English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Des gouvernements de lutte contre covid ? Non, des états-majors de guerre (...)

Des gouvernements de lutte contre covid ? Non, des états-majors de guerre contre nous !

mardi 31 août 2021, par Karob, Robert Paris

Des gouvernements de lutte contre covid ? Non, des états-majors de guerre contre nous !

Vous croyez encore que les gouvernants capitalistes vous protègent de la pandémie ? Non ! Ils se protègent eux-mêmes et protègent leur système d’exploitation de la révolution sociale !

Bien sûr, aux quatre coins du monde, on entend des clameurs : « vive la vaccination de masse ! », « mobilisation nationale contre la pandémie ! », « vive l’ordre sanitaire ! », « à bas les anti-vaccins ! » et autres slogans de propagande qui font trembler de peur… le virus et ses variants. En même temps, ces gouvernants n’ont rien de plus pressé que de proclamer qu’en se vaccinant on n’aurait plus besoin de se protéger, plus besoin de masques, de distances barrières, de confinement, de mesures quelconques de sécurité anti-covid et c’est déjà un véritable aveu que la propagation du covid, la peur, la menace, les morts en masse, les possibilités de développement de la dictature que cela permet, tout cela est très loin de les déranger et, en phase de fin historique du système d’exploitation capitaliste, les arrange même prodigieusement.

Mais, n’importe. Examinons sérieusement, point par point, scientifiquement devrait-on dire si le terme n’avait pas été aussi trainé dans la boue par les gouvernants, la thèse étonnante selon laquelle les gouvernants feraient de leur mieux pour combattre la pandémie.

Ils ont d’abord passé des mois à combattre l’idée qu’il pouvait y avoir une pandémie mondiale, l’OMS elle-même, les organismes internationaux et tous les gouvernants refusant jusqu’au terme d’épidémie et de pandémie et déclarant que c’était un incident chinois et qui allait le rester, que les autorités chinoises maîtrisaient tout cela très bien, qu’en Chine même cela ne dépasserait pas Wuhan. Tous ceux qu’on nous présente encore aujourd’hui comme des grands spécialistes en épidémiologie ou biologie avaient décrété et proclamé haut et fort : « c’est moins dangereux qu’une petite grippe » ! Ils ne sont pas revenus pour nous expliquer en quoi résidait leur erreur et sur quelle étude scientifique ils s’étaient basés pour se tromper autant. Aucun n’a été mis en cause pour avoir menti aussi grossièrement et tous ont été reconduits dans leurs fonctions. Ceux qui avertissaient du danger, de bien meilleurs professionnels, eux, n’ont jamais accédé aux hautes responsabilités, et pour cause : ce n’était nullement une erreur mais un mensonge d’Etat et il a été succédé de milliers d’autres.

On peut rappeler les principaux mensonges d’Etat qui ont suivi : « pas la peine de préparer notre système de santé, nos EPHAD et nos hôpitaux à une pandémie », « il n’y aura pas de morts dans notre pays », « pas la peine de préparer des masques car ils ne servent à rien pour se protéger », « pas la peine de surveiller, encore moins de bloquer les communications aériennes », « pas la peine de mettre en quarantaine des voyageurs ni d’exercer une surveillance sanitaire des aéroports », « pas question de gêner l’activité économique et notamment les échanges avec la Chine », « pas la peine de mettre en œuvre des nouveaux services d’Etat en y mettant les moyens pour produire des matériels respiratoires, des masques, des tests, des séquençages, embaucher des personnels de santé, ouvrir de nouveaux hôpitaux », « pas question de tester systématiquement, pas de lancements de programmes de recherche sur les particularités du virus et ses risques ».

Et on a bien vu pour les masques que le discours officiel a consisté à dissuader la population de se protéger, à mettre sur la défensive ceux qui voulaient le faire en déclarant qu’ « ils ont volé les masques qu’ils portent aux soignants qui en ont vraiment besoin » ! Et, quelques mois plus tard, ils sont passé au discours inverse : les masques étaient devenus indispensables, même si c’étaient des masques inefficaces comme les masques fantaisie ou peu efficaces comme les masques chirurgicaux.

Ils n’ont pas diffusé les vraies informations sur les risques d’attraper, par exemple les risques dans l’air, le covid étant porté par les aérosols bien au-delà des distances barrières et même en plein air ! Ils n’ont pas diffusé l’information sur la charge virale qui permet de comprendre que rester à manger ou boire avec un groupe et bien plus dangereux que parler avec une seule personne, que ce soit tout près ou un peu plus loin. Ils n’ont diffusé aucune information sur des moyens importants de se protéger : des inhalations à la vapeur d’eau, des gants, des lunettes, des masques FFP2 (et pas les autres !), des vêtements propres quand on revient de l’extérieur, etc.

Ils n’ont nullement expliqué ce que devrait être un véritable confinement et ont remonté toute la population contre cette protection en la dressant uniquement contre la vie personnelle des gens, en la rendant ainsi insupportable, car ils ne voulaient surtout pas confiner leur activité économique capitaliste !

