English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - Livre Deux : SCIENCES > Géodynamique et climatologie de la Terre - Protection de la planète > Les mille et un mensonges de Fukushima

Les mille et un mensonges de Fukushima

dimanche 1er février 2015, par Robert Paris

Les mille et un mensonges de Fukushima

Au moment où Tepco s’apprête à faire de grosses dépenses de communication pour annoncer la fin du transfert du combustible de la piscine de l’unité 4, nous continuons à recevoir des nouvelles du Japon par HORI Yasuo dont les 3 derniers rapports sont riches d’enseignements : Tepco, qui a du mal à dévier l’eau de la nappe phréatique, ne réussit pas plus à geler l’eau des conduits souterrains, le système ALPS sensé décontaminer l’eau pompée tombe régulièrement en panne, on ne sait pas encore comment on va démanteler les 3 réacteurs dont les cœurs ont fondu, on recommence à commercialiser du riz issu de territoires contaminés, la route nationale n°6 a été rouverte malgré sa forte contamination, les Japonais s’opposent toujours à la réouverture des réacteurs nucléaires et les territoires décontaminés par le passé sont à nouveau radioactifs. Tepco, qui ne se reconnaît toujours pas responsable de la catastrophe et qui s’arrange pour diminuer les dédommagements aux victimes, va donc bientôt communiquer sur autre chose…

L’accident de la Centrale nucléaire de Fukushima n° 1 est déjà devenu pour beaucoup de gens une chose du passé, mais à présent les problèmes n’ont pas encore été résolus et ils font planer des menaces sur notre vie. Aujourd’hui, je vais parler de la situation concernant les problèmes nucléaires au Japon.

Comment pourra-t-on diminuer la quantité d’eau contaminée ? Lorsque le Japon a invité les Jeux Olympiques de 2020, le Premier ministre a déclaré au monde entier que l’eau contaminée était sous contrôle et ne causerait pas de problème aux participants, mais les faits sont tout à fait différents. Il a invité les Jeux Olympiques au Japon avec des mensonges.

La centrale nucléaire n°1 se trouve au-dessus de flux d’eau souterraine, et chaque jour 400 tonnes d’eau pénètrent sous les réacteurs endommagés et se contaminent. Si on ne fait rien de cette eau, elle finira sa course dans la mer, donc elle polluera l’ensemble des mers dans le monde. Pour éviter cela, TEPCO puise cette eau et la met dans d’énormes bassins sur le sol de la centrale. La manière de réduire cette quantité d’eau qui entre est donc cruciale. TEPCO tente de le faire par trois moyens.

1) retirer l’eau avant qu’elle n’arrive à la centrale TEPCO a commencé à puiser cette eau en mai dernier, avec l’intention d’en réduire la quantité à 100 tonnes, mais le résultat n’est pas encore évident. Depuis août, TEPCO a rendue publique la mise en œuvre d’un autre moyen : retirer l’eau à partir des ponts proches des réacteurs et la rejeter dans la mer après en avoir retiré les substances radioactives, mais les pêcheurs de la préfecture de Fukushima s’y opposent fermement, parce qu’ils ne croient pas TEPCO et ils craignent que cela n’accroisse leur mauvaise réputation ou bien n’augmente le discrédit à propos des poissons qu’ils pêchent.

2) Construire un mur de terre gelée autour des réacteurs détériorés On prévoit de construire un mur de terre gelée de 1,5 km de long et 30 mètres de profondeur. Pour le construire, on a commencé d’abord par geler les jonctions des bâtiments des réacteurs avec les tunnels souterrains pour retirer l’eau polluée des tunnels, mais pour l’instant on n’a pas réussi. Beaucoup de gens doutent maintenant que l’on réussisse à construire un si grand mur de terre.

3) Retirer les substances radioactives par le procédé ALPS ALPS est une machine qui peut extraire de l’eau, 62 sortes de substances radioactives, sauf le tritium. On prévoit de mettre pleinement en service trois ALPS, et, d’ici à la fin de mars prochain, de dépolluer 400 000 tonnes d’eau contaminée sur les 470 000 tonnes conservées sur le terrain, mais des dysfonctionnements successifs se produisent sur ces machines et on ne peut toujours pas les faire fonctionner à pleine puissance. En outre, même si on réussit, il restera du tritium dans l’eau "purifiée". On n’a pas encore décidé comment traiter cette eau. TEPCO et le gouvernement, bien sûr, veulent la rejeter à la mer.

Retirer les barres de combustible nucléaire des réacteurs Pour démanteler définitivement les réacteurs endommagés, on doit d’abord en retirer les barres de combustibles. On a commencé à retirer de leur bassin celles du réacteur No 4 en novembre 2013 et, à ce jour, 80 % d’entre elles ont été enlevées.

Dans les réacteurs n° 1, 2 et 3, les combustibles nucléaires ayant fondu sont tombés vers le bas et on ne sait même pas dans quel état est l’intérieur de ces réacteurs parce que le rayonnement est si fort que les gens ne peuvent pas s’en approcher.

La suite sur : http://www.fukushima-blog.com/

Plus de deux ans après la catastrophe de Fukushima, la multinationale Tepco, en charge de la centrale, est rattrapée par des révélations quant aux véritables effets des radiations sur les employés du site. Le moment est pour le moins mal choisi, alors que le Premier ministre japonais s’évertue à vanter les mérites du nucléaire pour l’avenir économique du Japon.

La catastrophe nucléaire survenue en mars 2011 au Japon ne cesse depuis de provoquer des remous au sein l’industrie nucléaire autrefois omniprésente et omnipotente – mais également parmi les agences gouvernementales qui l’ont aidée et soutenue. Pourtant, ces dernières continuent à rester discrètes et à minimiser les conséquences de la triple explosion des réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi. Dernière révélation en date : le nombre d’ouvriers ayant développé des cancers - induits par l’inhalation de substances radioactives ayant affecté leur glande thyroïdienne dans les premiers temps survenus après la catastrophe - serait en fait onze fois supérieure à celui annoncé en décembre.

Ce ne sont pas 178 employés, comme l’a affirmé la multinationale TEPCO, renflouée et contrôlée en partie par l’Etat, mais 1973 employés qui auraient déclarés un cancer, selon les informations apprises par l’Asahi Shimbun.

En dépit de son prestige et de sa puissance d’autrefois, couacs et imprévus se sont accumulés pour TEPCO, laissant l’opérateur désœuvré. Par exemple, à la mi-mars, TEPCO a révélé qu’un mois plus tôt, un poisson avec un taux de 740 000 becquerels de césium radioactif par kilo a été retrouvé à proximité de la centrale. C’est 7 400 fois la limite officielle imposée par les règles gouvernementales en matière de sécurité alimentaire, un niveau jamais mesuré par TEPCO. Le précédent record enregistré par l’entreprise sur un poisson s’élevait à 510 000 becquerels. Et dire qu’ils font partie de la chaîne alimentaire…

