Accueil > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > La thèse écolo-anthropocène-biodiversité-climat-planète durable accuse (...)

La thèse écolo-anthropocène-biodiversité-climat-planète durable accuse l’homme des crimes du capitalisme

mardi 14 mai 2024, par Karob, Robert Paris

La thèse écolo-anthropocène-biodiversité-climat-planète durable revient au vieil adage suméro-biblique d’une nature initialement bonne qui serait démolie et pervertie par un homme mauvais voulant surexploiter la Terre, thèse qui combat le socialisme-communisme plus encore que le capitalisme

Il y a de nombreuses raisons de ne pas retenir la notion récemment inventée d’ « ère anthropocène ». Il s’agit d’une tentative de considérer l’être humain comme la marque d’une ère géologique !

La première raison de rejeter cette idée, c’est qu’elle accroit le préjugé anthropocentrique selon lequel l’homme dominerait actuellement l’ensemble des processus naturels sur Terre, qu’ils soient vivants ou non, préjugé aussi selon lequel l’homme ne fait pas partie de la nature.

La seconde, c’est qu’elle met l’action de l’homme juste en dessous des éons et sur le même plan que les ères.

La troisième, c’est que cette thèse accuse l’homme en général, et pas un système social particulier, comme le capitalisme ou l’ensemble des systèmes d’exploitation de l’homme, de nombreux maux réels ou imaginaires (réchauffement global, déforestation, destruction de la biodiversité, immersion des terres, pollution, gaz carbonique, etc.). La thèse de l’anthropocène fait de l’homme le coupable et non la victime des défautsz et des crimes des sociétés humaines.

Enfin, elle place sur le même plan des évolutions terrestres qui ne peuvent pas se comparer. Il n’y a pas de raison scientifiquement valable pour une telle affirmation. Voici l’échelle des temps géologiques :

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89chelle_des_temps_g%C3%A9ologiques

Non ! tous les scientifiques ne sont pas d’accord avec la notion d’anthropocène !

On nous dit maintenant que parler d’anthropocène comme d’une ère géologique est « un geste militant ». Auparavant, on nous disait que c’était un constat scientifique !

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-question-du-jour/la-question-du-jour-emission-du-jeudi-02-mai-2024-5852449

Pourquoi l’anthropocène n’existe pas comme période géologique

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/terre-anthropocene-nexiste-pas-comme-epoque-geologique-113334/

La notion d’ « anthropocène » provoque même un séisme chez les géologues !

https://www.la-croix.com/planete/climat-l-anthropocene-provoque-un-seisme-chez-les-geologues-20240416

La notion est anthropocentrique !

https://actualites.uqam.ca/2023/sommes-nous-vraiment-entres-dans-lanthropocene/
L’expression Anthropocène est utilisée en construisant le « nous » de manière faussement inclusive et universelle. En effet, au-delà de la lecture ahistorique (ou antihistorique, c’est selon) qu’implique le concept de l’Anthropocène, celui-ci risque d’impliquer aussi une lecture apolitique et asociale du présent.

https://www.ledevoir.com/opinion/idees/775790/point-de-vue-le-faux-universalisme-de-l-anthropocene

On souvient du mythe suméro-bibilique dit du « jardin d’Eden » ou d’ « Adam et Eve ». L’homme disposait d’un jardin magnifique dont il lui suffisait de cueillir les fruits, à condition de ne pas chercher à les étudier pour en augmenter la production et la diriger. Dès lors qu’il a été saisi par un appétit d’augmenter ses richesses en faisant produire des plantes et des arbres fruitiers plutôt que de se contenter de ceux qui existaient naturellement, il a été contraint à l’esclavage du travail agricole.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article7010

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article5825

Ils prétendent relier les pluies dilluviennes actuelles au réchauffement climatique.

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/meteorologie-pluies-intenses-ces-dernieres-semaines-sont-elles-liees-temperature-anormale-ocean-109109/?utm_source=pocket-newtab-fr-fr

Mais les prédictions qu’ils faisaient concernant le réchauffement, c’est qu’il y aurait de la sécheresse sans pluie et pas des pluies diluviennes !

