes. On peut également débattre avec elles sans perdre sa boussole, quand on en a une. Inversement, les masses ont bon dos lorsque des révolutionnaires font semblant de s’appuyer sur leur prétendu "niveau de conscience" pour renoncer à leurs positions de principe.

L’organisation ne doit pas suivre les travailleurs quand ceux-ci reculent, ne doivent pas craindre de s’isoler. Inversement, l’organisation ne doit pas avoir d’autres préoccupation essentielle que celles des larges masses, pas d’intérêt d’organisation à défendre comme le disait Marx.

1- D’où vient l’organisation Lutte Ouvrière ?

- L’origine du courant Barta représente non seulement un refus de l’opportunisme qui caractérisait la politique des trotskystes officiels à la fin de la deuxième guerre mondiale mais aussi la capacité à s’unir avec des militants issus d’autres horizons politiques pour mener une politique ouvrière interventionniste.

- Dans une certaine mesure, le groupe Voix Ouvrière puis Lutte Ouvrière a repris des analyses et des pratiques du groupe Barta. Il ne les a pas enrichies et s’est contenté de ne pas sombrer dans l’opportunisme des autres groupes trotskystes. Il a refusé de développer des théories qui lui soient propres et en particulier de se fonder sur des conceptions de la construction du parti et sur son propre programme.

- Il a bénéficié de la montée des luttes succédant à mai-juin 1968 pour former des militants ouvriers interventionnistes qui ne capitulent pas devant les directions syndicales.

- Il a pâti du manque de liens avec d’autres groupes en France et dans le monde, du climat de lutte boutiquière au sein du mouvement trotskyste en France.

2- A quelles difficultés s’est heurté Lutte Ouvrière ?

- Isolement international organisé par les courants officiels du trotskysme : adhérez d’abord, on discutera ensuite ...

- Défauts d’un petit groupe national qui a des développements à l’extérieur sans que les groupes d’autres pays discutent sa politique

- Formation d’un courant essentiellement dans un pays colonialiste et impérialiste dont l’ensemble du mouvement ouvrier cultive d’accommodements à la politique de sa propre bourgeoisie.

- Formation des militants plus axée sur la fidélité aux analyses du passé que sur l’analyse des évolutions présentes et, surtout, absence de programme.

- Le passage du petit groupe au parti révolutionnaire a été conçu dans les dernières années plus sur l’intervention politique électorale que sur l’intervention sociale, dans les luttes et l’intervention politique hors élections.

3- Quelles ont été les évolutions récentes de Lutte Ouvrière ?

- Les tactiques qui prennent le pas sur les principes (élections, syndicats, internationalisme...
- Les reculs qui prennent appui sur les mentalités d’une fraction de la classe ouvrière (esprit sécuritaire, anti-banlieues, état d’esprit défensif où on défend autant les "acquis" que la société elle-même
- Les reculs de principe (renoncer à affirmer publiquement que l’on veut renverser l’Etat bourgeois, son armée, sa police, ses parlements et toutes ses institutions, accepter de participer au vote sur la constitution bourgeoise)
- Les reculs politiques qui découlent des reculs précédents (s’allier électoralement avec la gauche bourgeoise)
- Les reculs qui s’appuient sur l’absence de conscience ou de mobilisation du prolétariat (absence d’activité de propagande anti-impérialiste claire, manque d’aide aux militants des pays colonisés ou néo-colonisés, ...

4- Documents d’hier et d’aujourd’hui

La définition de Lutte Ouvrière dans l’hebdomadaire est assez significative. Alors qu’elle est restée la même de 1975 à 2002, elle change alors et de manière importante. En particulier, voici ce que disait l’ancienne version : "Les travailleurs devront détruire l’appareil d’Etat de la bourgeoisie, c’est-à-dire son gouvernement mais aussi son Parlement, ses tribunaux, sa police, son armée et exercer eux-mêmes, directement, pouvoir, car le bulletin de vote ne peut changer la vie."

La nouvelle version :

"Nous sommes convaincus que les travailleurs peuvent remplacer le capitalisme par une société libre, fraternelle et humaine car ils constituent la majorité de la population et n’ont aucun intérêt personnel au maintien de l’actuelle société. Pour cela, ils devront remplacer l’Etat de la bourgeoisie pour créer un régime où les masses populaires exerceront elles-mêmes le pouvoir en assurant un contrôle démocratique sur tous les rouages du pouvoir économique et politique."

La destruction de l’Etat a disparu entre les deux versions. Pourtant Lutte Ouvrière jugeait très durement autrefois tout courant révolutionnaire qui aurait fait disparaitre cette mention :

« Oui, le premier acte de salut public de la classe ouvrière (…) ce devra être de détruire cette armée, pas de l’épurer en faisant le tri entre les bons et les mauvais officiers (…) Non, il faudra détruire, briser définitivement le pouvoir du corps des officiers. (…) Et tous ceux qui n’inscriraient pas la mise hors d’état de nuire de l’armée et de la police dans leur programme, qui ne fixent pas ouvertement cet objectif à la classe ouvrière, qui ne disent pas aujourd’hui, clairement, que dès que le rapport de forces mettra le soulèvement populaire à l’ordre du jour, ce sera là la première tâche des travailleurs, ceux-là ne défendent pas les travailleurs, mais préparent de nouvelles désillusions, ou de nouveaux massacres. Et les travailleurs doivent s’en méfier, quelles que soient leurs phrases révolutionnaires, ou peut-être d’autant plus que leurs phrases sont révolutionnaires. Et, camarades, cette leçon tragique du Chili est certainement valable pour bien d’autres pays, y compris pour nous ici en Europe. » (conclusion du Cercle Léon Trotsky sur le Chili)

L’attitude dans les campagnes électorales

Citons par exemple la campagne des élections présidentielles de mars 2007 qui rompt particulièrement avec les positions qui devraient être celles de révolutionnaires. « Un programme de défense des travailleurs par Arlette Laguiller » : (tract de la campagne électorale de LO aux présidentielles de mars 2007) « Un jour ou l’autre, la colère populaire éclatera et accouchera d’un tel mouvement revendicatif. C’est afin qu’il ne se trompe pas d’objectif quand il se produira, qu’il ne prenne pas l’accessoire pour l’essentiel, que j’expose ce programme qui n’a rien de révolutionnaire en ce sens qu’il ne prévoit ni l’expropriation du capital, ni la transformation de la propriété privée de l’ensemble des grandes entreprises en propriété collective, en propriété d’Etat. Cependant, au lieu de privilégier les intérêts de la classe capitaliste, ce programme rétablit, un peu, l’équilibre entre celle-ci et les travailleurs, la classe des producteurs de valeur, en prenant une partie des privilèges économiques des propriétaires de capitaux pour améliorer le sort des classes populaires. (…) Ce qui suit n’est pas mon programme de gouvernement, mais ce qui devrait être au-delà des mots creux ou démagogiques (…) le programme d’une présidence représentant réellement la population et capable de s’attaquer immédiatement et efficacement à la crise du logement, au chômage massif et à la dégradation passée, présente et à venir du niveau de vie de la plus grande partie de la population. Le financement de ces mesures reposerait, comme je le montre, sur une augmentation des impôts, mais une augmentation sélective qui ne toucherait que les revenus très élevés et les bénéfices des sociétés, en particulier celles du CAC40 et d’ailleurs de façon modérée par rapport à l’ampleur des profits. Il ne s’agit même pas d’un partage des richesses, il s’agit seulement que tout le monde participe à l’effort nécessaire pour compenser les inégalités les plus criantes. Je ne discute pas de ce que devraient faire Nicolas Sarkozy, François Bayrou ou Le Pen, car ils ne prétendent même pas améliorer le niveau de vie des classes populaires. Ce que j’expose donc ici, c’est ce que devraient être les premières mesures d’un gouvernement vraiment socialiste.

1- Le logement (…) La première mesure à prendre serait de créer un Office national du Logement qui prendrait en mains la construction d’un million de logements par an pensant trois ans. (…) Il faudra donc, sous la direction de l’Etat et essentiellement par son apport financier, définir un plan national, en accord avec les municipalités et les associations de locataires.

2- Chômage, emploi et niveau de vie Le chômage est une cause essentielle de la réduction du niveau de vie, de l’aggravation des conditions de travail et de l’insécurité permanente du travailleur devant l’emploi. C’est un problème dont tous les gouvernants ont parlé, mais sans le résoudre, au contraire, puisqu’il n’a cessé de s’aggraver depuis trente ans.

Citons également l’attitude de Lutte Ouvrière vis-à-vis de la gauche gouvernementale et pro-capitaliste (y compris le parti "communiste") lors des élections municipales de 2008 :

suite à venir ...

Citons enfin l’évolution des attitudes de Lutte Ouvrière vis-à-vis des référendums sur la constitution critiqué dans un article de 2005 de la revue Lutte de classe :

"(...) Les Non de l’extrême gauche

Accents jacobins et quasiment nationalistes au Parti des travailleurs ; euphorie à la perspective de s’amalgamer à la gauche du Non et d’apparaître aux mêmes tribunes que les Mélenchon et autres Buffet chez la Ligue communiste révolutionnaire ; discrétion et manque d’enthousiasme à se joindre à un concert dont les ténors ne sont évidemment pas du camp des travailleurs pour Lutte ouvrière : chacune des organisations d’extrême gauche marque bien ses différences non seulement dans ses arguments mais dans son style de campagne. Pourtant cette fois, aucune ne manque à l’appel. Pratiquement toute l’extrême gauche s’est placée dans le camp du Non.

Ses raisons ? Pour la plupart elle se contente de les puiser en tout ou partie dans l’argumentaire de cette gauche dont elle recherche les bonnes grâces, voire l’alliance. Ainsi la LCR reprend à son compte sans nuance ni réserve le thème d’une constitution européenne qui aggraverait la situation actuelle. Elle va jusqu’à laisser entendre que les constitutions nationales actuelles, y compris donc la constitution française, seraient quand même une protection pour les droits sociaux et démocratiques. « Ce document impose une révision des constitutions nationales qui devront être en concordance avec les législations européennes, et imprime en profondeur que le droit européen primera sur toutes les constitutions nationales... » regrette Rouge dans son dossier.

Lutte ouvrière elle-même a abandonné le point de vue exprimé encore en 2000 (Constitutions, référendums, plébiscites, supplément au n°1679 de Lutte Ouvrière) : « C’est pourquoi, du point de vue des intérêts des travailleurs, toutes les constitutions bourgeoises sont à combattre. Et toute participation à un référendum constitutionnel, même par un vote négatif, revient à légitimer la propriété bourgeoise. » Notre organisation a certes refusé, à juste titre, de s’associer à une campagne électorale du Non avec des partis ou des hommes responsables de la dégradation sociale. Elle répète « qu’une victoire du non ne changera rien à l’organisation économique et sociale, au capitalisme, à la course au profit, à la concurrence qui sont les causes des crises, du chômage et de la pauvreté ». Mais elle n’en appelle pas moins à voter contre la constitution européenne, ce qui est qu’on le veuille ou non, une manière de laisser entendre que l’adoption de celle-ci aggraverait les choses ou rendrait plus difficiles les combats de la classe ouvrière. Un encouragement aux luttes ?

En fait, si l’on rejette les mauvaises raisons piochées dans l’argumentaire de nos adversaires politiques, la seule qui pourrait inciter les révolutionnaires à appeler à participer au référendum serait que cette participation soit un encouragement à engager le combat sur d’autres terrains. Ainsi, pour la LCR, « demain, une victoire du Non serait un formidable encouragement à nos luttes ici et en Europe ». De même Arlette Laguiller déclarait au journal Le Monde du 11/12/2004 que « un Non à la constitution donnerait une victoire morale aux travailleurs ».

Le problème reste d’abord que le Non est loin d’être acquis. Les sondages le donnent certes gagnant aujourd’hui. Mais en cinq semaines la tendance peut s’inverser. Si le Oui l’emporte, les travailleurs devront-ils considérer qu’ils ont subi une défaite, même si une majorité d’entre eux a voté Non ? Car il n’y a pas que la classe ouvrière appelée aux urnes. Les privilégiés, qui votent proportionnellement en bien plus grand nombre et qui ne voient pas une partie d’entre eux éliminée d’avance de la participation au scrutin (cas des travailleurs immigrés, en particulier ceux venant des pays non européens), peuvent suffire à faire pencher la balance dans l’autre sens. Doit-on prendre le risque d’un découragement de la partie la plus politisée et la plus motivée du monde du travail devant un résultat électoral qu’on aura contribué, par des pronostics hasardeux ou des prédictions douteuses, à faire apparaître comme un revers pour elle ? Le rôle des révolutionnaires n’est-il pas au contraire de relativiser d’avance le résultat et de souligner que, quel qu’il soit, il ne changera rien à la situation objective ni des travailleurs ni de leurs possibilités de lutter quand ils le voudront ?

Et d’ailleurs une victoire du Non serait-elle automatiquement une victoire des travailleurs ? Apparaîtrait-elle même ainsi ? Rien n’est moins sûr.

Bien sûr, un slogan comme « Non à l’Europe des patrons et Oui à l’Europe des travailleurs », qui justifie les prises de positions de la plupart des organisations d’extrême gauche, sonne bien, clair et même juste. Sauf qu’aucun bulletin de vote de ce type ne sera disponible le 29 mai pour permettre d’exprimer ce point de vue. Ce sera Non ou Oui. Le reste de la phrase sera sans doute présent... dans certaines têtes, mais nulle part ailleurs. Et donc il ne sera pas décompté. Au final, toutes les sortes de Non, souvent contradictoires, vont s’additionner et se fondre. Et tout le monde le sait parfaitement, y compris ceux qui affirment aujourd’hui que la victoire du Non serait la victoire d’un Non de gauche.

D’autant plus que dans les motivations pour voter Non, même parmi les travailleurs, les revendications sociales conscientes se mêlent à bien d’autres sentiments, parfois bien réactionnaires : peur de l’Europe, peur des délocalisations, peur de la concurrence des travailleurs étrangers, voire relents xénophobes ou racistes.

Il n’est d’ailleurs que de voir la liste des tendances politiques qui appellent à voter Non pour se convaincre que ce vote ne permettra pas d’exprimer clairement les intérêts propres à la classe ouvrière. A qui sera donc due une victoire du Non : aux communistes révolutionnaires comme Arlette Laguiller ou Olivier Besancenot, ou aux défenseurs des intérêts des classes possédantes, eux-mêmes bien divers, depuis les tenants de la gauche gouvernementale comme Buffet, Emmanuelli ou Mélenchon jusqu’aux réactionnaires xénophobes et racistes comme de Villiers ou Le Pen ? Montrer notre solidarité ?

Certes une victoire du Non serait un camouflet pour Chirac. Et cela seul justifie pour beaucoup un vote Non, sans se préoccuper plus avant des conséquences ou de la suite. C’est bien d’ailleurs d’abord pour être à l’unisson avec ce sentiment populaire que LCR (« une victoire du Non (...) serait aussi un désaveu cinglant pour Chirac et Raffarin ») comme Lutte Ouvrière (« Pour justifier l’appel à voter « non », il suffirait de dire que c’est un moyen d’expression limité, mais un moyen, comme l’ont été les élections régionales et européennes, pour désavouer le gouvernement Chirac-Raffarin et rejeter par la même occasion le projet de Constitution » lit-on dans Lutte de Classe de septembre 2004) appellent à voter Non.