Plus tôt dans la semaine, des chercheurs ont établi que plusieurs loups de mer péchés au large des côtes d’Hitachi, une ville située à une centaine de kilomètres de la centrale – non loin de Tokyo – présentaient un niveau de césium de 1 037 becquerels par kilo, soit plus de 10 fois la limite officielle fixée par les autorités en charge de la sécurité alimentaire. C’est la première fois depuis avril 2011 que de tels niveaux de contamination ont été enregistrés dans la région. Les chercheurs ont reconnu n’avoir aucune idée de ce qui pourrait expliquer la hausse de ce niveau, plus de deux ans après l’accident. Hélas, le niveau de césium-134 et de césium-137 dans les nappes phréatiques sous la centrale a commencé à augmenter début juillet. Mesurés le 8 juillet, les niveaux de radioactivité étaient 90 fois supérieurs à ceux enregistrés trois jours auparavant et ont dépassé de 200 fois la limite autorisée pour ce qui est des nappes phréatiques. TEPCO a bien été embarrassé. « Nous ne savons pas si de l’eau radioactive se déverse la mer », a déclaré un membre de la compagnie. Le 19 juin, TEPCO avait déjà admis que la teneur en strontium-90 des nappes phréatiques avait augmenté de plus de 100 fois entre décembre et mai, le strontium était un dérivé très toxique issu de la fission de l’uranium et du plutonium ; et que le niveau de tritium, un agent radioactif moins dangereux, avait augmenté de 17 fois. Lorsque les niveaux de césium ont atteint leur pic au début du mois, TEPCO a admis du même coup que le niveau de tritium dans la mer avait atteint 2 300 becquerels par litre, le plus haut taux jamais détecté, soit le double de celui mesuré deux semaines auparavant.

Tout ceci est survenu à un bien mauvais moment : TEPCO refroidit les réacteurs grâce à un flot continu d’eau - 400 tonnes de mètres cube d’eau par jour – et stocke ensuite l’eau contaminée dans des réservoirs installés sur le site. Mais certains d’entre eux présentant des fissures ont permis à une partie de l’eau de s’échapper, conséquence d’un travail bâclé. De plus, TEPCO ne peut pas construire de réservoirs à l’infini afin de stocker un flot sans fin d’eau. La multinationale cherche donc à obtenir l’autorisation de déverser l’eau contaminée dans le Pacifique. Du moins, tout ce qui ne s’est pas encore déversé dedans.

Telle est ce qui sous-tend la révélation reconnaissant que l’affirmation de TEPCO en décembre dernier, selon laquelle l’entreprise affirmait que seulement 178 employés présentaient un taux de radioactivité supérieur au maximum autorisé de 100 millisieverts – leurs taux ayant grimpé jusqu’à 11 800 millisieverts – était un mensonge. TEPCO n’a même pas pris la peine d’étudier la question. En dépit des avertissements lancés par des experts internationaux sur les risques d’exposition aux radiations, l’entreprise n’a ouvert aucune enquête au sujet des doses radioactives contenues dans les glandes thyroïdiennes. Il a fallu attendre que s’exerce la pression internationale pour qu’une telle initiative soit enfin lancée. Après avoir finalement collecté les données sur 522 employés – sur les 19 592 ayant travaillé à la centrale depuis sa mise en service, parmi lesquels 16 302 ont souvent été embauchés par des employeurs et des sous-traitants peu scrupuleux. Les résultats ont été transmis à l’OMS l’année dernière, alors TEPCO refusait encore de les révéler publiquement, du moins pas avant que l’OMS ne déclare son intention de les publier. Ceci explique donc l’annonce faite en décembre dernier. Cependant, personne ne crut aux résultats. Le Comité scientifique de l’ONU sur les effets des radiations nucléaires a remis en cause la fiabilité des données ; et le ministre japonais de la Santé pressa TEPCO de revoir la présentation de ses données.

Depuis le 11 mars 2011, depuis que les réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale japonaise de Fukushima ont explosé, depuis que la piscine du réacteur N°4 a été longuement privée de refroidissement, le gouvernement japonais, la société Tepco qui gère cette centrale et quelques autres ayant souffert de leurs arrêts brutaux, l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA), Areva et quelques autres, assurent régulièrement aux Japonais et au monde entier que l’accident fut," certes", grave, mais que les ingénieurs en maitrisent toutes les suites. Mois après mois, révélations après fuites, les habitants du Japon et le reste des citoyens du monde, découvrent que rien n’est maitrisé et que les spécialistes ne font que bricoler une situation difficile sans se soucier des hommes et de l’environnement. Apportant successivement les preuves que, comme à Tchernobyl en Ukraine, comme à Three Mile Island aux Etats Unis, comme à Tcheliabinsk dans l’Oural russe, les accidents nucléaires impactent durablement l’environnement et les humains, ceux qui vivent, vivaient ou travaillent dans les zones soit irradiées, soit contaminés. La « situation d’urgence » proclamée mercredi matin 7 août par l’Autorité de Régulation Nucléaire japonaise admettant que de l’eau hautement radioactive se déverse dans l’océan Pacifique n’est que la confirmation de ce que dénoncent depuis des mois quelques scientifiques indépendants, les pêcheurs et les associations de protection de l’environnement. Mais les aléas nucléaires ont ceci de particulier depuis des décennies que les situations graves sont longuement dissimulées par les responsables politiques et industriels jusqu’au jour où elles deviennent évidentes et ingérables. Comme l’impossibilité constatée de décontaminer les terres touchées en enlevant la couche superficielle des sols, projet « de communication » agité par des nucléocrates à peu prés aussi inconscients que ceux qui nient en France le danger nucléaire…

Ainsi les Japonais viennent de reconnaitre que de l’eau hautement contaminée s’écoule toujours vers la mer : parce que les cuves de rétention sont pleines depuis longtemps et aussi parce que les dites cuves sont de toute façon fissurées depuis plus d’un an. Un aveu qui a été fait après les élections sénatoriales remportées pas la droite au pouvoir, alors que les fuites sont constantes, explique un correspondant japonais de Politis, depuis le mois de juin 2011. Un écoulement qui aurait chargé les espaces littoraux japonais d’au moins quarante milliards de becquerels (strontium, césium et tritium…), rendant le poisson, les coquillages ou crustacés pêchés impropres, et même dangereux, à la consommation. La Tepco et le gouvernement ont pourtant constamment affirmé jusqu’à cet « Etat d’urgence » que les eaux du Pacifique ne présentaient aucune trace anormale de radioactivité ! Un mensonge de plus dans cette déjà longue histoire de l’après Fukushima qui risque de se prolonger, comme en Ukraine, sur plusieurs décennies.

Les mensonges sont nombreux. On va « découvrir » maintenant que les nappes phréatiques de toute la région (toutes interconnectées) sont également touchées. Tout comme le gouvernement et l’industriel devront avouer prochainement que les trois réacteurs et la piscine en équilibre instable relâchent toujours dans l’atmosphère une radioactivité qui entraine l’extension progressive, mais encore secrète, de la zone contaminée aux confins duquel des habitants et plus particulièrement des enfants vivent dans des conditions qui mettent en danger leur santé. Comme cela s’est passé à Tchernobyl. Situation qui, par exemple, permet toujours la vente de produits agricoles largement pollués mais que nulle autorité ne contrôle, notamment dans la conurbation de Tokyo. Sans oublier, bien sur, toujours comme à Tchernobyl, de graves menaces pour les milliers d’ouvriers et de techniciens qui se relaient sur le site de Fukushima. Des travailleurs d’autant plus sacrifiés que l’essentiel de l’environnement des réacteurs accidentés et les réacteurs eux-mêmes, est encore tellement radioactif qu’il interdit toute intervention humaine, même avec des équipements protecteurs. Et que les robots y tombent en panne dés qu’ils s’approchent des magmas de combustibles fondus. L’aveu qui vient d’être fait, comme ceux qui suivront, rappelle qu’il est pratiquement impossible de lutter contre les effets d’une catastrophe nucléaire. Une leçon qui devrait inciter les responsables français de la prolongation de vie de la plupart des réacteurs français à prendre des mesures plus efficaces que la fermeture fin 2016 de la seule centrale de Fessenheim...

