English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - Livre Quatre : HISTOIRE CONTEMPORAINE > 09- Les mouvements de 1968-69 dans le monde > Sur la Vidéo "Mai 68 - Paroles ouvrières" de Lutte Ouvrière

Sur la Vidéo "Mai 68 - Paroles ouvrières" de Lutte Ouvrière

mardi 23 mars 2021, par Alex

L’organisation Lutte Ouvrière propose sur son site des Vidéos à propos de L’histoire du mouvement ouvrier et de la lutte des classes.

L’une d’elle a pour titre « Mai 68 - Paroles ouvrières ». Cette vidéo est excellente et on ne peut que la recommander. Parmi toutes les vidéos, c’est à notre avis la seule qu’on peut sans réserve, sans explications préliminaires, conseiller à toute personne qui « découvre » les idées révolutionnaires, ou est familier avec ces idées et est intéressé par des témoignages de travailleurs ayant participé à Mai 68.

On voit grâce à cette vidéo comment les travailleurs ont dû affronter les bureaucrates syndicaux, les « staliniens », et mettre en place des comités de grève en mai 68.

Cependant, cette vidéo suscite une question : pourquoi l’organisation LO parle-t-elle soudain de comités de grève et de la trahison des organisations syndicales dont c’est le métier ?

Ce qui manque, c’est donc le motif, l’objet de cette vidéo et des autres.

LO ne dit absolument pas : ce à quoi les travailleurs ont été confrontés dans le passé, dont Mai 68, reste d’actualité : il est vital pour les travailleur de s’auto-organiser sous forme de comités de grève, d’action etc ; et ils auront toujours contre eux les bureaucrates de la CGT, les staliniens, comme en 68, comme lors des récents mouvements .

Bien sûr, LO ne peut pas dire cette vérité, car cette organisation marche aujourd’hui main dans la main avec les staliniens, et ne parle plus de comités de grèves, de la trahison des organisations syndicales.

Parler de l’expérience d’auto-organisation en Mai 68, comme on parlerait des momies des pharaons (une vidéo leur est consacrée), est malheureusement une manière d’enterrer ces "paroles ouvrières". Arlette Laguiller apparait dans cette vidéo, ainsi que dans une autre à l’occasion de la sortie de son livre TOUJOURS MILITANTE. Le fait que LO ait rompu avec l’auto-organisation des travailleurs, dont la forme qu’elle prend dans les comités de grève, sonne malheureusement comme un enterrement politique de 1ère classe pour l’action passée d’Arlette de ce point de vue.

Nous exagérons ? Il suffit de lire le résumé du livre d’Arlette TOUJOURS MILITANTE proposé par LO :

En 1974, Arlette Laguiller, employée au Crédit Lyonnais, était candidate à l’élection présidentielle. C’était la première fois qu’une femme concourait dans « cette république d’hommes ».

Ce n’est pas le rôle d’Arlette de dirigeante dans la grève (avec comité de grève) du Crédit Lyonnais qui est mentionné, mais seulement les élections. Autre signe : dans la réédition de la brochure sur la grève de « Renault 1947 » (version LO qui omet de mentionner le rôle de Barta), la préface de Hardy avertissait : cette brochure permet de comprendre « l’époque ». Sous-entendu, les comités de grève ne sont plus d’actualité. Nous citons de mémoire.

Cette vidéo est peut-être ancienne, datant d’une époque où LO petite organisation continuait à défendre les comités de grève. Mais maintenant que LO est un parti médiatique, une mise au point sur son actualité ou non est nécessaire, car elle peut d’adresser à un public très large.

Si LO veut tuer et embaumer les comités de grèves, c’est à d’autres militants de reprendre cet acquis de l’expérience du mouvement ouvrier et de le faire vivre. Un commentaire doit donc être ajouté à cette vidéo : LO est dans les mouvements actuels l’un des plus farouches adversaires de ce que ses militants proposaient en Mai 68 !

Citons pour conclure deux exemples montrant comment des révolutionnaires qui écrivent sur des événements anciens ou récents peuvent préciser d’abord qu’ils s’adressent aux travailleurs, dans le but de leur donner des armes dans leur combat d’aujourd’hui.

C’est du point de vue socialiste que nous voulons raconter au peuple, aux ouvriers, aux paysans, les événements qui se développent de 1789 à la fin du XIXe siècle. Nous considérons la Révolution française comme un fait immense et d’une admirable fécondité ; mais elle n’est pas, à nos yeux, un fait définitif dont l’histoire n’aurait ensuite qu’à dérouler sans fin les conséquences. La Révolution française a préparé indirectement l’avènement du prolétariat. Elle a réalisé les deux conditions essentielles du socialisme, la démocratie et le capitalisme.

(Jean-Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française)

Nous voulons dans ces pages expliquer aux ouvriers avancés le sort qui attend la France dans les années qui viennent : la France qui, pour nous, n’est ni la Bourse, ni les banques, ni les trusts, ni le gouvernement, ni l’état-major, ni l’Eglise -ceux-là sont les oppresseurs de la France-, mais la classe ouvrière et les paysans exploités.

Trotsky (Ou va la France, 1934)

Lire aussi :

Mai 68 en France, occasion manquée par ou pour les révolutionnaires ?

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0