English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Les révoltes se développent en Inde…

Les révoltes se développent en Inde…

dimanche 6 décembre 2020

Les révoltes se développent en Inde…

Les protestations de masse des agriculteurs secouent le gouvernement ultraconservateur de l’Inde

Wasantha Rupasinghe, Keith Jones - WSWS

L’agitation des agriculteurs qui réclament l’abrogation de la législation de « réforme » agraire récemment adoptée est devenue une crise politique majeure pour le gouvernement ultraconservateur du parti Bharatiya Janata (BJP) en Inde.

Des dizaines de milliers d’agriculteurs que la police avait empêchés d’entrer sur le territoire de la capitale nationale de Delhi et de présenter leurs revendications au siège du gouvernement indien à la fin de la semaine dernière sont campés aux frontières de Delhi depuis six jours. Leurs tracteurs et camions bloquent plusieurs routes principales qui mènent à Delhi depuis les États voisins de l’Haryana et de l’Uttar Pradesh, et les agriculteurs ont juré de rester jusqu’à ce que leurs demandes soient satisfaites.

Les agriculteurs protestent contre trois lois que le premier ministre Narendra Modi et son BJP ont fait adopter à la hâte au Parlement en septembre alors qu’ils s’attaquaient au droit de grève des travailleurs et qu’ils réduisaient à néant les restrictions en matière de fermetures d’usines et de licenciements massifs. Demandées depuis longtemps par les grandes entreprises, le FMI et la Banque mondiale, les lois de « réforme » agraire du BJP visent à renforcer le pouvoir de l’industrie agroalimentaire au détriment des agriculteurs et des consommateurs. Elles encouragent l’agriculture contractuelle, sapent le système de marchés agricoles régulés par le gouvernement (connu sous le nom de mandis) et ouvriront la porte, craignent les agriculteurs, à l’abolition du prix de soutien minimum pour certains produits de base.

Les agriculteurs demandent également au gouvernement d’abandonner sa proposition de loi sur l’électricité de 2020, qui éliminerait ou réduirait considérablement les tarifs d’électricité subventionnés pour les agriculteurs.

Le gouvernement national dirigé par Narendra Modi a orchestré une opération de sécurité massive la semaine dernière pour empêcher les agriculteurs de protester dans la capitale et plus grande ville de l’Inde et, si possible, d’atteindre les frontières de Delhi.

Le gouvernement de l’État de l’Uttar Pradesh, dirigé par le BJP, et l’État voisin du Madhya Pradesh, dirigé par le BJP, ont déployé des forces paramilitaires pour empêcher les convois de fermiers protestataires d’approcher de la capitale. Dans l’Haryana, qui borde Delhi au sud, à l’ouest et au nord, le gouvernement dirigé par le BJP a été encore plus agressif. Le ministre en chef de l’Haryana, Manohar Lal Khattar, a ordonné que la frontière de l’État avec le Pendjab, l’un des principaux centres du mouvement de protestation, soit scellée à partir du 25 novembre et a invoqué la section 144 du Code pénal en vertu de laquelle tout rassemblement de plus de quatre personnes est illégal. La police a mis plusieurs dizaines de dirigeants d’organisations agricoles en « détention préventive » et la police a été mobilisée dans tout l’Haryana pour empêcher les agriculteurs de traverser l’État.

Néanmoins, le vendredi, jour où la mobilisation « Delhi Chalo » (allons à Delhi) devait converger vers la capitale, des dizaines de milliers d’agriculteurs de l’Haryana, du Pendjab, du Rajasthan, de l’Uttar Pradesh et de l’Uttarakhand avaient atteint la frontière de Delhi près de Tigri au sud et de Singhu au nord. Là, ils ont été accueillis par des barricades de fils barbelés et de camions chargés de sable, de gaz lacrymogène et de canons à eau.

Les autorités ont réussi à empêcher la manifestation d’atteindre Delhi. Cependant, leurs actions n’ont fait qu’attiser la colère des paysans et susciter la sympathie de larges pans de la population active de toute l’Inde à leur égard. Selon les médias, le nombre de personnes qui campent aux frontières de Delhi dépasse largement les 100.000. À un point de la frontière, la ligne de manifestants s’étendrait sur 30 kilomètres.

Le chef d’un syndicat d’agriculteurs de l’Uttar Pradesh, qui a l’intention de se joindre à l’agitation plus tard cette semaine, a déclaré à CNN : « Nous essayons de nous méfier du COVID mais nous n’avons pas le choix. C’est une question de vie ou de mort. C’est nous qui avons fourni de la nourriture, du lait, des légumes alors que tout le pays était en quarantaine. C’est le gouvernement qui nous a mis en danger en introduisant ces lois pendant le COVID ».

Le gouvernement Modi est manifestement ébranlé par le militantisme et la détermination des agriculteurs. Les représentants du BJP hésitent entre suggérer que les agriculteurs ont été dupés par l’opposition ou qu’ils sont dirigés par des éléments traîtres. La semaine dernière, Amit Malviya, le chef de la cellule informatique du BJP, a cherché à attiser l’animosité de la communauté contre les fermiers protestataires, dont beaucoup sont des sikhs du Pendjab, lorsqu’il a imputé l’agitation aux maoïstes et aux « Khalsitanis ». Ce dernier terme fait référence au mouvement réactionnaire qui vise à créer un État sikh séparé, le Khalistan, qui a été impitoyablement réprimé par l’État indien dans les années 1970 et 1980.