Le lobby du nucléaire tente de se refaire une virginité en vendant une hypothétique sécurité qu’elle est en réalité bien incapable de garantir. C’est ce qu’elle vient de faire non sans un certain cynisme lors du dernier grand rendez vous du secteur au Salon Mondial du Nucléaire (WNE) qui s’est tenu du 14 au 16 octobre 2014 au Bourget.

Le président de l’Association des Industriels Français Exportateurs du Nucléaire, Gérard KOTTMAN n’a pas hésité à affirmer dans un entretien avec un journaliste de La Tribune que la catastrophe de Fukushima « [ les ] a finalement aidé ». Il prétend que « cet accident aurait pu être à la gloire du nucléaire » et que « le réacteur n’a pas fauté » mais seulement les système de sécurité, accusant au passage d’incompétence les électriciens Japonais qui sont pourtant leurs clients.

Ces phrases ne sont pas sans rappeler celles de Morris ROSEN après la catastrophe de Tchernobyl qui affirmait que » même s’il y avait un accident de ce type tous les ans, [il] considérerais le nucléaire comme une énergie intéressante » (Voir d’autre citations vertigineuses de M. ROSEN)

Mensonge 1 : Il n’y a pas de risques nucléaires (ça, c’était avant Tchernobyl et Fukushima)

Chacun sait aujourd’hui que les effets d’une catastrophe sont dramatiques, cumulatifs et traversent les frontières. D’une durée sur-humaine (7 000 générations pour le plutonium), ils touchent l’environnement, le végétal, l’animal, l’homme et sa descendance. Cette énergie est apocalyptique.

Mensonge 2 : Risque nucléaire = risque zéro

Le risque d’un accident grave selon le rapport Rasmussen de 1975 est de 1 tous les 250 000 ans !

Mensonge 3 : Les risques sont maîtrisés, nos centrales sont sûres

Mais l’ASN et l’IRSN déclarent aujourd’hui : "Le risque zéro n’existe pas", et nous préparent à une catastrophe : "Fukushima a changé la donne et a révélé qu’un accident grave était possible, même dans un pays considéré comme sûr. Nous devons accepter que l’impossible puisse se produire et il faut pouvoir y remédier… Il ne faut plus laisser croire que le nucléaire est une technologie parfaite. Le gouvernement et EDF ont sous-estimé le risque d’un accident et le rejet du nucléaire par la société."

Mensonge 4 : L’ASN est une autorité indépendante.

Mais les 5 membres de sa direction sont tous pro-nucléaires, et l’ASN entièrement financée par l’État.

Mensonge 5 : L’indépendance énergétique de la France grâce au nucléaire

En fait tout notre uranium provient du Niger, du Canada, de l’Australie et bientôt de Namibie.

Mensonge 6 : Notre électricité est la moins chère

Un foyer allemand consomme 50% d’électricité de moins qu’un foyer français parce qu’il la paye plus cher. Notre facture est par ailleurs faussée par les subventions de l’État au nucléaire. Les programmes de recherche, le démantèlement, la gestion des déchets, etc. sont minimisés dans le calcul du kWh. Nous payons la différence via nos impôts. Le nucléaire est une industrie subventionnée. Et le coût réel est reporté sur les générations futures. Non, le nucléaire n’est pas si rentable. S’il ne profite effectivement qu’à une infime minorité d’actionnaires, il a un coût insensé pour la collectivité.

Mensonge 7 : Le combustible nucléaire usé (issu des réacteurs) est totalement recyclé

En fait seulement 10% d’uranium est recyclé par enrichissement. On se retrouve en fait avec 85 % d’uranium appauvri, et 5% de déchets ultimes très dangereux et à vie longue.

Mensonge 8 : On ne peut pas se passer de l’énergie nucléaire

Les statistiques officielles en France donnent au nucléaire une importance qu’il n’a pas puisqu’il ne représente que 2% de la consommation mondiale d’énergie.

Mensonge 9 : Le charbon tue plus que le nucléaire. Les catastrophes nucléaires ont peu d’impact.

A l’évidence, l’AIEA et l’OMS ont toujours minimisé, voire nié l’impact des catastrophes nucléaires :

- 1957 : incendie dans l’usine de plutonium de Windscale-Sellafield (Grande-Bretagne)

- 1957 : l’accident dans la centrale de Kyshtym (URSS)

- 1979 : l’accident dans la centrale de Three Miles Island (USA)

- 1986 : Tchernobyl - 2011 : Fukushima

Mensonge 10 : Tchernobyl : 47 morts officiels parmi les liquidateurs.

C’est ce que l’OMS et l’AIEA ont annoncé en 2005. Et jusqu’à 9 000 décès "potentiels, au total", en Biélorussie, Ukraine et Russie… Selon l’AIEA, le taux de mortalité parmi les “liquidateurs” ainsi que la recrudescence de cancers de la thyroïde (multipliés par cent dans les régions exposées) sont imputables au stress irrationnel de la population. En fait, une étude de l’Académie des Sciences de New York estime que le nombre de décès à travers le monde, entre 1986 et 2004, est de 985 000, et nous sommes en 2014. Sur les 830 000 liquidateurs, 125 000 sont morts.

Mensonge 11 : Le nuage de Tchernobyl s’est arrêté à la frontière

C’était la déclaration officielle du gouvernement français, avec la diffusion de bulletins météo optimistes, et les communications rassurantes du professeur Pierre Pellerin. La diffusion des mesures relevées de césium 137 a été interdite. Puis on a publié des chiffres tellement faux que, comparés à ceux de l’Allemagne, de la Belgique et de l’Angleterre, le nuage de Tchernobyl avait débarrassé le sol français de sa radioactivité !

Mensonge 12 : Le coût de Tchernobyl et de Fukushima

Pour les 20 premières années, les dépenses directes provoquées par la catastrophe de Tchernobyl pour l’Ukraine, la Biélorussie et la Russie, dépasseraient 500 milliards de dollars. Combien pour Fukushima ? Comment chiffrer le coût humain ? Combien d’euros valent la vie d’un enfant Ukrainien, d’un adulte Japonais, de 100 000 familles déracinées ? Comment chiffrer le coût biologique et ce sur des centaines de millénaires ?

Mensonge 13 : Les mensonges de Fukushima ?

A la litanie des mensonges de Tchernobyl dont on peut faire un livre s’ajoutent depuis 2011 ceux de TEPCO sur l’étendue des dégâts et des fuites de Fukushima ! (3 cœurs de réacteurs fondus - déversement de 300 m3 d’eau contaminée par jour dans l’océan - contamination de la pêcheet des récoltes - l’affichage public de mesures truquées). Au Japon on est en train de reproduire en pire ce qui s’est passé à Tchernobyl.

Mensonge 14 : La radioactivité artificielle : pas plus dangereuse que la radioactivité naturelle

Le lobby nucléaire compare toujours l’impact de la radioactivité artificielle à celle de la radioactivité naturelle, notamment avec le rayonnement cosmique. Exemple, pour les riverains de La Hague, la totalité des rejets auraient moins d’impact qu’un vol Paris-Tokyo ! En fait aujourd’hui on sait, qu’ajouté à la radioactivité naturelle, un Becquerel est un Becquerel de trop !

