English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - Livre Deux : SCIENCES > Pourquoi on refuse de nous dire clairement si les chiens et les chats ont (...)

Pourquoi on refuse de nous dire clairement si les chiens et les chats ont le covid, le reçoivent de l’homme et le lui transmettent

vendredi 26 novembre 2021

Pourquoi on refuse de nous dire clairement si les chiens et les chats ont le covid, le reçoivent de l’homme et le lui transmettent

Ce qui est étrange, c’est qu’on n’a pas cessé de nous dire que des espèces animales étaient à l’origine du covid, que ce soit des pangolins, des chauves souris ou des visons, mais quand il s’agit des animaux domestiques, on nous dit qu’il ne leur arrive rien et c’est bizarre…

Pourtant, dès le variant alpha, on a su que les chiens et les chats étaient infectés

La transmission de l’Homme au chat et au chien est même très fréquente

Les animaux domestiques contaminés peuvent-ils transmettre le virus ? La presse essaie de rassurer du genre : « ce n’est pas prouvé », mais pourquoi dans un sens et pas dans l’autre ?

Est-ce exact de dire qu’on ne sait pas si les animaux contaminés par covid infectent l’homme ? Pas tout à fait. Selon l’Organisation mondiale de la santé animale, aucun cas de transmission de la COVID-19 d’un animal à un humain n’a été signalé. Cependant, des rapports indiquent que des visons ont infecté des travailleurs dans des visonnières du Pays-Bas et du Danemark.

On nous dit : « La question du virus pouvant passer de l’homme à l’animal et vice versa reste en suspend. »

[La CDC américaine nous dit que les animaux peuvent être contaminés et se contaminer entre eux :

« Des recherches expérimentales récentes montrent que de nombreux mammifères, notamment les chats, les chiens, les campagnols des champs, les furets, les chauves-souris frugivores, les hamsters, les visons, les porcs, les lapins, les chiens viverrins, les musaraignes et les cerfs de Virginie peuvent être infectés par le virus. Les chats, les furets, les chauves-souris frugivores, les hamsters, les chiens viverrins et les cerfs de Virginie peuvent également transmettre l’infection à d’autres animaux de la même espèce en laboratoire.

Un certain nombre d’études ont étudié les primates non humains comme modèles d’infection humaine. Les macaques rhésus, les macaques cynomolgus, les babouins, les grivets et les ouistitis communs peuvent être infectés par le SRAS-CoV-2 et tomber malades en laboratoire. Certaines preuves suggèrent que les souris de laboratoire, qui ne pourraient pas être infectées par des souches originales de SRAS-CoV-2, peuvent être infectées par de nouvelles variantes virales. »

Mais CDC conclue qu’on n’en sait encore rien…

« Depuis le début de la pandémie, les CDC mènent des efforts pour améliorer notre compréhension de la façon dont le SRAS-CoV-2 affecte les animaux et comment le virus pourrait se propager entre les humains et les animaux. »

https://www.cdc.gov/coronavirus/201...

« Des recherches aux Pays-Bas montrent qu’environ 20 % des chats et environ 15 % des chiens dans les ménages où une personne a COVID-19 auront des anticorps contre le SRAS-CoV-2 dans leur sang. Ce pourcentage est plus élevé que chez les chiens et les chats dont les propriétaires n’ont pas été testés positifs. Il est probable que les animaux aient été infectés par les propriétaires. »

https://www.rivm.nl/en/coronavirus-...

Cela, c’est le discours pour le grand public mais la science dit tout autre chose.

« Dans une enquête sur des chats et des chiens domestiques de patients COVID-19 confirmés en laboratoire, nous avons trouvé une séroprévalence élevée d’anticorps SARS-CoV-2, allant de 21% à 53%, selon les critères de positivité choisis. La séropositivité était significativement plus élevée chez les animaux de compagnie des ménages COVID-19+ par rapport à ceux dont les propriétaires étaient de statut inconnu. Nos résultats mettent en évidence le rôle potentiel des animaux de compagnie dans la propagation de l’épidémie. »

Et l’étude conclue : « Bien que nous ne puissions pas prouver définitivement que les dix animaux positifs ont été infectés par le SRAS-CoV-2, la séroprévalence beaucoup plus élevée chez les animaux des ménages COVID-19+ fournit des preuves solides que les animaux de compagnie ont été infectés par le SRAS-CoV-2.