Au départ, le gouvernement a refusé de rencontrer les dirigeants de la manifestation de Delhi Chalo, qui est soutenue par plus de 500 « kisan sabhas » (syndicats de paysans) et d’autres organisations agricoles, jusqu’à ce que l’agitation s’arrête. Plus tard, il a conditionné les discussions à l’acceptation par les agriculteurs de s’installer dans un grand champ au nord de Delhi, le Nirankari Samagan Ground. Certains ont accepté l’offre du gouvernement, mais la grande majorité des agriculteurs ont refusé, arguant qu’en déplaçant leur protestation dans un champ loin du cœur de Delhi et où ils seront entourés par les forces de sécurité, ce serait comme accepter d’être emprisonné ou rassemblé de force.

La plus grande crainte du gouvernement est que la protestation des agriculteurs serve à attiser l’opposition sociale croissante au sein de la classe ouvrière.

Le Delhi Chalo avait été planifié pour qu’il coïncide avec la grève générale d’un jour du 26 novembre, appelée par la principale fédération centrale du travail du pays et soutenue par de nombreux syndicats indépendants. Des dizaines de millions de travailleurs ont débrayé à travers l’Inde pour exiger l’abandon des réformes « du travail » et « agraires » du BJP, l’arrêt des privatisations et un soutien financier d’urgence pour les centaines de millions de personnes dont les maigres revenus ont été réduits en raison de la gestion désastreuse de la pandémie par le gouvernement.

Dimanche soir, le ministre de l’Intérieur Amit Shah a rencontré le ministre de l’Agriculture Narendra Singh Tomar et le ministre de la Défense Rajnath Singh pour discuter de la crise. L’implication de Rajnath Singh souligne que le gouvernement BJP se prépare à déployer l’armée et, si nécessaire, à utiliser une violence mortelle pour réprimer l’agitation des agriculteurs.

Mais le BJP reconnaît qu’une telle action pourrait se retourner contre lui, servant à mettre le feu à l’Inde, et manœuvre donc maintenant pour trouver « une solution politique » à la crise.

Mardi, Tomar et le ministre de la Consommation, de l’Alimentation et de la Distribution publique Pyush Goyal se sont entretenus avec les dirigeants des mouvements de protestation, et une nouvelle série de discussions est prévue pour jeudi.

Pour le gouvernement, ces discussions sont une mascarade. Les grandes entreprises tiennent à ce qu’on n’apporte aucun changement substantiel aux « projets de réforme ». Modi et son homme de main principal, Amit Shah, sont parfaitement conscients que tout recul ferait dérailler leur volonté de restaurer la rentabilité du capitalisme indien par le biais d’un « pas de géant » promis dans les réformes « pro-investisseurs ». Dimanche, Modi a profité de son discours radiophonique mensuel pour chanter une fois de plus les louanges des projets de loi sur l’agriculture que le gouvernement a fait adopter à toute vapeur par le Parlement sans pratiquement aucun débat en septembre.

Le gouvernement utilisera l’offre de nouveaux pourparlers, peut-être une poignée de concessions symboliques, et des menaces voilées de répression pour essayer de convaincre les dirigeants de la contestation de mettre fin à l’agitation.

Il cherchera également à exploiter les clivages de classes et les clivages politiques au sein du mouvement paysan et parmi les masses rurales. De nombreux agriculteurs marginaux qui gagnent leur vie sur de minuscules parcelles de terre soutiennent le mouvement de protestation. Mais ce mouvement se trouve dirigé politiquement par des agriculteurs prospères qui ont des liens étroits avec certains secteurs de l’establishment politique. En outre, l’agitation agricole ne répond pas aux besoins sociaux criants des paysans sans terre et des travailleurs agricoles qui constituent la majorité et la partie la plus opprimée des masses rurales.

Enfin et surtout, le BJP, parti hindouiste suprémaciste, comptera sur ses opposants politiques de la classe dirigeante, qu’il vilipende régulièrement comme « antinationaux », pour l’aider à mettre fin à l’agitation.

Tous les principaux partis d’opposition prétendent soutenir l’agitation pour l’abrogation de la loi agricole, et les gouvernements des États du Parti du Congrès au Pendjab et au Rajasthan ont encouragé le mouvement Delhi Chalo. Mais le Parti du Congrès, fidèle à son rôle historique de premier parti de la bourgeoisie indienne, fait maintenant pression sur les dirigeants agricoles pour qu’ils mettent fin à leur agitation.

Le ministre en chef du Congrès au Pendjab, le capitaine Amarinder Singh, a exhorté les agriculteurs à accepter l’« offre » du gouvernement de déplacer leur protestation sur le terrain de la foire et de tenir des discussions. Il affirme maintenant que les agriculteurs ont « déjà gagné la moitié de la bataille » parce qu’ils ont amené « le gouvernement de l’Union à la table des négociations ».

En Inde, la plus grande grève de l’histoire mondiale

Inde : manifestation des fermiers et grève générale contre la libéralisation de l’économie

En Inde, les agriculteurs en colère encerclent New Delhi

La révolte des Dalit

Dans le nord de l’Inde, les paysans en colère s’en prennent aux soldats et bloquent l’économie

Inde : pourquoi la révolte des paysans contre Modi ne faiblit pas

Nous sommes des paysans indiens, pas des terroristes

3 Messages de forum

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0