La thèse du réchauffement, c’est comme les dix plaies d’Egypte de l’Ancien Testament…

https://diplomatie-humanitaire.org/lhumanite-soumise-a-des-catastrophes-climatiques-en-cascade/

Climato-pessimisme à l’œuvre…

Une étude dévoile la date à partir de laquelle la Terre va devenir inhabitable

https://www.info-flash.com/info-flash/actualites/france/92559-google-actualites/64290935-une-etude-devoile-la-date-a-partir-de-laquelle-la-terre-va-devenir-inhabitable-a-cause-d-une-raison-surprenante-jeuxvideo-com.html

La terre va devenir une fournaise

https://www.tvanouvelles.ca/2018/08/06/le-changement-climatique-risque-de-transformer-la-terre-en-fournaise

La Terre sera inhabitable

https://www.letemps.ch/sciences/environnement/la-terre-sera-inhabitable-dans-250-millions-d-annees

Terre hostile aux humains

https://www.geo.fr/environnement/en-2500-la-terre-sera-devenue-hostile-aux-humains-206501

Réchauffement climatique : la Terre sera bientôt inhabitable pour l’Homme

https://www.notre-planete.info/actualites/1441-rechauffement-climatique-Terre-non-retour

La terre pourrait devenir inhabitable plus tôt que prévu

https://www.neozone.org/ecologie-planete/terre-pourrait-devenir-inhabitable-plus-tot-que-prevu/

Vous aviez prévu quoi, vous, dans 250 millions d’années ?!!!

La thèse soi-disant scientifique de « l’anthropocène » (ce n’est là encore qu’une hypothèse) ne dit pas que le capitalisme est destructeur de la vie et de la Terre, mais que c’est l’homme, depuis ses premières civilisations agricoles qui est à condamner !

https://www.rts.ch/info/sciences-tech/3144723-lhomme-responsable-dune-nouvelle-ere-geologique.html

Les écolo-décroissants nous disent que Marx fait partie de l’anthropocène et est aussi coupable…

https://www.leftcom.org/fr/articles/2023-10-23/d%C3%A9croissance-et-marxisme-une-critique

Présenter certaines relations sociales et certaines relation de la société avec son environnement naturel comme des propriétés naturelles de l’espèce humaine n’a rien de nouveau.

Cette thèse dite écologiste accuse l’homme de la surexploitation des capacités de la planète, en général, et pas spécialement le capitalisme. Elles bloquent toute perspective de changement du système social. Si le productivisme est le résultat de la (mauviase) nature humaine, comment peut-on imaginer quelque-chose de différent ?

D’ailleurs, cette thèse affirme que les civilisations qui ont précédé le capitalisme auraient chuté fondamentalement pour exactement les mêmes raisons qui menaceraient à nouveau le monde. Mais cela n’est pas exact : les anciennes civilisations ont chuté du fait de la lutte des classes, parce que les exploités ont renversé ces régimes sociaux et politiques.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article5165

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article2132

Pourquoi est-ce le socialisme et le communisme que les affolés de la biodiversité, du climat et du gaz carbonique combattraient, vous demandez-vous ? Eh bien, il faut d’abord se souvenir que la base indispensable de l’idée socialiste et communiste est celle d’une société d’abondance qui permette à tous les êtres humains de vivre aisément sans exploiter personne et sans accepter d’être exploités. Sans la capacité des humains à tirer de la Terre les moyens de satisfaire tous leurs besoins de manière aisée et large, pas de société sans classes, pas de société sans exploitation, pas de société sans capital et accumulation, pas de société sans soumission aux lois du marché, pas de société sans Etat oppressif, pas de société dépassant en somme les capacités du capitalisme.

Marx explique que le capitalisme, c’est-à-dire la croissance économique basée sur l’accumulation du capital et la propriété privée, dépend de l’exploitation du surtravail des ouvriers, mais qu’une société post-capitaliste permettrait la distribution libre et gratuite des biens, rendue possible par l’abondance découlant de l’automatisation.
L’économie communiste découle d’un système socialiste le précédant. Selon Marx, le socialisme - c’est-à-dire la propriété socialisée des moyens de productions - permettrait le progrès vers le développement d’une économie communiste totale par le développement des techniques avancées. Sous le socialisme, avec les niveaux d’automatisation croissants, une proportion sans cesse croissante des biens seraient distribués gratuitement.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_l%27abondance

« Tant que la société ne réalisera pas l’abondance – et le capitalisme ne peut réaliser que la surproduction, donc la destruction de l’excédent par le gaspillage et les guerres – il y aura contingentement (par l’argent du salaire ou les bons de travail). Mais c’est par la conquête
du pouvoir que la différence qualitative sera faite entre capitalisme et socialisme, quand les ouvriers administreront l’économie à leur avantage, en mettant leur généreux surtravail au profit de l’émancipation de tous – ce qui abolit à la fois le travail nécessaire forcé et transforme du même coup le contenu même du travail qui, étant don gratuit, perd son caractère pénible et devient activité épanouie de l’homme épanoui lui-aussi. »

