English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Noël en gilets jaunes !

Noël en gilets jaunes !

mercredi 23 novembre 2022, par Karob, Robert Paris

Comment le gouvernement français, véritable père Noël des capitalistes, se prépare un Noël de gilets jaunes et de comités de grève…

Toujours prêt à actionner le « quoi qu’il en coûte » pour aider grands patrons, grandes entreprises, grandes banques, trusts, financiers, bourses et autres officines capitalistes, sous tous les prétextes possibles comme hausse des prix de l’énergie, pandémie covid, concurrence mondiale, aide aux entreprises en difficulté, recherche, « sauver la planète et le climat » et autres balivernes, le gouvernement français s’est vu infliger un blâme non par les syndicats liés à l’Etat qui les finance (qui soutiennent au contraire les prétendues « aides aux entreprises » et « aides à l’emploi ») mais par le Fond Monétaire International, pourtant l’agence mondiale du grand capital !!

Au même moment qu’on relève ainsi que l’argent de nos impôts se jette massivement et à fonds perdus dans les trous financiers des capitalistes, ceux qui ont misé sur la Russie, ceux qui ont spéculé sur les cryptomonnaies, ceux qui ont misé leur capital dans d’autres spéculations hasardeuses, on apprend que les agents du fisc font tout pour ramener de l’argent dans les caisses publiques en pressurant des petits commerçants, au point que l’un d’entre eux, un brocanteur, acculé au suicide a pris en otage deux agents de cette administration, tuant l’un d’eux. Loin de se sentir coupable d’avoir mené à la mort deux personnes, le même gouvernement a l’audace d’organiser des cérémonies dans toutes les officines du fisc de France, ce qui ne va nullement redonner de la sécurité aux agents du fisc bien entendu ! Ni à tous ceux, petits commerçants mais aussi salariés, qu’elle entend pressurer ainsi. Le gouvernement, pour soi-disant rassurer les agents, n’a plus qu’à faire accompagner ses agents par la police dans de véritables nouvelles « dragonnades » pour renflouer les caisses.

Loin de s’en tenir là, le même gouvernement persiste à aider à fonds perdus les capitalistes en prise avec l’inflation mondiale massive que ces sorties de fonds publics ont suscité ! C’est un comble !

Par contre, à l’autre bout de la chaîne, les salariés se voient refuser par ce gouvernement de voleurs de l’argent public, toute indexation des salaires sur la hausse des prix, ce qui signifie qu’il organise méthodiquement la réduction massive des salaires et prend à la gorge progressivement tout le monde du travail, sans parler des chômeurs, des retraités, des femmes et des jeunes.

Loin d’y voir un motif à organiser une véritable lutte d’ensemble de tous ceux qui sont ainsi frappés, unissant ainsi les salariés et les chômeurs à tous les travailleurs indépendants pauvres, c’est-à-dire le peuple travailleur, les bureaucraties syndicales organisent leurs habituelles désorganisations des luttes, de lamentables comédies qui alternent processions dans les rues, journées de prières et messes basses avec le même pouvoir en suivant ainsi le modèle de leurs pères de l’Eglise, pourtant si discrédités par la poursuite de l’épidémie de pédophilie massive des prêtres et des cardinaux.

Plus que jamais, ces officines bureaucratiques dites improprement syndicales (il faut dire qu’on parle aussi de syndicat à propos du patronat et même de la mafia !) luttent d’abord et avant tout contre l’auto-organisation des luttes ouvrières, encadrant tout secteur de la classe ouvrière qui témoigne d’un coup de colère, d’une volonté d’en découdre, d’une envie d’entrer en grève pour éviter que cela ne se traduise par des assemblées de grévistes qui décident eux-mêmes des revendications, des moyens d’action, de l’extension de leur propre mouvement. Sans parler de ressortir le gilets jaunes, de se pointer aux portes des entreprises pour étendre le mouvement et porter la discussion dans les quartiers populaires ! En somme tout ce que les officines syndicales se sont toujours refusé à faire…

Alors que la colère sociale monte, malgré les lâchers de vapeur syndicaux, le gouvernement rajoute de nouvelles motivations d’entrer tous en lutte : réduction de la durée d’indemnisation des chômeurs, mesures pour réduire le chauffage des logements, menaces sur l’électricité en plein hiver, appels à la modération d’utilisation de l’énergie alors qu’on n’a jamais crevé de chaud dans les logements populaires l’hiver, attaques démagogiques et fascistes du gouvernement contre les sans-papiers et les immigrés,, discours prêchant « la sobriété » (et pas aux capitalistes du CAC40 qui atteignent des records de profits !), attaques contre les retraites, réductions de toutes sortes à l’hôpital public, fausses aides à la pédiatrie hospitalière débordée comme aux urgences, misère du secteur gériatrique dans les EPHAD et autres Orpea, population abandonnée à elle-même face à la pandémie par un gouvernement qui affiche le « face à covid, chacun est responsable de sa propre santé » alors qu’il entasse la population sans masques dans des transports bondés et des classes d’écoles bondées, le tout en réduisant volontairement sans cesse plus le service public pour réserver l’argent public aux aides aux intérêts privés des capitalistes « en difficulté » !

Et le reste de l’argent public va uniquement à l’armement, lui-même en hausse permanente en préparant ainsi la prochaine boucherie guerrière mondiale que ce gouvernement attise par tous les moyens aux quatre coins du monde et pas seulement en Ukraine.

Pourquoi augmenter massivement l’argent dédié à l’armée quand le gouvernement prétend ne pas être en guerre en Ukraine ni aux alentours (en Roumanie par exemple ?), prétend se retirer de certaines opérations militaires massives des périodes précédentes (Afghanistan, Afrique…). Il faut dire que là, il a été viré par la révolte des peuples, notamment pour son opération prétendument antiterroriste Barkhane dans de multiples pays d’Afrique comme Tchad, Mali, Burkina Faso, etc.

Oh oui, des raisons de sortir à nouveau en masse en gilets jaunes et de s’auto-organiser en masse en assemblée décisionnelles souveraines, en comités de grève, en piquets montent, montent de jour en jour, avec comme thermomètre la montée du froid de l’hiver qui vient, la hausse des prix (et pas que de l’ »énergie), les pénuries alimentaires ou de médicaments, la hausse des fréquentations des repas gratuits des nouveaux misérables, la dégradation massive de la santé, du moral des salariés au travail, du sort des femmes, des jeunes, des petits commerçants et artisans les plus pauvres…

Vive la nouvelle révolte en gilets jaunes et en assemblées qui élisent leur direction en comités de grève révocables et responsables devant la collectivité, véritable alternative au pouvoir capitaliste !

10 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0