Les réponses en anticorps très variables au SRAS-CoV-2 dans les infections humaines [13,14] remettent en question nos critères stricts de définition des tests séropositifs. Si l’on considère un animal séropositif si l’un des tests est positif, 53,2 % des animaux de compagnie des ménages COVID-19+ présentent des signes d’infection (58,8 % des chats (20/34) et 38,5 % des chiens (5/13)) contre 15,8 % (6/38) des animaux de compagnie dans les foyers de statut inconnu.

Une étude suisse récente a révélé que les tests d’anticorps anti-N sous-estiment considérablement (c’est-à-dire de 30 % à 45 %) la proportion d’humains exposés au SRAS-CoV-2 par rapport aux tests d’anticorps anti-S dans les études de séroprévalence basées sur la population [15]. En supposant une dynamique similaire chez les animaux de compagnie, la séropositivité réelle dans les ménages COVID-19+ est probablement plus proche de 53% que de 21%, indiquant que le risque d’infection chez les animaux de compagnie des propriétaires positifs pour COVID-19 est beaucoup plus élevé que décrit précédemment. De plus, aucun facteur (âge, sexe, statut vaccinal) n’a été associé à la prévalence plus élevée d’anticorps observée chez les animaux de compagnie des ménages COVID-19. Cependant, la taille de l’échantillon de l’étude peut limiter la capacité de tirer des conclusions définitives.

De plus, la prévalence des anticorps anti-SRAS-COV-2 ne semblait pas associée au nombre d’animaux de compagnie dans les ménages, ce qui suggère que les infections des animaux de compagnie se sont principalement produites après la transmission de leurs propriétaires plutôt que d’autres animaux. Étant donné que les chats et les chiens peuvent être infectés, contribuent-ils à la propagation du COVID-19 en raison de son retour sur les humains ? Bien que l’excrétion virale des animaux de compagnie ne semble pas suffisante pour la transmission à l’homme ou à d’autres animaux rencontrés lors de promenades, pour les personnes en contact plus étroit, des mesures de précaution doivent être envisagées dans le cadre d’une stratégie de lutte mondiale « une seule santé ».

Compte tenu de l’observation d’une transmission potentielle entre chats suite à une infection expérimentale [16,17], il est impératif d’étudier l’évolution dans le temps de l’infection (notamment la charge virale et la durée d’excrétion) dans des conditions naturelles pour mieux évaluer le risque de transmission de l’animal à l’autre. transmission de l’animal à l’homme. De plus, une enquête sérologique longitudinale à grande échelle sur les infections par le SRAS-CoV-2 chez les animaux de compagnie devrait être menée pour déterminer définitivement la fréquence de contamination des animaux de compagnie, identifier les facteurs de risque associés à l’infection des animaux de compagnie et caractériser l’impact de l’infection des animaux de compagnie sur COVID- 19 épidémiologie. »

https://www.sciencedirect.com/scien...

On peut lire également que : « Le SRAS-CoV-2, la cause du COVID-19, a infecté plus de 100 millions de personnes dans le monde d’ici février 2021. La transmission zoonotique inverse du SRAS-CoV-2 de l’homme à d’autres espèces a été documentée chez les chats et les chiens de compagnie, les grands félins et les gorilles dans les zoos et les visons d’élevage. Comme le SRAS-CoV-2 est étroitement lié aux virus connus des chauves-souris, l’évaluation du risque potentiel de transmission du virus de l’homme aux chauves-souris et de ses impacts ultérieurs sur la conservation et la santé publique est justifiée. Une évaluation qualitative des risques a été menée par un groupe multidisciplinaire pour évaluer ce risque chez les chauves-souris dans le contexte australien, dans le but d’éclairer les stratégies de gestion des risques pour les activités humaines impliquant des interactions avec les chauves-souris. Le risque global d’établissement du SRAS-CoV-2 dans une population de chauves-souris australienne a été évalué comme étant faible, mais avec un niveau d’incertitude élevé. Le résultat de l’évaluation indique que, pour la situation australienne où la prévalence du COVID-19 chez l’homme est très faible, il est raisonnable de poursuivre la recherche et la réhabilitation des chauves-souris, à condition que des mesures de biosécurité supplémentaires soient appliquées. L’évaluation des risques est difficile pour une maladie émergente pour laquelle les informations font défaut et la situation évolue rapidement ; les évaluations doivent être révisées si la prévalence humaine ou d’autres facteurs importants changent de manière significative. Le cadre développé ici, basé sur des approches établies d’évaluation des risques de maladies animales adaptées pour évaluer la transmission zoonotique inverse, a une application potentielle à une gamme d’espèces et de situations fauniques. »