https://www.marxists.org/francais/marx/works/00/societe/societe_communiste.pdf

Karl Marx écrit : « Dans une phase supérieure de la société communiste, quand auront disparu l’asservissante subordination des individus à la division du travail et, avec elle, l’opposition entre le travail intellectuel et le travail manuel ; quand le travail ne sera pas seulement un moyen de vivre, mais deviendra lui-même le premier besoin vital ; quand, avec le développement multiple des individus, les forces productives se seront accrues elles aussi et que toutes les sources de la richesse collective jailliront avec abondance, alors seulement l’horizon borné du droit bourgeois pourra être définitivement dépassé et la société pourra écrire sur ses drapeaux « De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ! »

https://www.marxists.org/francais/marx/works/1875/05/18750500a.htm

Trotsky affirmait aussi : « Le marxisme procède du développement de la technique, comme du ressort principal du progrès, et bâtit le programme communiste sur la dynamique des forces de production. A supposer qu’une catastrophe cosmique ravage dans un avenir plus ou moins rapproché notre planète, force nous serait de renoncer à la perspective du communisme comme à bien d’autres choses. Abstraction faite de ce danger, problématique pour le moment, nous n’avons pas la moindre raison scientifique d’assigner par avance des limites, quelles qu’elles soient, à nos possibilités techniques, industrielles et culturelles. Le marxisme est profondément pénétré de l’optimisme du progrès et cela suffit, soit dit en passant, à l’opposer irréductiblement à la religion.
La base matérielle du communisme doit consister en un développement de la puissance économique de l’homme tel que le travail productif, cessant d’être une charge et une peine, n’ait besoin d’aucun aiguillon et la répartition — comme aujourd’hui dans une famille aisée ou une pension "convenable" — d’autre contrôle que ceux de l’éducation, de l’habitude, de l’opinion publique. Il faut, pour parler franc, une forte dose de stupidité pour considérer comme utopique une perspective aussi modeste en définitive. »

https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/revtrahie/frodcp3.htm

Trotsky rajoutait : « Le socialisme triomphera entièrement et définitivement du capitalisme uniquement parce qu´il assurera une quantité beaucoup plus grande de produits à chaque unité de force vive humaine. »

https://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1922/11/lt19221114.htm

« Le socialisme n’a pas pour but de créer une psychologie socialiste comme prémisse du socialisme, mais de créer des conditions de vie socialiste comme prémisses d’une psychologie socialiste. » affirme Trotsky.

https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/bilanp/bilan_persp_7.html

Les prétendus écologistes dénoncent Marx comme productiviste parce qu’il affirme que la base même du socialisme est la capacité de l’humanité de produire suffisamment pour satisfaire ses besoins.

https://biosphere.ouvaton.org/blog/karl-marx-productiviste-ne-pouvait-pas-etre-ecolo/

file :///C :/Users/HP/Downloads/lespossibles_72_3144.pdf

L’idéologie écolo de la décroissance s’oppose bien plus au socialisme qu’au capitalisme.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1998

file :///C :/Users/HP/Downloads/lespossibles_72_3144.pdf

Les réformistes actuels se disposent à abandonner l’objectif d’une société d’abondance au nom de prétendues nécessités environnementales.

https://www.gauchebdo.ch/2021/07/05/le-socialisme-et-labondance-industrielle/index.html

Il faut rappeler cependant que l’origine du véritable concept de défense de l’écologie et de la Terre est à chercher chez le socialiste Fourier et le communiste Marx !

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4144

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article5771

http://harribey.u-bordeaux.fr/travaux/soutenabilite/marx-productiviste-ou-ecologiste.pdf

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article2134

« Chaque progrès de l’agriculture capitaliste est un progrès non seulement dans l’art de dépouiller le travailleur, mais encore dans l’art de dépouiller le sol... La production capitaliste ne développe donc la technique et la combinaison du procès de production sociale qu’en épuisant simultanément les deux sources d’où jaillit toute richesse : la terre et le travailleur. »
écrit Karl Marx, dans Le Capital, Livre 1.

Engels écrivait en 1876 que le mode de production capitaliste générait toute une série de retours de bâton écologiques à cause de la logique de profit à court terme :

« Là où des capitalistes individuels produisent et échangent pour le profit immédiat, on ne peut prendre en considération au premier chef que les résultats les plus proches, les plus immédiats. Pourvu qu’individuellement le fabricant ou le négociant vende la marchandise produite ou achetée avec le petit profit d’usage, il est satisfait et ne se préoccupe pas de ce qu’il advient ensuite de la marchandise et de son acheteur. Il en va de même des effets naturels de ces actions. Les planteurs espagnols à Cuba qui incendièrent les forêts sur les pentes et trouvèrent dans la cendre assez d’engrais pour une génération d’arbres à café extrêmement rentables. Que leur importait que, par la suite, les averses tropicales emportent la couche de terre superficielle désormais sans protection, ne laissant derrière elle que les rochers nus ? Vis à vis de la nature comme de la société, on ne considère principalement, dans le mode de production actuel, que le résultat le plus proche, le plus tangible ; et ensuite on s’étonne encore que les conséquences lointaines des actions visant à ce résultat immédiat soient tout autres, le plus souvent tout à fait opposées. »

