English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Dans quel gouffre s’engloutit l’argent des impôts de la population française (...)

Dans quel gouffre s’engloutit l’argent des impôts de la population française ?

mercredi 10 août 2016

Dans quel gouffre s’engloutit l’argent des impôts de la population française ? Celui des coffres des capitalistes !

En 2012, l’Etat n’a pas d’argent pour les hôpitaux, pour les écoles, pour La Poste, pour les routes, pour les médicaments, pour les personnes âgées, pour les handicapés, etc, etc… mais il a de quoi débourser cash treize milliards et demi pour sauver la banque Peugeot de la faillite encore d’autres dizaines de milliards pour sauver les autres banques dont la CIF ! Le même gouvernement offre notamment vingt milliards de cadeaux aux patrons, sans condition et en plus des cadeaux précédents ! Toujours sur l’argent des impôts… L’Etat a déjà déboursé des dizaines de milliards, des centaines de milliards pour sauver la banque Crédit Lyonnais, pour sauver la banque CIF, pour sauver la banque BNP, pour sauver la banque Société générale, pour sauver la banque PSA, etc, etc...

En vrac :

Des dépenses d’Etat

Le coût de la crise de 2007-2008 pour l’Etat français : opérations des banques garanties par l’État pour 320 milliards d’euros et aide à la recapitalisation des banques pour 40 milliards d’euros puis soutien aux banques en 2009 de 10,5 milliards d’euros

L’Etat a payé les coûts de la crise aux banques :

• BNP Paribas : 301 millions d’euros. Et un total de 1,2 milliard d’euros pour l’ensemble de 2007.

• Crédit agricole : 546 millions d’euros. Le 20 décembre 2007, Crédit agricole SA annonce une dépréciation supplémentaire de 2,5 milliards d’euros (1,6 milliard hors fiscalité) au titre du 4e trimestre.

• Dexia : 212 millions d’euros. Les pertes de Dexia dépassent 11 milliards d’euros, en 2011, un record mondial entièrement financé par le budget des Etats, dont la France.

• Société générale : 404 millions d’euros. Et au total 2,57 milliards d’euros ou 2,9 milliards.

Entre 2007 et 2012, la dette de la France s’est aggravée de 510 milliards d’euros.

La charge de la dette enrichit les prêteurs privés de 44,5 milliards en 2016.

Il y a encore des « petites » dépenses comme 199 millions pour la coupe de foot de l’Euro,

Et il y a les grosses dépenses comme 32 milliards pour le budget des armées avant les augmentations passives programmées par Hollande-Valls pour la « guerre mondiale contre le terrorisme » !!!

La guerre en Afghanistan a coûté 1,3 million par jour aux contribuables français. Le surcoût des opérations extérieures s’élevera en 2010 à 867 millions d’euros, dont 470 pour le seul théâtre afghan, apprend-on auprès du ministère de la Défense, à l’occasion de la présentation du projet de loi de finances pour 2011. Depuis 2008, le surcoût global des Opex est stabilisé au dessus de 800 millions d’euros par an, alors qu’il n’était que de 528 millions en 2005. L’Afghanistan représente cette année plus de la moitié de cette somme (54%) du fait de la réduction des opérations au Tchad et au Kosovo.

A titre de comparaison, le coût des opérations militaires en Afghanistan est comparable au budget de la DGSE. Ou, dans un autre domaine, il est près de six fois supérieur à celui des crédits de Défense deuxième chance, un dispositif qui permet à plus d’un millier de jeunes en grande difficulté de se réinsérer chaque année dans le monde du travail, grâce à un encadrement de nature militaire. Ou encore à l’acquisition de six ou sept Rafale.

