English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 09 - Livre Neuf : RELIGION > Jean Paul II devenu saint pour remerciement de quels actes ?

Jean Paul II devenu saint pour remerciement de quels actes ?

lundi 28 avril 2014

Jean Paul II intervient beaucoup contre la théologie de la libération en Amérique latine. C’est à ce titre qu’il fait monter un certain Bergoglio, le pape actuel François premier, dans la hiérarchie de l’Eglise en Argentine sous la dictature.

Le 18 février 1993, Jean-Paul II adresse ainsi au général Pinochet un message de félicitations à l’occasion de ses noces d’or, accompagné de sa bénédiction apostolique.

On peut dire que Jean-Paul II a été un ferme soutien des dictatures militaires sud-américaines et un combattant très ferme contre le courant de « théologie de la libération » qui voulait les combattre…

Jean Paul II, ex Karol Woytila, sanctifié après avoir été canonisé ! Quels sont les actes importants de son pontificat dont l’Eglise catholique lui sait gré ?

Jean-Paul II est présenté comme pape humain, proche des jeunes, proche des peuples, ayant selon lui-même fait tomber le communisme, etc, etc...

Si la plupart de ces allégations sont fausses, il est certain que c’est un pape anticommuniste et même d’extrême droite. Il a béatifié l’ordre chrétien fasciste : l’Opus Déi ! Eh bien, il a effectivement mérité d’être porté au pinacle par le fasciste (ancien des jeunesses nazies) Ratzinger, nouveau pape très réactionnaire quasi intronisé par le précédent puis sanctifié par le pape fasciste argentin issu de la dictature militaire Bergoglio, devenu pape François premier :

Jean Paul II a à son actif d’avoir :

- couvert les agissements de prêtres pédophiles ayant commis de multiples viols de mineurs et contribué à imposer le célibat des prêtres qui en est la cause. Jean-Paul II a essayé durant son pontificat de couvrir des abus sexuels très répandus contre des enfants. Le rôle qu’il a joué en camouflant ces abus dans les Eglises américaine, irlandaise, autrichienne ainsi que dans d’autres, montre la double morale du Vatican en matière de sexualité. Cela contraste fortement avec la morale prêchée par l’Eglise contre les pratiques sexuelles normales des gens ordinaire. Pour Jean-Paul II et le Vatican, la défense du clergé, de son pouvoir, de son autorité et de son immunité vis-à-vis de tout contrôle, prenait le pas sur toute autre considération. L’un des soutiens remarquables de jean-Paul II à des violeurs de mineurs est celui qu’il a donné à Marcial Maciel, fondateur des Légionnaires du Christ, qui a été mis en cause dans de multiples viols de mineurs... Et c’est loin d’être le seul. C’est toute une politique de chape de plomb sur les affaires de viols qui a explosé sous son successeur, contraint de les reconnaitre !!!

- cassé le courant originaire d’Amérique latine dit "de la théologie de la libération" accusé de communisme parce qu’il organisait les masses populaires de cette région comme dans d’autres contre les dictatures et les classes dirigeantes,

- attaqué les droits des femmes et tout particulièrement le droit à l’avortement et à la contraception. Par ses positions sur le préservatif, sur la contraception en général, sur le droit des femmes à disposer de leur corps et sur l’homosexualité, Jean-Paul II a été le porte-parole d’un catholicisme réactionnaire, vecteur de discrimination, de souffrance et de mort.

- couvert les agissements mafieux, corrompus, de banditisme de toutes sortes de la fameuse banque vaticane, l’IOR, l’Institut pour les Œuvres de la Religion qui avait participé à des magouilles avec banco Ambrosiano et avec la loge maçonnique P2, un complot fasciste...

- fait éliminer le pape précédent (lire "Au nom de Dieu" de David Yallop) qui voulait faire le ménage dans les écuries d’Augias de la dite banque vaticane. Albino Luciani, qui succéda à Paul VI sous le nom de Jean-Paul Ier, voulait lui aussi poursuivre ce cours. Mais le nouveau pape fut trouvé mort sur son lit après avoir assumé ses fonctions pendant seulement trente-trois jours. Les circonstances de sa mort ne furent jamais réellement éclaircies, étant donné que le Vatican s’opposa à une autopsie du corps. Mais il avait peu avant annoncé qu’il allait mettre son nez dans les comptes de la banque du Vatican qui avait connu de nombreux scandales.

