English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - Livre Deux : SCIENCES > Inconscience, conscience : Freud et les dernières découvertes en (...) > Les rêves > La psychanalyse, c’est d’abord et avant tout l’analyse des rêves par le rêveur (...)

La psychanalyse, c’est d’abord et avant tout l’analyse des rêves par le rêveur ?

lundi 15 avril 2013, par Robert Paris

3 Messages de forum

  • « Soudain quelque chose se déchaîne en moi et me prend à la gorge

    Soudain je sursaute et me lève sans achever mon écrit

    Soudain je rêve dans un hôtel, dans le hall, debout

    Soudain l’arbre du trottoir me cogne au front

    Soudain un loup hurle à la lune, malheureux, en colère, affamé

    Soudain les étoiles descendues au jardin jouent à se balancer

    Soudain je me vois allongé dans ma tombe

    Soudain je m’attache à la journée comme si elle n’allait jamais finir

    Et à chaque fois c’est toi qui remontes à la surface de l’eau… »

    Nazim Hikmet (septembre 1960)

    Répondre à ce message

  • Les contradictions dialectiques du rêve et du rêveur

    Le rêve est la part du sommeil qui est la plus proche de l’éveil. Le dormeur intègre dans ses rêves des bruits et sensations qu’il perçoit. En même temps, le rêve est le moyen d’être en connexion avec l’extérieur en restant endormi. C’est un produit de l’animalité, l’être vivant cherchant à garder l’esprit sur la défensive, prêt à réagir en cas d’attaque, tout en dormant.

    A la fois en sommeil et sur le qui vive, à la fois en train de prendre conscience du monde extérieur et sans réelle conscience du monde extérieur, à la fois en train de mettre en fonction sa conscience mais l’essentiel des fonctions conscientes en sommeil, le rêve est contradictoire avec le fonctionnement de l’être éveillé. Notamment on remarque que ce n’est plus le même hémisphère qui est dominant. Le rêve est donc le symétrique du fonctionnement de jour, son contraire dialectique. Le mécanisme du cerveau est interaction entre hémisphères gauche et droit avec dominante droite et le mécanisme du rêve est l’inverse. Cela signifie que le rationnel n’est plus dominant, les hypothèses considérées comme absurdes par la rationalité, par les conventions, par la bienséance, par les mœurs, par la morale, par la logique, par la mémoire, par le point de vue habituel de l’être humain peuvent donc être retenues comme valables au cours du rêve. Les pensées inhibées, proscrites, inconvenantes, désagréables, insupportables, cachées, inacceptables, invraisemblables peuvent être évoquées dans le rêve afin d’imaginer les réactions possibles, les conséquences envisageables, les potentialités de la situation, les manières de s’y préparer.

    Le rêve est à la frontière contradictoire du conscient et de l’inconscient, du rationnel et de l’irrationnel, du vécu et de l’imaginaire, du pensé et de l’impensable, de la réalité et de l’irréel, du passé et de l’avenir, du connu et du caché, du croyable et de l’incroyable. Il est l’inhibition de toutes les inhibitions qui ouvre la possibilité de connaître les sentiments les plus réprimés.

    En ce sens, le rêve est l’une de nos rares passerelles vers l’inconscient, vers les pensées réprimées, vers les souffrances cachées, vers les désirs interdits, vers les plaies non refermées et inatteignables, vers les blocages très anciens et très profondément enfouis.

    Répondre à ce message

  • Le rêve et son interprétation

    De Sigmund Freud

    « Contrairement à l’opinion courante veut voir dans le rêve le perturbateur du sommeil, nous arrivons à cette singulière conclusion que le rêve sert au sommeil de gardien…. On nous objectera qu’il y a des cas, par exemple celui du rêve d’angoisse, où le rêve est impuissant à préserver le sommeil. Mais il faut en conclure simplement que le rêve est investi de deux fonctions dont la seconde est d’interrompre le sommeil quand il le faut… Tous les rêves qui se manifestent immédiatement avant le réveil par un vacarme quelconque ne sont que des efforts pour nier le bruit perturbateur, lui donner une autre interprétation et gagner encore quelques instants de repos. »

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0