Montrer notre solidarité avec ce sentiment qui anime aujourd’hui une bonne partie de la classe ouvrière pourrait être une vraie raison qui amène l’extrême gauche à appeler à voter Non. Mais le désir d’affirmer une solidarité avec les plus conscients, les plus combatifs ou les plus révoltés de notre classe ne peut pourtant faire oublier les conséquences possibles d’un geste politique et les illusions et désillusions qu’il contribue à renforcer. Un vote qui désavouerait Chirac et Raffarin peut suffire à réjouir nombre de travailleurs... dans un premier temps. Mais après ? Quand Chirac, sinon Raffarin qu’on nous dit de toute manière condamné à brève échéance, continuera la même politique comme si de rien n’avait été ? Le président a déjà annoncé qu’il ne démissionnerait pas ; la plupart de ses opposants ont dit eux-mêmes qu’ils n’entendaient pas le mettre en cause avant la date de la fin de son mandat, dans deux ans ; et la suite des élections régionales et européennes de l’an dernier... nous a montré que la gauche, celle du Oui comme celle du Non, ne fera pas un geste pour exploiter une victoire électorale et déstabiliser le président.

Ne vaut-il pas mieux, dès aujourd’hui, mettre l’accent sur la nécessité, référendum ou pas, victoire du Oui ou du Non, de préparer et d’engager le combat sur un autre terrain ; et dès maintenant, plutôt que de spéculer sur ce qu’on peut attendre du référendum, mettre en garde contre ce qu’il ne faut pas en attendre ? Mieux à faire

Bien sûr, contrairement à la gauche, la LCR comme LO soulignent aussi que au-delà du référendum, la lutte des travailleurs sera nécessaire pour inverser le rapport de forces avec le patronat français ou européen. Mais ces réserves ne s’effacent-elles pas derrière ce qui apparaît forcément aujourd’hui, et apparaîtra de plus en plus au fur et à mesure que nous approcherons du jour du scrutin, comme l’essentiel : le fait de mêler notre voix à celles d’adversaires ouverts ou de faux amis de la classe ouvrière pour un appel à faire un geste politiquement confus et sans perspective ?

Qu’une partie de l’électorat populaire se saisisse de l’occasion pour exprimer même de manière confuse un ras-le-bol, c’est une chose. Que les révolutionnaires les y appellent instamment, c’en est une autre.

Ce n’est pas parce que Chirac feint de consulter le peuple sur un sujet (tout en espérant une réponse sur un autre d’ailleurs) que les révolutionnaires doivent se sentir obligés d’obtempérer et de participer à la consultation.

Ce n’est pas parce qu’un Mélenchon nous incite par « devoir citoyen » à « prendre nos responsabilités » (comme ses pareils sans doute ont su le faire au moment du second tour des présidentielles en 2002 ?) que nous devons nous sentir tenus de nous positionner et de cocher les seules cases du questionnaire : Oui ou Non.

Ce n’est même pas parce que des travailleurs de notre entourage ont envie de se saisir de l’occasion pour désavouer Chirac qu’il faut faire d’un sentiment que nous comprenons, mais dont nous connaissons toutes les limites, une consigne de vote... qui loin de faire la clarté accroît encore la confusion.

Quoi qu’il en soit, c’est sur un autre terrain, celui des grèves, de la rue, que le mécontentement doit s’exprimer pour être efficace et changer les choses." Le 21 avril 2005

Comparons quelques déclarations concernant les alliances à gauche :

"Pour notre part, nous tenons à avoir des élus, mais sur la base de ce que nous dirons aux électeurs, aussi bien au 1er qu’au 2e tour et pas en baissant la tête devant le parti de Jospin, de Martine Aubry, de Chevènement et de Fabius." Lettre de la direction de Lutte Ouvrière au Bureau Politique de la LCR le 22 juin 2000, à propos des élections municipales de 2001

"C’est pourquoi nous avons engagé des discussions avec les listes de gauche qui nous sollicitaient et, dans d’autres cas, nous avons pris l’initiative en nous adressant aux candidats du PCF. Nous ne faisons pas cela pour avoir des élus car, des élus, nous pouvons en avoir en nous présentant indépendamment comme en 2001." "Lutte Ouvrière et les Municipales à venir", Lutte Ouvrière n°2051, 22 novembre 2007

"Nous n’avons en effet aucun intérêt à conclure des alliances sur un programme d’accords avec nos éventuels alliés si cela ne nous permettait pas d’avoir des élus, voire nous en empêchait" Texte "Municipales 2008", congrès de LO décembre 2007

"Dans les circonstances politiques actuelles, Lutte Ouvrière souhaite qu’il y ait dès le premier tour une union de toutes les forces de gauche et elle est prête à y participer." "Lutte Ouvrière et les élections municipales", Lutte Ouvrière n°2060, 25 janvier 2008

Citation du "Nouvel Observateur" du 02-05-2008 :

utte Ouvrière a décidé de suspendre les militants de sa fraction minoritaire, L’Etincelle, qui ont contesté l’accord électoral aux municipales avec le PS et le PCF, décidé par la direction, a-t-on appris, lundi 4 février, auprès de la formation trotskiste. Le site de l’Express (Express.fr), qui a révélé l’affaire, a publié une lettre de la fraction Etincelle demandant au Comité central du parti d’"annuler" cette décision. "Les membres de la Fraction Etincelle ont été suspendus et non exclus", a précisé à l’AFP la direction du parti, qui refuse de communiquer le nombre des militants concernés. La Fraction "a rompu, sur les municipales, les accords établis avec la majorité" au dernier Congrès de décembre 2007, indique-t-on au parti d’Arlette Laguiller, où on entend régler la question "lors du prochain congrès" fin 2008. Lutte ouvrière avait décidé, pour la première fois de son histoire, de conclure des accords aux municipales avec le Parti socialiste et le Parti communiste. Des négociations sont conclues, ou en cours de finalisation, notamment en Seine-Saint-Denis et ailleurs (Cher, Nord Pas-de-Calais, Rhône, etc.).

Pas d’alliance gouvernementale

Tout en rejetant une alliance gouvernementale avec le PS, LO se dit prête à participer à des exécutifs municipaux avec la gauche. "Nous faisons la différence entre la participation au gouvernement, où la gauche ne peut mener qu’une politique favorable au grand patronat" et "le gouvernement des municipalités", explique à l’AFP Georges Kaldy, l’un des principaux dirigeants de LO. Il ajoute : "Pour un ouvrier ou un chômeur c’est mieux de vivre dans une ville gouvernée par la gauche que par la droite". La Fraction Etincelle, formée en 1996, conteste cette stratégie : "Une fois que nous aurons mis le pied dans des dizaines ou centaines de majorités municipales d’union de la gauche, quelle sera la suite ?" lors des prochains scrutins, notamment aux législatives, interroge-t-elle. (Avec AFP)

L’attitude vis-à-vis des appareils bureaucratiques des syndicats

Autrefois (en 1987) LO écrivait :

“Un des problèmes majeurs qui se posent aux travail­leurs conscients et, par voie de conséquence, aux révolutionnaires est que, dans les pays les plus indus­trialisés, les syndicats sont devenus des organismes officiels de plus en plus intégrés à la société bour­geoise. Interlocuteurs institutionnalisés de l’Etat et des patrons, ils siègent dans maints comités, conseils, commissions, et autres appendices des Etats, ils sont gestionnaires directs ou associés d’organismes sociaux. Tout ceci leur procure des postes, des moyens, un poids social et des possibilités matérielles qui les rendent de plus en plus indépendants des tra­vailleurs et de plus en plus dépendants de la bourgeoi­sie et de son Etat.

Quels que soient le nombre de leurs syndiqués, la façon dont sont recueillies les cotisations, les modali­tés même du fonctionnement syndical, il y a dans tous les pays, où existe un syndicalisme légal, une constante : les syndicats fonctionnent comme des appareils bureaucratiques ayant leurs propres intérêts, de plus en plus coupés de la base ouvrière, à laquelle les rattachent, seuls, les délégués d’atelier ou d’usine.

Ils sont donc en voie de conséquence devenus les agents de l’Etat bourgeois dans le monde du travail. Cela apparaît de façon claire en période de crise éco­nomique : non seulement les syndicats sont incapa­bles d’impulser les combats nécessaires à la défense des travailleurs, mais ils acceptent de fait l’austérité quand il n’en sont pas les propagandistes et les acteurs comme on le voit dans le cas des Etats-Unis où ils ont accepté de signer des accords comportant des baisses de salaires.

Le problème pour les militants révolutionnaires – et ce n’est pas un problème nouveau – est donc de savoir s’il est juste dans ces conditions de militer dans les syndicats, comment et dans quelles perspectives.

Le mouvement trotskyste a répondu à cette ques­tion, dès sa création et les réponses font partie de son programme de fondation.

Oui, les militants ouvriers révolutionnaires doivent militer dans les syndicats existants quel que soit leur degré de bureaucratisme et leur politique de collabora­tion de classe, afin d’y combattre les vieilles directions conservatrices, qu’elles soient staliniennes, réfor­mistes ou chrétiennes. Ils ne doivent pas tourner le dos à la réalité pour se lancer dans la constitution de syn­dicats prétendument “révolutionnaires”, condamnés à n’être que des sectes inefficaces et vides. Pour gagner de l’influence sur la classe ouvrière, il faut militer dans les organisations qui ont de l’influence sur elle, préci­sément pour tenter d’arracher la classe ouvrière à cette influence conservatrice, démobilisatrice.

Oui, le programme des trotskystes affirme cette nécessité mais il affirme aussi, et c’est complémen­taire, la nécessité, pour les révolutionnaires, de créer dans les moments de luttes, où de larges masses de travailleurs sont en mouvement, des organisations autonomes comme les Comités de grève, ou d’usine, capables de représenter, dans le mouvement, la tota­lité des travailleurs en lutte. Nécessité d’autant plus impérative, que les vieux appareils syndicaux conser­vateurs s’opposeront à un moment ou à un autre aux travailleurs en lutte, et qu’il sera vital alors pour l’avenir du mouvement engagé que les travailleurs aient leur propre organe de décision et de direction.

C’est sur ce problème que nous nous séparons des autres organisations trotskystes ou plutôt que les autres organisations trotskystes se séparent de leur programme. Car si nous sommes tous d’accord sur la première partie de la réponse – il faut militer dans les syndicats existants – il n’y a guère que notre tendance à militer systématiquement pour que, à chaque fois que des travailleurs entrent sérieusement en lutte, ils se donnent les moyens de participer le plus largement et le plus directement possible à l’organisation et à la direction de leur propre combat, au travers d’Assem­blées générales et d’organismes comme les Comités de grève.

La plupart des organisations trotskystes privilégient le travail syndical, au point d’en faire leur seule forme d’intervention en entreprise. Ils admettent que dans une phase, toujours ultérieure des luttes, les directions syndicales puissent être débordées mais cette phase ne se présente jamais selon eux.

C’est une question de fond. Les révolutionnaires trotskystes ne peuvent pas assimiler la classe ouvrière aux syndicats. Les syndicats sont une formation sociale issue de l’histoire de la société capitaliste, liée à son évolution. La classe ouvrière, elle, demeure pour nous, marxistes, la classe socialement révolutionnaire, celle qui est porteuse d’une autre société. La révolu­tion, la transformation sociale de la société, ne se fera pas sans elle, sans sa participation active, consciente, massive, à la gestion de la société, et, dans sa phase transitoire, à la direction de son Etat.

Pour nous, révolutionnaires marxistes, la classe ouvrière est notre classe. La classe ouvrière, aussi diverse, aussi mélangée soit-elle, touchant par ses couches supérieures à la petite bourgeoisie, par ses couches inférieures au lumpenprolétariat, la classe ouvrière, toujours renouvelée, qui rassemble dans les pays impérialistes les émigrés de tous les pays, la classe ouvrière est la seule classe d’avenir. Elle est aujourd’hui trop souvent résignée, victime de préjugés, de l’inculture, mais c’est elle pourtant qui fera la révo­lution, elle qui trouve dans ses combats, un courage, un enthousiasme, une générosité, une puissance d’imagination, de décision, de créativité qui bouscule tous les élitismes, toutes les hiérarchies, toutes les valeurs établies de la société bourgeoise.

Ce ne sont pas les syndicats qui feront la révolution. Certes, on peut imaginer que sous l’impact d’un formi­dable mouvement de masse, leur appareil et leur direc­tion ayant volé en éclats, les militants syndicalistes retrouvent la confiance dans leur classe et participent consciemment à la révolution. Mais cela ne viendra pas des appareils, pas même du travail des révolutionnaires dans les syndicats. Cela viendra du mouvement de masse à condition que les révolutionnaires aient travaillé à ce mouvement.

Tout cela est dans le programme trotskyste, tout cela est dans le programme bolchevique, dans la révo­lution russe, la seule révolution ouvrière du monde moderne.

Et c’est pour cela que les militants de notre ten­dance, que ce soit en Europe, aux Etats-Unis, ou aux Antilles ont comme orientation de militer non seule­ment dans les syndicats, mais aussi, et en priorité, dans la classe ouvrière tout entière.

Concrètement, notre tendance est à peu près la seule à faire, systématiquement, avec persévérance, un travail de propagande et d’organisation en direction de toute la classe ouvrière et pas seulement en direc­tion de la pseudo élite syndicale. Cela passe, aujour­d’hui, par l’édition d’une presse politique d’entreprise qui, pour son élaboration, son financement, sa diffu­sion, implique la participation de travailleurs prêts à dénoncer l’exploitation, l’arbitraire patronal, la politi­que de classe de l’Etat et les compromissions syndicales.

Evidemment pour les militants qui vont mener de front les deux activités, syndicale et politique, cela demande une certaine prudence voire une discrétion certaine. Bien sûr, le travail politique peut parfois gêner ou entraver l’activité syndicale en prêtant le flanc à la répression des bureaucrates. Mais le renon­cement est pire quant à ses conséquences que les quelques inconvénients – réels – que notre choix peut avoir. Mais c’est justement ce choix que nous faisons, que l’immense majorité des autres tendances qui se disent trotskystes ne font pas. Et nous sommes conscients d’être en cela les plus fidèles au pro­gramme de fondation de la Quatrième Internationale.

Ce choix, cette fidélité passent aussi par une pratique qui privilégie, dans les moments de lutte, la forma­tion d’organes autonomes de travailleurs en lutte, les Comités de grève.

Notre solidarité fondamentale est celle qui nous unit à la classe ouvrière, elle va bien au-delà des accords, des alliances, et des compromis que tout militant est amené à conclure dans le milieu syndical et dont, mal­heureusement, beaucoup de militants trotskystes ne savent pas s’échapper, même lorsqu’ils ont le choix entre la solidarité avec les intérêts des travailleurs et la solidarité avec des militants syndicalistes qui soutien­nent la politique des bureaucrates”.

Et aujourd’hui ....

Texte du dernier congrès de décembre 2007 à propos des journées d’action bidon, éparpillées et sans lendemain des directions syndicales :

"Des journées d’action se succédant et se renforçant dans un temps relativement court peuvent préparer et conduire à une grève générale. C’est pourquoi d’ailleurs nos camarades, dans les entreprises, participent à la vie syndicale et y prennent leurs responsabilités. Pas pour y recruter des militants politiques mais pour amener les syndicats à jouer leur rôle. "

 !!!!

suite à venir ....

L’attitude vis-à-vis de la révolte des banlieues :

Texte signé par LO :

« Banlieues : les vraies urgences

(…) Faire cesser les violences, qui pèsent sur des populations qui aspirent légitimement au calme, est évidemment nécessaire. Dans ce contexte, l’action des forces de l’ordre, qui doit s’inscrire dans un cadre strictement légal et ne pas conduire à des surenchères, ne saurait être la seule réponse. D’ores et déjà, nous devons ouvrir un autre chemin si nous ne voulons pas que se poursuivent ou se renouvellent les violences qui viennent de se produire. (…) » Le 14 novembre 2005 Signataires : Les Alternatifs, Alternative citoyenne, Association des Tunisiens en France, ATTAC, ATMF, Cactus républicain/La gauche, CEDETIM-IPAM, CGT, Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), Droit Solidarité, Fac Verte, FCPE, Fédération anarchiste, FIDH, FSU, FTCR, GISTI, Les Oranges, Les Verts, LDH, Lutte ouvrière (LO), Mouvement pour une alternative républicaine et sociale (MARS), Mouvement des jeunes socialistes (MJS), Mouvement National des Chômeurs et des Précaires (MNCP), MRAP, PCF, Rassemblement des associations citoyennes de Turquie (RACORT), Réseaux citoyens de Saint-Etienne, Réformistes et Solidaires (Re-So), Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature, Union démocratique bretonne (UDB), UNEF, Union nationale lycéenne (UNL), UNSA, Union Syndicale Solidaires.