Pourquoi les civilisations sont-elles vouées à disparaître ... brutalement ? Parce que tout système social a des limites et que, lorsque celles-ci sont atteintes, les exploités se révoltent et veulent le renverser.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1046

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article2078

Bien des auteurs ne veulent surtout pas voir une lutte de classes comme cause de la chute des anciennes civilisations, non pas pour des raisons scientifiques mais pour exclure la lutte des classes du prolétariat comme cause de chute du monde capitaliste.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1677

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article2563

Centrée sur la société de l’île de Pâques, l’ouvrage « Effondrement » de Jared Diamond présente la thèse écologiste de l’environnement comme cause première des effondrements de civilisations. Même si c’est effectivement sa thèse centrale, l’auteur ne s’en est pas contenté. Il a été amené à relever que les sociétés ont changé, ou sont disparues, du fait de révolutions. S’il débute en résumant sa thèse en expliquant que : « L’histoire de l’île de Pâques nous rapproche aussi près que possible d’un cas « pur » d’effondrement dû à des facteurs écologistes – ici la déforestation totale qui conduisit à la guerre, au renversement des élites, ainsi qu’à la disparition massive de la population. » Jared Diamond a particulièrement développé cette dernière thèse dans les cas des Vikings, du peuple des pierres dressées de l’ile de Pâques et des Mayas.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1750

Notons d’abord que le cas des 5.000 Vikings du Groenland, dont Diamond fait grand cas, doit être mis à l’écart puisque, selon l’auteur lui-même, l’effondrement de cette colonie s’expliquerait par l’incapacité et le refus de ses membres de changer leur mode de vie pour s’adapter au « Petit Age Glaciaire » : il s’agirait donc d’une catastrophe naturelle, pas d’une catastrophe écologique « anthropique ».

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1046

Ce n’est pas l’absence de traces de révolutions sociales qui guide de tels travaux mais un choix social et politique : écarter ces faits. Même s’il rapporte que la population maya a subi une violente guerre civile due à des causes sociales qui a décimé sa population, Jared Diamond recherche la raison de la disparition de la civilisation maya dans une catastrophe écologique liée à la surexploitation des ressources agricoles.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article5243

Il n’est pas exact que tous les scientifiques rejoignent la thèse de Jared Diamond et des des écolo-climatiques.

Voici, par exemple, une interview de Norman Yoffee :
« La notion d’effondrement des civilisations a aujourd’hui une grande résonance à cause des inquiétudes suscitées par le réchauffement climatique. (...) de nombreuses recherches ont été effectuées, par exemple dans le best seller de Jared Diamond "Collapse of civilisations". mais il faut les lire avec précaution (...) Lorsqu’on étudie de près les raisons qui ont conduit des sociétés du passé à de profonds changements - en Mésopotamie mais aussi dans la vallée de l’Indus avec la civilisation d’Harappa, où entre 3000 et 2000 avant notre ère les villes fleurissent avant d’être totalement abandonnées, ou encore en Amérique, où les Mayas fondent des grandes villes à partir de 200 avant notre ère pour en abandonner certaines aux alentours de 900 - on s’aperçoit que ces changements, pour la plupart, ne sont pas dus à une dégradation de l’environnement. Certes, les hommes ont altéré leur environnement de nombreuses manières. Ils ont coupé les forêts, tué certains animaux, en ont introduit d’autres. Aucun système politique ne s’est pourtant jamais effondré du fait de ces seules altérations. (...) Je voudrais dire un mot d’un autre exemple, souvent cité en matière d’effondrement, celui des Mayas. Dans la région habitée autrefois par les Mayas, certaines villes ont très certainement été abandonnées. manifestement un événement grave s’est produit. (...) Comment des Etats riches et puissants, aux souverains redoutés et aux monuments grandioses, ont-ils pu disparaître complètement de la surface de la Terre au point que parfois la signification même de leurs ruines a sombré dans l’oubli ? La question a fasciné toutes les époques : les penseurs du 17ème et 18ème siècle ont tenté d’y répondre sa référant à des auteurs de la Renaissance - qui à son tour cite des Romains, qui eux-mêmes renvoient à Hérodote et autres Grecs... Pour les fondateurs du communisme, le renversement violent des formes sociales dépassées était dans la logique naturelle de l’évolution historique. (...) La fragilité naturelle des sociétés humaines, surtout au-delà d’un certain degré de complexité, a été soulignée par de nombreux spécialistes. (...) Les sociétés possédant un Etat et une société urbaine sont facilement déstabilisées par des perturbations (...) L’anthropologue américain George Cowgil met lui aussi en garde contre la tentation de supposer que les sociétés sont naturellement des entités stables : "J’incline fortement à penser que l’idée que n’importe quel Etat ait jamais fonctionné véritablement harmonieusement n’est qu’un mythe propagé par les élites dirigeantes. Même dans les meilleurs jours, la plupart des Etats ont probablement été des édifices assez brinquebalants, aux mieux à moitié compris par les gens qui les ont construits, maintenus, subis ou combattus. »