« A l’ère de la pandémie mondiale actuelle de la maladie COVID-19 causée par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), de nombreuses questions concernant les voies de propagation et de transmission du virus à l’homme émergent de manière spectaculaire. Bien que des cas d’infection par le SRAS-CoV-2 aient été trouvés chez des animaux de compagnie, notamment des chiens, des chats et des furets, il n’existe à ce jour aucune preuve solide de transmission d’animal à animal ou de transmission soutenue d’animal à animal du SRAS-CoV-2. . Cependant, un nombre croissant d’études signalant la détection du SRAS-CoV-2 chez les visons d’élevage soulèvent des soupçons de transmission virale potentielle de ces animaux à l’homme. De plus, en raison de la forte sensibilité des chats, des furets, des visons et des hamsters à l’infection au COVID-19 dans des conditions naturelles et/ou expérimentales, ces animaux ont été largement explorés en tant que modèles animaux pour étudier la pathogenèse et la transmission du SRAS-CoV-2. Dans cette revue, nous présentons les derniers rapports axés sur la détection, l’isolement et la caractérisation du SRAS-CoV-2 chez les animaux de compagnie. De plus, sur la base de la littérature actuelle, nous documentons des études visant à élargir les connaissances sur la pathogénicité et la transmissibilité du SRAS-CoV-2, et le développement de thérapies virales, de médicaments et de vaccins. Enfin, compte tenu du taux élevé d’évolution et de réplication du SARS-CoV-2, nous proposons également des voies de protection contre le virus. »

https://www.scientificamerican.com/...

« Le premier rapport d’isolement du SRAS-CoV-2 chez des chats de compagnie provient de la ville de New York, New York, aux États-Unis. On pense que deux chats atteints de maladies respiratoires bénignes ont contracté le virus auprès de personnes de leur foyer ou de leur quartier [20]. La transmission zoonotique inverse du SRAS-CoV-2 a également été observée dans plusieurs études indépendantes à Hong Kong, Chine [21,22]. Par exemple, en mars 2020, de l’ARN viral a été détecté dans des échantillons d’écouvillonnage de la cavité buccale, du nez et du rectum d’un chat de compagnie cliniquement sain dont le propriétaire a été infecté par le virus [21]. Dans une autre étude, 6 chats sur 50 (12 %) vivant avec des humains infectés par le SRAS-CoV-2 ont été testés positifs [22]. Toujours en Chine, cette fois à Wuhan, l’épicentre de la pandémie de COVID-19, le SRAS-CoV-2 a été détecté sur des chats provenant de trois sources : refuges pour animaux, hôpitaux pour animaux de compagnie et familles de patients COVID-19. Un total de 102 échantillons de sérum ont été prélevés sur ces chats après l’épidémie de COVID-19. Le SRAS-CoV-2 a été détecté dans 15 échantillons (14,7%). Parmi eux, 11 (10,8 %) avaient les anticorps neutralisants viraux. Ce pourcentage relativement élevé de séropositivité chez les chats pourrait être lié au grand nombre de cas humains infectés ayant été en contact avec des animaux de compagnie [23]. Un autre cas de transmission interhumaine du SRAS-CoV-2 a été signalé au Chili. Le 5 mai 2020, les propriétaires de chats ont été testés positifs pour le SRAS-CoV-2. Deux jours plus tard, le chat mâle a montré des symptômes respiratoires légers et a été testé positif. Quatre jours après le chat mâle, les deux chattes sont devenues positives, bien que de manière asymptomatique. De plus, un humain et un chat ont montré des anticorps contre le SRAS-CoV-2.

