English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Grève au Zimbabwe

Grève au Zimbabwe

dimanche 21 février 2010

COMMENT GAGNER SA VIE QUAND L’ARGENT NE VAUT PLUS RIEN ?.....

Les agents du gouvernement zimbabwéen se sont mis en grève vendredi pour réclamer un salaire minimum de 600 dollars américains par mois (450 euros), par rapport à 122 dollars actuellement.

Cette situation est une épreuve majeure pour le gouvernement de partage du pouvoir entre le Président Robert Mugabe et Premier ministre Morgan Tsvangirai, deux ennemis de longue date qui se sont réunis l’année dernière pour mettre fin à une longue crise politique. Il ne suffit pas que le pouvoir et l’opposition s’unissent pour régler les problèmes réels de la société .....

Zimbabwe : fonctionnaires en grève

AFP

19/02/2010 | Mise à jour : 15:08 Réagir Un millier de fonctionnaires zimbabwéens, en grève depuis deux semaines pour obtenir des hausses de salaires, ont manifesté vendredi à Harare derrière des pancartes indiquant "Nous ne voulons pas des salaires d’esclaves", a constaté l’AFP.

Les manifestants, qui réclament des salaires de 630 dollars contre 150 aujourd’hui, ont défilé jusqu’au Parlement et au ministère des Finances, où ils ont déposé une pétition.

Dans ce texte, ils se disent "inquiets face au manque de transparence du gouvernement qui assure ne pas avoir les moyens de satisfaire les attentes salariales des fonctionnaires". Depuis le début du mouvement de grève, qui n’est pas très suivi, le gouvernement a offert environ 10 dollars à chaque fonctionnaire pour des primes de logement ou de transport, mais assure ne pas pouvoir faire plus.

En 2008, l’hyperinflation avait vidé leurs salaires de toute valeur et la plupart avaient fui à l’étranger ou arrêté de travailler, déclenchant une grave crise dans les hôpitaux et les écoles notamment. La dollarisation de l’économie et le retour des donateurs internationaux après la formation d’un gouvernement d’union en février 2009 avaient permis de stabiliser leur revenu. Mais 150 dollars ne sont pas suffisants assurer une vie décente, selon les manifestants.

"Nos membres ont déclaré qu’ils n’iraient pas travailler à compter de vendredi", a déclaré lors d’un rassemblement la présidente de l’Association des services publics, qui regroupe les syndicats de fonctionnaires.

"Ils ne reprendront pas le travail avant que le gouvernement ne leur donne quelque chose de significatif", a-t-elle poursuivi devant quelque 4.000 personnes.

Le gouvernement d’union nationale, formé en février 2009 pour tenter de sortir le pays de la ruine, a proposé une augmentation de 7 à 21 dollars.

Selon le ministre des Finances Tendai Biti, le gouvernement n’a pas les moyens de les payer davantage après dix années de récession.

"Les gens sont énervés", constate Mme Alexander. "Le gouvernement est responsable de cela. Ils ont mis très longtemps à prendre en compte la détresse des employés. Nous avons été extrêmement patients. Ce que nous gagnons est si maigre qu’on hésite à l’appeler argent de poche ou pourboire", a-t-elle poursuivi.

Les syndicats, qui ont appelé à la grève pour la première fois depuis la formation du gouvernement d’union, ont demandé qu’à l’issue des négociations avec les autorités le revenu minimum d’un fonctionnaire s’élève à 630 dollars, une somme permettant de subvenir aux besoins d’une famille de cinq personnes, a précisé Mme Alexander.

"Quand le gouvernement d’unité nationale a été formé, nous nous sommes réjouis pensant qu’il mettrait fin à nos problèmes socio-politiques et économiques mais aujourd’hui, nous nous demandons si nous avions raison", a déclaré Tendai Chikowore, président du l’Association des enseignants zimbabwéens, dénonçant l’achat de voitures de luxe pour le gouvernement.

L’une des premières mesures de la nouvelle équipe gouvernementale avait consisté à payer l’année dernière le salaire de tous les fonctionnaires en dollars américains. Tous reçoivent 150 dollars par mois, ce qu’ils estiment insuffisant pour vivre.

Ils étaient auparavant payé en dollars zimbabwéens mais en raison de l’hyperinflation, le gouvernement a abandonné la monnaie nationale. Début 2009, les fonctionnaires pouvaient tout juste acheter une miche de pain par mois avec leur salaire. La plupart, dont de nombreux enseignants et médecins, avaient renoncé à se rendre au travail.

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0