English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 4ème chapitre : Révolutions prolétariennes jusqu’à la deuxième guerre (...) > Rosa Luxemburg (1906) : Sur la révolution russe (Die russische (...)

Rosa Luxemburg (1906) : Sur la révolution russe (Die russische Revolution)

samedi 25 décembre 2021, par Alex

Texte source en allemand

La révolution russe actuelle est formellement le dernier avatar de la Grande Révolution française d’il y a cent ans. Tout le siècle écoulé n’a fait, au fond, que le travail que lui avait assigné ce grand bouleversement historique : la constitution de la domination de classe de la bourgeoisie moderne, le capitalisme, dans tous les pays. Dans le premier acte de cette crise qui s’est prolongée pendant un siècle, la révolution proprement dite a bouleversé la société féodale médiévale, retourné ce qu’il y avait de plus bas vers le haut et de plus haut vers le bas, l’a secouée, a taillé à la serpe les classes modernes, d’abord brutalement et grossièrement, clarifiant quelque peu leurs aspirations et leurs programmes sociaux et politiques, et a finalement abattu le féodalisme dans toute l’Europe - par les guerres napoléoniennes.

Dans les étapes suivantes, la division en classes de la société bourgeoise moderne, entamée par la grande révolution, se poursuit dans et par la lutte des classes. Pendant la période de restauration après 1815, la haute finance prend les commandes et est renversée par la révolution de juillet. Lors de la révolution de juillet, la grande bourgeoisie industrielle accède au pouvoir et est renversée par la révolution de février. La révolution de février amène enfin au pouvoir la grande masse de la bourgeoisie moyenne et petite. Sous la forme de l’actuelle Troisième République, la domination de classe bourgeoise moderne atteint sa forme la plus développée et la plus ultime.

Mais entre-temps, dans toutes ces luttes internes de la bourgeoisie, se forme aussi une nouvelle dichotomie : celle entre la société bourgeoise dans son ensemble et la classe ouvrière moderne. La formation et la maturité de ce nouvel antagonisme de classe se déroule parallèlement aux luttes de classe bourgeoises tout au long de l’histoire du siècle. Déjà la grande révolution, lors du premier bouleversement général de tous les éléments et de toutes les contradictions internes de la société bourgeoise, fait également remonter à la surface le prolétariat et son idéal social - le communisme. Le bref règne du parti de la Montagne 1qui a marqué l’apogée de la révolution, a été la première apparition historique du prolétariat moderne. Celui-ci n’apparaissait pas encore de manière indépendante, mais était encore pris dans les plis de la petite bourgeoisie et formait avec elle "le peuple", dont l’opposition à la société bourgeoise s’exprimait sous la forme ambiguë de l’opposition de la "république populaire" à la monarchie constitutionnelle. Lors de la révolution de février, dans la terrible bataille de juin, le prolétariat en tant que classe se sépare enfin complètement de la petite bourgeoisie et reconnaît pour la première fois qu’il est complètement isolé dans la société bourgeoise, qu’il ne peut compter que sur lui-même et qu’il est en hostilité mortelle avec cette société. Ce n’est qu’ainsi que la société bourgeoise moderne fut formée en France, que l’œuvre commencée par la Grande Révolution française fut achevée.

Si ces actes principaux de l’histoire dramatique de la société capitaliste ont eu la France pour théâtre, c’est néanmoins l’histoire de l’Allemagne, de l’Autriche, de l’Italie - de tous les pays modernes, de tout le monde capitaliste à la fois, qui s’est déroulée en eux. Il n’y a rien de plus insensé et de plus faux que de vouloir considérer les révolutions modernes comme des événements nationaux, des événements qui n’agissent dans toute leur violence que dans les limites de l’État concerné, et qui n’exercent sur les autres États, les "États voisins", qu’une influence plus ou moins faible, résultant de la "situation voisine". La société bourgeoise, le capitalisme, est une forme internationale, une forme mondiale de la société humaine. Il n’y a pas autant de sociétés bourgeoises, autant de capitalismes, qu’il y a d’États ou de nations modernes, mais il n’y a qu’une seule société bourgeoise internationale, qu’un seul capitalisme, et l’existence apparemment isolée et autonome des États particuliers derrière leurs barrières étatiques n’est, dans l’économie mondiale une et indivisible, qu’une des contradictions du capitalisme. C’est pourquoi toutes les révolutions modernes sont en fait des révolutions internationales. C’est aussi une seule et même immense révolution bourgeoise qui s’est déroulée en différents actes dans toute l’Europe de 1789 à 1848 et qui a constitué la domination de classe bourgeoise moderne sur une base internationale.