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1046

Le discours que l’on entend tous les jours dans les média, devenu pensée unique, est le suivant : l’homme veut trop de richesses et a épuisé la terre. Il doit faire des sacrifices s’il veut la préserver pour les générations futures. Cette vision, prétendument fondée sur les sciences, dresse le tableau d’une crise de l’humanité qui ne serait pas celle du capitalisme, pourtant bel et bien présente, mais celle des individus qui en veulent trop. Elle se fonde sur l’idée que la terre serait fondée sur des équilibres que l’homme détruirait : équilibre de la biodiversité ou équilibre du climat.
Elle prétend surfer sur l’ambiance de peur causée par la crise systémique du capitalisme afin de la détourner et même d’en profiter.
Philosophiquement et scientifiquement, elle est infondée.
L’image d’un passé équilibré au plan de la biodiversité et du climat est totalement imaginaire.
Les mécanismes du climat et ceux du vivant sont fondés non sur un équilibre fixe mais sur des multiples équilibres instables sans cesse remis en question et qui sont construits successivement par des mécanismes de rétroactions fondés sur des contradictions et agissant non à un seul niveau de structure mais entre plusieurs niveaux.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article1790

Les média, les gouvernants, les partis, y compris de gauche ou de prétendue extrême-gauche, les institutions étatiques pseudo-scientifiques, personne ne contredit la thèse fallacieuse selon laquelle le plus grave problème de la planète serait la mise en cause de l’environnement par l’activité humaine et notamment l’excès de CO² atmosphérique accusé de causer, par effet de serre, une augmentation de la température gloabale terrestre (un paramètre qui scientifiquement n’existe pas !).

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4906

Pourtant, le CO² n’est nullement un polluant de l’industrie capitaliste et est même le fondement de la vie sur Terre, tout comme l’effet de serre est indispensable à son maintien !

https://www.inc.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/le-co2-lorigine-de-la-vie

CNRS : « Sans cet effet de serre, la température à la surface de la Terre serait de -18°C et la vie, si elle s’ y avérait possible, serait fort différente. »
En somme, pas survie possible sur Terre sans effet de serre.

https://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim/contenu/alternative/alter2_textes.html

Le réchauffement causé par effet de serre existe bel et bien mais il n’est pas cause d’un réchauffement global catastrophique, contrairement à la thèse diffusée par les autorités gouvernementales et les institutions étatiques pseudo-scientifiques.

Mais, direz-vous, tous les climatologues disent que l’effet de serre est dévastateur actuellement pour la planète ? C’est faux !

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4142

Les climatologues sont tous d’accord avec la thèse du réchauffement anthropique ?

Faux ! Voici une liste de grands climatologues qui n’approuvent pas la thèse du réchauffement anthropique dû à l’effet de serre lié au gaz carbonique : Yury Izrael, Wallace Broeker, Khabibullo Abdoussamatov, Richard Lindzen, Marcel Leroux, Bill Gray, Paul Reiter, Frederick Seitz, Vincent Gray, Antonio Zichichi, Augie Auer, Michael Griffin, Robert Carter, Reid Bryson, Nils-Axel Mörner, Tom V. Segalstad, Madhav L. Khandekar, Al Pekarek, Tim Patterson, Freeman Dyson, Tim Ball, John Coleman, Daniel Botkin, David Douglass, John Christy, Fred Singer, Syun Akasofu, Rosa Compagnucci, Juan Minetti, Eduardo Toni, Oleg Sorokhtin, Jose Joaquim Delgado Domingos, Hendrik Tennekes, Art Douglas ; Howard C. Hayden ... En fait, en dehors de cette liste, on a recencé environ 20.000 climatologues qui sont dans le même cas !!!