Mensonge 15 : Les déchets nucléaires : la France a trouvé la solution.

Avec les stockages de Soulaines et de Morvilliers (Aube) et bientôt de Bure (Meuse) la France démontre sa totale maîtrise du nucléaire. Si nous n’arrivons pas à empêcher le projet CIGéo à BURE le modèle français va être copié dans tous les pays nucléarisés. La croûte terrestre risque de devenir un gruyère rempli de déchets nucléaires et chimiques. L’ANDRA déclare maîtriser tous les risques de CIGéo pendant le siècle de remplissage du stockage en couche profonde, et ensuite l’ANDRA voudrait que nous fassions confiance en la géologie pendant 1 million d’années !

Mensonge 16 : Il n’y a pas de rejets radioactifs autour du centre de stockage de Soulaines.

Ce mensonge a duré 14 années. En fait les rejets dans l’air et dans l’eau existent bien et sont aujourd’hui autorisés et légalisés : jusqu’à 60 Giga Bq/an ! Et le cumul de l’impact du "nuage de Tchernobyl" et celui du "nuage permanent de l’ANDRA" n’aurait aucun impact sur les riverains ? D’où la nécessité d’enquêtes épidémiologiques sérieuses. Et ce n’est pas le cas !

Mensonge N°17 : L’arrêt du nucléaire, c’est 200 à 400 0000 chômeurs de plus.

En fait la sortie du nucléaire permettrait de créer des centaines de milliers d’emplois dans le développement des énergies renouvelables.

Mensonge N°18 : Le nucléaire c’est une industrie d’avenir.

La part du nucléaire aujourd’hui dans le monde est au niveau de celui de 1983. Les coûts du nucléaire sont croissants, alors que ceux des énergies renouvelables sont décroissants. L’EPR, réacteur dit de 3° génération, et ASTRID de 4° génération sont loin d’être opérationnels. Quant à ITER, ce n’est pour l’heure qu’un modèle mathématique, mais il accapare à lui tout seul plus de 60 % des fonds européens de recherche sur l’énergie et son coût prévisionnel atteint déjà 16 milliards d’euros !

Mensonge 19 : Avec le nucléaire, on lutte contre le changement climatique.

En fait le cycle complet du nucléaire produit aussi du CO2. Et s’il n’en produisait pas, le nucléaire ne représente que 2% de l’énergie mondiale. C’est donc sur les 98% qu’il faudrait agir.

Mensonge 20 : Les énergies solaire et éolienne ne remplaceront jamais le nucléaire parce qu’elles sont tributaires des éléments. Non, on sait aujourd’hui stocker de l’énergie. (en fabriquant de l’hydrogène, en utilisant la chaleur du sel fondu à 600 °C…). Et avec les barrages hydrauliques, la géothermie, les hydroliennes, la biomasse, la cogénération… on sait répondre avec souplesseà la demande des consommateurs. Cela n’empêchera pas les détracteurs des ENR de clamer que les panneaux photovoltaïques sont polluants, et que les éoliennes tuent les chauves-souris…

Tepco, l’opérateur du site de Fukushima, avait volontairement négligé la gestion des eaux contaminées dès le mois de mai 2011, pour des raisons financières et boursières. Le gouvernement de l’époque aurait avalisé la situation.

En mai 2011, deux mois après la destruction par un tsunami de 4 réacteurs de la centrale de Fukushima, les ingénieurs de Tepco, l’opérateur, ont réalisé que d’énormes quantités d’eau souterraine pénétraient dans les sous-sols des bâtiments et créaient une dangereuse accumulation de liquides radioactifs. Malgré une confirmation de cette analyse par des experts américains, Tepco a sciemment décidé de ne pas lancer le chantier nécessaire à l’endiguement de ces eaux de peur d’engager de nouvelles dépenses qui auraient effrayé ses investisseurs.

En révélant cette information, deux anciens membres de l’administration au pouvoir au Japon lors de la catastrophe ont expliqué que Tepco leur avait indiqué qu’il comptait repousser à plus tard la construction d’une enceinte souterraine imperméable autour de la centrale, dont le coût était estimé à 100 milliards de yens (1 milliard de dollars). «  Si nous incluons maintenant ce coût de construction à nos comptes, le marché considérera que nous sommes menacés par la faillite  », avait alors précisé un cadre de l’entreprise à Banri Kaieda, le ministre de l’Industrie de l’époque, et à Sumio Mabuchi, qui servait de conseiller spécial à l’ex-Premier ministre Naoto Kan.

Promettant d’enclencher ces travaux plus tard, Tepco aurait, en échange, demandé au gouvernement de rester vague sur ces problèmes d’eau contaminée. Une consigne à laquelle le pouvoir politique a obéi. «  Mais Tepco n’a ensuite pas tenu sa promesse  », a regretté Sumio Mabuchi. Deux ans et demi plus tard, l’accumulation de 330.000 tonnes d’eau radioactive s’est imposée comme un problème majeur. Voulant mettre en scène la fermeté de Tokyo sur ce dossier, lePremier ministre, Shinzo Abe, a passé, ce jeudi, trois heures sur le site et s’est longuement fait expliquer l’avancée des travaux de sauvetage.

A l’issue de sa visite, il a demandé, pour la énième fois, à Tepco de régler «  le problème de fuites d’eau  » contaminée et de «  fixer un calendrier  ». Il a aussi appelé le groupe à démanteler les tranches 5 et 6 de la centrale, qui avaient été épargnées par la catastrophe. Poliment, Naomi Hirose, le président de Tepco, lui a répondu qu’il étudierait cette idée à la fin de l’année.

31 Messages de forum

  • Les mille et un mensonges de Fukushima 23 février 2015 07:37

    Une fois de plus, on nous adit que tout allait bien à Fukushima !!!

    Une nouvelle fuite d’eau hautement radioactive vers la mer a été détectée dimanche sur le site de la centrale japonaise de Fukushima, a annoncé l’opérateur Tokyo Electric Power (Tepco).

    Des capteurs fixés sur une conduite d’évacuation d’eaux de pluie et souterraines ont mesuré des taux de radioactivité jusqu’à 70 fois supérieurs aux valeurs déjà hautes enregistrées sur le site, a précisé un porte-parole de la compagnie.

    Ces taux relevés dans la matinée sont progressivement redescendus au cours de la journée mais ils restaient à des niveaux alarmants. La conduite d’évacuation menant à la mer a été coupée.

    Selon Tepco, une inspection n’a pas révélé d’anomalie dans les gigantesques réservoirs de stockage d’eau contaminée et Tepco affirme "n’avoir nulle raison de penser que les réservoirs de stockage des eaux contaminées ont fui".

    L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) s’est inquiétée cette semaine à l’issue d’une mission sur place du volume croissant d’eau plus ou moins contaminée stockée dans ces citernes dont la fiabilité n’est pas assurée.

    Cette eau provient des arrosages initiaux des réacteurs pour les refroidir, ainsi que des écoulements souterrains continus. Elle est pompée et conservée dans un millier de réservoirs gigantesques et Tepco en construit plusieurs dizaines par mois pour absorber le flux.

    L’AIEA conseille d’envisager de rejeter en mer l’eau débarrassée de l’essentiel de ses éléments radioactifs, un traitement que permettent des systèmes installés et déjà utilisés sur le site.

