English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - Livre Deux : SCIENCES > Géodynamique et climatologie de la Terre - Protection de la planète > Et si au lieu de parler sans cesse du climat, on nous parlait de la (...)

Et si au lieu de parler sans cesse du climat, on nous parlait de la pollution industrielle

mercredi 12 décembre 2012, par Robert Paris

15 Messages de forum

  • Santé au travail : l’exposition aux produits chimiques fait 1.000 morts par jour
    Un rapport de l’Organisation internationale du travail a dressé un bilan d’une exposition prolongée aux produits chimiques qui ferait quelque 375.000 morts chaque année dans le monde.

    Répondre à ce message

  • La Californie est en état d’urgence. Depuis plus de deux mois, une fuite de gaz massive affecte la région de Los Angeles. Cet accident industriel majeur, qualifié de désastre sans précédent en Californie par les experts, a forcé des milliers de résidents à évacuer la zone.
    La fuite est située à 2 400 mètres de profondeur dans un puits de forage de gaz naturel, sur le site d’Aliso Canyon, qui représente l’un des plus grands réservoirs des Etats-Unis, à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Los Angeles. Le puits est exploité par la société de distribution Southern California Gas Co (SoCal Gas).

    Répondre à ce message

  • Voilà un exemple de pollution industrielle dont on pourrait nous parler davantage que des prétendus danger du CO² :

    La pollution des Cévennes

    Répondre à ce message

  • Avec trois ans de retard, la Commission Européenne a défini des critères pour les perturbateurs endocriniens dans le domaine des pesticides.

    Les critères en question ont en effet de quoi décevoir ceux qui attendaient une réglementation un tant soit peu ambitieuse.

    Mais les gouvernants, nationaux comme européens n’ont jamais eu l’ambition de contrer le profit, même quand celui-ci tue.

    Répondre à ce message

  • Encore un accident grave sur un site industriel chimique classé Seveso !!!

    Le corps d’une victime a été retrouvé mardi après-midi dans les décombres d’un incendie survenu dans l’usine de produits chimiques Bluestar Silicones, classée Seveso, à Saint-Fons, près de Lyon, a-t-on appris de sources proches du dossier. « On a retrouvé un corps », a déclaré l’une de ces sources en confirmant une information du Progrès. Les enquêteurs de la police judiciaire doivent procéder à l’identification formelle de la victime avant de confirmer ou d’infirmer qu’il s’agit du corps d’un employé du site recherché par les services de secours depuis la mi-journée. Celui-ci travaille pour un sous-traitant de Bluestar Silicones.

    « Un pompier de l’entreprise chargé de la sécurité a été légèrement blessé et transporté à l’hôpital », avaient également indiqué le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et la préfecture du Rhône. Le feu s’est déclaré vers midi dans un local de stockage de produits finis et l’entreprise a alors déclenché son plan d’opération interne, selon les pompiers. Le feu a embrasé des fûts de silicone dans un entrepôt de 2 500 mètres carrés et 600 mètres carrés du bâtiment ont été détruits.

    Répondre à ce message

  • La pollution atmosphérique mondiale tue chaque jour 18.000 personnes mais il ne s’agit nullement de pollution au CO² mais aux particules, au pétrole et autres substances chimiques rejetées par l’industrie et les transports. Mais la propagande nous présente le CO² comme le seul ennemi à combattre… Cherchez l’erreur !

    Répondre à ce message

  • Un important dispositif avait été déclenché ce lundi 2 janvier après la formation d’un nuage toxique dans une zone industrielle de Sète. Pour des raisons encore indéterminées, une fuite d’acide sulfurique s’est produite dans un bassin de rétention de l’usine de fertilisant Timac Agro, anciennement Sud Fertilisant. L’acide, en s’évaporant, a formé un nuage qui a nécessité la mise en sécurité et le confinement d’une trentaine d’employés du site.

    Répondre à ce message

  • ArcelorMittal accusé à Florange de déversements d’acide en pleine nature...

    Une pollution industrielle a été constatée dans le ruisseau du Stanven, un affluent de l’Ellé, à Plouray. Faune et flore sont impactées.

    Saint-Félix-de-Pallières, Thoiras : deux communes rurales du piémont sud-est des Cévennes, ancien pays minier (zinc et plomb), reconverti en écrin touristique.
    L’exploitant belge est parti en 1971, en laissant derrière lui près de 3 millions de tonnes de déchets contaminés. Il en a enfoui une partie, sans le reconnaître. Ces résidus recèlent des concentrations hautement toxiques d’arsenic, cadmium, antimoine, thallium, plomb…

    Loin d’être isolée, la situation de Plouray, Florange ou Saint-Félix-de-Pallières reflète celle de centaines de milliers de sites industriels potentiellement pollués en France.

    Les régions industrielles du Nord-Pas-de-Calais, ainsi que les départements de la Moselle, des Bouches-du-Rhône et l’Île-de-France apparaissent les plus touchés. Mais en réalité, toute la France est concernée par des problématiques propre à l’histoire industrielle de chaque territoire.

    La plupart des sources de pollutions sont liées à d’anciennes décharges et dépôts de résidus (miniers, incinération) ou de produits chimiques abandonnés. L’origine des pollutions peut également provenir d’infiltrations et déversements de substances (type hydrocarbure), ou encore de « retombées de poussières consécutives à des rejets atmosphériques accumulés sur de longues périodes ».

    Répondre à ce message

  • La pollution de l’air responsable de 500.000 décès prématurés en Europe

    Répondre à ce message

  • C’est pas le gaz carbonique qui détruit massivement les insectes, au point qu’ils vont bientôt manquer pour la pollinisation des plantes !!!

    Répondre à ce message

  • En effet, s’il y avait réchauffement climatique, les insectes devraient pulluler !!!

    Répondre à ce message

  • La revue scientifique médicale The Lancet affirme que la pollution industrielle est cause d’un décès sur six dans le monde soit une mortalité quinze fois plus que les guerres et trois fois plus que celle causée au total le sida, la tuberculose et le paludisme réunis… Et cette pollution est en grande partie celle des locaux industriels et ce n’est nullement ni le gaz carbonique ni le réchauffement climatique, le seul que les gouvernants prétendent combattre !!!!

    Répondre à ce message

  • L’explosion de l’usine de Meuzac démontre encore que c’est le capitalisme qui est dangereux : faire ressouder des cuves pleines de produits explosifs, c’est l’irresponsabilité capitaliste !!!

    Répondre à ce message

  • Les polluants atmosphériques ne comprennent pas le gaz carbonique. Les principaux sont les oxydes d’azote NOx, le monoxyde de carbone CO, le dioxyde de soufre SO², ainsi que les particules (suies, poussières de caoutchouc, etc.), les métaux lourds (plomb, mercure, vanadium, etc.), les produits chimiques dangereux (amiante notamment), les composés organiques volatils (COV), les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les hydrocarbures imbrûlés de l’automobile, les polluants issus de la transformation par le soleil des polluants précédents (NO², COV, HAP, etc.), l’ozone troposphérique et les PAN (peroxyacylnitrates).

    Répondre à ce message

  • L’Inde étouffe littéralement sous la pollution industrielle, et les gaz qui l’intoxiquent, ce n’est pas le gaz carbonique !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0