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article57
Voici ce que disent les véritables scientifiques à propos de l’hystérie climatique :
« Malheureusement, l’hystérie du réchauffement climatique, tel que je le vois, est basée sur la politique plus que sur la science »

 Freeman Dyson, physicien, mathématicien, Professor emeritus, Institute for Advanced Study, Princeton. Un des plus grands scientifiques de notre ère.

« Quelle que soit la nature d’un sujet scientifique, quand on vous dit que ce sujet scientifique est réglé, qu’il n’y a plus besoin de regarder, que les solutions sont connues et qu’il n’y a plus lieu à débat, inquiétez-vous ! C’est que vous êtes en train d’approcher du dogme ou de la religion, mais pas de la science. Là où il n’y a plus de débat, il n’y a plus de science. »

 Vincent Courtillot, géophysicien

“ Ce que nous voyons à la télévision [sur les changements climatiques], c’est de la propagande. C’est de l’alarmisme absurde et ça fait peur aux enfants. C’est une question qui me préoccupe beaucoup. Ce sont des exagérations, de la véhémence et des grossièretés. Ils n’ont pas d’arguments scientifiques sobres et raisonnés. En fait, c’est du n’importe quoi. »

– Judith Curry, professeure au Georgia Tech d’Atlanta. Décorée par l’American Meteorological Society, l’American Geophysical Union, la NASA et la NOAA

“J’ai donné une scéance d’information (à propos des faussetés du réchauffement cliamtique) et trois membres du cabinet environnemental du gouvernement canadien sont venu me voir après et ont dit : « On est d’accord avec vous, mais ça vaut pas le coup de risquer nos jobs de le dire ». Ce qui est en train de se créer est une immense industrie avec des milliards de dollars de l’argent du gouvernement et de jobs qui en dépendent”

– Dr. Tim Ball, Coast-to-Coast, Feb 6, 2007

“Plusieurs scientifiques du climat respectés m’ont dit qu’ils seraient publiquement beaucoup plus sceptiques s’ils n’avaient pas peur de perdre leur financement, lequel est controllé par des organisations « politiquement correctes »

 Peter Friedman, professor mechanical engineering-University of Massachusetts, member of the American Geophysical Union

« Le réchauffement climatique global n’est pas un phénomène anormal. Y voir une responsabilité humaine découle d’une science fausse ».

Battaglia Franco – PhD – Professeur de Physique et Chimie de l’Environnement Université de Modène

« La peur du réchauffement climatique est le pire scandale scientifique de l’histoire. Quand les gens vont se rendre compte de la vérité, ils vont se sentir floués par la science et les scientifiques »

Dr. Kiminori Itoh, award-winning PhD environmental physical chemist, IPCC expert reviewer

“Comme les données de glaciologie et les anneaux de croissance des arbres montrent, les changements climatiques sont des phénomènes naturels qui sont arrivé à de mutiples occcasions dans le passé, autant en magnitude qu’en vitesse comparés aux changements qui sont arrivés dans les décennies récentes”

 Gerhard Lobert, physicien

“Le réchauffement climatique est devenu une nouvelle religion.”

 Ivar Giaever, Prix Nobel de Physique

« Il y a des gens qui ont juste besoin d’avoir une cause qui est plus grande qu’eux mêmes, alors ils peuvent se sentir vertueux et dire que les autres ne sont pas vertueux.”

 Freeman Dyson, physicien

« Il y a 10 ans, je ne faisait que répéter tel un perroquet ce que le GIEC nous disait. Un jour j’ai commencé à vérifier les données et les faits. Au début j’avais un doute, mais ensuite je suis devenu outré quand j’ai découvert que ce que le GIEC et les médias nous disaient étaient de pures absurdités et n’était même pas supporté par des faits scientifique ou mesures. Depuis ce jour, j’ai honte qu’en tant que scientifique j’ai fait des présentations de leur science sans la vérifier en premier »

 Klaus-Eckart Puls, metéorologue

« Le climat est devenu un sujet complètement artificiel calé sur un calendrier diplomatique et politique ».

 Philippe Verdier – Master en développement durable – Présentateur météo TV – Chef du service météo France Télévision. (licencié après avoir écrit un livre qui dénonce le GIEC)

”Si la planète est à risque, c’est de l’alliance corrompue entre les charlatan « verts, les suceurs de subventions et les politiciens. Ensemble, ils ont créé un monstre qui cause plus de dévastation globale qu’il n’y en a eu en 5000 ans de civilisation.”

– Mark Duchamp, Chairman, World Council for Nature, June 18, 2013

« L’accord de Paris est uniquement pour donner plus de pouvoir à L’ONU et n’a rien à voir avec le climat. »

 John Coleman, météorologue, fondateur du Weather Channel

“Hundreds of billion dollars have been wasted with the attempt of imposing a Anthropogenic Global Warming (AGW) theory that is not supported by physical world evidences…AGW has been forcefully imposed by means of a barrage of scare stories and indoctrination that begins in the elementary school textbooks.”

