English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > La pandémie frappe dur aux USA

La pandémie frappe dur aux USA

jeudi 7 octobre 2021, par Robert Paris

Le capitalisme américain normalise la mort de masse

Par Andre Damon –WSWS

Vingt-deux mois après l’apparition du COVID-19, aucune fin n’est en vue pour la pandémie qui continue de tuer à grande échelle.

Le centre de la pandémie se trouve à nouveau aux États-Unis, où le bilan officiel a dépassé cette semaine les 700.000 morts. Plus de 9,1 millions d’années de vie se trouvent perdues à cause du COVID-19 aux États-Unis, selon une étude publiée cette semaine dans « Annals of Internal Medicine ».

Lundi, 935 personnes ont perdu la vie ; mardi, 2.152 ; mercredi, 2.228 ; et jeudi, 1.944. Depuis le début de la semaine, en quatre jours seulement, 7.000 personnes sont décédées, un chiffre stupéfiant. Rien qu’au cours du mois dernier, 51.000 personnes ont péri dans des hôpitaux, des foyers et des centres de soins surpeuplés.

Le 4 juillet, le président américain Joe Biden a affirmé que la population pouvait célébrer son « indépendance » de la pandémie de COVID-19, en déclarant : « Nous pouvons vivre nos vies, nos enfants peuvent retourner à l’école, notre économie redémarre. » Biden a découragé le port du masque et a exhorté les personnes vaccinées à ne pas pratiquer la distanciation sociale, affirmant que la pandémie était pratiquement terminée. Depuis lors, plus de 80.000 Américains sont morts de la pandémie.

Même dans les scénarios les plus optimistes, comme celui publié par le centre de scénarios COVID-19 basé sur l’anticipation d’une baisse spectaculaire des cas, le nombre de décès atteindra plus de 800.000 d’ici le printemps.

Mais au rythme actuel, avec une moyenne de 1.726 décès par jour, plus de 300.000 personnes mourront au cours des six prochains mois, ce qui porterait le nombre officiel de décès aux États-Unis à bien plus d’un million.

Parmi les morts, on compte 480 enfants, dont 20 rien qu’au cours de la semaine dernière. Et, selon une étude publiée en juillet, plus de 100.000 enfants ont perdu un parent à cause de la pandémie. Dans tout le pays, du Wisconsin à la Californie, les unités de soins intensifs des hôpitaux sont pleines à craquer. Les hôpitaux publient des protocoles d’urgence pour que les infirmières et les médecins prennent l’horrible décision de déterminer qui vivra et qui mourra, en raison d’une pénurie de respirateurs et d’autres équipements essentiels.

Une personne sur trois qui se fait infecter par le COVID-19 aura un « COVID long » avec des symptômes qui dureront plus de deux semaines. Pour des centaines de milliers de personnes, cela signifie une débilitation permanente : fatigue chronique, douleur et déficience cognitive à long terme, y compris chez une génération entière d’enfants.

Mais avec plus de 2.000 personnes qui meurent chaque jour – un taux supérieur à celui de toutes les guerres que les États-Unis ont menées – l’établissement politique américain déclare que la pandémie est pratiquement terminée. « Alors que nous mettons fin à cette pandémie, nous devons nous préparer à la prochaine », a tweeté jeudi la vice-présidente américaine Kamala Harris.

Parler de la « fin » de la pandémie de COVID-19 alors que deux mille personnes meurent jour après jour est insensé. Mais dans la logique tordue de la classe dirigeante américaine, « mettre fin » à la pandémie signifie simplement l’ignorer. Le niveau de mortalité observé aux États-Unis doit être traité comme la « nouvelle normalité ».

Ce qui se passe, c’est une horrible normalisation de la mort. Dans le pays capitaliste le plus riche et le plus puissant du monde, près d’un million de personnes sont mortes d’une maladie évitable. Ces décès sont le résultat des mensonges et des dissimulations du gouvernement Trump et du Congrès, qui ont trompé et désarmé le public alors que la maladie se propageait dans tout le pays en janvier et février 2020.

Le 14 mai 2020, le Sous-comité de la santé de la commission de l’énergie et du commerce de la Chambre des représentants a tenu une audience sur « l’intégrité scientifique dans la réponse au COVID-19 ». Au cours de l’audience, le lanceur d’alerte Rick Bright a dénoncé la réponse de l’administration Trump à la pandémie. Bright a déclaré que « les responsables de la santé publique étaient pleinement conscients de la menace émergente du COVID-19 au début de janvier 2020 ». Mais le gouvernement américain était « déterminé à minimiser cette menace catastrophique ».