- contribué à développer l’église de Pologne mais en collaborant avec le régime stalinien. ce dernier avait accepté sa nomination comme cardinal parce qu’il prônait la collaboration, le refus de faire de la politique dans l’église polonaise et dans la société et surtout de se battre directement contre le pouvoir. Face aux pressions faites par le régime communiste, Karol Wojtyła conseillait de ne jamais résister, affirmant que « les choses mauvaises, disait-il, doivent être vaincues par la bonté. Nous devons montrer le bon exemple, faire preuve d’humilité ». En 1970, il appelle les ouvriers en lutte à calmer celle-ci...

- contribué de toutes ses forces à empêcher la classe ouvrière de Pologne d’entrer dans une lutte révolutionnaire contre la dictature stalinienne, ce qui a grandement contribué à ôter sa force révolutionnaire consciente au prolétariat des pays de l’Est, permettant à l’impérialisme d’organiser conjointement à la bureaucratie russe la fin du glacis stalinien. Jean-Paul II était conscient du danger de révolution violente en Pologne et en Europe de l’Est. Afin de s’assurer que le régime stalinien soit renversé depuis la droite et non pas depuis la gauche, il s’engagea pour une direction ouvrière polonaise qui s’orientât sur l’impérialisme occidental. Il fut soutenu en cela par la CIA et la confédération syndicale américaine, l’AFL-CIO, qui collabora étroitement avec les services secrets et le ministère des Affaires étrangères américains. Au moment où la dictature stalinienne écrasait le mouvement ouvrier, le pape appela les ouvriers polonais à ne pas se révolter, déclarant qu’il ne fallait pas de violence, seulement des prières. Il pensait disait-il qu’il y avait eu trop de sang polonais versé déjà pendant la guerre... Et maintenant on le fait passer pour l’adversaire le plus déclaré de la dictature stalinienne !

- développé très largement une propagande anti-communiste sous couvert de lutte contre la bureaucratie stalinienne, alors qu’en réalité ce pape pactisait avec la dictature stalinienne de Pologne.

- fait béatifier en avril 2005 le pape Pie IX pourtant reconnu comme antisémite (il avait traité les Juifs de "chiens"), alors qu’il avait fait ses excuses pour les exactions contre les Juifs... et il a fait béatifier le pape Pie XII qui avait directement collaboré avec les nazis !

- favorisé le très réactionnaire Opus Déi...

À Rome, ce 6 octobre 2002, devant plus de trois cent mille personnes, Jean-Paul II canonise Josemaría Escrivá de Balaguer. Dix ans tout juste après sa béatification du 17 mai 1992, le fondateur de l’Opus Dei devient l’un des saints les plus vite reconnus par l’Église catholique. Escrivá de Balaguer a été canonisé seulement vingt-sept ans après sa mort...

Jean-Paul a ainsi marqué ses liens avec l’Opus Déi comme avec les plus réactionnaires de corps de l’Eglise.

Et, si les "excès" du capitalisme sont condamnés, c’est la lutte des classes taxée de violente qui est directement combattue. etc, etc...

Pour nous, bien entendu, il n’y a pas de bons papes ni de mauvais papes et tous les papes représentent le Vatican, une force toujours ultra-réactionnaire et oppressive, mais la propagande en faveur de Jean-Paul II est trop importante pour laisser dire n’importe quoi.

33 jours après son élection, Jean-Paul premier meurt assassiné après avoir déclaré qu’il allait remettre de l’ordre dans la banque vaticane, centre de la corruption et des méthodes mafieuses....

Il s’opposa, avant d’être nommé pape, au capitalisme crapuleux de la maffia milanaise et vaticane qui venaient d’escroquer, en 1971, la Banca Cattolica del Veneto. Mgr Marcinckus était directement impliqué puisqu’il venait de vendre, à l’insu des évêques de Vénétie.