Il semble que l’empire russe ait constitué une exception dans cette révolution mondiale. Ici, l’absolutisme médiéval semblait vouloir se maintenir comme un morceau indestructible de la période précapitaliste, malgré toutes les tempêtes dans le reste de l’Europe capitaliste. Aujourd’hui, en Russie aussi, l’absolutisme est déjà écrasé par la révolution. Ce que nous vivons maintenant, ce ne sont plus des luttes de la révolution contre un système absolu dominant, mais à l’inverse des luttes des restes formels de l’absolutisme contre une liberté politique moderne déjà devenue un fait vivant, ainsi que des luttes entre les classes et les partis pour les limites et la fixation constitutionnelle de cette liberté.

Formellement, la révolution russe est, comme nous l’avons dit, le dernier avatar de la période des révolutions bourgeoises en Europe. Sa prochaine tâche extérieure est la création d’une société capitaliste moderne avec une domination de classe bourgeoise ouverte. Seulement - et c’est ici que s’exprime le fait que la Russie, apparemment rigide et fermée tout au long du siècle, a bien participé au bouleversement général de l’Europe - cette révolution bourgeoise formelle n’est plus accomplie en Russie par la bourgeoisie, mais par la classe ouvrière. La classe ouvrière n’est plus un appendice de la petite bourgeoisie, comme dans toutes les révolutions précédentes, mais elle se présente comme une classe indépendante, pleinement consciente de ses intérêts de classe et de ses tâches spécifiques, c’est-à-dire comme une classe ouvrière dirigée par la social-démocratie. En ce sens, la révolution actuelle en Russie se rattache directement à la bataille de juin 1848 à Paris et met en œuvre la séparation entre le prolétariat et l’ensemble de la société bourgeoise, réalisée pour la première fois à l’époque, dès le départ comme un résultat achevé. En même temps, le prolétariat russe utilise dans son action révolutionnaire toute l’expérience historique et toute la conscience de classe que le prolétariat international a acquises depuis ce premier apprentissage en juin 1848, y compris dans la période parlementaire ultérieure en France, en Allemagne - partout.

Cela fait de la révolution russe actuelle un phénomène aussi contradictoire qu’aucune des révolutions précédentes. Les formes politiques de la domination de classe bourgeoise moderne ne sont pas conquises ici par la bourgeoisie, mais par la classe ouvrière contre la bourgeoisie. Bien que, ou plutôt parce que c’est la première fois qu’elle se présente en tant que couche indépendante consciente de sa classe, la classe ouvrière ne se présente pas avec les illusions utopiques et socialistes avec lesquelles elle s’est présentée, en association avec la petite bourgeoisie, dans les révolutions bourgeoises précédentes.

Aujourd’hui, le prolétariat russe ne se donne pas pour tâche de réaliser le socialisme, mais de créer d’abord les conditions capitalistes-bourgeoises préalables à la réalisation du socialisme. Mais en même temps, la société bourgeoise prend un caractère tout à fait singulier du fait qu’elle sort des mains d’un prolétariat conscient de sa classe.

La classe ouvrière en Russie ne se donne pas pour tâche de réaliser directement le socialisme, mais elle ne se donne pas non plus pour tâche d’élever sur le bouclier la gloire intangible et inaltérée de la domination de classe capitaliste, telle qu’elle était issue des révolutions bourgeoises du siècle dernier en Occident.

Au contraire, le prolétariat en Russie mène simultanément et dans une même action la lutte à la fois contre l’absolutisme et contre le capitalisme. Il ne veut que les formes de la démocratie bourgeoise, mais il les veut pour lui-même, pour les besoins de la lutte de classe prolétarienne. Il veut la journée de huit heures, la milice populaire, la république - autant de revendications qui sont calculées pour la société bourgeoise, et non pour la société socialiste. Mais ces revendications se heurtent ici en même temps si durement à la limite extrême de la domination du capital qu’elles apparaissent comme autant de formes de transition vers une dictature prolétarienne.

