English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > La vie des personnels hospitaliers est à vendre... et vraiment pas cher du (...)

La vie des personnels hospitaliers est à vendre... et vraiment pas cher du tout !

vendredi 15 mai 2020

La vie des personnels hospitaliers est à vendre... et vraiment pas cher du tout !

Par Ephraïm

Le cynisme gouvernemental a annoncé il y a quelques semaines que des primes seraient versées : 150 euros par la CAF pour les bénéficiaires de minima sociaux. Un effort tout particulier pour les personnels soignants « au front ». N’oublions pas que tous les personnels hospitaliers ont exposé leur vie, et sont encore bien exposés puisque aucun test n’est fait, que les masques sont insuffisants sans parler des manques cruels en matériels et en personnels et qu’une seconde vague de pandémie reste à venir dans les semaines, les mois ou les années qui viennent.

Pour calmer les craintes, le gouvernement et la direction des hôpitaux prévoit une prime individuelle. Alors que les masques et les protections ont fait tant défaut et continuent de manquer, que les vies sont exposées depuis plus des mois et des semaines, on veut nous faire taire en nous achetant ou en faisant semblant de le faire. Le manque de matériel, de masques et autres consommable a exposé la vie de tous les hospitaliers. Et voilà qu’une prime est annoncée. Comme elle traîne à venir, l’APHP communique sur cette prime. Mais l’APHP se garde bien de dire qu’elle ne sait pas si la prime sera versée !

Et voici tout le blabla pour dire que la prime sera à géométrie variable : peut-être en mai, peut-être en juin... et encore c’est sous réserve ! Le document dit bien : "Sous réserve de la parution des décrets, des informations complémentaires sur cette prime nous ont été données, que nous partageons avec vous". Bref, aucune garantie que la prime soit versée un jour. Que du bluff et du blabla.

Le document appâte donc avec une annonce 1500 euros pour tous les hospitaliers tous corps de métier, etc. Une somme qui vaut quasi un 13e mois... et en ces temps difficiles, ce n’est pas rien. Et encore, les collègues de trois hôpitaux auront seulement 500 euros. Bien entendu, après avoir annoncé que c’était pour tout le monde, on précise les restrictions. Si absences, il y a des conditions, mais les prises de congés ou RTT ou télétravail n’empêcheraient soit-disant pas de recevoir la prime... si elle tombe un jour !

En clair, Hirsch et sa bande annoncent des choses qu’ils ne sont pas sûr de pouvoir tenir.

Et en plus, ils se permettent de nous faire lanterner ! Pour ces gens attendre 15 jours ou un mois et demi c’est pareil. Pourant quand on touche moins de 2000 euros par mois, ce n’est pas pareil de toucher 1500 euros en mai ou d’attendre juin pour l’avoir... et en plus, cette annonce est suspendue à un décret non paru à ce jour... donc il s’agit d’une annonce sans savoir si elle pourra être tenue !

Pourquoi communiquer maintenant pour dire des choses aussi imprécises tout en affirmant qu’on informe ?

Parce que le principal n’est pas là. L’enjeu de ces annonces c’est de faire passer l’idée qu’une vie d’hospitalier, ça se monnaye ! Les assassins au pouvoir veulent nous embarquer dans leur politique assassine. Notre principe, c’est qu’une vie n’est pas à vendre. Or, donner une prime après avoir exposé et en continuant à exposer la société sans remanier dont l’organisation est détruite depuis au moins 25 ans, ça sert à faire passer que nos vies sont à vendre. Nous ne sommes pas d’accord.

Une prime pour les hospitaliers qui ont exposé leur vie ? Mais nos vies ne sont pas à vendre !

Ce n’est pas une prime dont on a besoin, c’est des conditions pour travailler et des salaires pour pouvoir vivre ! Des emplois, du matériel, des masques, etc. Et ça, seuls les comités de travailleurs pourront l’organiser.

