English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 3ème chapitre : Révolutions bourgeoises et populaires > Les révolutions du pays et de la ville de Münster

Les révolutions du pays et de la ville de Münster

lundi 4 juillet 2016, par Robert Paris

Les révolutions du pays et de la ville de Münster

Rien ne ressemble aujourd’hui, à Münster, à une ville des révolutions !!

Aujourd’hui la gentille petite ville de Münster de la douce vallée de la Fecht, dans le Haut Rhin français, capitale de la vallée du même nom dans les hautes Vosges et entrée du col de la Schlucht, est une ville bourgeoise, calme, aisée, huppée même, un peu touristique, une ville assez active avec ses fromageries, ses commerces plutôt chers, récupérée autrefois par la France sur le dos de l’Allemagne au prix du sang et une petite ville qui a connu de grands massacres, de même que sa vallée, durant la Première Guerre Mondiale dès ses débuts voir ici.

Rien à voir apparemment avec aucune révolution. Et pourtant, un glorieux passé révolutionnaire est attaché à cette ville… Pas moins de huit révolutions (économiques, sociales, religieuses, idéologiques et politiques) s’y sont déroulées…

Première révolution : la Décapole en 1354

Dix villes autour de Münster s’allient pour gagner leur liberté ! Cette alliance des dix cités alsaciennes pour leur indépendance, leurs droits et leur sécurité s’inscrit dans la grande vague de révolutions communales françaises et allemande et de la révolution des cantons suisses.

Qu’est-ce que la Décapole

La Décapole alsacienne, son originalité

L’alliance de la Décapole

Histoire des dix villes

Lire encore sur la Décapole

1287 est l’année de la confirmation de l’existence de la Communauté du Val St Grégoire qui comporte Munster et les neuf communes de la vallée. La communauté dispose à présent de son sceau « S. Communitatis Vallis Sancti Gregorii ». Au plus tard en 1287, la Ville de Munster est entourée de remparts, de tours et de portes fortifiées. Une forêt nommée Hag ou Haag, qui barre la vallée entre Gunsbach-Griesbach et Munster, avec le mur et fossé, protège cette dernière contre les agressions extérieures.

Le traité de Marquart signé entre la ville et l’abbaye en 1339 énumère dans les détails tous les droits de l’abbé et par conséquent toutes les servitudes auxquelles étaient assujettis les habitants du Val Saint-Grégoire.

En 1349, la peste bubonique ravagea la moitié de la population de la vallée. Selon l’acte de fondation du roi Charles IV le 28 août 1354 fut créée la ligue des dix villes libres d’Alsace comprenant Munster, la Décapole, qui engage ces villes à se porter assistance en cas de conflits.

La moitié de la ville est détruite par un incendie en 1466.

Deuxième révolution : en 1518-1527, la guerre des paysans

La guerre des paysans en Alsace et en Lorraine

Thomas Münzer et la guerre des paysans

Le récit d’Engels sur la guerre des paysans

La guerre des paysans allemands

Seigneurs et paysans en Alsace au Moyen Age

The German Peasants’ War

Troisième révolution : celle des Anabaptistes en 1534-1535

En janvier 1534, le précheur anabaptiste Jan Matthijs envoya d’Amsterdam un certain Jean de Leyde, « apôtre » qu’il avait lui-même baptisé en novembre 1533, vers Münster. Le 2 mars 1534 (mais selon certaines sources dès la mi-février même), il lui emboîta le pas et proclama Münster « Jérusalem céleste ». Bien que le nouveau conseil des échevins soit favorable aux idées des anabaptistes, l’arrivée de Matthijs déchaîna le jour même une controverse des Images en ville. Toutes les églises et monastères furent dévastés afin d’expurger les traces du passé mensonger. Le prédicateur annonça son « Programme apocalyptique » :

1. Il faut anéantir les incroyants en vue de la parousie,

2. Le Christ instituera une théocratie terrestre,

3. Les « émissaires apostoliques » sont invincibles et doivent annoncer l’imminence du Royaume.

Le 24 février 1534, Matthijs enjoignit aux habitants de Münster de venir se faire baptiser ; celui qui entendait s’y refuser devait quitter la ville avant minuit. On ordonna de brûler tous les livres à l’exception des Bibles. Matthijs déclara la communauté des biens et la Polygynie (une forme de polygamie).

