English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 09 - Livre Neuf : RELIGION > Ni Dieu ni Maitre ! > Ni Dieu ni Maitre ! Qui est l’inventeur de la formule "Travailler plus pour (...)

Ni Dieu ni Maitre ! Qui est l’inventeur de la formule "Travailler plus pour gagner plus" ?

jeudi 1er octobre 2015, par Alex

La critique de la religion est la condition préliminaire de toute critique. Karl Marx, Critique de la Philosophie du Droit de Hegel (1844)

On se souvient que N. Sarkozy a gagné l’élection présidentielle 2007 en partie grâce à la formule choc « Travailler plus pour gagner plus ». Le PS et le PC ont crié à l’hypocrisie, ont « démontré » le mensonge contenu dans cette formule. Ils n’ont pas pensé à lui opposer le slogan « Augmentation des salaires ».

Même LO se débattait dans une argumentation trop rationaliste, qui ne prit pas.

La puissance de la formule « Travailler plus pour gagner plus » vient en fait du fond des âges, plus précisément du christianisme en passe de devenir la religion officielle de l’Empire romain. Elle a donc un vieux palmarès au tableau de l’enfumage idéologique des exploités, elle a fait ses preuves. C’est sans doute une des formules qui ont convaincu les empereurs romains que le christianisme était un bon candidat pour devenir la nouvelle religion unique de leur société esclavagiste.

C’est au « rhéteur » trop peu connu Lactance à qui nous devons cette formule, volée par Sarkozy. Il est donc temps de rendre justice à Lactance.

Les révélations suivantes, reprises par l’extrême gauche, auraient bien sur changé la donne de l’élection présidentielle de 2007, en ralliant les anti-cléricaux et en y mettant au moins un peu d’humour Cum grano salis. Mais même les partisans des « racines chrétiennes de notre civilisation » ne connaissent pas leur passé !

Toutes les citations de Lactance proviennent du livre Les origines du communisme ( judaïques - chrétiennes - grecques - latines ) de Gérard Walter.

Lactance vécut dans l’Empire romain autour de l’an 300.

Son cheval de bataille était de combattre, en tant que militant chrétien, les tendances communistes qui marquaient le christianisme primitif, dont le christianisme influencé par Platon. Car le dialogue de Platon « La République » peut, concernant certains aspects, être qualifié de communiste. Dans son ouvrage Les Institutions Lactance résume la doctrine de Platon :

Platon veut que les hommes ne possèdent rien en propre, parce que c’est ainsi que l’exige la raison de la justice (...) Aucun pays au monde n’a essayé de mettre en pratique les rêveries communistes de Platon.

Lactance combat donc Platon et son « communisme » car il devenait très en vogue dans certains milieux chrétiens (aristocratiques, intellectuels) notamment grâce à l’influence du philosophe néo-platonicien Plotin.

Or l’empire était mûr pour faire du christianisme la religion d’Etat, il fallait réconcilier Richesse, Propriété privée et Salut alors que Jésus était un pauvre qui avait tenu des propos contre les riches :

« Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu » (Marc 10:25)

Les premières communautés chrétiennes étaient des groupes qui pratiquaient le communisme de leur propriété.

Comme tous les adversaires des utopies en général, d’une société communiste en particulier, Lactance était « réaliste », il connaissait bien la « nature humaine » et la non perfection de notre société :

La propriété privée contient la matière des vices et des vertus

mais il nous met tout de suite en garde :

la communauté des biens ne contient autre chose que la pleine liberté de tous les vices.

Un premier argument de Lactance est que le principal facteur corrupteur n’est pas la richesse mais la communauté des femmes qui incite à la débauche :

La République de Platon n’aura autre chose en soi, sinon adultère et débauche

Il est donc inutile de combattre l’inégalité sociale, il suffit que la famille patriarcale soit maintenue et que les riches aient de « bons sentiments » :

Qui veut faire les hommes égaux ne doit pas supprimer les mariages et les richesses mais doit supprimer l’orgueil, l’arrogance et la vanité du coeur des hommes, afin que ces riches, puissants et orgueilleux, se reconnaissent pareils aux plus nécessiteux ; car après avoir supprimé chez les riches l’insolence et l’iniquité, il sera parfaitement égal que les uns soient riches et les autres pauvres, puisque tous seront animés d’un esprit identique

L’égalité sociale est non seulement inutile, mais nuisible. On connait la blague « contre-révolutionnaire » : sous le capitalisme il y a des riches et des pauvres, sous le communisme il n’y a que des pauvres, Ha Ha. Cette blague, cette « vérité » est en fait une « vérité révélée » du christianisme, Lactance l’avait déjà bien expliquée :

Si tous les peuples puissants et riches, y compris les Romains qui exercent leur pouvoir sur le monde entier voulaient être justes, ils devraient restituer tous les biens qu’ils détiennent d’autrui. Alors il faudrait que chacun retournât en sa petite maison rustique et couchât en nécessité et misère

Churchill reprendra ce procédé : pour défendre cette société, il ne faut pas en faire l’apologie, mais présenter ses opposants comme des tenants de théories menant à la barbarie. Notre société est injuste, mais c’est la « moins pire ». Ainsi la communauté des biens prônée par Platon aura pour conséquence

la fin de la société humaine qui descendra au niveau des bêtes

Gérard Walter décrit bien ce mécanisme à l’oeuvre chez Lactance :

Il sut comprendre que le meilleur moyen de défendre la propriété privée, et partant, la richesse, ce n’est pas d’en faire l’apologie mais d’essayer de combattre ses adversaires et s’efforcer de démontrer que tout ce qu’on propose à sa place est voué d’avance à un échec certain, et que toutes les utopies communistes, si belles qu’elles soient, ne tiennent pas debout face à la réalité des choses

Alors quel espoir reste-t-il pour les travailleurs ? Nous en venons enfin à la révélation promise en titre : les pauvres, s’ils veulent améliorer leur sort, doivent travailler plus pour gagner plus ! :

On a plus si on travaille plus, on a moins si on travaille moins. Et c’est justice ! (Lactance)

Les racines chrétiennes de notre civilisation capitalistes et des formules frappées au coin du « bon sens » par les bourgeois « réalistes » sont donc confirmées, mais il faut enfin rendre à Lactance ce qui est à Lactance.

6 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0