Texte d’un éditorial de LO :

L’espoir n’est ni dans la violence stérile ni dans la résignation

Après la banlieue parisienne, la flambée de violence dans les quartiers populaires s’est répandue dans d’autres villes. Ce n’étaient certainement pas les cyniques propos de Chirac sur « l’égalité des chances » qui pouvaient toucher les jeunes ! Quant à Sarkozy, chaque fois qu’il ouvre la bouche, il propulse dans les rues de nouveaux contingents de jeunes, voire de gamins.

Et il n’est pas dit que le geste, aussi démagogique que provocant, de faire appel à une loi sur l’état d’urgence datant de la guerre d’Algérie influe sur le devenir du mouvement.

Cette flambée de violence est stérile. Brûler les voitures de ses propres parents ou voisins, brûler des autobus qui desservent les quartiers populaires, saccager des écoles maternelles témoigne de la part de ceux qui le font d’une absence de conscience sociale et de solidarité. Rendre la vie plus invivable encore pour les siens, simplement par imitation des autres, n’est pas la seule façon d’exprimer sa colère, et sûrement pas la meilleure.

Mais comment les dirigeants politiques, ceux qui sont au pouvoir comme ceux qui rêvent d’y revenir, pourraient-ils convaincre ces jeunes que, malgré leur vie présente, il y a un espoir d’avenir ?

La pauvreté des quartiers transformés en ghettos, le chômage, l’absence criante d’infrastructures n’expliquent pas la forme prise par la révolte mais en constituent le terreau. Comment oser prétendre que l’on fait quelque chose pour les quartiers populaires, lorsque les jeunes qui y vivent constatent jour après jour que rien n’y change, si ce n’est en pire ? Et que l’État n’y apparaît que sous la forme, en bas, de contrôles policiers au faciès ou d’interventions massives de CRS, en haut, de ministres méprisants vis-à-vis de tout ce qui est pauvre ?

La majorité de droite et l’opposition socialiste se retrouvent aujourd’hui à faire appel, en même temps qu’à la matraque, à « l’idéal républicain ». Mais comment les jeunes de ces quartiers pourraient-ils prendre cette République pour idéal, alors qu’elle est faite pour les riches et les puissants ? Comment donner en exemple ceux qui s’en sortent par le travail, alors que ceux qui en cherchent n’en trouvent pas ?

Comment arracher les jeunes des quartiers populaires à l’influence des petits parasites qui vivent de trafics de toutes sortes, alors que la vie ne sourit qu’aux grands parasites qui dominent la société ? Et comment les convaincre qu’il est stupide de brûler des écoles dans les quartiers populaires, alors qu’à côté d’une école brûlée, combien d’autres, indispensables pourtant, n’ont même pas été construites parce que ceux qui nous gouvernent ne consacrent pas d’argent à cela ? Pendant qu’il y a des milliards dépensés en faveur des riches, les écoles des quartiers populaires sont surchargées, avec des enseignants dans l’impossibilité matérielle de transmettre à tous ce minimum d’éducation que les familles n’ont pas les moyens de transmettre -ne serait-ce que savoir lire, écrire et même parler correctement.

Les travailleurs n’ont pas à se réjouir de la forme que prend cette explosion, et pas seulement parce qu’ils sont les premiers à en souffrir. La jeunesse, c’est l’avenir. Mais de quel avenir une jeunesse déboussolée peut-elle être l’artisan ?

Ce ne sont pas ceux qui nous gouvernent qui peuvent donner un espoir à la jeunesse des quartiers pauvres. Car la seule perspective qu’ils offrent, c’est, au mieux, la réussite individuelle pour quelques-uns et la résignation pour les autres.

Pour que la jeunesse pauvre n’en soit pas réduite à l’alternative entre la résignation dans l’exploitation et la violence stérile, il faudrait que le mouvement ouvrier retrouve sa capacité de lutte et surtout la volonté politique d’incarner vis-à-vis de cette jeunesse un espoir de transformation sociale.

Ce qui se passe dans les quartiers populaires ne signifie pas seulement la faillite d’un gouvernement. Il signifie plus encore la faillite de l’organisation capitaliste de la société, pourrie d’inégalités, d’injustices, et qui ne peut mener la vie sociale qu’à la décomposition.

Éditorial des bulletins d’entreprise de la majorité de Lutte Ouvrière du 7 novembre 2005

Tribune de la minorité

Y a le feu... pour entrer en lutte tous ensemble !

C’est la révolte d’une fraction de la jeunesse ouvrière qui en une douzaine de jours s’est étendue dans les quartiers où vivent les familles en situation la plus précaire dans le travail comme les conditions de vie.

C’est la révolte de la génération qui est appelée à venir nous rejoindre à l’usine, au chantier ou au bureau ; et nous rejoint parfois déjà... par intermittence, parce que tout ce qu’on lui offre c’est petits boulots ou postes d’intérim. Que nous soyons français de longues générations ou immigrés de date récente, ce sont nos enfants, nos frères, nos sœurs, ou les futurs camarades de nos enfants, ceux avec qui ceux-ci devront partager une vie de galère ou de dignité... suivant ce que nous en aurons fait.

C’est bien d’ailleurs la rage contre cette vie de galère et l’envie de dignité qui poussent ces jeunes dans la rue chaque soir. Pour venger la mort absurde des deux adolescents de Clichy-sous-bois, pour riposter aux insultes de Sarkozy les traitant de « racaille » ou prétendant nettoyer leur quartier au karcher, pour faire payer les brimades et les vexations d’une police hostile et méprisante.

Sans moyens, sans travail, sans éducation (ou quand ils en ont une, les employeurs s’en foutent), ils ne voient souvent de perspective que dans l’individualisme, la débrouillardise, les trafics, petits ou grands. Pas étonnant que lorsqu’elle explose, leur révolte reste aveugle dans ses cibles, qu’ils cassent pour casser, brûlent pour brûler, caillassent les bus, les trains ou les pompiers comme les policiers...

Le gouvernement et les capitalistes, les vrais responsables de la situation des banlieues, sont à l’abri de leurs pierres. Leurs voitures comme leurs résidences sont protégées de leurs cocktails molotov.

Ils ne le seraient pas d’un mouvement de colère de l’ensemble des salariés. Celui-là d’ailleurs n’aurait pas besoin de jeter des pierres ni de mettre le feu. Il aurait d’autres moyens, plus efficaces, pour mettre les puissants à genoux, de la grève jusqu’au soulèvement massif qui pourrait être d’autant plus pacifique qu’il serait puissant : même des dizaines de milliers de policiers ne peuvent barrer les rues à des millions de travailleurs. Mai 68 a atteint sa vigueur maximum quand l’insurrection étudiante (qui avait aussi brûlé des voitures) a débouché sur la grève générale.

Certes les jeunes sont loin d’être tous conscients que leur révolte aurait intérêt à déboucher sur un mouvement bien plus large de tout le monde du travail. Beaucoup n’ont même aucun sentiment d’appartenir à ce monde du travail. Les plus inconscients, ou les plus stupides, semblent même se contre-foutre du reste de la population, quand ils brûlent les voitures des gens de leur cité par exemple. Ils montrent même parfois une hostilité aux autres travailleurs, quand ils caillassent trains ou bus avec voyageurs et conducteurs.

C’est là l’impasse, et pour eux et pour nous tous. Mais les œillères et les préjugés d’une jeunesse sans tradition politique ni éducation sociale, ne tomberont pas toutes seules si ce monde du travail ne montre pas une détermination au moins aussi grande que la leur d’en découdre avec nos ennemis communs. Et tant que ceux qui passent pour ses dirigeants seront aussi lâches ; tant que la gauche proposera... d’attendre les élections ; tant que les dirigeants syndicaux feront tout pour éteindre nos luttes ou isoler les plus radicales, comme ils viennent de le faire avec les marins et les traminots Marseille.

Seuls nous, travailleurs, pouvons donner une perspective à la révolte des jeunes. En entamant une lutte aussi déterminée que la leur, mais avec d’autres moyens, pour imposer les objectifs qui changeraient immédiatement leur vie... et la nôtre : augmentation de tous les salaires, interdiction des licenciements et des contrats de précarité, augmentation de tous les salaires de 300 euros par mois, remboursement des milliards de subventions reçus par les patrons pour créer des centaines de milliers de nouveaux emplois dans les services publics, réquisition des logements vacants des riches.

Alors nous n’aurions plus à craindre pour nos écoles, nos bus ou nos voitures.

Éditorial des bulletinsd’entreprises « l’Étincelle » de la minorité du 7 novembre 2005

Quand il ne faut pas trop critiquer la bureaucratie syndicale de la CGT qui vient de casser une grève :

SNCM - Marseille : Une bataille se termine

Le choix de la CGT de la SNCM de cesser la grève a été assez soudain pour surprendre de nombreux grévistes, qui étaient décidés à tenir malgré le chantage au dépôt de bilan et aux licenciements, fait par le gouvernement sous le couvert de lois présentées comme inexorables.

Tenir tête au gouvernement ?

Le lundi 10 octobre, la CGT semblait décidée à ne pas céder à l’ultimatum posé par les ministres Perben et Breton. Ceux-ci avaient présenté leurs propositions de privatisation partielle avec 400 suppressions d’emplois. Ou bien les grévistes reprenaient le travail, ou bien, le vendredi suivant, la direction déposait le bilan auprès du tribunal de commerce.

D’autres événements inquiétaient les grévistes. Le week-end précédent en effet, on avait appris l’arrêt de la grève des agents du Port Autonome de Marseille, le PAM. Surtout, on apprenait que FO, la CGC, et les syndicats d’officiers trouvaient des « avancées » dans les propositions du gouvernement et envisageaient de quitter le mouvement. En dehors de l’encadrement, ces syndicats réunis ne représentaient qu’une poignée de grévistes, mais c’était quand même une défection.

Par contre, la grève des métros et bus de la ville de Marseille (RTM) se poursuivait sans faillir. Malgré le langage de plus en plus hostile de la presse, la sympathie des travailleurs à Marseille et en Corse était chaleureuse. Enfin, une manifestation commune de la SNCM, la RTM, Nestlé, STMicroélectronics était prévue pour le samedi 15 octobre par les syndicats CGT, CFDT, CFTC, UNSA et Solidaires 13 avec le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault.

C’est ce que relevaient les dirigeants de la CGT pour renforcer les grévistes. Ils ne croyaient pas à la menace de dépôt de bilan qui, d’ailleurs, n’est jamais qu’une procédure comptable. Et finalement l’assemblée générale du lundi 10 octobre avait pris la décision de continuer la grève dans l’enthousiasme et s’était terminée par l’Internationale. Cette décision était reconduite avec la même détermination par la quasi-totalité des employés sédentaires et des marins de l’assemblée du mardi 11 octobre.

... Ou préparerla reprise ?

Mais mercredi 12 octobre une succession d’assemblées préparait la reprise du travail.

L’une se déroulait mercredi matin où les dirigeants de la CGT changeaient visiblement de langage. À 14 h, le secrétaire CGT des sédentaires expliquait dans une réunion de ceux-ci : « On est arrivé au bout, mieux vaut accepter cela sinon ce sera la lettre de licenciement pour tous et non un plan social ». La CFDT disait qu’il ne s’agissait pas d’arrêter la grève mais de la « mettre en pointillé, de la suspendre ». Il y eut plusieurs interventions contre l’arrêt de la grève, certains étant même en colère et pensant qu’il fallait en appeler aux autres services publics menacés de privatisation.

Mais d’autres pensaient que depuis 23 jours qu’on était en grève, on n’avait rien vu venir ; ni EDF ni les cheminots n’avaient bougé : il valait mieux ne pas en arriver au dépôt de bilan et aux plus de 2000 licenciements que la presse envisageait dans ce cas.

Au soir de ce même mercredi 12 octobre, l’assemblée très nombreuse remplissait à craquer la salle de cinéma du ferry Méditerranée. Sur l’estrade, outre les élus et dirigeants CGT, l’avocat de la CGT ouvrit l’assemblée en expliquant qu’effectivement le dépôt de bilan était en cours, que dans ce cas il n’y aurait ni plan social ni même de congés. Tout le monde serait licencié. Le premier salaire ne pourrait être versé avant quatre mois. Ayant atterré l’assistance, il s’en fut. Les dirigeants syndicaux dirent qu’ils ne pouvaient pas mener les travailleurs au dépôt de bilan, que c’était à ceux-ci de se prononcer. On sera, disaient-ils, en meilleure position pour continuer la lutte si l’on a repris le travail. En cas de dépôt de bilan, le syndicat n’aura plus aucun droit de regard, on entrerait dans une lutte hors-la-loi.

Il y eut de nombreuses questions d’ordre juridique sur les conséquences et les modalités d’un dépôt de bilan. Un marin du STC (Syndicat des travailleurs corses) voulait continuer la lutte, renforcé par un appel à la grève dans toute la Corse pour le samedi. Des grévistes s’étonnèrent du changement de cap de la CGT, alors qu’il n’y avait rien de changé depuis le lundi. Trois ou quatre autres intervinrent pour dire qu’il fallait continuer. Une militante de Lutte Ouvrière dit qu’on pouvait être fiers de notre grève, qui avait fait reculer le gouvernement dans un premier temps, et qui avait été suivie par les travailleurs au niveau national ; il ne fallait pas céder au chantage mais continuer la grève.

Le vote de la fin de la grève

C’est jeudi matin que la décision fut prise par presque 600 marins et sédentaires. Un premier vote donna une nette majorité pour que le vote s’effectue à main levée. Mais finalement le vote à bulletins secrets fut choisi afin de vérifier qu’il n’y avait pas de votant non-gréviste.

Deux piles de bulletins furent posés sur l’estrade où se tenaient les dirigeants syndicaux. Ils avaient été préparés de façon très particulière puisque l’un des bulletins portait « Oui à la reprise de l’activité. Pour éviter le dépôt de bilan » et l’autre « Non à la reprise de l’activité = dépôt de bilan » !. Ainsi celui qui votait « non » avait le sentiment qu’il votait pour le dépôt de bilan.

Chacun venait prendre le bulletin de son choix pour le mettre dans l’urne. Malgré l’avis du syndicat et le chantage du gouvernement, 73 votants se prononcèrent pour continuer la lutte, conscients qu’il fallait mettre à profit la mobilisation en cours et l’intérêt des travailleurs de tout le pays. Il y eut cependant 519 votes « oui » à la reprise du travail, même si beaucoup la votèrent en se disant prêts à reprendre la lutte.

Le gouvernement menaçait d’un dépôt de bilan. Peut-être n’était-ce là qu’un coup de bluff, mais peut-être y était-il réellement décidé et était-ce une menace réelle.

Pour le faire reculer il restait possible de continuer la grève, mais il aurait aussi fallu y rallier des travailleurs d’autres entreprises, visées elles aussi par les projets de privatisation, aller vers une extension du conflit. Beaucoup de grévistes ressentaient, plus ou moins clairement, cette nécessité de l’extension. Ils l’attendaient d’ailleurs de la direction de la CGT, et étaient de plus en plus déçus de constater que celle-ci, visiblement, n’en voulait pas.