Le prolétariat en Russie lutte pour la réalisation des droits constitutionnels bourgeois les plus élémentaires : droit d’association et de réunion, droit de coalition, liberté de presse. Mais il utilise déjà ces libertés bourgeoises, dans la tempête de la révolution, pour créer une organisation de classe économique et politique du prolétariat - syndicats et social-démocratie - si puissante que, tandis que la classe formellement appelée à dominer, la bourgeoisie, sortira de la révolution dans une faiblesse sans précédent, la classe formellement dominée, la classe ouvrière, prendra une position de force sans précédent. Ainsi, la révolution actuelle en Russie dépasse de loin, dans son contenu, les révolutions précédentes et ne peut se rattacher, dans ses méthodes, ni aux anciennes révolutions bourgeoises, ni aux luttes - parlementaires - menées jusqu’ici par le prolétariat moderne.

Elle a créé une nouvelle méthode de lutte qui correspond à son caractère prolétarien comme au lien entre la lutte pour la démocratie et la lutte contre le capital - la grève révolutionnaire de masse. Elle est donc un tout nouveau type de révolution, tant par son contenu que par ses méthodes. Formellement bourgeoise et démocratique, prolétarienne et socialiste dans son essence, elle est, tant par son contenu que par ses méthodes, une forme de transition entre les révolutions bourgeoises du passé et les révolutions prolétariennes de l’avenir, dans lesquelles il s’agira déjà de la dictature du prolétariat et de la réalisation du socialisme.

Elle ne l’est pas seulement logiquement, en tant que type déterminé, mais aussi historiquement, en tant que point de départ d’un certain rapport social de classes et de forces. Il est impossible que la société qui émergera de la révolution si particulière en Russie ressemble à celle qui avait émergé des révolutions précédentes en Occident après 1848. Le pouvoir, l’organisation, la conscience de classe du prolétariat seront si développés en Russie après la révolution qu’ils dépasseront à chaque pas le cadre d’une société bourgeoise "normale". Avec la faiblesse et le découragement d’une bourgeoisie sans passé politique et révolutionnaire qui sent sa chute, il en résultera une combinaison de forces qui perturbera continuellement l’équilibre de la domination de classe bourgeoise. Cela ouvrira donc également une nouvelle phase dans l’histoire de la société bourgeoise qui, face au manque d’équilibre stable des rapports de classe, traversera des tempêtes continues, des tempêtes qui, avec des pauses plus ou moins grandes, avec une véhémence plus ou moins grande, ne pourront cependant pas trouver d’autre issue que la révolution sociale - la dictature du prolétariat.

Tout cela concerne d’abord la Russie. Mais de même que les destins de la Russie et de toute l’Europe ont été décidés lors des révolutions françaises par les batailles sur le pavé parisien, de même le destin non seulement de la société russe, mais aussi de tout le monde capitaliste, se décide maintenant dans les rues de Pétersbourg, de Moscou et de Varsovie. La révolution en Russie et l’étrange structure sociale qui en résultera ne peuvent manquer de déplacer d’un coup les rapports de classe en Allemagne et partout ailleurs. La révolution russe met fin à une période de près de 60 ans de domination calme et parlementaire de la bourgeoisie. Avec la révolution russe, nous entrons déjà dans la période de transition de la société capitaliste à la société socialiste. La durée de cette période de transition n’est intéressante que pour les prophètes de la météo politique. Pour le prolétariat international conscient de sa classe, ce qui est important, c’est la prise de conscience de l’avenir proche de cette période de rédemption et de la nécessité de grandir en ténacité, en lucidité et en héroïsme dans les tempêtes à venir, aussi rapidement que le prolétariat russe grandit chaque jour et chaque heure sous nos yeux.

(1) Le parti de la Montagne constituait l’aile radicale de l’Assemblée législative lors de la Grande Révolution française. De juin 1793 à juillet 1794, il exerça le pouvoir sous la forme de la dictature démocratique révolutionnaire du bloc des Jacobins.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0