On l’a vu dans l’accueil des patients Covid : les gestionnaires et les bureaucrates de tout poil n’avaient plus leur mot à dire, les équipes organisaient le travail seules et dans l’urgence. Face à une telle crise c’est l’auto-organisiation qui a primé... alors pourquoi ne pas généraliser cette auto-organisation ? Pour cela il faudra s’émanciper du contrôle et et des directives d’un gouvernement capitaliste assassin.

A nous d’organiser l’hôpital sans les gouvernants, sans les gestionnaires inféodés aux lois de la finance, du profit sur les soins multipliant les T2A et autres calamités pour la santé et pour la vie.

A nous de nous réunir par-delà les métiers et les secteurs pour décider de ce que nous voulons et de nous organiser pour le mettre en place nous-même !

Assez d’avoir à rendre des comptes à des gens qui jouent avec nos vies et nos espérances d’un jour meilleur. Tout a été décidé pour que l’après-crise soit pire qu’avant. Alors, à nous d’organiser ces jours meilleurs tout de suite !

Voici l’information que donnait l’administration de l’hôpital public APHP :

« Définition : prime exceptionnelle versée aux agents des hôpitaux publics particulièrement impactés par la prise en charge de l’épidémie COVID-19.

Quel montant ? ● 1 500 € nets dans l’ensemble des sites de l’AP-HP en Île-de-France et à Paul-Doumer ● 500 € nets pour les sites d’Hendaye, San Salvadour et Berck.

La prime est-elle imposable ? Non, les montants indiqués sont des rémunérations nettes de charges et cette prime n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu.

Quelles catégories professionnelles sont concernées ? Il n’y a aucune restriction de grade ou de métier : l’ensemble des agents qu’ils soient contractuels, stagiaires ou titulaires sont éligibles. De même, l’ensemble des grades et des fonctions du personnel médical pourront en bénéficier, des internes aux personnels hospitalo-universitaires. À cette date, le texte concerne seulement les personnes salariées. Il ne s’applique donc pas aux étudiants des écoles paramédicales qui relèvent de la formation initiale et perçoivent des indemnités de stage, qui ont été revalorisées exceptionnellement à 1 300 et 1 500 euros mensuels pour la période.

Quels services sont concernés ? L’ensemble des services, administratifs, techniques, logistiques et médicaux, sont inclus : il n’existe aucune condition de site, d’activité ou de service.

À quelle période se rapporte la prime ? La prime sera versée en une fois, en mai ou en juin, au titre de la période du 1er mars au 30 avril.

Les renforts ponctuels sont-ils éligibles ? Pour bénéficier de la prime, il faut avoir exercé, pendant la période considérée, pendant l’équivalent d’un mois à temps complet. Les étudiants sont éligibles lorsqu’ils ont bénéficié d’un contrat d’un mois à temps plein. Les renforts mis à disposition par d’autres établissements sont également éligibles sans condition de durée.

Est-ce que la prime est réduite en cas d’absence ? Les congés annuels, les jours de RTT, le télétravail, les périodes d’éviction ou de maladie liées au COVID-19 ne sont pas considérés comme des absences et n’ont donc pas d’impact sur le montant de la prime. Les autres absences (pour congés maladie hors Covid, CLM, CLD, congés maternité ou toute autorisation d’absence) sont prises en compte de la manière suivante : ● aucun abattement sur la prime en dessous de 15 jours d’absence, ● abattement de moitié de la prime entre 15 et 30 jours d’absence, ● abattement complet au-delà de 30 jours d’absence.

Nous partagerons avec vous toute information complémentaire et l’AP-HP mettra en œuvre le paiement de la prime dès que les décrets seront parus. »

Une preuve que tous les personnels de l’hôpital ne toucheront pas la prime

Une autre preuve

Et encore

Et toujours

Pour conclure, un autre exemple

Et tout cela non pour une revalorisation des salaires mais pour une simple prime. C’est l’arnaque qui prime !!!

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0