Alors, pour continuer cette grève de déjà 23 jours, il aurait fallu aller contre l’avis de la CGT qui l’avait conduite jusque-là et la grande majorité des grévistes ne s’y sont pas sentis prêts.

Le protocole de reprise fut établi le vendredi 14 et les marins refusèrent de prendre la mer tant qu’ils n’en connaissaient pas le contenu. Finalement, les jours de grève seront tous retenus, moitié sur les salaires, moitié sur les congés ou les RTT. Ces retraits sont répartis sur trois mois. Aucune sanction ne sera prise pour les actions durant la grève.

À la manifestation de samedi 15, il n’y eut que quelques dizaines de salariés de la SNCM. Cette manifestation, avec la présence de Bernard Thibault, venait après la bataille. Il reste qu’il va falloir préparer les prochaines échéances. Et si le travail a repris, les anciens grévistes sont fiers de leur mouvement et ont encore beaucoup à discuter.

Correspondant LO 21 octobre 2005

Rapport politique de la minorité au congrès de Lutte Ouvrière suite aux banlieues

Chers camarades, Il y a un temps, en 1968 par exemple, nous nous moquions de ces faux communistes, les staliniens en l’occurrence, qui n’avaient pas su, en fait pas voulu évidement, reconnaître la révolte d’une fraction de la jeunesse ouvrière sous prétexte que cette révolte n’avait pas pris les voies qu’ils attendaient ou qu’ils préconisaient. Et c’est un thème que LO a développé bien souvent par la suite et à d’autres occasions et pas seulement dans l’article de Voix Ouvrière dont nous citons un passage dans la tribune de la dernière LDC. Je crois que nous étions loin d’imaginer, en tout cas j’étais loin d’imaginer que, des décennies plus tard, notre presse et nos différentes déclarations, en particulier certaines signées avec la gauche, montreraient une incompréhension plus ou moins similaire face à l’explosion des banlieues. Parce que c’est quand même bien, pendant deux ou trois semaines, à une révolte d’une fraction de la jeunesse prolétarienne que nous avons assisté. Et ça, il fallait le dire et le dire clairement. Et ça n’a été dans aucun des textes de la majorité. Ce sont les chiffres, publiés maintenant par la police ou la justice, qui nous le disent eux-mêmes, c’est la grande presse qui le corrobore, après coup. Ainsi Le Monde de la semaine dernière, mais il n’était pas le seul, toute la presse du Parisien au Figaro l’a repris, en décortiquant à la fin de cette semaine les données fournies sur les jeunes arrêtés, découvrait avec surprise, une surprise réelle ou feinte, que la plupart d’entre eux, je cite Le Monde "sont inscrits dans des formations professionnelles, souvent en apprentissage". Il s’agissait de ceux qui étaient mineurs. Et que la majorité aussi n’étaient absolument pas connus des services de police. Et, quant aux majeurs, eux, ils appartiennent, nous dit la même presse, à cette jeunesse qui travaille ou essaie de travailler, qui va de petits boulots en chômage, d’intérim en intérim. Eh bien, camarades, si ce n’est pas la jeunesse ouvrière d’aujourd’hui ou une fraction de cette jeunesse, qu’est-ce que c’est ? Eh oui, c’est cette jeunesse-là, que cela nous plaise ou non, qui a brûlé les voitures, les écoles ou les bus, et qui s’est battue parfois avec la police. Et pour cela elle n’avait pas besoin d’être incitée par les voyous ou les petits trafiquants comme le laissait entendre un premier éditorial de LO(1). Les vrais voyous ou les vrais trafiquants, la jeunesse n’a même pas eu à les écarter de sa révolte, ils se sont écartés eux-mêmes. C’est la police elle-même qui le dit : les quartiers qui sont restés tranquilles sont les quartiers qui ont été contrôlés par les bandes de dealers ou de vrais trafiquants et ça n’a rien d’étonnant car il est bien évident que le business n’aime pas la révolte, qu’elle soit de la jeunesse ou d’autres, et préfère le calme. De toute manière les chiffres sont là : 4700 interpellés, plus de 3100 gardes à vue et comme on peut soupçonner que la police n’a pas ramassé plus d’un jeune sur dix, et je suis largement au-dessous de la vérité, ça doit plutôt être un jeune sur 20 ou sur 50, ça veut dire que des dizaines de milliers de jeunes des quartiers pauvres sont descendus dans la rue ces nuits-là, actifs ou passifs mais en tout cas sympathisants de ceux qu’on a appelés les émeutiers. Oui, eh bien cela constitue une bonne fraction de la jeunesse ouvrière actuelle. D’ailleurs ce sont nos ennemis eux-mêmes qui le reconnaissent. Qu’est-ce que ça veut dire quand de Villepin, dans une mesure phare paraît-il, annonce qu’on va les envoyer en apprentissage, est-ce que ce n’est pas une reconnaissance de sa part que ce sont bien des jeunes ouvriers ? Et une autre chose qui nous le montre, c’est la façon dont la justice a frappé. 422condamnations à la prison ferme, 118 mineurs placés en mandat de dépôt, on n’en a pas vu souvent, des mouvements qui ont amené de telles condamnations en aussi grand nombre. En tout cas, camarades, c’est cette analyse de classe qui devrait servir de boussole politique à des communistes, dont le premier but devrait être d’essayer de comprendre le potentiel et aussi les dangers d’une telle révolte qui ne mène nulle part aujourd’hui, mais qu’elle peut contenir dans l’avenir. Sinon, on en sera réduit, on en est réduit, à déplorer, à plaindre, à essayer d’avancer des solutions qui pourraient ramener le calme et faire rentrer cette jeunesse dans le rang, et c’est ce qu’a fait toute la gauche. Et c’est comme cela qu’on peut se laisser dériver et en venir à signer avec cette gauche, la gauche de la gauche plus exactement, des Verts à la LCR (non pardon, la LCR a fait quelques réserves cette fois-là, une fois n’est pas coutume), une déclaration comme celle que LO a signée avec la Ligue des Droits de l’Homme la semaine dernière. Une déclaration qui n’avait même pas l’excuse d’inviter à une action de protestation, qui n’était qu’un manifeste politique inspiré, comme le disait Trotsky, par les vieilles filles de la Ligue des Droits de l’Homme et qui reflète les sentiments d’une gauche qui est à la fois désemparée et extrêmement inquiète devant la révolte de la jeunesse. Une déclaration, je ne résiste pas à vous lire certains passages, qui d’abord reprend les âneries des républicains de gauche du style : "Nous souhaitons ouvrir une autre perspective que celle qui conduit à l’impasse actuelle, cela passe par la mise à l’ordre du jour de quatre exigences fondamentales : la vérité, la justice, l’égalité et le respect", une déclaration qui propose des solutions tellement ridicules qu’on hésite presque à les citer : "Restaurer la situation dans ces quartiers c’est d’abord restituer la parole à leurs habitants" (la parole, je vous signale que les jeunes l’avait prise là) "Des cahiers de doléance doivent être discutés, ville par ville, selon les principes de la démocratie participative entre représentants des habitants, associations, syndicats, élus locaux et représentants de l’État." Voilà la solution qu’ils préconisaient. Et enfin une déclaration qui, de toute évidence, reflétait cette peur devant cette révolte et surtout la volonté à tout prix de ramener le calme, et je cite encore : "Faire cesser les violences qui pèsent sur des populations qui aspirent légitimement au calme est évidemment nécessaire dans ce contexte, l’action des forces de l’ordre qui doit s’inscrire dans un cadre strictement légal, et ne pas conduire à des surenchères, ne saurait être la seule réponse. D’ores et déjà nous devons ouvrir un autre chemin, si nous ne voulons pas que se poursuivent ou se renouvellent les violences qui viennent de se produire." Eh bien camarades, LO n’aurait jamais dû, jamais dû signer une telle chose. C’est tout autre chose que les révolutionnaires avaient à dire, d’abord aux travailleurs en général et ensuite, sur les responsabilités du mouvement ouvrier et de la gauche, y compris de cette gauche qui produit de telles déclarations. D’ailleurs, ce n’était pas difficile de prendre cette position, parce que les réactions des travailleurs ont été loin de celles que nous pouvions craindre. Autour de nous, dans les entreprises, les quartiers populaires et pas seulement dans le milieu immigré, personne n’approuvait bien sûr les voitures brûlées mais beaucoup disaient en même temps comprendre la colère et la rage des jeunes. Et la première semaine, ensuite même si cela a varié ensuite, les télés ou les radios n’arrivaient même pas à trouver dans les cités touchées par les émeutes de braves gens pour condamner les jeunes. Eux au moins avaient bien une conscience, élémentaire peut-être, d’appartenir à la même classe(2). De toute façon même si ça n’avait pas été le cas, si il y avait eu une révolte générale contre la révolte, ça n’aurait pas été une raison pour ne pas prendre une position juste et expliquer celle-ci. Pourtant, les choses à dire, les positions à prendre, dans le passé notre organisation a su les dire et les prendre, et pas seulement dans un passé lointain ou différent comme en mai 68. Elle les disait encore, il y a 15 ans par exemple, à propos d’émeutes semblables mais beaucoup plus restreintes, à Vaulx-en-Velin, et les camarades de la minorité ont en leur possession des photocopies d’articles de LO de l’époque. Tous ceux qui veulent le vérifier pourront aller le leur demander.(3) Alors nous souhaitons que notre organisation revienne à la position de classe plus juste qu’elle a su trouver par le passé et ce n’est pas un souhait en l’air. Parce qu’il est bien évident que toutes les prétendues solutions proposées par le gouvernement ne changeront rien, ni au sort des banlieues ni à celui de leur jeunesse, qu’au contraire elles vont les aggraver et qu’il y a toutes les chances que de nouvelles explosions semblables se produisent, peut-être plus violentes et plus aveugles encore. Et que, dans le futur, il va falloir savoir garder le cap. À propos de souhaits, puisque j’en suis aux souhaits, je voudrais en émettre un : celui que nos écrits servent à soulever les problèmes et les aborder de face, et non à les masquer ou les édulcorer. Et là je voudrais prendre deux exemples récents. Le premier à propos de la Russie et du texte sur la situation internationale présenté à ce congrès, le passage auquel G. Kaldy a fait allusion en ayant mal compris ou mal reçu la critique que la minorité a faite. En Russie, Gasprom, le trust le plus important tenu à 51% par l’État, c’est-à-dire à 49% par le privé, a racheté récemment une autre entreprise, Simeft, une autre grosse société pétrolière, pour la modeste somme de 13 milliards de dollars à un certain Abramovitch, un de ces nouveaux milliardaires russes. Dans ce texte, cette affaire devient, je vous lis la phrase : "Il ne suffit pas que Poutine ramène en grande pompe les restes de Dénikine en Russie pour que l’opinion publique bourgeoise lui pardonne la renationalisation d’entreprises privatisées, quand bien même ces privatisations étaient le vol pur et simple d’entreprises d’État." Vous croyez vraiment qu’Abramovitch ne pardonne pas à Poutine de lui avoir remis 13 milliards de dollars qu’il peut réinvestir où il veut, en Russie, en Angleterre ou ailleurs ? Et comment peut-on parler de renationalisation, même entre guillemets, lorsqu’un trust dont l’État n’est qu’en partie propriétaire en rachète un autre ? Imaginez-vous, et j’imagine que cela vous semble bien entendu impossible et à moi aussi, que demain on parle de renationalisation si EDF, qui n’est même pas encore privatisée à 49%, rachète telle ou telle autre entreprise. C’est cela que nous critiquons, c’est le fait de ne pas poser les problèmes ou de les masquer sous des formules. L’autre exemple que je voudrais prendre, c’est celui fourni par l’article sur la grève SNCF paru dans le numéro de LO d’il y a huit jours, article qui a été depuis, mais depuis seulement, un peu corrigé par l’article de ce jeudi (en réalité daté du vendredi et remis le mercredi). Dès mardi soir, il était évident que les fédérations de cheminots entendaient stopper cette grève qui n’avait rien de reconductible, en fait on le savait même depuis avant la grève à cause des déclarations du secrétaire même de la CGT. Nous écrivons : "Avant même que les grévistes de la SNCF se soient retrouvés le mercredi 23 novembre en assemblées pour décider de la suite à donner ou pas à leur mouvement, la presse, les radios, les télévisions avaient déjà annoncé que c’était fini, que les cheminots avaient obtenu de petites choses et que cela suffisait comme cela d’embêter les usagers." Pas un mot de l’attitude des directions syndicales, pas un mot de l’appel hypocrite, en même temps que les radios, des différentes fédérations à stopper le mouvement(4). C’était pourtant elles les premières responsables de l’annonce que, je re-cite, "c’était fini, que les cheminots avaient obtenu de petites choses et que cela suffisait comme cela d’embêter les usagers". Les radios et les télés n’ont fait que refléter à ce moment-là, bien entendu, les conseils sans doute du gouvernement ou de Gallois, mais en même temps, elles ne faisaient que paraphraser les déclarations de la CGT, SUD, FO ou la FGAAC. Eh bien ce que je souhaite, puisque j’ai commencé par des souhaits, c’est que notre journal pose les problèmes, les pose ouvertement et pas à côté ou en édulcorant les choses. Enfin, je voudrais revenir sur nos propositions d’orientation pour l’année qui vient. À celles-là nous avons eu deux principales objections. D’abord "notre organisation est trop petite, vous rêvez en préconisant de mener une politique vis-à-vis des autres organisations du mouvement ouvrier ou de la gauche". Ensuite, la minorité est accusée de vouloir mettre toute l’organisation en campagne permanente, de lui rajouter un travail militant alors que nous en avons déjà beaucoup. Alors essayons de bien nous comprendre. Vous pouvez vous rassurer, nous ne voulons pas vous faire coller plus d’affiches, distribuer plus de tracts, tenir plus de meetings ou de réunions publiques, parcourir plus de kilomètres que vous allez le faire dans l’année qui vient, ou plus exactement que nous allons le faire, parce que nous sommes partie prenante de tout cela. Mais cette objection n’est qu’une caricature de nos propositions, ou plutôt, exactement à côté de la plaque(5). Ce que nous proposons à l’organisation, c’est une intervention de LO sur la scène politique, c’est à dire des gestes et des propositions publiques faites d’abord pour être connues du public militant. Et je voudrais donner un exemple relatif à ce congrès. À la suite de ce congrès nous nous apprêtons à faire connaître par tous les moyens dont nous pouvons disposer, communiqués, conférences de presse, participation d’Arlette Laguiller à des émissions, sa candidature pour les prochaines élections présidentielles. C’est bien et, pas de fausse discussion, la minorité est prête à voter la motion qui nous sera proposée sur cette candidature. Là donc, et à juste titre, nous ne considérons pas que nous sommes trop petits, que notre organisation ne compte pas sur la scène politique, ni que les médias ne lui prêteront aucune attention. Au contraire, nous comptons bien que la nouvelle sera reprise, commentée comme un fait politique qui peut avoir un impact sur la scène politique. Eh bien ce que nous proposons c’est que la même chose, le même effort soit fait, ni plus ni moins sur le même plan, mais pour tenter de nous adresser aux travailleurs et aux militants sur un sujet qui leur est quand même aujourd’hui plus proche et plus sensible que les élections de 2007 : la nécessité du mouvement d’ensemble pour changer radicalement la situation. Ce que nous souhaitons et proposons c’est que sortent de ce congrès, non seulement la candidature d’Arlette Laguiller, mais aussi une proposition, un appel, une adresse, appelons-le comme nous voudrons, au mouvement ouvrier et à la gauche, proposition de préparer avec eux ce mouvement d’ensemble et que cette proposition soit popularisée de la même manière et par les mêmes voies que nous allons tenter de populariser la candidature d’Arlette. Nous ne nous faisons pas d’illusion sur la réponse que nous pourrions recevoir des directions des plus grandes organisations syndicales ou politiques. Mais si Arlette, dans la conférence de presse qu’elle va tenir demain ou après-demain, ne se contentait pas d’annoncer sa candidature mais l’accompagnait de cette proposition publique, officielle si je peux dire, il y a quand même toutes les chances que cela soit aussi repris par les médias. Et ce qui sortirait publiquement de notre congrès ne serait pas seulement que LO a commencé à préparer les élections qui auront lieu dans un an et demi, mais qu’elle propose maintenant une politique, je dis bien maintenant, au mouvement ouvrier. Une annonce qui pourrait alors être suivie dans les semaines qui viennent de propositions plus précises et plus ciblées à tel ou tel parti, à telle ou telle organisation, et en particulier à la LCR. Une annonce qui permettrait aux militants et sympathisants de LO d’en discuter dans leurs entreprises, leurs quartiers, leurs syndicats, avec les travailleurs et avec d’autres militants qui ne nous connaissent pas mais qui auraient entendu notre proposition.

suite à venir ....