 Brazilian Geologist Geraldo Luís Lino, who authored the 2009 book ―The Global Warming Fraud : How a Natural Phenomenon Was Converted into a False World Emergency

Et voici ce que les alarmistes (qui sont en majorité des activistes, des artistes et des politiciens) disent :

« Ca n’a pas d’importance ce qui est vrai, ce qui compte c’est ce que les gens croient qui est vrai. »

– Paul Watson, co-founder of Greenpeace

« On doit avoir un support très large, pour capter l’imagination du public on doit alors offrir des scénarios effrayants, faire des déclarations simplifiées et dramatiques, et ne pas faire mention d’aucun doute… Chacun de nous doit décider de la balance entre être effectif et être honnête. »

– Prof. Stephen Schneider, Stanford Professor of Climatology, auteur principal de plusieurs rapports du GIEC

« Nous écrivions des histoires de peur de façon routinière … Nos rapports de presse étaient plus ou moins vrais .. Nous étions là pour fouetter le public dans un frénésie à propos de l’environnement. »

Jim Sibbison, journaliste environnemental, ex-relationiste pour L’Agence de Protection de l’Environnement (EPA)

« Je crois qu’il est approprié d’avoir une exagération dans la présentation des faits sur combien c’est dangereux, comme une prédisposition pour ouvrir l’audience à écouter ce que sont les solutions, et comment nous sommes pleins d’espoir que nous allons régler cette crise. »

Al Gore, ancien vice-président des U.S., activiste devenu multimilionnaire avec le marché du carbone

« La seule façon pousser la société à vraiment changer est d’appeurer les gens avec une possibilité de catastrophe. »

– Daniel Botkin

« Je pense aussi que la science est manipulée pour la politiser, ce qui n’est pas bon pour nous [scientifiques du climat] et n’est pas très brillant à long terme. »

Peter Thorne, (Extrait du scandale du Climategate #3066)

Et voici ce qui est le plus important à retenir :

Henry-Louis Mencken :

« L’objectif global des pratiques politiques est de garder la population alarmée – et donc voulant être mené vers la sécurité – en la menaçant avec toute une série de croque-mitaines, tous imaginaires. »

« L’urgence de sauver l’humanité est presque toujours seulement une fausse façade pour l’urgence de la contrôler. »

L’équilibre de la biodiversité et du climat est-il menacé ? Mais a-t-il jamais existé d’équilibre naturel dans ces domaines ?

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article3886

En production capitaliste, le vrai bio n’existe pas !!!

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4910

Les gouvernants qui sont le plus grand soutien aux fabricants capitalistes de béton, de nucléaire, de produits dérivés du pétrole, de chimie, de pharmacie, avec toutes les conséquences les plus nuisibles qui soient. Il ne propose nullement de surveiller les industries polluantes ou le secteur du Bâtiment, de limiter leur capacité de nuisance. Plus que jamais les gouvernants sont, au contraire, prêts à tout accepter des industriels pour permettre de développer l’économie capitaliste et préserver les investissements productifs en chute libre. Du coup, la méthode choisie est celle des compensations : on pollue, on détruit la nature, mais on demande aux industries de créer, « en compensation », des zones « naturelles » !!! Très drôle !!!
La réalité, c’est que le capitalisme se moque de la nature ou de sa diversité et ne tient qu’aux espèces qui sont productrices de profit. Personne ne peut, et personne au pouvoir dans l’Etat bourgeois ne veut ni ne voudra à l’avenir, l’en empêcher. L’opinion publique, si elle est mise à contribution pour soutenir la défense de la biodiversité, n’a aucun rôle dans les décisions de la société bourgeoise ni aucun pouvoir réel, et pas plus dans les sociétés dites démocratiques que dans les autres.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4978

Est-il vrai que le climat, ce soit d’abord l’effet de serre et que cela dépende essentiellement du gaz carbonique CO² ?

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article3894

Que dit la thèse du réchauffement climatique dû au CO² et d’origine humaine ?

http://www.matierevolution.org/spip.php?article46

Est-ce prouvé scientifiquement : la Terre se réchauffe-t-elle de manière catastrophique du fait de l’activité humaine ? Pas du tout !