Le coût de la guerre en Libye est d’environ 300 millions d’euros… Selon Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense, la guerre en Libye, qui a duré environ deux cent quarante jours , avec un « coût journalier estimé à un peu plus de 1 million d’euros par jour », a donc coûté 300 millions d’euros. voir ici

Pour la guerre contre l’EI, on peut retenir pour l’armée française un coût proche de celui de la Libye, surtout depuis l’arrivée du porte-avions Charles-De-Gaulle, soit plus de 1 million d’euros par jour, donc en six mois, quelque 250 à 300 millions d’euros. Le financement des opérations extérieures de l’armée française en République centrafricaine, au Tchad et en Côte-d’Ivoire devrait s’élever environ à 1,1 milliard d’euros par an, selon le ministère de la Défense. Au total on serait dans une fourchette réelle de 2 à 3 milliards par an en coût de remplacement, hors dommages humains. Mais le coût réel de ces guerres est plus difficile à chiffrer. En effet, les études américaines doublent le coût budgétaire d’une guerre pour en évaluer le coût réel et, comme le fait la spécialiste de l’université Harvard, Linda Bilmes, en y ajoutant le remboursement des emprunts et surtout la gestion des anciens combattants en termes de pensions et de soins médicaux. D’après ce rapport, « un ancien combattant sur deux a déjà soumis un dossier pour toucher des indemnités d’invalidité à titre permanent ». Or, en onze ans, entre 60 000 et 70 000 soldats français sont rentrés d’Afghanistan : 88 tués et 700 blessés ayant bénéficié d’une interruption de service supérieure à un mois.

Les trous financiers creusés par les capitalistes

Des centaines de milliards de pertes boursières, d’aides aux banques et aux trusts

Des plans de relance de l’économie : officiellement 34 milliards sur 2008-2010, mais 50 à 60 milliards en réalité voir ici

Fraude fiscale capitaliste massive

1,9 milliards d’impôts non perçus se cachant au Panama,

199 millions pour des asujettis à l’ISF que l’Etat choisit de ne pas faire payer,

Bettencourt exonérée d’impôts,

Galerie Lafayette idem,

Bernard Arnaud ne paye que 2,24 millions au lieu de 8 millions,

Hélène Dury paie 106.000 au lieu de 2,3 millions,

En 2010, au moment où Total dégage 10,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2010, le trust ne paie toujours que 0€ d’impôts !!!

La vraie fraude, celle des patrons et capitalistes, fraude des banques, fraude aux cotisations sociales, par les entreprises, estimée en 2007 entre 8 et 14 milliards d’euros par le Conseil des prélèvements obligatoires, et qui aurait doublé depuis cette date ou l’évasion fiscale par les capitalistes, qui coûte chaque année à l’État français l’équivalent de ce qui est collecté chaque année par l’impôt sur le revenu ! Il semble plus simple à ce gouvernement de pointer du doigt le « chômeur-assisté-fraudeur ».

Cadeaux directs au patronat :

CICE ou Crédit d’Impôts pour la Compétitivité et l’Emploi : 13 milliards d’euros le coût du crédit d’impôt pour 2013, 20 milliards pour 2014 et 16 milliards en 2015.

Trois milliards d’euros pour le plan « emplois d’avenir »

CIR ou Crédit Impôt Recherche : un milliard en 2006, deux milliards en 2007, trois milliards en 2008, puis on ne cesse de monter jusqu’à 5 milliards en 2010, puis 5,34 en 2014, et ça continue de monter…

Pacte « de responsabilité » : 30 milliards en 2014

Alors qu’il est maintenant prouvé que les cadeaux à milliards du pacte de responsabilité aux capitalistes n’ont nullement servi à faire repartir l’emploi, le MEDEF déclare : "Notre message est qu’il ne faut pas toucher au Pacte de responsabilité et que l’emploi va arriver progressivement", C’est déjà près de 6 milliards d’euros qui ont été versés aux patrons sur les 40 milliards de baisse de charge et d’impôts prévus. Quant aux emplois créés grâce à ces milliards, c’est zéro pointé !

4 Messages de forum

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0