Et maintenant, ils nous vantent la vaccination générale comme la seule mesure efficace contre la pandémie en allant jusqu’à affirmer que la propagation du virus serait causée par les seuls non-vaccinés ! Ils vont jusqu’à proclamer de manière volontairement agressive : « ce sont les non-vaccinés qui tuent » !

Pourtant, ce sont les gouvernants et les classes possédantes qui tuent ! Ce sont eux qui n’ont pris aucune des mesures indispensables, ce sont eux qui ont intérêt à manipuler la pandémie comme arme contre le peuple travailleur, ce sont eux qui s’en servent pour opposer vaccinés et non-vaccinés.

Et les gouvernants méprisent autant les vaccinés que les non-vaccinés ! Aux Antilles, ils refusent l’accès aux hôpitaux et aux matériels respiratoires aux vaccinés comme aux non-vaccinés ! En métropole, ils refusent l’école aux élèves malades non-vaccinés mais ils l’imposent aux malades vaccines ! Et ils osent prétendre qu’un porteur de pass sanitaire peut tout faire sans masque, tout en maintenant le pass sanitaire aux personnes qui ont contracté le covid et sont malades et aussi sont propagateurs !

Ils ont décidé de proclamer que les vaccins (en disant cela ils ne distinguent même plus entre les diverses sortes pourtant loin d’être identiques) protège de tout alors qu’ils ne sont pas loin de ne protéger à coup sûr de… rien !

Pour cela, ils ont mis en route une batterie d’arguments en termes de pourcentages relatifs qui sont censés convaincre la population que les non-vaccinés risquent tout et que les vaccinés, comparativement, ne risquent rien. Et tous ces calculs statistiques sont mensongers, les argument biaisés, les chiffres mensongèrement tronqués.

Par exemple, ils développent une réponse en comparaison de pourcentages à ceux qui dénoncent les maladies cardiaques causées par la vaccination. Le risque de développer une myocardite est de 2,7 pour cent mille si on est vacciné et de 11 pour cent mille si on est infectés par le covid. Ils comparent ces deux chiffres pour dire qu’il est nécessaire d’être vaccinés. Mais ces deux chiffres ne sont pas comparables car il faut multiplier la probabilité d’avoir une myocardite en ayant le covid par la probabilité d’attraper le covid, ce qui réduit considérablement le pourcentage de risque de myocardite par covid (étant donné que le risque d’attraper covid reste faible) par rapport au risque de l’attraper par vaccination. Du coup, on risque plus d’attraper une grave maladie cardiaque par vaccination. D’autre part, ce n’est pas comparable car, dans le cas de la vaccination, on le fait volontairement et pas en attrapant le covid !

De même, ils diffusent des statistiques comparées en pourcentage sur l’efficacité prétendue des vaccins. Ils nous disent d’abord que « ce vaccin est efficace à 95% », puis ils reconnaissent qu’il n’est efficace qu’à 45%. La plupart des gens lisant cela croient que cela signifie une chute de moitié seulement. Ils pensent être en gros à moitié protégés alors qu’ils le sont onze fois moins.

Pour le comprendre, il faut passer des pourcentages aux effectifs réels. 95% signifie 5 malades parmi les vaccinés et 45% signifie 55 malades soit onze fois plus ! Donc le vaccin à 45% est onze fois moins efficace que le vaccin à 95%.

Et c’est loin d’être le seul mensonge des statistiques gouvernementales en pourcentage ! Celles-ci prouvent que la vaccination serait ultra efficace dans des pays où elle a complètement échoué à arrêter la pandémie !

Le premier mensonge sur les vaccins a consisté à prétendre qu’ils protègent les individus alors qu’aucun de ces vaccins n’est stérilisant, ne tue la maladie chez le vacciné, alors que nombre de vaccinés n’ont pas développé leurs anticorps de manière suffisante ou même pas du tout !

La seconde à consisté à dire qu’on pouvait vacciner à peu près tout le monde aveuglément, sans examen préalable. Au contraire, il faudrait s’assurer que le futur vacciné n’a pas des maladies auto-immunes. Il faudrait même s’assurer que le futur vacciné n’a pas déjà des anticorps contre covid, auquel cas il n’a nul besoin de la vaccination, ses anticorps étant déjà plus efficaces que ceux que pourrait développer la vaccination ! D’autre part, il est dangereux de se vacciner de deux doses si on a déjà eu le contact avec le virus !