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article5721

Bien des gens sont maintenant persuadés que le réchauffement global anthropique n’est pas une hypothèse mais un fait établi. Et ils ont tort ! Ce n’est qu’une projection des prévisionnistes et elle n’est absolument pas prouvée. A contraire même puisque nous sommes dans une phase de décroissance de l’énergie solaire émise par notre étoile et reçue par la Terre, donc en phase d’approche d’une glaciation. Même si l’activité humaine devait augmenter légèrement la température de la Terre, cela ne ferait que retarder un peu la glaciation inévitable et cela ne serait pas un grand mal, au contraire.
Loin d’être d’abord d’origine humaine, l’effet de serre est d’abord naturel. Loin d’être seulement nocif, il est la raison de notre existence et de celle du vivant. Sans lui, pas de vie terrestre ! De même que sans le CO², pas de vie terrestre !!!
La vie humaine, et la vie tout court sur la planète, sont bien plus menacés par la glaciation que par le réchauffement !!!
La connaissance même du climat est actuellement occultée par les discours réchauffistes : on en vient à croire que le seul facteur du climat serait la température globale, alors que les paramètres essentiels sont la pression, le vent, le sel marin, la vapeur d’eau dans l’air, les types de nuages, les courants marins, la formation des êtres vivants en particulier des planctons, les courants marins et on en passe… On en vient à croire que le point principal de l’évolution du climat terrestre serait le CO² atmosphérique alors que l’essentiel largement du CO² est dissous dans l’eau, dans les masses de craie, dans les animaux marins… Et surtout que ce n’est pas le CO² qui prime dans le climat mais l’émission de rayonnement solaire !!!
Bien des gens sont persuadés que, si le système n’est plus pérenne, c’est à cause du climat, alors que c’est à cause de ses fondements sociaux et économiques, essentiellement de la propriété privée par une infime minorité de l’essentiel des richesses et du fossé gigantesque entre possesseurs des capitaux et ceux qui ne vivent de plus en plus durement que de leur travail. Et ce n’est pas le climat qui est menacé de mort mais le capitalisme qui a atteint ses limites et s’effondre inéluctablement… C’est cela qu’il s’agit d’occulter avec la propagande climatique, même si la plupart des défenseurs du climat croient au contraire agir pour imposer aux capitalistes et aux gouvernants de cesser de polluer.
Certains se diront qu’il est impossible que tous les média, la plupart des gouvernants et une bonne partie des scientifiques eux-mêmes proclament l’existence d’un réchauffement global anthropique et… que ce soit faux ! Eh bien, ils manquent de mémoire : les mêmes avaient affirmé que la démographie était exponentielle et que les ressources en énergie seraient épuisées au début des années 2000 !!! Ils avaient affirmé qu’aujourd’hui il n’y aurait plus glaciers à l’Himalaya. Et c’était faux ! Ils se contredisent d’ailleurs entre eux : certains affirment par exemple que l’Antarctique fond et d’autres que c’est le réchauffement qui explique que les glaces s’accroissent au pôle sud antarctique en même temps que la température y baisse !!!

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article5398

Les arnaques de la campagne de la bourgeoisie en faveur du « durable »

Qu’est-ce qu’une campagne de « développement durable » qui cache l’essentiel des causes de pollution (celles de l’industrie chimique, automobile, nucléaire), de ses vrais responsables qui ne sont nullement les pratiques quotidiennes de la population civile, mais les pratiques des capitalistes.
Pas un mot en effet dans cette campagne sur l’amiante, sur les déchets nucléaires, sur Fukushima et Tchernobyl, sur les maux d’une industrie du médicament livrée aux intérêts privés, etc, etc…
La campagne pour le durable est une vraie campagne de propagande de la bourgeoisie, visant à faire croire que la crise du monde capitaliste serait une crise des ressources, une crise du climat, une crise des comportements humains, une crise du développement économique en général, une crise écologique, une crise démographique, une crise du modèle de croissance économique, une crise de la suractivité anthropique mais surtout pas une crise du système d’exploitation de l’homme par l’homme…
Tout au plus, certains courants écologistes prônent un capitalisme modéré, pondéré, contrôlé, moins sauvage, plus limité, plus ralenti… Ils se gardent de désigner clairement du doigt les intérêts capitalistes. On a bien vu les écologistes français au gouvernement se garder de désigner du doigt les capitalistes du nucléaire, ceux du bâtiment (courtisés par la ministre Duflot), ceux de la chimie, de l’automobile, etc, ces vrais responsables de l’essentiel des pollutions.

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article3191

Vous avez dit durable ? Pour le monde capitaliste à l’agonie ! Comme c’est bizarre !

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article4647

Les préoccupations prétendument écologiques et climatiques des classes dirigeantes ne valent pas un pet de lapin !

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article7336

Conclusion : chercher à réformer de manière soi-disant écologique le capitalisme pour le rendre durable, c’est bel et bien combattre CONTRE la perspective socialiste-communiste de l’humanité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.