Profondément indigné par un si grave scandale, le cardinal Luciani alla à Rome pour réclamer justice. Mgr Marcinkus le mit à la porte de son bureau en lui recommandant de s’occuper de ses ouailles et non des banques… Dès lors le patriarche ne cachera pas sa pensée : » Je ne veux rien faire avec le Vatican ! Il y a le diable au Vatican ! » Le cardinal Luciani, que Mgr Marcinkus avait chassé comme un malpropre en 1972, revenait à Rome… en maître, en Pape ! en ce mois de septembre 1978.

Le 28 septembre, Jean-Paul Ier commençait de passer aux actes. Et le 29, il était mort... À Rome, ce fut un cri unanime, ce matin du 29 septembre : » Hanno mazzato il Papa ! » Ils ont tué le Pape ! (…)

Cinq ans plus tard, paraissait le livre de David Yallop, Anglais né catholique romain, sous le titre Au nom de Dieu, 434 pages d’enquête rigoureuse, minutieuse, confirmant tous les soupçons : le pape Jean-Paul Ier a bel et bien été assassiné.

Le Pape avait étudié son rapport sur la banque du Vatican. Première décision : Marcinkus serait remplacé par Mgr Abbo, un homme intègre. Non pas dans un mois, ni dans une semaine. Demain. Il fallait renvoyer non seulement Marcinkus, mais toute sa maffia, et couper les ponts, dans les plus brefs délais, avec le groupe corrompu de la Banco Ambrosiano, Sindona, Calvi…

Caïn, qu’as-tu fait de ton frère Abel ? Jean Paul qu’as tu fait de Jean Paul premier ?

Les comptes du Saint-Siège sont un labyrinthe de corruption et de blanchiment d’argent dont les origines connues remontent à la fin des années 1980, quand la justice italienne émit un ordre d’arrestation contre l’archevêque nord-américain Paul Marcinkus, surnommé « le banquier de Dieu », président de l’Institut pour les Œuvres de la Religion et principal responsable des investissements du Vatican à l’époque.

Marcinkus était un adepte des paradis fiscaux et était très ami avec les mafias. Jean Paul II utilisa l’argument de la souveraineté territoriale pour éviter sa détention et le sauver de la prison. Ce qui n’est pas étonnant car il lui devait beaucoup : dans les années 1970 et 1980, Marcinkus avait utilisé la Banque du Vatican pour financer secrètement le syndicat polonais Solidarnosc soutenu par Wojtyla. Marcinkus a terminé ses jours en jouant au golf dans l’Arizona en laissant un gigantesque trou noir de pertes (3,5 milliards de dollars), d’investissements mafieux et aussi quelques cadavres. Le 18 juin 1982 apparu un corps pendu sous le pont de Blackfriars à Londres. Il s’agissait de Roberto Calvi, présidente de la Banque Ambrosiano et principal partenaire de l’IOR. Son suicide apparent révélait une immense trame de corruption qui incluait, outre la Banque Ambrosiano, la loge maçonique Propaganda 2 (plus connue comme P-2), dirigée par Licio Gelli, et la Banque du Vatican dirigée par Marcinkus. Gelli s’est réfugié à temps en Argentine, où il avait déjà opéré aux temps du général Lanusse dans une opération appelée « Gianoglio » afin de faciliter le retour de Perón.

A rappeler aussi le lien de la papauté avec la loge maçonnique P2 et son complot fasciste en Italie et l’assassinat du pape Jean Paul premier...

Pourquoi aurait-on éliminé le Saint-Pontife, si le Vatican dans les années 70 n’était pas devenu le lieu géométrique de toutes les "combinazioni" de la Mafia qui y blanchissait son argent, de la loge maçonnique P2 qui y déployait ses filets, de la Banco Ambrosiano et de l’Institut pour les Oeuvres de la Religion qui y faisaient fructifier ses deniers d’origine plus ou moins sacrée ? Le banquier Roberto Calvi, "suicidé" en juin 1982 à Londres, l’homme d’affaires Licio Gelli, "évadé" mystérieusement par la suite des prisons helvétiques, Monseigneur Marcinkus, maître d’oeuvre omniprésent et omnipotent croisent dans ces pages ministres et cardinaux, tueurs et saintes gens, banquiers et hommes de main.