    Le directeur de l’équipe de l’AIEA, Juan Carlos Lentijo, a cependant salué les "progrès significatifs" accomplis depuis sa dernière mission en 2013 sur le site de la centrale mise en péril par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011.

    Le démantèlement des quatre réacteurs les plus endommagés, sur les six que compte la centrale Fukushima Daiichi, prendra trois à quatre décennies et le maintien pendant cette durée d’effectifs suffisants et compétents est un défi.

    Répondre à ce message

  • Quatre ans après le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, qui ont ravagé la région de Tohoku, dans le nord-est de l’île de Honshu, et dévasté le complexe atomique de Fukushima-Daiichi, la bataille de la décontamination ne fait que commencer. La radioactivité demeure partout présente, dans les réacteurs éventrés comme dans les sous-sols gorgés d’eau qui continuent de souiller le Pacifique.

    Plus de 6 000 ouvriers se relaient en permanence – les niveaux de radiation obligeant à faire tourner les équipes – pour une gigantesque entreprise de démantèlement qui ne sera pas achevée avant trente ou quarante ans.

    A court terme, la gestion des eaux contaminées reste le principal défi pour l’opérateur du site, la société Tepco. Car la centrale est une véritable passoire. Chaque jour, 350 m³ d’eau douce sont injectés, pour les maintenir à une température comprise entre 20 et 50 °C, dans les trois des six réacteurs qui étaient en fonctionnement lors de la catastrophe (les unités 1, 2 et 3) et dont les cuves sont percées.

    Il n’y a pas une seule parole de vérité de la part des autorités et de la société Tepco.

    Répondre à ce message

  • Four years after a massive earthquake and tsunami devastated parts of northern Japan, the crippled Fukushima Daiichi nuclear plant is still decades from being decommissioned and environmental problems continue to mount. As the anniversary passed last week, the government of Prime Minister Shinzo Abe was planning to reopen the nation’s nuclear plants despite widespread public opposition and ongoing safety concerns.

    Japan’s 48 nuclear plants have been offline since September 2013. The plants were shut down following the partial meltdowns at the Fukushima plant. Reactors 3 and 4 at Kansai Electric Power Company’s Ōi plant in Fukui Prefecture, were restarted in July 2012, before being closed again the following year.

    Opinion polls have consistently shown that the majority of people do not want the plants to be reactivated. Prime Minister Abe, however, is pushing ahead, under pressure from the electric companies. “We cannot go zero-nuclear based on the opinion polls alone,” Abe told parliament in February. Before the disaster, Japan relied on nuclear energy for 30 percent of its power needs.

    Tokyo Electric Power Company (TEPCO) president Naomi Hirose stated in February that the restart of its Kashiwazaki Kariwa plant was crucial to maintaining profits. “Even as Kashiwazaki Kariwa remains offline, we posted a profit last year and can probably do so again this year,” Hirose said. “I wouldn’t say there won’t be the third time, but we cannot expect it can last forever.” The plant is located 220 kilometers northwest of Tokyo. TEPCO is the owner of the crippled Fukushima plant.

    Four years after the disaster, radiation leaks from the Fukushima plant have not been stopped. TEPCO confirmed last month that radioactive material was still seeping into the ocean. The company was aware of the problem last May, but delayed reporting it. Rainwater, which had pooled on a roof of the plant, was contaminated before leaking into the ocean through a gutter. The water contained radiation levels 10 times higher than water from other sections of the plant’s roof.

    Earlier this month, TEPCO admitted that 750 tons of contaminated water had overflowed from storage areas containing tanks. Large quantities of water have to be continuously injected into the reactors because their cooling systems were badly damaged during the disaster. As it repeatedly did prior to the catastrophe, the company is continuing to put its profits ahead of public health and safety.

    The disaster occurred on March 11, 2011 when the Tōhoku earthquake, which registered a magnitude of 9.0, struck off the Pacific coast of central Japan, creating a 15-meter tsunami. The massive wave crashed into the Fukushima Daiichi plant, sweeping over an inadequate seawall and knocking out all power and emergency generators.

    The cores of three of the plant’s six reactors quickly overheated as cooling systems shut down. Rapid action by workers in finding ways to inject water into the reactors prevented a catastrophic total meltdown. However, hydrogen gas explosions damaged the reactor buildings and substantial amounts of radiation escaped into the environment, including from a damaged fuel rod storage tank atop a fourth reactor.

    Despite the scale of the disaster, the Abe government is pressing ahead with restarting nuclear plants with only nominal changes to the regulatory regime and safety standards. Two reactors at the Sendai nuclear plant are due to reopen this year, possibly in June. The plant, located in the southern Kagoshima Prefecture, is operated by Kyushu Electric Power Company. It received approval to resume operations last November following a vote by the prefecture’s assembly.

    Répondre à ce message

  • La pollution radioactive de Fukushima vient d’atteindre les côtes… du Canada ! Evitez la baignade et les poissons (ou crustacés) !!!

    Répondre à ce message

  • Décidément, Tepco joue de malchance, il pensait avoir trouvé une parade à la situation inextricable rencontrée : tenter de comprendre ce qui se passait au cœur des réacteurs fondus…trouver la trace du corium en balade, et tout ça grâce à un robot.

    Il était question début mars 2015 de retrouver le corium perdu, et une mesure originale avait été tentée : utiliser les rayons cosmiques afin de pratiquer des tests…
    Il s’agissait d’utiliser des particules élémentaires, appelées muons, lesquels auraient permis de déceler la présence du combustible dans le réacteur, pratique qui avait permis de localiser le combustible dans les piscines de refroidissement.

    Ces cousins des électrons ont la faculté de traverser librement de nombreux matériaux, mais ils peuvent être stoppés par des substances à haute densité, et ils auraient pu permettre de produire une image de la présence du combustible nucléaire dans le réacteur.
    Peine perdue, la tentative a échoué et la seule certitude qu’ont les exploitants du site, c’est que les réacteurs 1,2 et 3 ont fondu, et que personne ne peut dire où sont passés les coriums.

    Comme l’expliquait Jean-Pierre Petit lors d’une communication : « le robot est resté sur place, K.O. Arrivé au bord du cratère, il a fonctionné pendant une seconde, puis s’est arrêté ».

    Ce qui n’empêche pas le groupe « INTRA » (groupe d’intervention robotique sur accidents » de tenter à mettre au point une dizaine de robots pour intervenir dans le cas d’un accident nucléaire en France.

    Ces robots ont un prix, et il est question d’une dépense de 4 millions d’euros annuels.
    Les animateurs de l’Intra avaient envoyé en 2011, 130 tonnes de matériel à Fukushima, et avait proposé à Tepco les robots français, mais ce dernier a préféré la technologie américaine développée par IRobot.

    À la mi-avril, Tepco a donc tenté d’envoyer un robot dans le réacteur dévasté de l’unité n°1, afin de tenter de localiser le corium…mais finalement, le robot a cessé toute activité le 10 avril dernier.

    Ce qui a permis à l’exploitant nucléaire de déclarer laconiquement en utilisant une magnifique langue de bois : « la technologie des robots pour récupérer le corium devrait être développée » : ces robots avaient été mis au point par Hitachi, qui assurait qu’ils étaient capables de fonctionner pendant environ 10 heures, même exposés à d’importants rayonnements.

    Pourtant, au bout de 3 petites heures, le robot a cessé de fonctionner.