Le troisième mensonge consiste à prétendre que les vaccins bloqueraient la propagation du virus. Cela signifierait que des vaccinés qui auraient attrapé le covid, fut-ce de manière asymptomatique, ne le communiqueraient pas à leur voisinage. C’est exactement le contraire de ce que disent les véritables études scientifiques. Elles montrent que les vaccinés transmettent autant le virus que les non-vaccinés. Et, du coup, elles le transmettent aussi de la même manière pour les formes dites graves. Soit dit en passant cette expression est à géométrie variable et elle sert à faire croire qu’il y aurait un dernier avantage indiscutable des vaccins : la protection contre les formes graves. Mais c’est impossible de s’en protéger sans se protéger des autres formes ! En effet, il n’existe pas un « covid formes graves » et un covid forme faibles : il y a le covid. Et, pour ce qui est des variants, les plus dangereux sont justement ceux face auxquels les vaccins sont inefficaces ! Rappelons, une fois de plus, que ce sont les vaccins administrés massivement qui sélectionnent parmi les variations spontanées du virus, celles qui les contournent et sont donc de plus en plus dangereuses parce que les humains ne disposent plus d’anticorps pour y faire face, comme c’est le cas pour les variants delta plus et gamma notamment… Là où il n’y a pas de vaccination de masse, notamment dans les pays les plus pauvres, il n’y a pas de variants qui sont apparus ! Et le nombre de malades est loin d’y être plus important !

Un exemple montre que le gouvernement se moque de la sécurité des gens : l’université a été bloquée en distanciel quand le covid était infiniment moins dangereux qu’aujourd’hui. Et maintenant, il ne faut pas de pass sanitaire pour aller à l’université, y compris dans des amphis bondés de centaines d’étudiants, pas de distance barrière non plus, pas de pass non plus pour aller à la cantine universitaire, pas de jauge, pas de précautions de base, pas d’obligation de mesures de CO², pas de purificateurs d’air, rien, aucun distanciel, aucun cours autre qu’en présentiel, même dans des TD et TP fermés avec un nombre d’étudiants excessif pour la taille des pièces.

Le bouquet, c’est que les soignants ou les enseignants qui ont attrapé le covid et sont vaccinés continueront de travailler et d’intoxiquer le voisinage, collègues, malades et élèves !

Les gouvernants tentent d’opposer le nombre d’adversaires du pass sanitaire et le nombre de vaccinés, mais il y a des vaccinés parmi les manifestants qui contestent la vaccination forcée. Et c’est d’autant plus faux que plus le temps passe et plus les vaccinés sont ceux qui y ont été contraints, et donc il y a de plus en plus de vaccinés qui sont des adversaires du pass sanitaire !

D’ailleurs là encore les chiffres gouvernementaux sont mensongers puisqu’ils annoncent un pourcentage de vaccinés à une dose qui, additionné au nombre de refus fermes du vaccin admis par le gouvernement et les sondages, avoisine les 100%. Où est donc la marge dont parle le gouvernement pour les non-vaccinés à convaincre qu’il affirme pouvoir faire basculer ? Encore un mensonge. Qu’un président mente sur sa vaccination n’est qu’un révélateur que toute la politique gouvernementale n’est qu’un grand mensonge depuis le « pas de danger avec covid », en passant par « pas de masques contre covid » et en finissant avec « pas de covid avec le vaccin ».

On remarquera que la plupart des pourcentages balancés par les gouvernants et les médias, la plupart ne proviennent pas d’étude de santé parmi la population indifférenciée. Ceux qui ne sont pas des études cliniques dans des conditions très particulières ne sont que des sondages d’opinion ou des études fondées sur des calculs théoriques et des modèles très discutables et qui n’ont eu aucune vérification à partir de mesures de la réalité. Leur prétendue « science » qui se détache complètement de la réalité, c’est de la techno-bio-science et même de la techno-finance. Car les vrais labos pharmaceutiques ont été rachetés depuis belle lurette par des officines dites labos qui ne sont que de la finance, du profit capitaliste et même souvent de la simple spéculation boursière…

Quant à nous, peuple travailleur, qui n’acceptons pas et n’accepterons pas d’être traités comme des pourcentages d’officines bureaucratiques, qu’elles soient de santé privée ou d’Etat, il nous reste à rechercher la réalité des problèmes, qu’ils soient sanitaires, sociaux ou politiques, par nos propres moyens qui sont immenses du moment que nous cessons de suivre comme des moutons ces bergers criminels qui nous amènent tous à l’abattoir, et que nous cessons d’envoyer nos enfants à leurs écoles-mouroirs et dans leurs sorties-vaccinodromes, comme vers leurs futures guerres mondiales ou régionales !

Soyons vaccinés contre la tromperie capitaliste, y compris quand elle se cache derrière des discours de gauche, de gauche de la gauche ou prétendument d’extrême gauche !

Et n’oublions pas que les seules mesures de santé qu’il faudra accepter devront avoir été discutées, vérifiées, présentées par le peuple travailleur, organisé, se réunissant dans ses comités de base, et prenant lui-même toutes les décisions sans suivre aucun Etat capitaliste, ni ses gouvernants, ni ses média, ni ses syndicats, ni ses politiciens, ni personne d’autre que lui-même.

Peuple travailleur, organisons nous et sauvons nous nous-mêmes !

12 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0