Le crack du Banco Ambrosiano marquait le début d’une affaire énorme où se trouvaient mêlés le Vatican, la loge maçonnique occulte P2 et la mafia.

On sait aujourd’hui que le banquier a été assassiné pour l’empêcher "d’exercer un pouvoir de chantage envers les référents politico-institutionnels de la maçonnerie, de la Loge P2 et du IOR, avec lesquels il avait géré des investissements et des financements de fortes sommes d’argent", soutient aujourd’hui le ministère public. Cinq personnes sont accusées du meurtre : l’ex-caissier de la mafia Pippo Calò, l’homme d’affaires Flavio Carboni, son ancienne compagne Manuela Kleinszig, l’ex-boss du milieu romain Ernesto Diotallevi et l’ex-contrebandier Silvano Vittor.

"Un grand nombre de gens ont un tas de comptes à rendre, dans cette affaire", avait menacé Calvi avant de s’enfuir. Le banquier, qui se vantait d’avoir aidé le Pape au cours des opérations financières en faveur de Solidarnosc en Pologne, ne voulait visiblement pas jouer le rôle d’un simple fusible.

Le 5 juin 1982, 13 jours avant sa mort, Calvi écrit directement au pape Jean-Paul II, Karol Woytila :

"Votre Sainteté, c’est moi qui me suis chargé du lourd fardeau des erreurs ainsi que des fautes commis par les représentants actuels et passés du IOR... C’est moi qui, ayant été chargé avec précision par vos représentants autorisés..." (...)

Il semblerait que la Banque du Vatican utilise l’image positive du Pape Jean Paul II pour masquer une opération de blanchiment d’argent de grande envergure .La Banque du Vatican a déjà été accusée par le passé d’heberger des fonds spoliés par les Nazis et est actuellment soupçonnée d’entretenir des liens avec le milieu du crime organisé en conséquence le moment où elle devra rendre des comptes semble ne plus être loin .Les preuves s’empilent et tendent à démontrer que des activités de la banque s’apparentaient plus à des actes de piraterie que des oeuvres de piété. Le patrimoine mobilier du Saint-Siège est géré par l’APSA Son patrimoine immobilier, bien que lui aussi couvert par le secret, étant matériel est plus facile à déterminer.

La première cause de crise de la papauté semble venir de sa banque qui est le point crucial de tout l’édifice. Sans l’argent de cette banque, pas d’œuvres religieuses car plus moyen de payer tout cet appareil. La papauté est d’abord un Etat indépendant au sein de l’Etat italien et le budget de cet Etat dépend directement d’une seule banque : l’IOR. Cette institution financière est de longue date en crise. Il en est déjà résulté de multiples scandales. La banque avait pris langue avec un groupe fasciste de l’appareil d’Etat au sein de la Loge Maçonnique P2. La banque avait aussi plongé dans des scandales bancaires avec à sa tête Monseigneur Marcinkus. « Suicides » et éliminations en étaient découlé, notamment celle du prédécesseur de Jean-Paul II, assassiné semble-t-il par son successeur pour éviter un contrôle des comptes de la banque…

5 Messages de forum

  • Valls était présent au nom de l’Etat laïc français !!!

    Répondre à ce message

  • Jean-Paul II a été canonisé sans qu’on examine, entre autres, son rôle dans le blanchiment des actes du père Maciel, le fondateur (protégé par le pape) des « Légionnaires du Christ », pédophile reconnu, héroïnomane, escroc et père… de famille nombreuses, parmi ses nombreux talents reconnus par l’Eglise !!!