Y compris les pays européens, des cas félins de COVID-19 ont été rapportés en Belgique [25], Italie [26,27,28,29], Pays-Bas [30], Espagne [31,32], France [33,34], Allemagne [18], Suisse [35], Russie [36], Croatie [37], Lettonie [38], Grèce [39] et Royaume-Uni [40,41]. Le premier cas d’isolement du SRAS-Co-V-2 chez des chats de compagnie en Europe a été signalé en Belgique. Un chat gardé à la maison avec un propriétaire infecté par COVID-19 est devenu cliniquement malade, présentant des problèmes respiratoires accompagnés de diarrhée et de vomissements. La séquence virale spécifique du SARS-CoV-2 a été détectée dans les selles et les vomissures gastriques du chat ; la séquence était identique à celle du propriétaire du chat, suggérant à nouveau une transmission d’homme à chat [25]. Dans d’autres rapports, les chats infectés par le COVID-19 sont tombés malades après un contact direct avec leurs propriétaires, qui ont également été testés positifs au COVID-19. Tous ces rapports ont suscité une énorme inquiétude du public car les chats infectés pourraient jouer un rôle dans la transmission du SRAS-CoV-2. Pour dissiper toute incohérence, Deng et al. collecté 423 échantillons de sérum de chat (dont 48 échantillons à Wuhan et 42 échantillons dans 3 autres villes de Chine) pour la détection de la prévalence des anticorps spécifiques au SRAS-CoV-2. Tous les échantillons étaient sérologiquement négatifs pour le SRAS-CoV-2, ce qui indique que les chats jouent un rôle limité dans la transmission pendant la pandémie de COVID-19 [42]. Cette étude est cohérente avec les travaux de Temmam et al., qui n’ont pas non plus détecté d’anticorps contre le SRAS-CoV-2, ni d’ARN viral, dans un groupe de 21 animaux de compagnie (9 chats et 12 chiens) gardés dans des ménages français [43] . En conclusion, les chats sont très sensibles au SRAS-CoV-2 et peuvent contracter le COVID-19 auprès des propriétaires d’animaux. Cependant, à ce jour, il n’y a aucune preuve claire que la transmission du SRAS-CoV-2 du chat à l’homme puisse se produire. »

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/ar...

« Les chercheurs affirment que la voie la plus probable de transmission du virus est de l’homme à l’animal, plutôt que l’inverse.

"Nous ne pouvons pas dire qu’il y a 0% de risque que les propriétaires attrapent Covid de leurs animaux de compagnie", a déclaré le Dr Broens, Centre de diagnostic microbiologique vétérinaire.

« Pour le moment, la pandémie est toujours due à des infections interhumaines, nous ne la détecterions donc tout simplement pas. »

https://www.bbc.com/news/health-57666245

Il n’y a, en fait, pas de preuve que l’animal ne transmette pas à l’homme.

Il y a une forte crainte mondiale que la peur des populations d’être infectés par des animaux domestiques entraine une situation mondiale catastrophique, des millions d’animaux domestiques étant abandonnés et risquant de transmettre encore plus de maladies ou de devenir sauvages…

On a du mal à imaginer la quantité folle de chiens et de chats domestiques et le drame planétaire que leur abandon entrainerait. C’est ce qui explique que les autorités ne tiennent pas tellement à savoir s’il y a des risques de transmission…

Mais cela montre aussi qu’elles sont incapables de se fonder sur la confiance des populations dans le système pour mener de véritables études et mettre en place des protections contre la pandémie, dans le domaine des relations avec les animaux comme dans les autres domaines.

Et on ne peut faire aucune confiance dans les déclarations soi-disant scientifiques des gouvernants ni dans leurs études car ils se refusent à étudier ce qui les gène !

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0