32 Messages de forum

  • Texte de contribution à la « discussion » en cours dans la Fraction.

    Quelques notes jetées rapidement. Désolé de n’avoir pas produit quelque chose de plus explicite et de plus abouti.

    D’autres choses suivront de près cet envoi.
    La Fraction a défendu une politique d’alliance avec Chauveau et la CGT. Elle exerce un suivisme depuis le début du mouvement des sans-papiers du 15 avril. Elle refuse de soutenir les sans-papiers qui cherchent à s’organiser de manière autonome et subissent les pressions de la CGT. La CGT va jusqu’à refuser de reverser les dons de la collecte qu’elle a réuni.

    Textes de débat avec le NPA n’exprimaient en rien que le parti qu’il faille construire devait être communiste et révolutionnaire.
    Il fallait que ce parti soit ouvrier, prolétarien, de masse, révolutionnaire. Mais les textes n’affirment pas qu’il faille qu’il soit communiste. Si ce n’était des calculs organisationnels et des prétextes disciplinaires, ça aurait été une raison suffisante pour LO de nous avoir exclu. Mais le simple fait d’exclure, quel que soit le prétexte, est une déformation issue du stalinisme. LO aurait dû discuter de cela plutôt que d’exclure, pour l’ensemble du mouvement communiste et pour le mouvement ouvrier, c’était la discusssion à lancer. Mais LO se détourne des débats.

    Encore un autre aspect pour lequel il est temps de se détourner d’une direction qui fait fausse route : Les testes du CAN sont signés par des camarades de la fraction.

    Pour tout cela, il est temps de dire à la Fraction que cette fausse route va nous mener dans le mur. Pour ne pas discuter, pas de texte, congrès dissimulé avec double ultimatum : ceux qui ne veulent pas prendre leur carte au NPA doivent discuter, mais avant même la fin de l’intervention de I, menace à peine voilée d’exclusion de ceux qui ne prendraient pas leur carte.

    Aucun problème n’est bien posé. Discuter avec le NPA est juste. Prendre la carte et se fondre pour un congrès constitutif où aucun des soi-disant combats de la fraction n’a rien permit d’aboutir depuis plusieurs mois est une erreur politique qu’il faut combattre. Quitte à nous faire virer. De toutes façon, les débats n’en sont plus, les menaces disciplinaires 15 jours après l’exclusion de LO montrent que les mœurs combattues un temps ont gagné la fraction. Il est temps de bâtir autre chose.

    Quelqu’un avait dit que séparés de LO, nous n’étions pas débarrassés des mœurs pourries que LO fait régner dans l’extrème-gauche. Effectivement nous sommes déjà en train de nous confronter à ces mœurs.

    Il nous faut une organisation où le débat et les tentatives de lien avec les travailleurs soient libres et pas entachés de menaces ou de refus de débattre.

    Merci d’avoir pris le temps de me lire.

    Frédéric Kletz

    Répondre à ce message

  • D’autres contributions au débat, rédigées courant septembre.

    Le mouvement de lutte contre l’Etat concernant les sans papiers a explosé en 1996. De 1996 à 2000, les manifestations, si elles comptaient des effectifs moins nombreux que celle du 25 août 1996, continuaient d’être assez nombreuses. Puis, corrélativement au « démontage » du Mc Donald de Millau par J. Bové et ses amis, le populisme mêlé de nationalisme a gagné l’ambiance du pays. Jusque 2005/2006 les manifestations de sans-papiers se sont vidées. De 5000 à 10000 encore jusqu’à septembre 2000, les manifestations ne comptaient plus que quelques centaines à 2000 personnes.

    Puis le lancement du mouvement RESF et les bagarres contre le renforcement (loi sarkozy, Reseda, etc.) de la répression des étrangers en France a repris. Les bagarres contre l’expulsion des étudiants ou lycéens scolarisés « intégrés » comme dirait le PS, et contre l’expulsion de parents d’enfants scolarisés s’est développé depuis fin 2005 début 2006.

    Les deux années suivantes ont vu se développer les premiers mouvements (Modeluxe, Buffalo Grill, OSP etc.) de travailleurs sans papiers réclamant leur régularisation du fait de leur présence sur le territoire depuis de nombreuses années, travaillant régulièrement dans les restaurants, embauchés légalement, déclarés, mais bien souvent sans que les patrons sachent leur statut réel.

    Puis le gouvernement Fillon a produit la circulaire de janvier 2008. Le contenu de la circulaire proposait la possibilité d’une « immigration choisie » spécifiant les secteurs et les pays pour lesquels le gouvernement acceptait de donner un statut légal aux étrangers. (Il est notable que les algériens et les tunisiens sont complètement exclus de la possibilité d’immigration). L’article 40 de la loi dite Hortefeux permet la régularisation de personnes travaillant sur le territoire.

    Les bagarres de sans papiers commençaient à s’intensifier depuis septembre 2007. La CGT, plus particulièrement Raymond Chauveau a sauté sur l’occasion de l’article 40. Suite à des bagarres plus nombreuses, certaines actions ayant commencé dès février 2008, le « mouvement du 15 avril » a été lancé par le maoïste de la CGT de l’Essonne.

    Le bilan de 5 mois de l’investissement et de l’encadrement de la CGT dans cette bagarre a abouti, au 13 septembre, R. Chauveau à tirer un bilan auprès des camarades sans-papiers du 91 et des camarades de la section locale du PCF.

    Il annonce « un recul de fait du gouvernement » suite à la régularisation de 900 (il hésite entre 950 et 900) « dossiers » sur les 1700 déposés.

    Ce qui est dommageable dans cette bagarre, c’est qu’elle n’a que peu pris la forme d’une lutte de la régularisation de tous les sans papiers comme si souvent revendiqué depuis les grandes luttes de 1996.

    Contrairement à ce qu’annonce Chauveau dans son fief, et qu’il se gardait bien d’annoncer devant les 85 personnes présentes au débat central du stand des sans papiers à l’autre bout de la fête de l’huma, ce n’est pas un recul du gouvernement, mais un recul des revendications de régularisation massive, sans cas par cas.

    « "Une seule classe ouvrière", "régularisation sans condition de tous les sans -papiers", "libre circulation" voilà l’orientation de classe. »

    C’est totalement déplorable, que ce « camarade » n’aille pas plus loin, maintenant qu’il a gagné un succès sur une bagarre qu’il n’a en réalité mené que sur le terrain du gouvernement, et qu’il ne propose pas d’aller au refus du cas par cas.

    Il nous fait prendre des vessies pour des lanternes. Le problème c’est que nous nous laissions embarquer sur le terrain du cas par cas et que nous nous soyons investis sans la ligne politique que nous avons si souvent défendus. Taire nos critiques, taire nos revendications et s’adapter au terrain du gouvernement comme Chauveau et la CGT l’ont fait est une forme de suivisme. Suivisme que nous combattions relativement à ce que LO est devenu depuis des années. A quoi servons nous, si nous participons à cette mascarade de bagarre de classe, si nous n’en proposons pas un axe élevant la subjectivité du mouvement, au pour soi du mouvement, si nous n’expliquons pas que les sans papiers sont une force qui pourrait et aurait pu entraîner l’ensemble des travailleurs dans le mouvement d’ensemble que nous revendiquons dans notre édito de mi-septembre ? C’est cette politique qui constituerait une politique révolutionnaire.

    Cela n’est ni la politique ni le discours de la CGT. La CGT s’appuie sur le mouvement pour regonfler ses militants, placer des cartes, développer son organisation et sa popularité (ce que je suis loin de déplorer, tant mieux si les militants sont regonflés pour se bagarrer et préparer les luttes à venir). En définitive, son implication dans le mouvement a ou aura pour but de mieux faire passer sa ligne d’encadrement de la classe ouvrière. Rappelons que c’est cette politique qu’elle a tenté et en partie réussi à faire passer chez les cheminots en octobre et novembre 2007. Ce qui a aidé le gouvernement à faire passer sa réforme des retraites.

    La CGT affiche sur le bâtiment sur son siège (à Montreuil) : « gagner des droits pour plus de stabilité sociale ». C’est un slogan qui ne tient pas compte de la durée et de l’approfondissement de la crise. En cela il continue de faire passer l’illusion du réformisme. Cet appareil n’est pas celui dont nous avons besoin, c’est celui auquel faudra s’affronter, contre lequel les camarades de la SNCF se sont affrontés il y a un an (de l’intérieur ou de l’extérieur). Ne pas défendre nos slogans, c’est faire le jeu inconscient du réformisme et de la social-démocratie. LO, NPA ou fraction, si nous ne l’avons pas à l’esprit et si nous ne militons pas idéologiquement et politiquement contre les pratiques de cas par cas, en proposant la régularisation de tous les sans-papiers, en proposant un soutien aux étudiants dans les facs, aux travailleurs dans les boîtes, nous n’aidons pas le mouvement. Nous sommes dedans sans notre politique, nous aidons la CGT dans son travail de sape de la combativité ouvrière. Nous ne valons pas mieux que la CGT ou le PS, donc. A quoi cela sert de se bagarrer, au point d’être exclu de LO, contre l’alliance aux municipales avec le PS et le PC, si c’est pour l’aligner à la première occasion sur la pratique du cas par cas de la CGT ?

    Répondre à ce message

    • Le cas par cas on n’en veut pas.
      Ce slogan devait paraître trop simple aux militants "révolutionnaires" du futur NPA.
      Heureusement, ils n’ont pas l’air d’être attachés aux idées communistes et ainsi dans pas longtemps ils ne feront plus d’étincelles et seront digérés par le NPR (nouveau parti réformiste). Il n’y aura plus longtemps d’ambiguité et les militants pourront discuter d’autre chose que de leur nombril. Chacun aura trouver sa place.
      Des papiers pour tous, à bas les bureaucraties, vive le futur parti révolutionnaire communiste !

      Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 16 novembre 2008 10:47, par lucien

    un sectarisme de type guesdiste !
    Faudra expliquer en quoi "guesdiste" est un qualificatif de sectarisme. ça l’a été mais par des non-marxistes qui lançaient l’anathème contre un courant en progression. Quand c’est repris un siècle plus tard par des militants marxistes qui reprennent ainsi les vagues échos de la lutte contre l’introduction du marxisme en France, c’est révélateur d’un usage décidément trop facile des qualificatifs faciles visant à discréditer toute autre héritage théorique que le sien, c’est à dire justement le sectarisme lui-même. A moins que "sectarisme de type guesdiste" servait à ça : le distinguer du sectarisme de type trotskyste" ?

    Voir en ligne : un "sectarisme de type guesdiste"

    Répondre à ce message

    • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 16 novembre 2008 11:54, par Robert Paris

      Je remercie le camarade socialiste qui nous écrit. Et ce d’autant plus qu’il a bien raison : le sectarisme peut parfaitement frapper les organisations révolutionnaires, y compris celles qui se revendiquent du trotskysme. En France, le PT-POI a accepté de travailler avec Chevènement mais pas avec LO et LCR. Lo se revendique de la glorieuse époque de mai 68 où l’organisation avait prosoé l’unité des révolutionnaires, mais aujourd’hui elle ne veut même pas discuter avec la LCR du parti à construire. La LCR se glorifie d’être très ouverte puisqu’elle s’adresse à tous pour construire le NPA. Mais l’attitude non sectaire ne consiste pas à demander à tout le monde de rentrer dans son organisation. Sinon, on ne connaitrait pas de sectaires, nul part.
      Quant au sectarisme de Jules Guesde, il est vrai qu’il est peu connu parce que ce qui est resté pour l’histoire c’est celle d’un dirigeant du parti ouvrier socialiste qui accepté dès le début de la guerre de 1914-1918 de devenir ministre de la guerre, c’est-à-dire ordonnateur de la boucherie impérialiste.

      S’il s’est glorifié longtemps d’être celui qui a introduit le marxisme en France, je rappelle que c’est à son propos que Marx disait : "Je ne suis pas marxiste." Et ce pour une bonne raison : l’attitude de Marx n’avait jamais été d’opposer la pureté théorique et le mouvement ouvrier en train de faire son expérience. C’est cette attitude du courant de gauche du parti socialiste français qui est cause que le mouvement syndical s’en est détourné et est resté aux mains des réformistes, en camouflant cela sous couvert d’indépendance des partis et d’anarchosyndicalisme.

      Robert Paris

      Répondre à ce message

    • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 18 novembre 2008 20:32, par Robert Paris

      Je me fait le plaisir de reproduire une lettre de Léon Trotsky à Jules Guesde

      Robert Paris


      Léon Trotsky

      Lettre à Jules Guesde

      11 Octobre 1916

      A Monsieur le Ministre Jules Guesde, Ministre d’État.

      Monsieur le Ministre,

      Avant de quitter le sol français, assisté du commissaire de police, personnifiant les libertés à la garde desquelles vous veillez au sein du Ministère national, je crois de mon devoir de vous exprimer quelques pensées qui ne vous serviront probablement à rien à vous, mais pourront du moins servir contre vous.

      En m’expulsant de France, votre collègue M. Malvy n’a pas eu le courage de me dire les motifs de cette mesure. De même, un autre de vos collègues, le Ministre de la Guerre, n’a pas trouvé bon d’indiquer les causes de l’interdiction du journal russe Notre Parole, dont j’étais un des rédacteurs et qui, pendant deux ans, a supporté toutes les tortures de la censure, fonctionnant sous le couvert de ce même Ministre de la Guerre.

      Cependant, je ne vous dissimulerai pas que les motifs de mon expulsion n’ont pour moi rien de mystérieux : il s’agit de mesures répressives envers un socialiste internationaliste, un de ceux qui ne veulent pas assumer le rôle d’avocat ou d’esclave volontaire de la guerre impérialiste.

      Mais les motifs de la mesure qui me frappe ne m’ont pas été donnés, à moi, l’intéressé ; ils ont, par contre, été exposés par M. Briand aux députés et journalistes.

      A Marseille, un groupe de soldats russes mutinés, tuèrent en août leur colonel. La perquisition aurait révélé que quelques-uns de ces soldats possédaient des numéros de Notre Parole.

      Telle est du moins la version de M. Briand dans sa conversation avec le député Longuet et le président de la Commission des Affaires Etrangères de la Chambre, M. Leygues, qui la transmit aux journalistes de la presse bourgeoise russe.

      Certes, M. Briand n’a pas osé affirmer que Notre Parole, soumise à sa propre censure, fut la cause immédiate du meurtre de l’officier. Sa pensée peut être exprimée ainsi : Vu la présence en France de soldats russes, il est nécessaire de balayer le sol de la République de Notre Parole et de ses rédacteurs, car un journal socialiste qui ne sème point d’illusion ni de mensonge pourrait, selon la parole inoubliable de M. Renaudel - donner le " cafard " aux soldats russes et les pousser dans la voie dangereuse de la réflexion.