    Répondre à ce message

    • Jean Paul II devenu saint pour remerciement de quels actes ? 22 août 2014 18:12, par Eléonore Visart

      C’était rigolo ce midi au journal télévisé belge : on a pu voir toute une procession porter religieusement une petite relique de ce pape. Un petit bout de tissu taché de son sang. A Beauraing en Belgique

      Répondre à ce message

    • Jean Paul II devenu saint pour remerciement de quels actes ? 14 novembre 16:39, par Anne Française 48

      Je me suis toujours demandé depuis longtemps pourquoi Jean-Paul II avait été" Santos subito"
      Au début j’admirais beaucoup se passe mais je me demandais toujours pourquoi Jean-Paul 1er avait disparu aussi rapidement..... J’ai fait beaucoup de recherches sur internet et même en en parlant à des gens qui s’imaginent en cours toujours qu’il est vraiment saint.Oui bien sûr,il.aurait( je mets ceci au conditionnel),oui,adepte de sport,ski,piscine privée, relation privée à distance..... Et tout ce que je viens de lire ici corrobore encore plus tout ce que j’en pense de ce pape avec ses 25 ans de pontificat.

      Déjà avec l’Opus Dei qu’on ne présente plus comme étant une secte tentaculaire....recensant je ne sais combien de monde, surtout parmi les surnuméraires comme on les appelle.....
      Et de canoniser son fondateur lequel, ajouta de Balaguer à son nom : Escriba.

      Je fais partie d’un groupe de prière où tout le monde quoi que Jean-Paul II est un saint j’ai parfois envie de crier que le véritable Saint ici mais Jean-Paul 1er et je pense que le pape Benoît XVI et au courant de beaucoup de choses et que vu son grand âge, il a préféré très honnêtement céder la place
      Pétrinienne à son successeur.

      Merci j’ignore évidemment ce que le pape François pense de ce j’ose appeller" l’assassinat" pur et simple d’un pape qui " gênait"
      Je ne comprends pas très bien pourquoi ce pape actuel considère comme saint un prédécesseur qui canonisé à tour de bras, ignorant les très graves méfaits de la Curie Vaticane.

      Quand je vois ce qu’etait vraiment Marcinkus, on a le droit de se poser des questions.
      Il paraît que le pape assassiné ne souffrait d’aucun problème cardiaque, à fortiori,comme vous dites,amateur de plats méditerranéens..... D’après quelque source, il paraîtrait même qu’on avait modifié la position du visage et on tombe vraiment en plein délire criminel.

      Maintenant je me pose vraiment une autre question, à savoir pourquoi Benoît XVI a démissionné ?
      Car si officiellement, cette tâche lui paraissait trop lourde,quid de ses pensées profondes ?
      Nous savons que le pape actuel ne jouit pas d’une très bonne santé et il avait même parlé ne rester.. .que trois ans !

      Je viens d’apprendre récemment il y a beaucoup de choses que l’on a découvert concernant les princes de l’Église comme on les appelait autrefois.... Et cela m’a vraiment bouleversée.
      Nous sommes loin des Légionnaires du Christ qui ont fait une amende honorable si j’ai bonne mémoire.

      Il s’agirait plutôt d’ici de contacts sur lesquels je ne m’arrêterai pas,tant c’est grave.
      Le vœu de chasteté est ici complètement aboli..... On parle actuellement du mariage des prêtres j’aimerais bien avoir l’avis de quelques personnes parce que si déjà les diacres sont surchargés avec leur famille, pour ma part, un prêtre se doit complètement à Dieu car il en a eu lui-même le désir dans sa vocation....

      Voilà ce que je voulais dire et excusez-moi si c’était que c’est un peu long mais je me souviens fort bien du décès de ce pape alors que j’étais encore un peu plus que dans la fleur de l’âge.

      J’ose espérer que la part de François qui sait si bien dire ce qu’il pense avec ces mots direct qui le caractérisent,aura le temps de mettre non seulement un terme à tout ce qui s’est produit depuis plus de 50 ans dans cette Épreuve, mais qu’il sera faire éclater la vérité sur Jean-Paul 1er et sur son successeur.

      Beaucoup de personnes catholiques croient encore à la sainteté.
      Pour moi : c’est Dieu qui rend saint celui qui a su le servir.

      En tout cas le décès de Jean-Paul 1er pourrait presque faire l’objet d’un livre qui devrait être diffusé à très large échelle,quitte à scandaliser certains bien-être pensants.

      Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0