    Répondre à ce message

  • La compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco), gérante de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, a annoncé avoir déposé lundi une demande d’aide financière supplémentaire de 950 milliards de yens (6,9 mds EUR) à un fonds créé par l’Etat afin de dédommager les victimes. Il s’agit de la neuvième requête de ce type auprès de la structure spéciale de compensation financière des personnes affectées par ce désastre de mars 2011, sans compter l’argent injecté directement dans le capital de Tepco par l’Etat nippon qui est devenu son premier actionnaire.

    Répondre à ce message

  • Quatre ans après Fukushima, le Japon lutte encore contre ses conséquences…

    A la centrale, quelque 7 000 ouvriers se relaient dans des conditions pénibles pour mener à bien une gigantesque entreprise de démantèlement du site de Fukushima daiichi, qui prendra au moins quarante ans, selon la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco). Elle doit aboutir, dans les prochaines décennies, à l’opération la plus délicate, à savoir la récupération du combustible fondu des réacteurs 1 à 3.

    En attendant, la première bataille est celle des eaux contaminées. Les réacteurs 1 à 3 sont continuellement refroidis, et le déblayage alentour se poursuit pour diminuer les radiations. Le circuit de refroidissement nécessite l’injection de 350 m³ d’eau douce par jour, dont une partie est ensuite stockée dans plus d’un millier de réservoirs, des bâtiments et des tranchées. Cette eau – plus de 680 000 m3 au total – est partiellement décontaminée. Son volume augmente sans cesse, et il sera un jour impossible de la stocker ainsi, laissant planer le risque qu’elle soit alors déversée dans la mer.

    Une partie de cette eau injectée dans le circuit de refroidissement, chargée de radioéléments, s’écoule également chaque jour des cuves percées dans les sous-sols et les eaux souterraines. Sans compter diverses fuites accidentelles, qui valent à Tepco des rappels à l’ordre réguliers.

    Toutes ces eaux ruissellent vers l’océan, malgré les mesures de protection : barrières d’étanchéité, pompages dans la nappe phréatique, projet d’un « mur de glace » souterrain, dont la construction a toutefois pris beaucoup de retard. Résultats : dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale, la radioactivité des sédiments marins atteint par endroits 5 000 becquerels par kilo (Bq/kg), et des niveaux de contamination très supérieurs à la limite tolérée (100 Bq/kg) sont observés chez certains poissons. La pêche demeure interdite dans la préfecture de Fukushima.

    Autour de la centrale, dans la zone irradiée, la décontamination est toujours en cours. Selon les chiffres du ministère de l’environnement, quelque 20 000 « décontaminateurs » s’attellent à cette tâche titanesque, aux résultats incertains. Autour des habitations et lieux de vie, la terre est raclée par des pelleteuses. Les bâtiments, routes, parkings sont lavés. La terre, les herbes ou feuilles souillées sont enfermées dans des centaines de milliers de gros sacs qui patientent sur place ou dans des sites d’entreposage temporaire, en plein air.

    La zone dite « interdite » dans les premiers mois suivant l’accident a été redécoupée en fonction du niveau de radioactivité, afin d’organiser la décontamination puis le retour progressif des habitants. Le périmètre où l’exposition dépasse 50 millisieverts/an est pour le moment laissé inhabitable. En revanche, la décontamination progresse dans les onze localités où le niveau était compris entre 20 et 50 millisieverts par an. Trente-neuf autres communes, non évacuées car présentant une exposition inférieure à 20 mSv/an, doivent aussi être assainies. Enfin, les forêts et prairies éloignées des habitations sont quant à elles laissées intactes, faisant craindre une recontamination des zones nettoyées.

    Répondre à ce message

  • Un tribunal japonais a ordonné mercredi 9 mars 2016 l’arrêt de deux réacteurs nucléaires à peine relancés pour des raisons de sûreté, appuyant son jugement sur les leçons tirées de l’accident de Fukushima survenu il y a cinq ans. Sont visées par cette décision de justice les unités 3 et 4 de la centrale de Takahama (ouest) qui ont pourtant obtenu les feux verts techniques et politiques, notamment de l’Autorité de Régulation Nucléaire (NRA) pour redémarrer. La compagnie exploitante, Kansai Electric Power, va devoir se conformer à cette injonction, applicable immédiatement, qui vient perturber son calendrier de relance progressive, du moins en attendant un éventuel retournement de jugement en appel.

    Répondre à ce message

  • L’exploitant Kepco n’a pas fourni de preuves convaincantes avec ses données de simulations de tremblement de terre, que les conditions de sécurité sont remplies, aurait affirmé le juge Hideaki Higuchi, cité par nos confrères du Japan Times. Une décision saluée par les associations écologistes telles que la branche japonaise de Greenpeace, engagées dans un bras de fer contre l’exploitant et la politique de remise en service des réacteurs nucléaires du pays. C’est la première fois qu’un ordre d’arrêt vise une installation nucléaire relancée. Takahama 3 avait été remis en service en janvier 2016 et l’électricité qu’il produit est utilisée depuis fin février sur le réseau commercial. Takahama 4, relancé fin février, a été victime d’un problème technique entraînant un arrêt inopiné trois jours plus tard.

    De facto, il n’est pas opérationnel mais la compagnie était en train de poursuivre les opérations pour le réactiver au plus vite. Cette décision judiciaire survient deux jours à peine avant l’anniversaire de la catastrophe nucléaire de Fukushima, le 11 mars 2011. Un séisme de forte magnitude survenu à un peu plus d’une centaine de kilomètres des côtes avait provoqué un tsunami qui a mis hors service les dispositifs de refroidissement des réacteurs de la centrale. Ces derniers ont alors surchauffé au point d’entrer en fusion, provoquant une catastrophe majeure (classé au niveau 7 (le plus élevé)) et comparable à celle de l’accident de la centrale de Tchernobyl.

    Répondre à ce message

  • Les conséquences sur la santé de l’accident de Fukushima seraient sous-estimées. Selon un rapport de deux ONG publié mercredi aux Etats-Unis, la catastrophe du 11 mars 2011 pourrait provoquer 10.000 cancers de plus dans la population japonaise en raison des radiations.

    L’étude de ces deux organisations de médecins qui militent contre l’énergie nucléaire, « Physicians for social responsability » (PSR) et « International Physicians for the Prevention of Nuclear War » (IPPN), indique s’appuyer sur les données scientifiques et médicales existantes portant sur les enfants, les personnels ayant participé au nettoyage et aux secours ainsi que sur la population en général.

    Selon Tepco, une centaine d’employés devraient développer un cancer...

    Quelque 116 enfants dans la préfecture de Fukushima ont déjà été diagnostiqués d’une forme agressive ou généralisée de cancer de la thyroïde, selon ce rapport, qui affirme que dans une population de cette taille on enregistre normalement de un à cinq cas par an. Et parmi les personnels de décontamination et les sauveteurs, « plus de 25.000 ont subi les doses les plus élevées de radiations avec des risques importants pour leur santé », affirment ces ONG.

    Répondre à ce message

  • Des données fournies par l’opérateur de la centrale, Tepco, prédisent qu’une centaine d’employés devraient développer un cancer en raison des doses excessives de radiations qu’ils ont subies et une cinquantaine de ces cas devraient être mortels. Mais selon le rapport, les doses pourraient même avoir été plus élevées et les données sur les personnels pourraient ne pas tenir compte des employés engagés temporairement.