Ce fut la première, la dernière et la seule audience de ce type. Même si le Congrès allait continuer à appeler les responsables de la santé publique à témoigner, ce serait dans le cadre de l’accélération des plans de réouverture des écoles et des entreprises. Aucun effort n’a été fait pour enquêter sur les allégations de Bright : une dissimulation systématique, impliquant à la fois les démocrates et les républicains, a désarmé la réponse des États-Unis à la pandémie.

L’absence d’enquête sur la réponse à la pandémie s’est poursuivie sous le gouvernement Biden. Ce dernier a fait son appel au public américain sur la base de l’hostilité populaire à la gestion désastreuse de la pandémie par le gouvernement Trump.

Aucun événement de l’histoire américaine n’a été aussi peu examiné que la réponse des États-Unis au COVID-19. Elle n’a fait l’objet d’aucune enquête sérieuse, même lorsque des preuves évidentes d’actes répréhensibles existaient, comme la vente d’actions par des membres du Congrès informés de la pandémie, dont les révélations ont contraint le président de la commission du renseignement du Sénat, Richard Burr, à démissionner.

Le fait que personne ne soit tenu pour responsable de la réponse désastreuse à la pandémie est intentionnel. Du point de vue de la classe dirigeante, les actions qui ont contribué au nombre massif de morts ne sont pas des erreurs. C’est pourquoi une enquête n’a pas eu lieu et que personne n’a été tenu de rendre des comptes, car c’est la politique préconisée par l’ensemble de la classe dirigeante et du système capitaliste.

Dans la mesure où un blâme peut être attribué, il doit l’être sur la base d’un mythe qui n’incrimine pas la réponse politique américaine. C’est l’origine du mensonge de la « fuite du laboratoire », qui vise à rendre la Chine responsable de la pandémie de COVID-19.

La dissimulation du gouvernement américain s’inscrivait dans le cadre de la politique d’« immunité collective », qui demeure la politique en vigueur à ce jour. « Les nourrissons, les enfants, les adolescents, les jeunes, les jeunes adultes, les personnes d’âge moyen sans pathologie, etc. présentent un risque nul ou faible… Alors nous les utilisons pour développer l’immunité collective… nous voulons qu’ils soient infectés », a écrit Paul Elias Alexander, fonctionnaire du gouvernement Trump.

C’est cette même politique qui a conduit le premier ministre britannique Boris Jonson à déclarer cette année : « plus de putains de confinements : que les corps s’empilent par milliers ».

Dans la mesure où la classe dirigeante a une stratégie pour répondre à la pandémie, elle consiste à permettre l’infection de masse de la population. Cela, combiné à l’immunité générée par les vaccins, est censé empêcher de nouvelles vagues majeures de la maladie. Cela signifie que le COVID-19 deviendra endémique dans la population, tuant peut-être plusieurs centaines de milliers de personnes chaque année.

Ce scénario « optimiste » repose sur la prière qu’un nouveau variant du COVID-19 n’émerge pas qui, comme le variant Delta, entraîne une recrudescence des cas et des décès.

La capacité du capitalisme américain à accepter et à « normaliser » la mort de masse doit être considérée comme un avertissement. Tous les arguments selon lesquels une guerre nucléaire est inconcevable parce que la société n’est pas prête à accepter la perte de millions de vies ont été réfutés par la réponse à la pandémie. Si la classe dirigeante américaine est prête à accepter la perte d’un million de vies à cause d’une maladie évitable, elle acceptera la mort de dizaines de millions de personnes dans une guerre nucléaire. Comme Bloomberg News l’a commenté l’année dernière :

Oui, les États-Unis ont bâclé leur réponse au COVID-19. En même temps, son expérience montre que l’Amérique en tant que nation peut en fait tolérer des pertes, trop en fait. La doctrine chinoise a longtemps considéré que les Américains étaient « mous » et peu enclins à prendre des risques. Si vous étiez un planificateur chinois de jeux de guerre, devriez-vous maintenant reconsidérer cette hypothèse ?

Alors que l’ensemble de l’ordre capitaliste se range derrière la politique d’« immunité collective », la classe ouvrière ne peut accepter la poursuite de la vague de décès de masse. Elle doit intervenir, aux États-Unis et dans le monde entier, pour mettre fin à la pandémie, pour exiger et faire appliquer les mesures de santé publique nécessaires à l’éradication du virus.

La pandémie ne recule pas aux États-Unis :

https://www.latribune.ca/actualites...

https://www.lejdd.fr/International/...

https://www.lepoint.fr/sante/corona...

https://www.lematin.ch/story/pourqu...

Pourtant, la vaccination de masse y progresse et en est à la troisième dose :

https://www.lesechos.fr/monde/etats...

https://www.youtube.com/watch?v=PtY...

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0