      Cependant, malheureusement pour M. Briand, son explication repose sur un scandaleux anachronisme. Gustave Hervé, alors encore membre de la Commission administrative permanente de votre parti, écrivait l’année passée que si Malvy jetait hors de France les réfugiés russes, coupables d’internationalisme révolutionnaire, lui, Hervé, garantissait que l’opinion publique de ses concierges accepterait cette mesure sans aucune objection. Evidemment, on ne peut pas douter que l’inspiration de cette prophétie ne fût puisée par Hervé dans un des cabinets du Ministère. A la fin de juillet, le même Hervé chuchotait officieusement que je serais expulsé de France.

      Vers la même époque - c’est-à-dire toujours antérieurement au meurtre du colonel à Marseille - le professeur Durkheim, président de la commission nommée par le gouvernement pour s’occuper des réfugiés russes, informait le représentant de ces derniers de la prochaine interdiction de Notre Parole et de l’expulsion des rédacteurs de ce journal (voir Notre Parole du 30 juillet 1916).

      Ainsi tout fut préparé d’avance, même l’opinion publique des concierges de M. Hervé. On n’attendait plus qu’un prétexte pour frapper le coup décisif. Ce prétexte fut trouvé : les malheureux soldats russes, au moment opportun - dans l’intérêt de quelqu’un - tuèrent leur colonel.

      Cette opportunité providentielle donne lieu à une supposition qui, je crains, pourra froisser votre pudeur ministérielle encore fraîche. Les journalistes russes qui se sont occupés particulièrement de l’incident de Marseille ont établi que dans cette affaire, comme presque toujours dans des cas semblables, un rôle actif a été joué par un agent provocateur. Il est facile de comprendre quel était son but, ou plutôt le but, poursuivi par les canailles bien rétribuées qui le dirigeaient. Un excès quelconque de la part des soldats leur était nécessaire, d’abord pour justifier ce régime de knout, quelque peu choquant pour les autorités françaises, ensuite pour créer un prétexte à des mesures contre les réfugiés russes qui profitent de l’hospitalité française pour démoraliser, pendant la guerre, les soldats russes.

      On peut facilement admettre que les initiateurs de ce projet ne croyaient ni ne voulaient mener l’affaire aussi loin. Ils avaient probablement espéré atteindre des résultats plus amples avec des sacrifices moindres. Mais dans ces sortes d’entreprises, il entre toujours un élément de risque professionnel. Cependant, cette fois, les victimes furent non le provocateur lui-même, mais le colonel Krausé et ses meurtriers. Même les journalistes patriotes russes, hostiles à Notre Parole, ont émis la supposition que les exemplaires de notre journal ont pu être donnés aux soldats au moment voulu par ce même agent provocateur.

      Essayez, Monsieur le Ministre, de faire, par l’intermédiaire de M. Malvy, une enquête dans ce sens ! Vous n’en espérez aucun résultat ? Moi non plus. Car, disons-le franchement, les agents provocateurs sont pour le moins aussi précieux à la prétendue "défense nationale" que les ministres socialistes. Et vous, Jules Guesde, après que vous avez pris la responsabilité de la politique extérieure de la Troisième République, de l’Alliance franco-russe avec ses conséquences, des prétentions morales du tsarisme, de tous les buts et méthodes de cette guerre, vous n’avez plus qu’à accepter, avec les détachements symboliques de soldats russes, les hauts faits nullement symboliques de S.M. le Tsar.

      Au début de la guerre, lorsque les promesses généreuses étaient distribuées à pleines mains, votre plus proche compagnon, Sembat, avait fait entrevoir aux journalistes russes l’influence la plus bienfaisante des démocraties alliées sur le régime intérieur de la Russie. C’était d’ailleurs l’argument suprême par lequel les socialistes gouvernementaux de France et de Belgique essayaient, avec persévérance mais sans succès, de réconcilier les révolutionnaires russes avec le Tsar.

      Vingt-six mois d’une collaboration militaire constante, de la communion des généralissimes, des diplomates, des parlementaires, des visites de Viviani et de Thomas à Tsarskoe-Selo, en un mot vingt-six mois d’ "influence" ininterrompue des démocraties occidentales sur le tsarisme, ont fortifié dans notre pays la réaction la plus arrogante, adoucie seulement par le chaos administratif, et ont en même temps extrêmement rapproché le régime intérieur de l’Angleterre et de la France de celui de la Russie. Les promesses généreuses de M. Sembat valent, comme on le voit, moins cher que son charbon. Le sort malheureux du droit d’asile n’apparaît ainsi que comme un symptôme éclatant de la domination soldatesque et policière aussi bien en deçà qu’au-delà de la Manche.

      Le pendeur de Dublin, Lloyd George, impérialiste acharné, aux manières de clergyman ivre, et M. Aristide Briand, dont je vous laisse, Jules Guesde, le soin de chercher la caractéristique dans vos articles d’antan - ces deux figures expriment le mieux l’esprit de la guerre actuelle, son droit, sa morale avec ses appétits aussi bien de classe que personnels. Et quel digne partenaire pour MM. Lloyd George et Briand que M. Sturmer, cet Allemand vrai Russe, qui a fait sa carrière en s’accrochant aux soutanes des métropolites et aux jupes des bigotes de la cour. Quel trio incomparable ! Décidément l’histoire ne pouvait pas trouver pour Guesde-ministre de meilleurs collègues et chefs.

      Est-il possible pour un socialiste honnête de ne pas lutter contre vous ! Vous avez transformé le parti socialiste en un chœur docile accompagnant les coryphées du brigandage capitaliste, à l’époque où la société bourgeoise - dont vous, Jules Guesde, vous étiez un ennemi mortel - a dévoilé jusqu’au fond sa véritable nature. Des événements, préparés par toute une période de pillage mondial, dont nous avons maintes fois prédit les conséquences, de tout le sang versé, de toutes les souffrances, de tous les malheurs, de tous les crimes, de toute la rapacité et la félonie des gouvernants, vous, Jules Guesde, vous ne tirez pour le prolétariat français que ce seul et unique enseignement : à savoir que Guillaume II et François Joseph sont deux criminels qui, contrairement à Nicolas II et à M. Poincaré, ne respectent pas les règles du droit international !

      Toute une nouvelle génération de la jeunesse ouvrière française, de nouveaux millions de travailleurs éveillés moralement pour la première fois par les foudres de la guerre, n’apprennent que ce que veut bien leur en dire le livre jaune de MM. Delcassé, Poincaré, Briand. Devant ce nouvel Evangile des peuples, vous, vieux chef du prolétariat, vous êtes tombé à genoux et vous avez renié tout ce que vous avez appris et enseigné à l’école de la lutte de classes.

      Le socialisme français, avec son passé inépuisable, sa magnifique phalange de penseurs, de lutteurs et de martyrs, trouve enfin - quelle chute et quelle honte ! - un Renaudel pour traduire au jour le jour, à l’époque la plus tragique de l’histoire, les hautes pensées du livre jaune en une langue de la presse de même couleur.

      Le socialisme de Babeuf, de Saint-Simon, de Fourier, de Blanqui, de la Commune, de Jaurès et de Jules Guesde - oui, de Jules Guesde aussi ! - trouva enfin son Albert Thomas, pour délibérer avec Romanoff sur les plus sûrs moyens de s’emparer de Constantinople ; son Marcel Sembat pour promener son je m’en fichisme de dilettante au-dessus des cadavres et des ruines de la civilisation française ; et son Jules Guesde pour suivre, lui aussi, le char du triomphateur Briand.

      Et vous avez cru, vous avez espéré que le prolétariat français qui, dans cette guerre sans idée et sans issue, est saigné à blanc par le crime des classes dirigeantes, supportera silencieusement jusqu’au bout ce pacte honteux passé entre le socialisme officiel et ses pires ennemis. Vous vous êtes trompé. Une opposition surgit. En dépit de l’état de siège et des fureurs du nationalisme qui, sous des formes diverses : royaliste, radical ou socialiste, conserve sa substance capitaliste toujours la même, l’opposition révolutionnaire avance pas à pas et gagne chaque jour du terrain.

      "Notre Parole", journal que vous avez étranglé, vivait et respirait dans l’atmosphère du socialisme français qui se réveillait. Arraché du sol russe par la volonté de la contre-révolution, triomphante grâce au concours de la Bourse française - que vous, Jules Guesde, servez actuellement - le groupe de "Notre Parole" était heureux de refléter, même aussi incomplètement que nous le permettait votre censure, la voix de la section française de la nouvelle Internationale, surgissant au milieu des horreurs de la guerre fratricide.

      En notre qualité d’"étrangers indésirables" qui avons lié notre destin à celui de l’opposition française, nous sommes fiers d’avoir essuyé les premiers coups du Gouvernement français, de votre gouvernement, Jules Guesde.

      Avec l’opposition française, avec Monatte, Merrheim, Saumoneau, Rosmer, Bourderon, Loriot, Guilbeaux et tant d’autres, nous avons partagé l’honneur d’être accusés de germanophilie. L’hebdomadaire de votre ami Plekhanov, votre copartageant dans votre gloire aussi bien que dans votre chute, qui paraît à Paris, nous dénonçait chaque semaine à la police de M. Malvy comme agents de l’Etat-major allemand. Autrefois vous avez connu le prix de pareilles accusations, car vous avez eu vous-même le grand honneur de leur servir de cible. Maintenant, vous accordez votre approbation à M. Malvy, résumant pour les gouvernements de la défense nationale les rapports de ses mouchards. Or, mon casier politique contient une condamnation à l’emprisonnement toute récente, prononcée contre moi par contumace, pendant la guerre, par un tribunal allemand pour une brochure sur "La guerre et l’internationalisme".

      Mais même au dehors de ce fait brutal, de nature à s’imposer au cerveau policier de M. Malvy, je crois avoir le droit d’affirmer que nous autres, internationalistes révolutionnaires, sommes des ennemis beaucoup plus dangereux pour la réaction allemande que tous les gouvernements de l’Entente.

      En effet, leur hostilité contre l’Allemagne n’est qu’une simple rivalité de concurrents tandis que notre haine révolutionnaire contre sa classe dirigeante est irréductible.

      La concurrence impérialiste peut aussi rapprocher les frères ennemis ; si les projets d’écrasement complet de l’Allemagne se réalisaient, l’Angleterre et la France chercheraient dans une dizaine d’années à se rapprocher de l’empire des Hohenzollern pour se défendre contre la puissance excessive de la Russie. Un futur Poincaré échangerait des télégrammes de félicitations avec Guillaume ou son héritier : Lloyd George maudirait, en son langage de clergyman et de boxeur, la Russie, ce rempart de barbarie et de militarisme ; Albert Thomas, en sa qualité d’ambassadeur de la France près du Kaiser, recevrait du muguet de la main des dames de la cour de Potsdam, comme cela lui est arrivé il y a quelque temps avec de grandes duchesses à Tsarskoe Selo. On sortirait de nouveau les banalités de tous les discours et de tous les articles d’aujourd’hui et M. Renaudel n’aurait qu’à changer, dans ses articles, les noms propres, ce qui est tout à fait à sa portée.

      Quant à nous, nous resterions les mêmes ennemis jurés de l’Allemagne dirigeante que nous sommes maintenant, car nous haïssons la réaction allemande de la même haine révolutionnaire que nous avons vouée au tsarisme ou à la ploutocratie française et si vous osez, vous et vos commis aux journaux, applaudir Liebknecht, Luxembourg, Mehring, Zetkin, comme ennemis intrépides des Hohenzollern, vous ne pouvez pas ignorer qu’ils sont nos coreligionnaires, nos frères d’armes ; nous sommes alliés à eux contre vous et vos maîtres par l’unité indissoluble de la lutte révolutionnaire.

      Vous vous consolez peut-être en pensant que nous sommes peu nombreux ? Cependant, nous sommes bien plus nombreux que ne le croient les policiers de tous rangs. Ils ne s’aperçoivent pas, dans leur myopie professionnelle, de cet esprit de révolte qui se lève de tous les foyers de souffrance, se répand à travers la France et toute l’Europe, dans les faubourgs ouvriers et les campagnes, les ateliers et les tranchées.

      Vous avez enfermé Louise Saumoneau dans une de vos prisons, mais avez-vous diminué pour cela le désespoir des femmes de ce pays ? Vous pouvez arrêter des centaines de Zimmerwaldiens après avoir chargé votre presse de les couvrir une fois de plus de calomnies policières, mais pouvez-vous rendre aux femmes leurs maris, aux mères leurs fils, aux enfants leurs pères, aux infirmes leur force et leur santé, au peuple trompé et saigné à blanc la confiance en ceux qui l’ont trompé ?

      Descendez, Jules Guesde, de votre automobile militaire, sortez de la cage où l’État capitaliste vous a enfermé, et regardez un peu autour de vous. Peut-être le destin aura une dernière fois pitié de votre triste vieillesse et pourrez-vous percevoir le bruit sourd des événements qui s’approchent. Nous les attendons, nous les appelons, nous les préparons. Le sort de la France serait trop affreux si le calvaire de ses masses ouvrières ne conduisait pas à une grande revanche, notre revanche, où il n’y aura pas place pour vous, Jules Guesde, ni pour les vôtres.

      Expulsé par vous, je quitte la France avec une foi profonde dans notre triomphe. Par-dessus votre tête, j’envoie un salut fraternel au prolétariat français qui s’éveille aux grandes destinées. Sans vous et contre vous, vive la France socialiste !

      11 octobre 1916.
      Léon TROTSKY

      Répondre à ce message

    • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 18 novembre 2008 20:35, par Robert Paris

      Voici un exemple de la manière de Jules Guesde discuter avec les syndicalistes qui étaient partisans de la grève générale et dont certains préconisaient la grève générale insurrectionnelle :

      GREVE GÉNÉRALE

      Jules Guesde

      Réponse ouverte

      16 octobre 1892

      Dans une lettre ouverte qu’il m’adresse par la voie de La Démocratie de l’Ouest, le citoyen Fernand Pelloutier, de Saint-Nazaire, m’expose qu’il n’y a que " trois moyens de substituer à l’oligarchie actuelle un régime démocratique ayant pour base l’égalité économique. Ce sont : le suffrage universel, la grève générale et la Révolution.

      Et il s’étonne que, " répudiant comme lui l’insurrection, je refuse, contre lui, l’arme pacifique et légale de la grève générale ", pour m’en tenir au seul suffrage universel qui, en mettant toutes choses aux mieux, demandera cinquante ans pour aboutir.

      Jamais, ajoute mon correspondant, " les soldats de la grande armée socialiste n’attendront aussi longtemps ".
      Nous l’espérons bien, camarade. Aussi n’avons-nous a aucun moment, dans le Parti ouvrier, laissé croire aux travailleurs qu’ils pourraient s’affranchir électoralement. Si, en opposition avec les anarchistes, nous préconisons la participation au scrutin, c’est comme moyen de propagande, d’organisation et de lutte. Le vote – de classe – a pour but de constituer l’armée ouvrière, de l’entraîner par la petite guerre à coups de bulletins et de lui faire occuper, dans les corps élus, les positions qui, les événements aidant, lui permettront d’écraser l’ennemi en bloc et d’une seule fois.

      Mais jamais nous n’avons subordonné la prise de possession du pouvoir politique par le prolétariat – ce qui est la condition sine qua non de l’émancipation du travail et de la société – à une majorité socialiste dans le Parlement. Voudrions-nous reculer jusqu’à une pareille échéance la reprise et la socialisation des usines, mines, chemins de fer, ateliers et autres moyens de production et de transport, que nous serions emportés par le courant révolutionnaire, qui nous acculera à un 24 Février ou à un 4 Septembre dès que le Parti ouvrier aura groupé autour de son programme d’expropriation une minorité prolétarienne suffisante.

