English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 4ème chapitre : Révolutions prolétariennes jusqu’à la deuxième guerre (...) > Qui était Vassili Grossman, l’auteur de « Vie et destin »

Qui était Vassili Grossman, l’auteur de « Vie et destin »

mercredi 11 juin 2014, par Robert Paris

« L’homme perçoit (...) la vie comme une lutte entre le bien et le mal, mais il n’en est pas ainsi ».

Qui était Vassili Grossman, l’auteur de « Vie et destin »

Vassili Grossman a décrit, au travers de deux grandes catastrophes historiques, le fascisme allemand et le stalinisme, la destinée des hommes de la révolution russe, tiraillés entre la fidélité à la révolution et l’horreur de la bureaucratie.

Le destin de Vassili Grossman

Tout passe

Vie et destin

Un commentaire de Vie et destin

Quand Staline mourut

Vassili Grossman, un écrivain de combat

Pour une juste cause

La paix soit avec vous

Peur

La dernière lettre

Le cas Grossman

Carnets de guerre

Qui était Vassili Grossman

2 Messages de forum

  • Le texte qui suit contient un large extrait de ’Tout passe" de Vassili Grossman
    Le 5 mars 1953, Staline mourut…

    Et soudain, le 5 mars 1953, Staline mourut. La mort de Staline fit littéralement irruption dans le système gigantesque de l’enthousiasme mécanisé, de la colère populaire et de l’amour populaire décrétés par le comité de district du Parti. Staline mourut sans qu’aucun plan l’eût prévu, sans instruction des organes directeurs. Staline sans ordre personnel du camarade Staline. Cette liberté, cette fantaisie capricieuse de la mort contenait une sorte de dynamite qui contredisait l’essence la plus secrète de l’Etat. Le trouble s’empara des esprits et des cœurs.

    Staline est mort ! Les uns eurent le sentiment d’un malheur. Dans certaines écoles, les maîtres forcèrent leurs élèves à se mettre à genoux, puis, s’agenouillant à leur tour et fondant en larmes, ils leur donnèrent lecture du communiqué officiel qui annonçait la mort du guide. Aux réunions qui se tinrent dans les établissements publics et dans les usines pour marquer le deuil, un grand nombre de gens furent pris d’une sorte d’hystérie. Des femmes criaient comme des démentes, éclataient en sanglots, certaines s’évanouissaient. Il était mort le grand dieu, idole du XXème siècle, et les femmes de pleurer…

    D’autres eurent le sentiment de bonheur. La campagne qui se dépérissait sous la poigne de fer de Staline, poussa un soupir de soulagement. Les millions d’hommes qui peuplaient les camps furent en liesse… Les dizaines de milliers d’hommes sous escortes se transmettaient la nouvelle à voix basse : « Il a crevé… crevé ! » et ce chuchotement de milliers et de milliers d’hommes grondait comme le vent… Hommes instruits ou travailleurs manuels, ils furent nombreux ceux qui, en apprenant la nouvelle, furent partagés entre le chagrin et le désir de danser de joie… Staline est mort ! Il y avait dans cette mort un élément de liberté soudaine, absolument étranger à la nature de l’Etat stalinien.

    Cette liberté soudaine fit frémir l’Etat, comme il avait frémi lors de l’attaque soudaine du 22 juin 1941…

    Le 5 avril au matin…

    - Les médecins ne sont pas coupables ! On les avait torturés !

    L’Etat reconnaissait sa terrible culpabilité, avouait qu’on avait usé de méthodes d’interrogatoire prohibés par la loi… Et demain, l’Etat allait reconnaître que l’on avait soumis à la torture Boukharine, Zinoviev, Kamenev, Rykov, Piatakov et que ce n’étaient pas des ennemis du peuple qui avaient tué Maxime Gorki. Et après-demain, l’Etat avouerait qu’on avait fait périr des millions de paysans pour rien.

    Répondre à ce message

  • Vassili GROSSMAN :

    « L’indifférence est la grande ennemie de la vie. »

    (La Route, page 258, 10/18)

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0