    « Les retombées vont hanter le Japon pendant des années »

    Pour ce qui est de l’ensemble de la population au Japon, elle a été exposée à des doses accrues de radiations provenant de retombées radioactives mineures ainsi qu’à de l’eau et des aliments contaminés, estiment les auteurs. Ils ont calculé que cela se traduisait par un risque accru de cancers sur l’ensemble du Japon allant de 9.600 à 66.000 cas selon les doses de radioactivité.

    Répondre à ce message

  • Les 48 réacteurs japonais, sans compter les six condamnés de la centrale de Fukushima, étaient à l’arrêt au Japon. Deux d’entre eux ont été reactivés, ceux de la centrale de Sendai. La priorité du gouvernement de Shinzo Abe est le redémarrage des réacteurs jugés sûrs. Quatre autres ont reçu le feu vert de la nouvelle autorité de régulation.

    Répondre à ce message

  • Cinq ans après l’accident nucléaire de Fukushima, Tepco devrait être rattrapé par la justice japonaise. Trois anciens dirigeants de la compagnie Tokyo Electric Power Company, qui gère la centrale de Fukushima Daichi, pourraient être inculpés lundi pour négligence professionnelle ayant provoqué des morts et des blessures en mars 2011. Jusqu’à ce jour, personne n’a été pénalement reconnu responsable de la pire catastrophe nucléaire depuis l’accident de Tchernobyl en avril 1986.

    L’acte d’accusation formé par un groupe de citoyens sera déposé à la Cour du district de Tokyo par les juristes siégeant en tant que procureurs. Il vise Tsunehisa Katsumata, 75 ans, ancien président de Tepco, et ses deux anciens vice-présidents, Sakae Muto, 65 ans, et Ichiro Takekuro, 69 ans. Le trio dirigeait Tepco au moment où le site de Fukushima Daichi a été frappé par le séisme de magnitude 9 et la vague du tsunami qui ont provoqué une panne électrique générale entraînant la fusion des cœurs des réacteurs 1, 2 et 3 et des explosions en série.

    Les dirigeants étaient informés qu’un puissant tsunami était susceptible de frapper la côte du Tohoku où sont installés les six réacteurs de Fukushima Daichi. Mais ils n’auraient pas pris les mesures adéquates pour protéger la centrale. Les plaignants comptent par ailleurs faire valoir que les agissements de la direction de Tepco ont conduit à la mort de 44 patients d’hôpitaux, notamment à Futaba, une commune qui héberge les réacteurs 5 et 6 de Fukushima-daiichi. Ils auraient également provoqué de nombreuses blessures lors de l’évacuation des habitants des zones menacées par les nuages radioactifs et les explosions d’hydrogène.

    Répondre à ce message

  • Une étude gouvernementale de 2008 indiquait que le scénario d’une vague de 15,7 mètres frappant les Fukushima Daichi était crédible au vu des puissants tsunamis ayant ravagé la région dans le passé. Ce n’est qu’en juin dernier que Tepco a rendu public ce document envisageant des mesures « indispensables ». Le texte indiquait qu’il était « difficile de nier complètement » les résultats de l’étude. Et ajoutait que Tepco n’avait pas « d’autres choix » que d’élever la hauteur maximale dans ces estimations pour le tsunami. Que s’est-il passé après la lecture de l’étude ? Rien. La compagnie électrique a demandé de ne pas divulguer la teneur des discussions et du mémo. Et rien n’a été entrepris. Le 11 mars 2011, la vague culminait à 15 mètres.

    Répondre à ce message

  • Le risque de nouveaux Fukushima grandit...

    Un séisme d’une magnitude de 7,4 a frappé vendredi le sud-ouest du Japon, près de Kumamoto, à 40 kilomètres de profondeur, annonce le centre de veille géologique américain (USGS).

    La région de Kumamoto, au Japon, est toujours secouée par d’innombrables répliques ce vendredi après-midi. On compte déjà neuf morts et un millier de blessés. Les autorités sont sur le qui-vive : une alerte au tsunami a été déclenchée.

    Un premier séisme important, d’une magnitude 6,4 sur l’échelle de Richter, s’est déjà produit jeudi soir vers 21h30.

    Plus de 3.000 hommes sont déployés dans la région pour secourir et réparer les dégâts et quelque 40.000 personnes ont dû être hébergées dans des salles communales pour un accueil provisoire. Quelque 12.000 foyers étaient privés d’électricité et 58.000 d’eau courante dans la journée selon les autorités.

    Répondre à ce message

  • L’ancien premier ministre du Japon à l’époque de Fukushima se déclare contre le nucléaire. On verra bientôt, Hollande ex président, manifester contre la loi El Khomri !!!

    Répondre à ce message

  • Les mille et un mensonges de Fukushima 22 novembre 2016 13:58

    Un fort séisme de magnitude 7,4 s’est produit dans le nord-est du pays mardi à 5h59 mardi au Japon. L’épicentre du tremblement de terre était situé au large de la préfecture de Fukushima, à une dizaine de kilomètres de profondeur, précise l’Agence météorologique japonaise (JMA). Le tremblement de terre a provoqué un raz-de-marée ayant atteint un mètre près de Fukushima. Une vague d’un mètre de haut a été observée dans la région de Fukushima et une vague de 1,4 mètre aux alentours de Sendai, à 70 km environ au nord de Fukushima, a indiqué la chaîne de télévision NHK. Des vagues plus petites ont touché des ports le long de la côte, a ajouté la NHK. Une alerte au tsunami avait au préalable été lancée sur les régions de Fukushima et de Miyagi et un avis de risque sur plusieurs autres.

    Toutes les centrales nucléaires exposées à un tsunami sont fermées depuis la catastrophe de 2011 qui a mis hors d’usage la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi exploitée par le groupe Tokyo Electric Tower (Tepco). Une porte-parole Tepco a précisé que le système de refroidissement de la piscine de stockage d’un réacteur à sa centrale de Fukushima Daini avait été arrêté par mesure de précaution, mais le système de refroidissement est reparti peu après. La société Tohoku Electric a indiqué de son côté qu’elle n’avait rien décelé d’anormal non plus dans la centrale d’Onagawa, située au nord de Fukushima. Seuls deux réacteurs japonais sont en activité, tous deux dans le sud-ouest du pays. Même à l’arrêt, les centrales ont cependant besoin de faire tourner leur système de refroidissement pour éviter tout risque de fusion nucléaire.

    Les déclarations des responsables du nucléaire japonais ont toujours été rassurantes et opaques !!!

    Répondre à ce message

  • Les mille et un mensonges de Fukushima 30 novembre 2016 13:34

    Le coût financier de Fukushima est déjà le plus grand de toutes les catastrophes de l’Histoire et cela ne fera que s’aggraver. Il est payé bien entendu non par les classes dirigeantes, non par le nucléaire japonais ou mondial mais par les travailleurs et les milieux populaires du Japon. Il se rajoute au coût humain et de santé publique !

    Répondre à ce message

  • Les mille et un mensonges de Fukushima 3 décembre 2016 07:05

    Tepco ne sait pas que faire des 800 tonnes de corium dont il affirme ne pas savoir où ils sont partis, après avoir démarré leur fusion dans les cœurs 1, 2 et 3 des réacteurs de Fukushima, de même que Tepco ne sait pas que faire des tonnes d’eau radioactive qui servent à refroidir les cœurs et qui s’écoulent inévitablement dans l’océan, polluant progressivement toute la planète.