Entretemps, l’évêque de Münster Franz von Waldeck avait fait arrêter Bernd Rothmann le 23 janvier 1534 et entreprit d’assiéger la ville dont il avait été chassé.

Le 5 avril 1534, jour de Pâques, dans un prèche sur la Place du Marché, Matthijs se présenta comme le Nouveau Gédéon. Après une ultime vision du jugement dernier, il monta à cheval, accompagné de quelques fidèles, et sortit sans armes de la ville pour réclamer la reddition des assiégeants. Il fut immédiatement jeté à bas et mis en pièce par des lansquenets. Après l’exécution de Matthijs aux portes de la ville assiégée (avril 1534), Jean de Leyde se proclama « roi de Sion », confirma la communauté universelle des biens et des personnes (la polygamie). La ville de Münster, réduite par la famine et les épidémies, ne se rendit que le 25 juin 1535. Lors du dernier assaut, tous les anabaptistes qu’on put saisir furent passés par le fil de l’épée, et le carnage ne s’interrompit qu’au bout de deux jours. Quant à Jean de Leyde, il fut détenu six mois en attente d’un châtiment exemplaire puis fut torturé et mis à mort en public le 22 janvier 1536.

La révolte de Münster

La révolution anabaptiste (en français)

Son leader, Jan Bockelson dit Jean de Leyde (en français)

Jan Matthijs, un autre de ses leaders (en français)

Les évènements (en français)

Le roi de Münster (en français)

Histoire de la guerre des anabaptistes

Münster en 1535

Les événements de la révolution anabaptiste (en anglais)

L’exécution des leaders en 1536 (en anglais)

Un résumé en anglais

John of Leiden (en anglais)

Jan Matthys (en anglais)

Bernhard Krechting (en anglais)

Bernhard Knipperdolling (en anglais)

Münster Anabaptists (in english)

A History of the Münster Anabaptists (in english)

Society and Religion in Münster, 1535-1618

Quatrième révolution : la Réforme protestante au XVIe siècle

En 1553, une grande mojorité de ses habitants rejoint la Réforme.

Entre 1543 et 1559 les trois quarts des habitants de la vallée passent en effet à la Réforme luthérienne. L’Hôtel de ville est construit en 1550.

Un traité est signé à Kientzheim le 19 mars 1575 entre l’administrateur du monastère et les représentants de la Communauté du Val et de la Ville de Munster, sous l’arbitrage de Lazare de Schwendi.

Les termes de ce traité, dit « Traité de Kientzheim », reconnaissent la liberté de confession (protestante) des habitants de la vallée, l’abbaye bénédictine s’engage à payer le pasteur de Munster.

Les malheurs de la guerre de Trente Ans (1618-1648) font irruption dans la vallée en 1628. Brutalités guerrières, famine, maladies et l’insécurité permanente sont les lots quotidiens de la population. Les Suédois s’installent dans la vallée en 1632 et y commettent des exactions. Les Français font leur apparition en 1635.

Protestantisme par Luther et Michelet

Origines du protestantisme

Origines de la Réforme

Qu’est-ce que la Réforme protestante

Cinquième révolution : la France contre la Décapole dans les années 1660

La répression des meneurs de la Décapole

Sixième révolution : la révolution française de 1789-1793

Adresse des Protestants à l’Assemblée Nationale

Lors de la Révolution française, les munstériens y adhèrent fortement.

Après la révolution de 1789, qui a vu le siège de l’Hôtel de Ville, les dix communes indivises furent érigées en communes distinctes, ayant chacune son maire et son conseil municipal, avec le maire de Munster comme président. Mais les biens communaux, qui formaient le patrimoine commun, restèrent indivis. Cette organisation exceptionnelle et unique dans son genre, rappelant la constitution d’une république fédérale, a duré jusqu’en 1847.

L’abbaye ferme ses portes en 1791 et est ensuite vendue comme bien national. Munster devient chef-lieu de canton en 1793.

En 1791 l’abbaye Saint-Grégoire ferme ses portes. Ses bâtiments, confisqués en tant que Bien National, seront vendus aux Hartmann, famille d’industriels.

Septième révolution : la révolution industrielle dans les années 1800

La révolution industrielle

Les dynasties industrielles

La révolution de 1848

Huitième révolution : la révolution de 1848 en Alsace

Munster détruite par la première guerre mondiale

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0