      Si nous sommes obligés d’écarter, comme un mirage trompeur, la grève générale qui hypnotise le citoyen Pelloutier et d’autres avec lui, c’est qu’elle serait plus longue encore que le suffrage universel à nous conduire au but. Ce n’est pas cinquante ans, c’est un siècle ou deux qu’exigerait cette suspension générale du travail, qui ne saurait cesser d’être mot vide pour devenir une réalité victorieuse qu’autant que la généralité des travailleurs y serait consentante et participante.

      Or, actuellement, alors que sans effort, sans risque d’aucune sorte, il serait loisible à la classe ouvrière de voter pour elle-même, pour ses propres candidats et contre les candidats de la classe exploitrice, une minorité seulement a répondu à l’appel du socialisme. Qu’on juge après cela du temps qu’il faudrait pour que, au prix de son pain et du pain des siens, du pain de la femme et des enfants, non seulement la majorité mais l’unanimité des salariés fût amenée à faire le vide autour des chantiers abandonnés !

      Ah ! certes, non, le Parti ouvrier n’ajournera pas à cette époque aussi lointaine qu’indéterminable la sortie de l’enfer social. Parti de Révolution, et, par suite, d’insurrection, lorsque l’insurrection devient plus que possible, nécessaire, il n’accordera pas, il ne pourrait accorder sans trahison un pareil sursis à la digestion ou à l’indigestion bourgeoise.

      C’est violemment, par la force, que le Tiers-Etat s’est installé au pouvoir. C’est violemment, par la force qu’à la première faillite de la bourgeoisie gouvernementale, le Quart-Etat organisé dans son élite mettra sa main de producteur sur la République de l’heure présente.

      Loin de " répudier le moyen révolutionnaire ", citoyen Pelloutier, nous l’avons toujours donné comme inévitable, parce que l’histoire nous a appris qu’il n’y en avait pas d’autre.

      Vous parlez de trois moyens entre lesquels on serait libre de choisir. Il n’y en a et il n’y en a jamais eu qu’un seul. C’est l’Etat arraché à la classe privilégiée et devenant entre les mains de la classe sujette l’instrument de sa rédemption et de la transformation sociale.

      De là la méthode ou la tactique de notre Parti, qui est la méthode ou la tactique des partis socialistes de tous les pays : l’expropriation politique de la classe capitaliste aujourd’hui, son expropriation économique demain.

      Répondre à ce message

    • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 18 novembre 2008 20:42, par Robert Paris

      Un autre exemple du "sectarisme" de Jules Guesde de la part de militants qui ne sont pas anarchistes mais n’estiment pas qu’on fait avancer de telles questions par de simples anathèmes :

      "L’anarchisme – qui n’est que de l’individualisme renforcé – a sa place, non pas dans l’évolution socialiste, mais dans l’évolution à rebours, dans une rétrogradation intellectuelle de la bourgeoisie cherchant son salut contre le communisme inévitable dans un retour en arrière que la vapeur et la machine rendent à jamais impossible." écrit Jules Guesde dans "Anarchie et socialisme".

      Robert Paris

      Répondre à ce message

    • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 18 novembre 2008 20:47, par Robert Paris

      En 1896, se tient à Londres le Congrès historique où furent aux prises les politiciens et les syndicalistes. On se rappelle avec quel dédain Guesde lui-même traitait les syndicats à ce Congrès, quand il disait :

      " Pour faire un syndicat ? Peuh ! C’est pas difficile : il suffit d’acheter un timbre en caoutchouc de 25 sous ! "

      Répondre à ce message

      • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 24 novembre 2008 19:28, par Robert Paris

        Autres exemples du "sectarisme" de Jules Guesde :

        Lors de la fondation de la "Verrerie ouvrière" d’Albi par les travailleurs, Jules Guesde déclarait que ce n’était qu’une copie d’une entreprise capitaliste alors que c’était un acte politique et social des travailleurs.

        Lors du combat contre les anti-dreyfusards, Jules Guesde déclarait que ce n’était que du radicalisme bourgeois alors que la classe ouvrière socialiste aurait pu en faire un acte politique contre l’Etat bourgeois et en particulier son armée et ses services secrets.

        Dans tous ces cas, Jules Guesde se servait de grands principes théoriques pour les opposer à la réalité des combats politiques et sociaux et afin de s’en isoler et de ne pas y participer.

        Ce faux radicalisme est à combattre autant que l’opportunisme et les deux se nourrissent d’ailleurs l’un de l’autre.

        Répondre à ce message

  • QUE DOIT FAIRE LO ?

    1 ) D’abord, arrêter de nous raconter des salades genre : les élections, c’est une rare occasion de faire de la politique au milieu des masses, un des rares instants où elles daigneraient s’intéresser à la chose politique. Chacun sait très bien que les discours les plus radicaux s’entendent et sont tenus au coeur des luttes ou en périphérie des luttes (périphérie : les travailleurs, les militants qui s’intéressent aux luttes de leur classe et qui sont parfois en lutte aussi ), dans les syndicats quand ils ne sont pas bureaucratisés, entre copains. Les luttes sont rares ? Les élections le sont tout autant. Les syndicats de lutte sont une poignée ? Les assemblées élues au suffrage universel qui légifèrent en faveur des travailleurs, une espèce non encore apparue sur le chemin de l’évolution. A moins que ce ne soit le fruit du hasard. Oui, c’est ça, un jour on aura la surprise d’un gouvernement ouvrier sorti ses urnes !

    Et puis, les élections, y’en a toujours une qui prépare la suivante, et quand la suivante arrive, elle nous déçoit des espoirs de la précédente. Pour le coup, les lambertistes étaient pas très inspirés, un certain soir de 81, qu’était pas le Grand-soir apparemment, enfin qui signalaient pas "l’irruption de la crise révolutionnaire". Profil bas, camarades. Le NPA n’a pas trop à la ramener non plus, coiffé par le Front de Gauche avec Mélenchon qui fait repasser le PCF devant le NPA ( quelle péripétie ! C’est un peu comme le tiercé, les élections ) . Aucun élu. Perso, voir déployer les drapeaux rouges siglés 4 le soir du triomphe de la Jospinie, ça m’avait fait marrer. Alors, voir le NPA se boucher le nez devant le PS, donc devant Mélenchon !

    ( Les erreurs du passé ? quand on était si sûr d’avoir raison, et sur tout ! ( Ah, la science...) Les élections dans une société bourgeoise régie selon la loi du profit sont un piège. Et trop d’erreurs ne tuent pas l’erreur. Au fait quand LO s’est-elle trompée pour la dernière fois ? )

    A tout prendre, je préfère la campagne d’affichage au lendemain de la chute du mur, même si je mets pas la même chose sous le mot "communisme". Ou encore le non-appel à voter Chirac - en clair l’appel à ne pas voter Chirac - qui ne s’est malheureusement pas concrétisé par un appel à l’abstension révolutionnaire : on ne participe pas à une mascarade électorale ! (Bien sûr on peut voter Chirac si Le Pen a une chance de l’emporter. Si c’est la cata, on est pas des saints : encore cinq minutes Monsieur le bourreau ! Mais là encore on peut refuser.) Mais y’avait p’têt des histoires de subventions d’Etat à continuer de percevoir, des gages à donner, des signatures de maires à conforter... N’empêche, y’avait du panache même si c’est pas encore de grands faits d’armes.

    En attendant, aucun fric de l’Etat dans les organisations ouvrières ! Ou alors elles ne le sont plus, ou cesse progressivement de l’être. Ne le sont pas en tous cas celles où cette parole ne peut ( plus ) être portée.

    Chacun sait très bien que les questionnements les plus importants, les vrais enjeux, le plus souvent les obstacles, jaillissent dans les AG, c’est à dire dans des embryons d’assemblées populaires.

    Aujourd’hui, dans les services, les ateliers, les facs, les bahuts... où qu’on soit, on peut tenir des AG. Peut-être même dans certains quartiers.

    Les coups pleuvent de partout. Ca va péter. Il faut s’organiser. Eux, ils perdent pas de temps. Sarkozy cause devant le congrès le 22 juin et ce qui s’annonce n’est pas triste. Comme fête du solstice, on aura fait mieux. Les Feux de la st-Jean, sous l’Ancien Régime, c’était plus bandant.

    Même si 1/4 des collègues se réunit seulement , à pas nombreux, une poignée d’habitants, c’est déjà une AG. En faire le compte-rendu, rapide, ainsi qu’un film / internet. Etendre, propager. Dès qu’on se sent assez fort, faire une manif, même locale ou autour d’une seule boîte. Etendre, propager. Occuper dès qu’on peut. A l’occasion on pourra même faire plaisir au POI, et sincèrement. Mais faudra qu’on assume d’être 6 à 10 000, à Paris. Et retourner dans les luttes, en susciter de nouvelles. Etendre la grève et ne pas bloquer connement le pays. Ne plus croiser un patron dans les boîtes, ou les services publics. Organiser notre sécurité. Tolérance zéro pour les patrons et les flics !

    2 ) Ensuite ( retour au fil ), éviter le girouettisme. Quand l’abstension est massive ( le dernier édito de IO est pas mal à ce sujet, hormis le côté souverainiste qui gâche tout ), le score relatif des révolutionnaires décevant ou pouvant être compris comme tel ( oui, oui, LO progresse je crois en score absolu par rapport aux dernières Législatives), LO se retourne et nous dit : "l’essentiel c’est les luttes". Ben fallait pas y aller ! Le vote "utile" pour ses idées, c’était du bidon ? Plus sérieusement, l’abstention massive, c’est une façon pour les masses de faire de la politique, au moindre coût certes, mais de la politique. Et LO en a fait une autre. Elle s’est présentée là où les masses n’étaient pas, là où les travailleurs ne l’attendaient pas. Combien fait Le Pen-fille dans les quartiers les plus populaires ? Là encore si l’abstention est importante, on aura que du relatif. Je suis sûr que l’électorat populaire, majoritairement, sociologiquement, n’a pas voté Le Pen-fille ( j’irai vérifier ). Donc l’abstention ne fait pas le jeu de l’extrême droite, à fortiori du fascisme.

    Accessoirement, une nouvelle porte-parole est apparue à l’occasion de ces élections. Même si Arlette, tambour battant, aurait pas fait mieux, comme entrée, c’est raté.

    Les gens qui nous gouvernent sont rarement majoritaires dans l’opinion des travailleurs, les seuls producteurs. Et l’on prendrait les élections au sérieux ? On se plierait au suffrage universel ? A fortiori quand il ne veut rien dire ? Ben non. Les gouvernants sont toujours au service des exploiteurs. Les assemblées sont là que pour les conforter ou prendre leur place le cas échéant. Le contrôle des lois, l’alternance, c’est pipeau. Quand ils provoquent des guerres et des catastrophes, tous ils savent attenter à l’exercice des "droits démocratiques", des "libertés publiques", des "acquis sociaux" ( bien mal acquis...). En ce moment ils font rien d’autre que nous réduire à la misère pour sauver leur mise. Ils prétendent prochainement voter une loi élargissant le subventionnement des écoles par les communes ( avec l’abstention programmée du PS ), remettre en cause le SMIC, le non-travail le dimanche... Ils vont généraliser le RSA, nous faire rendre des petits services - courbettes sous perfusion -, flinguer la sécu, la Poste, l’ Université, les hôpitaux... Ils sont engagés dans des guerres invraisemblables à des milliers de kilomètres. Ils prétendent même nous couper le sifflet d’internet ! En Chine, c’est déjà fait, ils vont placer des mouchards sur les ordines. " Si vous avez rien à vous reprocher... ", on connaît la chanson.

    Alors, si tout ce mouvement bien concret de décadence et d’abrutissement s’accommode du Suffrage universel, on peut ne pas s’y plier. (...)

    En conclusion, LO serait bien inspirée de bazarder tous les oripeaux du socialisme prétendument scientifique et de se ressourcer dans le socialisme libertaire. Grève générale, gestion expropriatrice, mandats révocables, plus d’Etat. Fédération, mutualisme. Banque du peuple, abolition du crédit ( crédit à 0% ). Instruction publique. Transports et soins gratuits. Plus de hiérarchie. Désarmement, destruction des arsenaux et du sacré-coeur. Les prix justes. Plus de profiteurs. Liberté sans restriction de circuler sur la planète, liberté de s’installer. Un travail pour tous, on sait faire plein de choses. Arts, culture. Liberté de la presse, d’édition, de moeurs et d’opinion.

    Frédéric Fourment

    Répondre à ce message

    • A Perpignan, les élections municipales de 2008 sont reportées à Dimanche 21 juin 2009. LO et NPA font alliance contre la droite en menant une campagne commune "la gauche des luttes".
      Il faut s’enlever toutes les illusions sur ces 2 partis politiques : ce ne sont pas des partis révolutionnaires et donc communistes. Ils peuvent dire dans leurs presses ce qu’ils veulent, les faits sont là. Ils pratiquent les unions avec la gauche et s’intitulent publiquement comme étant une gauche parmi tant d’autre : que ce soient pendant les élections ou pendant des grèves ou leurs objectifs sont de faire pression sur les syndicats ; pas l’auto organisation des travailleurs.
      Même les comités de grève(ou de luttes) sont faux et dirigés en fonction d’intérêts syndicalistes.
      LO et LCR sont aujourd’hui de vrais groupes réformistes qui veulent gérer l’Etat bourgeois à grande échelle, car ils le font déjà à petite échelle à travers des municipalités, des comités d’entreprises, des associations en tout genre.

      voilà un extrait du site de LO :

      Perpignan (66)
      Une liste NPA-LO à l’élection municipale du 21 juin
      Suite à l’annulation pour « fraude massive » de l’élection municipale de mars 2008, élection qui avait vu la victoire de l’UMP Jean-Paul Alduy, le Nouveau Parti Anticapitaliste et Lutte Ouvrière se sont mis d’accord pour présenter une liste commune à l’occasion des nouvelles élections, fixées aux 21 et 28 juin prochain.

      Cette liste intitulée « Une Gauche de lutte ! présentée par le Nouveau Parti Anticapitaliste et Lutte Ouvrière », avec le soutien d’Olivier Besancenot et de Nathalie Arthaud, sera conduite par Michaël Cufi et Annie Rideau pour le NPA et par Liberto Plana et Pascale Advenard pour LO.

      Elle entend dénoncer la politique, soutenue par la droite locale, qui consiste à faire payer la crise aux couches populaires, et propose d’élire des hommes et des femmes qui défendront les intérêts du monde du travail au sein du Conseil municipal, quelle que soit la couleur politique de la future municipalité.

      Répondre à ce message

  • « Philosophe, tu te demandes
    D’où vient, dans nos tristes partis,
    Quand les hommes sont si petits
    Que les sottises sont grandes. »

    Victor Hugo, 1848

    Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 18 août 2009 08:50, par Robert Paris

    Barta à propos de Lutte Ouvrière :

    "Il n’y pas de dirigeants socialistes sans conscience socialiste et sans culture véritable."

    Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 28 septembre 2009 21:27, par Robert Paris

    Le 8 décembre 1923, Trotsky déclare dans une lettre ouverte aux assemblées du Parti bolcheviks :

    “ Plus d’obéissance passive, plus de nivellement mécanique de la part des autorités, plus d’écrasement de la personnalité, plus de servilité ni de carriérisme. Un bolchevik n’est pas seulement un homme discipliné : c’est un homme qui, dans chaque cas et sur chaque problème, se forge lui-même sa propre opinion, la défend courageusement et en toute indépendance, non seulement contre ses ennemis, mais aussi à l’intérieur de son propre Parti. ”

    Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 25 novembre 2009 22:51, par Robert Paris

    "Lénine expliquait aux amateurs de "problèmes politiques concrets" que notre politique n’est pas de caractère conjoncturel mais principiel ; que la tactique est subordonnée à la stratégie ; que, pour nous, le sens fondamental de chaque campagne politique est de mener les travailleurs des questions particulières aux problèmes généraux, c’est-à-dire de les amener à la compréhension de la société moderne et du caractère de ses forces fondamentales."