    Tepco devrait être rayé des entreprises légales, de même que les autres capitalistes tueurs du nucléaire, mais elle existe toujours et continue de polluer l’humanité…

    Répondre à ce message

  • Fukushima : six ans après le désastre nucléaire, rien n’est réglé !

    80 000 personnes déplacées de la zone ravagée connaissent encore des conditions de vie précaires.

    La radioactivité fait obstacle au démantèlement et à la reconstruction économique, alors que les dégâts provoqués par le désastre nucléaire et les coûts pour décontaminer la zone ne cessent d’augmenter.

    Les fuites radioactives se poursuivent et les dernières découvertes sur le site, effectuées début février 2017 par des robots, ont de nouveau fait monter d’un cran l’inquiétude.

    Sur les réacteurs 1, 2 et 3 où les cœurs ont fondu pour former un magma hautement radioactif (corium) dont on ne sait toujours pas exactement six ans après où il est passé, dans quelles profondeurs souterraines il est tombé et avec quelles conséquences futures..

    La radioactivité est telle qu’une personne qui y serait exposée mourrait presque instantanément et les robots, dans les cas les plus difficiles, n’y résistent pas mieux que l’homme et meurent souvent en cours de route, avant même d’avoir achevé leurs investigations. En cause : des radiations trop intenses.

    Mais Tepco, qui le reconnaît, se garde de dire toute la vérité !

    D’ailleurs, normalement, la société devrait être fermée et interdite et ses dirigeants en prison !

    Loin de là, ils touchent des milliards de l’Etat !!!

    Répondre à ce message

  • Six ans après, les algues radioactives, les poissons contaminés, les sangliers radioactifs posent des problèmes catastrophiques.

    Répondre à ce message

  • Certains des sangliers ont montré un niveau de césium 137, un élément radioactif, 300 fois supérieur aux normes de sécurité.

    Répondre à ce message

  • Tepco prétendait régler le problème du refroidissement en injectant des tonnes d’eau et le problème de l’eau contaminée par le stockage et le refroidissement des sols. Il est clair maintenant que c’était un mensonge de plus. Cela n’a nullement fonctionné. Cela ne mène qu’à contaminer la mer et les eaux.

    Répondre à ce message

  • Ce ne sont pas les antinucléaires conséquents qui le disent mais le très officiel Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) français : à Fukushima « compte tenu des dégradations très importantes subies par les barrières de confinement des matières radioactives, des rejets diffus se poursuivent toujours dans l’atmosphère, de même que dans le sol et donc les eaux souterraines. »

    Répondre à ce message

  • Le coeur du réacteur atomique n°1 a atteint 2800° et les autres sont entrés à leur tour dans un cycle infernal. La fusion des coeurs est toujours en cours. Le magma incandescent du corium agglutiné s’est échappé dans les profondeurs et nulle intervention humaine ou robitique n’est en capacité de le contenir. La radioactivité se répand et ne cesse de croître. L’hydrogène accumulé dans l’enceinte a fait exploser les bâtiments qui se trouvent depuis cinq ans à ciel ouvert.

    3 réacteurs nucléaires sont toujours en perdition dont le n°3 chargé du « combustible » français d’Areva : le "mox". Le Mox ? un mélange d’oxydes d’uranium et de plutonium, ce plutonium qui sert à la bombe atomique. Et qui gave aussi aujourd’hui la moitié des réacteurs nucléaires... français.

    160 000 personnes ont été expulsées et déplacées d’office de leur lieu de vie et de travail.

    Tepco continue, 6 ans après la catastrophe, de déverser de très grandes quantités d’eau radioactive dans l’océan voisin. L’exploitant de la centrale atomique n’étant toujours pas parvenu à combler ni les brèches ni les fuites car cela relève de l’impossibilité.

    Répondre à ce message

  • Six ans plus tard, le gouvernement japonais s’apprête à décréter certaines zones évacuées de nouveau habitables. Mais sait-on vraiment quelles conséquences sanitaires a eu l’accident nucléaire sur les populations exposées à l’époque ? Et quels sont les risques éventuels pour celles qui s’apprêtent à retourner vivre dans la région ?

    Jean-René Jourdain, adjoint à la directrice de la protection de l’homme à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) :

    « Les cas suspects, pour lesquels on a une suspicion de cancer de la thyroïde, sont opérés ou non opérés. Or, dans la première campagne les trois premières années, on avait près de 90% des enfants qui étaient opérés, et aujourd’hui, on est à un taux de 65%. On s’interroge sur la raison pour laquelle il y a moins d’opérations aujourd’hui. Est-ce que les médecins sont finalement plus prudents en se disant qu’ils se donnent du temps pour opérer ? Est-ce que ce sont les parents qui ne souhaitent pas que les enfants soient opérés ? Est-ce une manière de diminuer les statistiques de diagnostics ? Parce que forcément, quand on n’opère pas, on ne confirme pas le cas de cancer… L’université de médecine de Fukushima a envoyé un questionnaire à toutes les femmes qui ont déclaré une grossesse juste avant ou juste après l’accident. Ces femmes ont donné naissance à un enfant qui est âgé de quatre ans aujourd’hui. Et lorsque l’on demande à ces mères comment vont leurs enfants, on s’aperçoit que 25 % des enfants qui sont nés ont été hospitalisés au moins une fois et on n’a pas d’explication sur la raison pour laquelle ces enfants ont été hospitalisés. On sait juste qu’ils ont présenté une maladie ayant nécessité une hospitalisation. Des enfants de moins de quatre ans qui vont souvent voir le pédiatre, ce n’est pas étonnant. Mais des enfants de moins de quatre ans, dont un quart sont hospitalisés, ça paraît beaucoup. »

    Répondre à ce message

  • Ce qui est clair c’est que les zones qui ont été décontaminée sont les zones qui ont vocation à être habitées. Ce sont les maisons, les routes autour, on a enlevé les couches de macadam, etc… Par contre, le gouvernement japonais n’a absolument pas décontaminé les forêts, et on sait que la région de Fukushima est une zone très agricole avec beaucoup de forêts avec des biotopes qui sont particulièrement sensibles à la radioactivité. Elle se dépose aux pieds des arbres et elle est transférée aux champignons, aux baies sauvages, au gibier qui mange ces baies et ces champignons.

    Répondre à ce message

  • A Fukushima, le crime contre l’humanité continue et continuera tant qu’on n’aura pas ôté le pouvoir à l’Etat capitaliste criminel et aux trusts qu’il couvre…

    Répondre à ce message

  • Les mille et un mensonges de Fukushima 12 mars 2017 08:15, par louise michel

    Mon messages est en faite une question qui me préoccupe . A quand un fukushima Francais sachanque nos centrale sont en fin de vie et mal entretenu., a cause du profit.

    Salut et fraternité Camarades

    Répondre à ce message

  • L’exploitant japonais Tepco recourt à Mini-Mambo, un robot sous-marin capable d’explorer les 6 mètres d’eaux contaminées qui baignent le fond de l’enceinte de confinement. Le petit robot a réalisé une mission de reconnaissance du 19 au 22 juillet 2017... au terme de laquelle il pourrait bien avoir débusqué des morceaux de corium !

    Pour l’essentiel, le corium de Fukushima est cependant complètement introuvable et même Tepco s’en inquiète !!! C’est un véritable danger pour toute la planète et pour les êtres humains !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0