English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 12- Livre Douze : OU EN SONT LES GROUPES REVOLUTIONNAIRES ? > Comment LO et le NPA "oublient" les grèves des ouvriers du Pétrole de 1978 en (...)

Comment LO et le NPA "oublient" les grèves des ouvriers du Pétrole de 1978 en Iran

dimanche 23 octobre 2022

Source de l’image : https://libcom-org.translate.goog/a...

Lire aussi : https://libcom-org.translate.goog/a...

Un épisode fondamental de la révolution de 1978 en Iran est l’irruption de la classe ouvrière, dont la grève générale renversa la monarchie du Shah :

[la classe ouvrière] n’est apparue que tardivement sur le terrain de la lutte, à partir de juillet 1978, alors que la révolte s’était déjà étendu à presque toutes les grandes villes et que les manifestions de rue se succédaient. Toutefois son action a causé la paralysie générale de la production et a donné le coup de grâce au régime impérial.

1979, Iran la révolution islamique par Chapour HAGHIGHAT, Editions Complexe

Pour les révolutionnaires, cet aspect de la révolution iranienne est fondamental : en 1978, un Etat ouvrier Iranien était à l’ordre du jour. Faute d’une politique révolutionnaire, c’est la contre-révolution, sous forme du fascisme religieux de Khomeyni qui l’emporte en 1979.

Cette leçon de la révolution de 1978 en Iran est gommée par LO et le NPA.

Dans son hebdomadaire, le NPA écrit

Le souvenir du mouvement antimonarchique de 1979 et l’entrée en lutte des salariéEs du secteur pétrolier perturbe le sommeil des dirigeants. Les grèves de 1979 s’étaient en effet rapidement transformées en grève générale et avaient ébranlé les fondements du régime monarchique

n°633 | 20 octobre 2022 | l’Anticapitaliste

On remarquera les efforts concernant l’ « écriture inclusive », mais on regrettera l’erreur concernant les faits : c’est en 1978 et non 1979 que les ouvriers d’Iran ont déclenché la grève générale, et non pas seulement « ébranlé les fondements du régime monarchique », mais mis fin à cette monarchie !

Lutte ouvrière, par la voix de N. Arthaud lors de son meeting, fait la même erreur chronologique

En 1979, quand la population iranienne s’est soulevée contre le régime du chah et l’impérialisme américain qui le soutenait, ce sont les religieux qui se sont mis à la tête de la révolte.

Au nom de l’unité dans la lutte anti-impérialiste, tous les opposants au chah, y compris ceux qui étaient laïcs, voire athées, se sont alignés derrière le guide suprême Khomeiny. Y compris le Parti communiste iranien, qui était un des fers de lance de la contestation. Car il y avait alors, en Iran, de nombreux militants se revendiquant du communisme et du pouvoir de la classe ouvrière. Mais ils ont renoncé à défendre une politique indépendante pour les travailleurs.

Le point culminant de la révolution iranienne fut une insurrection où la population prit les armes et fit tomber l’armée, le chah et son régime. Immédiatement après, la population rendit les armes aux comités religieux et aux milices islamistes qui donnèrent naissance aux Gardiens de la révolution, les mêmes qui tirent aujourd’hui sur les manifestants.

LO meeting du 12 octobre

L’intervention de la classe ouvrière n’est pas mentionnée par N. Arthaud ! Seulement « les partis », qui pour LO remplacent la classe ouvrière. Aucun hommage aux ouvriers de 1978 qui nous apprennent comment une classe ouvrière peut renverser une dictature. Pour N. Arthaud, qui n’a pas fait le millième de ce que firent ces ouvriers, ceux-ci ne sont que des bêtes de somme :

La population laborieuse a continué d’être exploitée.

Rien n’est dit de la résistance des ouvriers à la mise en place de la dictature issue de la contre-révolution Khomeyniste :

Tout au long de l’année 1979, l’agitation dans les usines montre clairement que la classe ouvrière a l’intention de revendiquer sa part du pouvoir et de jouer pleinement son rôle dans la reconstruction du pays

1979, Iran la révolution islamique par Chapour HAGHIGHAT, Editions Complexe

Cette opposition fondamentale entre la révolution de 1978 et la contre-révolution de 1979 est gommée par le NPA et LO.

Ne parlons même pas de l’aspect fondamental qui frappe tout révolutionnaire qui se réclame du marxisme : l’existence des comités de grève en 1978, les shoras. N. Arthaud ne les mentionne pas, le but de LO n’est pas de mettre en place des soviets, ni en Iran ni ici, c’est le parti qui les remplacera. C’est la théorie stalinienne des révolutions.

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0