    Léon Trotsky dans "Défense du marxisme" dans le paragraphe "contre le pseudo "réalisme" politique"

    Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 20 janvier 2010 18:10, par Robert Paris

    Lutte Ouvrière, vous savez, cette organisation qui vait fait connaître Arlette Laguiller parce qu’elle ne cautionnait jamais la gauche...

    Aujourd’hui, voilà ce qu’elle peut écrire :

    Jean-Pierre Mercier, 39 ans, militant de Lutte Ouvrière, ouvrier et syndicaliste

    Qui je suis

    J’ai 39 ans, je suis militant de Lutte Ouvrière depuis plus de 20 ans. Après des années d’intérim, je suis entré comme ouvrier de production à l’usine Citroën d’Aulnay-sous-Bois il y a 12 ans. Depuis, je suis devenu un des responsable de la CGT de l’usine. Je suis aussi délégué syndical Central suppléant CGT du groupe Peugeot-Citroën.

    Pourquoi je m’engage aux côtés de Marc EVERBECQ

    Je suis très heureux que le Parti Communiste, le MRC et Lutte Ouvrière se présentent ensemble sur une liste d’union conduite par Marc Everbecq.

    Nous avons tous en commun d’avoir à cœur que le résultat des élections soit un désaveu clair de la politique du gouvernement tant à Bagnolet qu’au niveau national. Ces derniers mois, avec les franchises médicales, les prix qui augmentent, le nouveau contrat de travail, les attaques se sont multipliées contre le monde du travail. Alors nous avons intérêt que le résultat des élections soit une gifle pour Sarkozy !

    Bien sûr les principaux problèmes que rencontre la population : le chômage, les bas salaires ne peuvent pas se régler dans le cadre d’une seule municipalité. On ne peut pas pallier tout ce que l’Etat ne fait pas ou pas assez. Une municipalité de gauche ne peut pas, non plus, corriger tout ce que l’Etat fait contre la population. Mais, pour moi, participer à la vie municipale, c’est participer à tout ce qui, au niveau local, peut améliorer le quotidien de la population et en particulier des catégories les plus défavorisées tout en contribuant à faire de notre ville un espace où il fait bon vivre ensemble.

    Pour ma part, en tant que travailleur de Citroën, je tiens à mettre l’accent sur un autre aspect du rôle d’une municipalité. En mars 2007, lorsque nous étions engagés dans notre grève pour les salaires qui a duré 6 semaines avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer sur la paye, nous étions bien contents de trouver une solidarité certaine auprès des mairies de gauche et plus particulièrement auprès des mairies communistes. Cela a été d’abord une solidarité morale. Et cela compte au cours d’une lutte pour rompre l’isolement, quand la presse est contre vous. Et puis évidemment une solidarité matérielle et financière qui a compté pour beaucoup d’entre nous. Sur ce terrain là, une mairie de gauche doit être un point d’appui pour tous ceux qui luttent.

    Voilà pourquoi je m’engage au côté de Marc Everbecq.

    Répondre à ce message

    • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 21 janvier 2010 15:10, par Max

      une simple parenthèse pour dire que le militant de LO, se présente en 2009 seul aux élections régionales en argumentant que des accords avec le front de gauche ou NPA sont impossibles car ces partis sont prêts à gérer les affaires de la bourgeoisie.

      cliquez ici pour voir l’interview du militant de Citroen.

      Car évidemment la gestion d’une mairie serait autre chose qu’une gestion des affaires de la bourgeoisie ?

      A Nanterre par exemple, 1/3 du budget municipal est parti en fumée dans la crise, grâce à une gestion de gauche . Et oui il y a aussi des banques, et des boursicoteurs de gauche à NAnterre.

      9 enfants sur 10 ne trouvent pas de places en crèche à Nanterre, officellement. Car une fois sorties des réunions organisées par la mairie, les familles sont tellement découragées pour trouver une place qu’elles cherchent tout de suite une place chez une nourrice.

      Nanterre construit des logements...privés mais plus de HLM ou si peu que même les employés communaux le dénoncent ouvertement en disant que la gauche fait la même chose que la droite.

      Les élus répondent aux gens qui exigent des places que "c’est la vie" et qu’il y a des listes d’attentes comme partout.

      Sauf que pour plaire aux secteurs privé, ils inaugurent une crèche privé, dans laquelle la commune a acheté des places aux prix forts.

      A Nanterre les zones industrielles deviennent des friches et les travailleurs licenciès ne doivent plus se souvenir de "la solidarité " qu’ils ont reçu.

      Le centre de tri la Poste de NAnterre va être détruit pour construire des bureaux, Magneti Marelli est envahi par les herbes et 18000m² de bureaux ont été construits l’an dernier et sont toujours vides.

      18000m² vide ! cela représente 200 logements de 90m² !

      Les derniers arguments des élus de gauche sont que l’Etat leur met des batons dans les roues, que les crèches ne sont plus gérés par les communes etc..
      Alors même le ramassages des ordures est un marché juteux pour une boite privé comme Véolia..sauf que là pour l’instant il n’y a pas de liste d’attente.

      Donc la dernière fois que je manifestais au milieux des cortèges syndicaux et de gauche, la poussette de ma petite fille portait une belle pancarte entourée par quelques amis et qui disait à la fin : A Nanterre, ville de gauche, les poubelles sont mieux considérées que les bébés".

      La gestion d’une mairie n’est ni plus ni moins que la gestion d’un conseil d’administration d’entreprise.
      Si le maire prennait des décisions qui allaient à l’encontre de l’Etat alors c’est le préfet qui prendrait les rênes du pouvoir.

      La démocratie est aussi à ce niveau là une illusion qui masque les intérêts des capitalistes qui font des communes un marché à profits comme un autre.

      Ceux qui se font élire le savent bien ou si vraiment certains élus le découvrent, alors ils seront vite confrontés à un choix de classe.

      Cautionner cette gestion en participant à toutes les décisions ou s’opposer en étant sous le contrôle des travailleurs (élus par des travailleurs).

      Aujourd hui on sait que la grande majorité travailleurs ne veulent pas controler des institutions qu’ils ne considèrent pas comme les représentants.

      Les mairies font parties de ces institutions, car elles sont gérées depuis des années par des partis bourgeois, qu’ils soient de gauche ou de droite, et qui acceptent sans problème que les mairies soient des territoires ou les capitaux ont la pleine liberté de circuler.

      D’ailleurs, pourquoi les mairies seraient des ilôts ou la bourgeoisie ne pourrait pas faire des affaires ? Qu’est ce qui pourrait les empêcher ?
      Quelle loi protège les mairies de l’appétit capitaliste ?
      Quelle loi favorise le contrôle des travailleurs sur les mairies ?

      Y a t il des lois qui sont appliquées quand il s’agit des intérêts généraux des travailleurs, comme celui du logement ?

      Qu’est ce qui permettait au PC à une époque de s’opposer aux explusions ?
      des élus ? des lois ? des institutions ? Qu’est ce qui s’est passé entre temps ?

      Sur quelle base politique peut on militer ? donc avec qui ?

      DEs réformistes du type Leon Blum qui ont sauvé la bourgeoisie en 36, des Mittérands qui ont cassé la classe ouvrière avec les 1er licenciements massifs dans les années 80, les Jospins qui manifestent avec les ouvriers de Vilvorde pour mieux les tromper 3 mois après. Les Thorez pour qui le plus important est de savoir terminer une grève, de garder les colonies françaises en 1945, les Robert Hue, Marchais etc qui ont été les plus grands serviteurs de la bourgeoisie pour faire accepter à la classe ouvrière les sacrifices ?

      Un exemple de commune qui était été géré par des ouvriers, était celle de Paris en 1871, suite à une révolution et la bourgeoisie de gauche cracha toute sa rage contre celle ci et mobilisa la troupe pour écraser le peuple.

      Répondre à ce message

    • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 26 janvier 2010 23:59, par dac dac

      l’État ne fait pas assez, la gauche ne peut pas corriger tout ce que ’l’État fait contre la population. c est lamentable d entendre ces paroles de la part d un ouvrier d une organisation qui se dit révolutionnaire, je trouve cela honteux de considérer qu’un état quelconque peut faire quelque chose de bien pour la population.

      Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 26 janvier 2010 17:40, par Coucou

    « Voter pour les listes

    Lutte Ouvrière, c’est

    affirmer que l’on est

    d’accord avec ces objectifs.

    Et que l’on cherchera

    à les mettre en avant

    lorsque les classes populaires

    en auront assez

    de subir et demanderont

    des comptes à ceux

    qui ruinent la société. »

    Tel est le texte électoral de Lutte Ouvrière

    Les travailleurs en ont déjà assez mais ils ne voient pas comment y mettre un terme et ce n’est pas LO qui ici les éclaire sur cette question !

    Demander des comptes à ceux qui ruinent la société : voilà un programme particulièrement réformiste !

    Je ne veux pas leur demander des comptes, je veux qu’ils partent. Et comme ils ne le veulent pas, il faut les déloger du pouvoir !

    Répondre à ce message

    • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 27 janvier 2010 22:09, par F. Kletz

      Demander des comptes à ceux qui ruinent la société : voilà un programme particulièrement réformiste !

      Je ne veux pas leur demander des comptes, je veux qu’ils partent. Et comme ils ne le veulent pas, il faut les déloger du pouvoir !

      Répondre à ce message

      • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 22 août 2010 10:05, par MOSHE

        Extraits de "Bilan et perspectives" de Léon Trotsky :

        « La révolution est une épreuve de force ouverte entre les forces sociales en lutte pour le pouvoir. L’Etat n’est pas une fin en soi. C’est seulement une machine entre les mains des forces sociales dominantes. Comme toute machine, il a ses mécanismes : un mécanisme moteur, un mécanisme de transmission et un mécanisme d’exécution. La force motrice de l’Etat est l’intérêt de classe ; son mécanisme moteur, c’est l’agitation, la presse, la propagande par l’Eglise et par l’École, les partis, les meetings dans la rue, les pétitions et les révoltes. Le mécanisme de transmission, c’est l’organisation législative des intérêts de caste, de dynastie, d’état ou de classe, qui se donnent comme la volonté de Dieu (absolutisme) ou la volonté de la nation (parlementarisme). Enfin, le mécanisme exécutif, c’est l’administration avec sa police, les tribunaux avec leurs prisons, et l’armée. »

        Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 15 septembre 2010 22:30, par Robert Paris

    Qui aurait cru parmi ceux qui ont connu, comme nous, Lutte Ouvrière il y a quelques décennies, que cette organisation pouvait voir ses dirigeants participer à un débat à la fête de l’Huma bien gentiment (et tristement) aux côtés des dirigeants "de gauche", comme si cette organisation se retrouvait d’abord dans cette catégorie sans couleur et sans saveur qu’est "la gauche" ?

    Répondre à ce message

  • Contrôle, nationalisation sans rachat, réquisition ?

    Barta écrivait en décembre 1945 :

    « Il faut organiser les ouvriers et les employés pour le contrôle ouvrier sur la production et la comptabilité des industries et des banques.

    Parler de nationalisations, sans parler en même temps de toutes ces mesures essentiellement démocratiques et seules efficaces, c’est se faire le valet de la bourgeoisie et agir en démagogue, comme Hervé. »

    Donc parler de contrôle sans organiser indépendamment les ouvriers est pure démagogie...

    Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 24 septembre 2012 03:05, par Max

    Autrefois (en 1987) LO écrivait :

    “Un des problèmes majeurs qui se posent aux travail­leurs conscients et, par voie de conséquence, aux révolutionnaires est que, dans les pays les plus indus­trialisés, les syndicats sont devenus des organismes officiels de plus en plus intégrés à la société bour­geoise. Interlocuteurs institutionnalisés de l’Etat et des patrons, ils siègent dans maints comités, conseils, commissions, et autres appendices des Etats, ils sont gestionnaires directs ou associés d’organismes sociaux. Tout ceci leur procure des postes, des moyens, un poids social et des possibilités matérielles qui les rendent de plus en plus indépendants des tra­vailleurs et de plus en plus dépendants de la bourgeoi­sie et de son Etat.

    Quels que soient le nombre de leurs syndiqués, la façon dont sont recueillies les cotisations, les modali­tés même du fonctionnement syndical, il y a dans tous les pays, où existe un syndicalisme légal, une constante : les syndicats fonctionnent comme des appareils bureaucratiques ayant leurs propres intérêts, de plus en plus coupés de la base ouvrière, à laquelle les rattachent, seuls, les délégués d’atelier ou d’usine.

    Ils sont donc en voie de conséquence devenus les agents de l’Etat bourgeois dans le monde du travail. Cela apparaît de façon claire en période de crise éco­nomique : non seulement les syndicats sont incapa­bles d’impulser les combats nécessaires à la défense des travailleurs, mais ils acceptent de fait l’austérité quand il n’en sont pas les propagandistes et les acteurs comme on le voit dans le cas des Etats-Unis où ils ont accepté de signer des accords comportant des baisses de salaires.

    Le problème pour les militants révolutionnaires – et ce n’est pas un problème nouveau – est donc de savoir s’il est juste dans ces conditions de militer dans les syndicats, comment et dans quelles perspectives.

    Répondre à ce message

  • LO et le contrôle ouvrier

    « Mais alors que signifie le « contrôle populaire et souverain (volksherrschaftliche Kontrolle) du peuple des travailleurs » ? Et cela, plus précisément pour un peuple de travailleurs qui, en sollicitant l’Etat de la sorte, manifeste sa pleine conscience qu’il n’est ni au pouvoir, ni mûr pour le pouvoir ! »

    Karl Marx

    dans Gloses marginales au
    programme du Parti Ouvrier allemand (1875)

    Répondre à ce message

  • Autrefois l’organisation LO écrivait en juin 1963 :

    « Si le syndicalisme s’éloigne de plus en plus de la lutte de classe, la lutte de classe passera de moins en moins par les syndicats. Mais la lutte de classe n’en existera pas moins tant que subsistera l’exploitation de l’homme par l’homme. »

    voir ici en conclusion

    Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 17 avril 2014 11:29, par Robert Paris

    Quand Jean-Pierre Mercier, mine fâchée, fait semblant de démolir Le Pen et ne fait que sa publicité : voir ici la vidéo

    A remarquer que Mercier n’est ici que comme bureaucrate syndical et ne cite même pas sa participation à l’organisation Lutte Ouvrière que Marine Le Pen se plait à lui faire remarquer en fin de séance en lui demandant de saluer sa camarade Arthaud. A aucun moment Mercier ne place le débat sur le vrai terrain de classe...

    Répondre à ce message

  • D’où vient et où va Lutte Ouvrière (France) ? 5 décembre 2014 17:59, par R.P.

    « Lénine expliquait aux amateurs de "problèmes politiques concrets" que notre politique n’est pas de caractère conjoncturel mais principiel ; que la tactique est subordonnée à la stratégie ; que, pour nous, le sens fondamental de chaque campagne politique est de mener les travailleurs des questions particulières aux problèmes généraux, c’est-à-dire de les amener à la compréhension de la société moderne et du caractère de ses forces fondamentales. »

    Léon Trotsky dans "Défense du marxisme" dans le paragraphe "contre le pseudo "réalisme" politique"

    Répondre à ce message

  • « Aux époques de crise, le manque de réflexion devient un crime envers le parti et exige une pénitence publique. »

    Karl Marx, Révélations sur le procès des communistes de Cologne

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0